La mer dans l’histoire/The Sea in History, 4 vol., par Christian Buchet (éd.)

Publication des quatre volumes : La mer dans l’histoire/The Sea in History, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2017.
Volume 1 : The Ancient World ; Volume 2 : The Medieval World  ; Volume 3 : The Early Modern World ; Volume 4 : The Modern World
Quelque 250 historiens de renom étudient un large éventail de sujets, donnant ainsi un aperçu concis de tous les aspects de l’histoire maritime.
Quelle est l’importance de la mer dans le développement de l’histoire humaine ? D’une importance majeure selon la conclusion de cet important travail en quatre volumes.
Les ouvrages réunissent les historiens maritimes les plus reconnus au monde. Ceux-ci se penchent sur la question de savoir quelle différence fait la mer. 260 situations allant des temps les plus reculés à l’époque actuelle sont scrutées. Les chercheurs étudient les sujets liés aux migrations humaines, au commerce, au développement économique, à la guerre, ou encore à la construction
d’entités politiques, y compris les empires, à la diffusion des idées, de la culture et de la religion et ce sur tous les continents. Bien plus, ils montrent combien la mer est cruciale dans tous ces aspects du développement humain.
Les sujets maritimes spécifiques abordés couvrent aussi bien la construction navale, la navigation, l’exploitation des ressources maritimes, l’environnement social des navigateurs et des communautés maritimes que la piraterie, le financement et l’organisation des entreprises maritimes, et bien d’autres sujets encore. Au final, ces ouvrages représentent une source de savoirs immense pour tous les historiens, leur donnant des aperçus concis
de la plupart des sujets liés à l’histoire maritime.
Christian Buchet, de l’Académie de Marine, est professeur, titulaire de la chaire d’histoire maritime à l’Institut Catholique de Paris.

La Gouge et le Scalpel par Valérie Deshoulières

Publication de l’ouvrage La Gouge et le Scalpel. Oscillations pendulaires entre l’Art et la Science, Paris, Hermann, 2017, 374 p.

La question qui prend forme au fil de ces pages n’est autre que celle des relations complexes susceptibles de se tisser entre ce qui est censé s’opposer : science et art, théorie et pratique, recherche et action. A partir d’études de cas (Vésale, Goethe, Musil, Claudel, Gottfried Benn, Pierre Mertens, Jacques Abeille, Patrick Roegiers, Alexandre Sokourov) et d’expériences personnelles (de vie, d’écriture, de recherche et d’enseignement), elles postulent, entre les arts (littérature, cinéma, sculpture) et les disciplines (rhétorique, philosophie, herméneutique) que seul le risque permet de comprendre de manière dynamique les rapports au-delà des différences et les distinctions au-delà des ressemblances.

En observant le « voyage » des paradigmes, concepts, motifs, figures et lexiques au-delà des cloisonnements convenus entre les divers champs du savoir, il s’agissait d’abord de rappeler que la littérature pouvait constituer une « forme de vie » qui, à l’instar de la métaphore, son auxiliaire, rendait notre monde « habitable ». Comme Pierre Nora, en 1987, en osant parler d’egohistoire, rompait avec une tradition scientifique ayant encouragé les historiens à disparaître derrière un savoir impersonnel et une écriture objective, le présent essai défend l’idée d’une ego-critique et se propose d’ouvrir sur le monde, entre Critique et Création, un compas formé d’une Gouge et d’un Scalpel.

Valérie Deshoulières est professeur à l’Université de la Sarre et à l’Institut catholique de Paris. Elle dirige depuis 2008 l’Institut français de Saarbrücken, à la Villa Europa.

Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile par Camille Riquier

Publication de l’ouvrage Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile, Paris, PUF, 2017, 549 p.

La vie de Charles Péguy est d’abord celle, misérable, au sein des Cahiers de la quinzaine, sous l’emprise du devoir et de l’Affaire Dreyfus. Mais il en existe une seconde, heureuse quoique virtuelle, qu’il n’a pu accomplir et qui a surgi comme malgré lui dans son écriture : une vie vouée à la philosophie. L’ambition de ce livre est de fournir à la philosophie de Péguy l’« appareil » capable de manifester le plus fidèlement possible le « profond ordre intérieur » qui tient ensemble tout ce « fatras » de textes qui ont jailli génialement de sa plume.
Philosophe, Charles Péguy l’a été avant tout. Là est le point profond et fixe où s’articulent ses différents profils que le lecteur peine parfois à concilier : socialiste, dreyfusiste, révolutionnaire, internationaliste, patriote, journaliste, historien, polémiste, chrétien et poète. Et parce que l’action a toujours présidé à sa pensée, celle-ci a épousé les péripéties de l’événement avant de se recueillir dans la profondeur de sa mémoire. Elle se serait récapitulée dans un livre de confessions si sa mort au champ d’honneur, le 5 septembre 1914, n’en avait annulé jusqu’à sa possibilité : les Mémoires d’un imbécile.

Camille Riquier est maître de conférences à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

1914 : neutralités, neutralismes en question par Ineke Bockting, Béatrice Fonck et Pauline Piettre (dir.)

Publication de l’ouvrage 1914 : neutralités, neutralismes en question, Bern, Peter Lang, 2017, 319 p.

Alors que l’Europe s’embrase en août 1914 sans que personne n’imagine encore l’ampleur du conflit, les débats sont déjà nombreux sur la pertinence de l’engagement qu’il soit politique, idéologique, économique ou religieux. Les États, les groupes d’opinion et les individus optent pour des positions dictées par leur conscience ou par les intérêts politiques. La guerre durant, les neutralismes les plus affirmés vont être mis à mal. Dans le cadre d’une approche historique, géographique, littéraire et artistique, l’objet de cet ouvrage est d’examiner l’évolution des enjeux géopolitiques et des débats d’ordre moral, spirituel ou idéologique qui ont conduit les défenseurs de la neutralité à maintenir leur position pendant toutes ces années ou à s’engouffrer de gré ou de force dans la voie de l’interventionnisme.

Sous la direction d’Ineke Bockting, de Béatrice Fonck et de Pauline Piettre, de l’Institut Catholique de Paris.

 

Parution du n° 141 de Transversalités

Le dossier du numéro 141 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités aborde la thématique « Éducation et anthropologie chrétienne ».  Quelles ressources les traditions et la pensée chrétiennes offrent-elles pour penser la notion d’éducation ? Comment articuler « éducation » et « anthropologie chrétienne » ? La formulation de ces questions peut paraître singulière dans un pays – la France – où la notion de laïcité constitue l’un des pivots de la réflexion concernant le vivre ensemble et la construction d’une société solidaire.

La réflexion de l’Église catholique sur les enjeux de l’éducation, réflexion qui recourt en particulier à la catégorie d’« éducation intégrale » dans de nombreux documents du Magistère, depuis la déclaration Gravissimum educationis (1965) du Concile Vatican II, jusqu’à l’exhortation post-synodale Amoris laetita (2016), invite cependant à mettre au jour la manière dont l’anthropologie chrétienne oriente la compréhension même de la notion d’éducation, et constitue une ressource pour répondre aux défis éducatifs, dans une monde post-moderne dont l’horizon culturel semble de plus en plus éclaté.

Consultation du sommaire du n° 141 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 140 de Transversalités

trans_140_l204Le dossier du numéro 140 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités rassemble les actes d’un colloque organisé en 2015 à l’Institut Catholique de Paris, et ayant pour objet d’interroger la notion de « chrétiens de gauche ».

Sur le plan historique, les contributions rassemblées mettent en évidence le déplacement intervenu, au cours des dernières années, dans le débat interne à l’Église catholique en France, quittant le champ politique, pour se situer principalement dans le champ anthropologique et éthique. On pourrait ainsi substituer à l’opposition « droite-gauche », qui fut celle des décennies 1950, 1960 et 1970 une nouvelle opposition « identité-ouverture », pour schématiser ce débat.

Sur le plan théologique, l’expression « chrétiens de gauche » conduit à explorer la manière dont la foi chrétienne interagit avec l’histoire et la civilisation. La notion de « théologie politique » est mise en question : faut-il considérer l’Église comme une « polis »  (une « cité ») alternative, comme le fait le théologien Stanley Hauerwas, qui lie la catégorie du « politique » à la construction d’une communauté particulière ; ou faut-il affirmer, comme le fait Jean-Baptiste Metz, que la foi chrétienne a une dimension « publique », et mettre en avant le rôle de la pratique pour penser Dieu et son action dans le monde ?

Enfin, la contribution d’Éric Vinson, qui conclut le dossier, conduit à formuler une hypothèse intéressante : celle de l’effacement de la dimension spirituelle dans la gauche française, qui l’a conduite à oublier des ressources susceptibles de la renouveler de l’intérieur, et en même temps, à valoriser à l’extrême la notion de laïcité, sans en explorer suffisamment les fondements.

Consultation du sommaire du n° 140 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

A nouvelle année, nouvelle venue : la bibliothèque numérique patrimoniale de l’Institut catholique de Paris !

bibnum_icpAccessible à l’adresse suivante : http://bibliotheque-numerique.icp.fr, cette bibliothèque numérique a pour vocation de donner progressivement accès à une large sélection de documents dont les originaux proviennent des collections du réseau des bibliothèques et des Archives de l’Institut catholique de Paris. A terme, c’est tout un ensemble de ressources iconographiques (photographies, estampes), d’imprimés et de manuscrits qui sera diffusé et valorisé via la bibliothèque numérique.

Une rubrique offre déjà des focus thématiques sur certains documents ou sur des fonds particuliers accompagnés de contenus enrichis. Citons par exemple l’Evangéliaire copte-arabe conservé à la bibliothèque de Fels (Ms copte-arabe 1) qui a fait l’objet d’une présentation détaillée et qui peut désormais être feuilleté dans son intégralité.

Cette bibliothèque numérique se veut aussi un point d’accès centralisé vers l’ensemble des richesses documentaires de l’ICP numérisées et mises en ligne sur d’autres sites :

  • Gallica pour les corpus de monographies et de périodiques (Terre Sainte, droit canonique (Gasparri), doctrine sociale de l’Eglise, relations entre l’Eglise de France et l’Etat de la Révolution à 1945)
  • Cuneiform Digital Library Initiative pour la collection de tablettes cunéiformes conservée à la bibliothèque de Fels (fonds Legrain-Jean)
  • base Medium de l’IRHT pour les manuscrits de théologie grecque des XVIIème-XVIIIème siècles conservés à l’IFEB.

Le premier corpus mis en ligne concerne des photographies anciennes du Proche-Orient et de la Terre sainte qui permettent notamment de s’immerger dans des sites aujourd’hui détruits ou menacés. Ces précieux témoignages photographiques nous ont été légués par deux prêtres, l’abbé Victor Fernique et le Père André Robert qui, à près de cinquante années d’écart, ont posé leur objectif dans les mêmes hauts lieux de l’histoire antique et biblique.

icp_ph_00942

Victor Fernique, [Eglise Sainte-Anne à Jérusalem, musée], août 1978 (bibliothèque de Fels, cote PH 942)

Autre fonds, les cinq albums hérités de Louis Delaporte, professeur à l’Ecole des langues orientales de l’ICP (actuelle ELCOA), qui regroupent des reproductions photographiques de tablettes cunéiformes conservées au British Museum et offrent ainsi une riche documentation sur les peuples de l’Orient ancien. Cet ensemble a été numérisé grâce au mécénat du Crédit Agricole d’Ile-de-France que nous remercions ici pour son engagement en faveur de la mise à disposition de ce patrimoine.

La bibliothèque numérique de l’ICP a été élaborée avec les équipes d’Arkhênum grâce à la solution LIMB Gallery développée par la société i2s connue également pour ses scanners de livres haute résolution.

Le corpus numérisé pourra faire l’objet d’articles dans ce carnet de recherche.

La question de la loi naturelle : de la métaphysique à la philosophie politique

Six conférences par Pierre Manent, Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA 74 03)  : « La question de la loi naturelle : de la métaphysique à la philosophie politique »,
les 6, 7, 8 et 13, 14, 15 mars 2017 • 18h – 20h.
affichea3_chaire-gilson_2017-page-001

La notion de « loi naturelle » est devenue inintelligible en même temps que scandaleuse, et pour la même raison : selon l’opinion régnante, elle assujettit la vie humaine à une vérité dogmatique
sur l’homme et elle ignore le plus propre de l’homme, sa liberté originaire, qui fait de lui l’auteur souverain du monde humain. Elle fait de nous les esclaves d’une idée nécessairement fausse ou mutilée de nous-mêmes. En même temps, nos sociétés sont assujetties à une idée de plus en plus radicale des droits humains au nom de laquelle les règles et institutions les plus vénérables de la civilisation sont recomposées. Or que sont les « droits de l’homme », sinon la version spécifiquement moderne du « droit naturel » ? Nos lois positives sont réformées au nom d’une certaine idée de notre « nature ». Ainsi, en même temps que nous affirmons le caractère « culturel » de toutes les choses humaines, nous ne pouvons rien opposer à la virulence d’une idée « dogmatique » – en l’occurrence, radicalement individualiste – de notre nature.
Le propos de ces conférences sera de faire apparaître la légitimité et
la nécessité de la référence à la loi naturelle, non comme une somme
de propositions déduites d’un savoir religieux, métaphysique ou scientifique, mais comme un réseau ouvert d’éléments d’orientation intrinsèques à la vie pratique. Quelle que soit l’ampleur des possibilités ouvertes à l’homme agissant, son « choix réfléchi » rencontre nécessairement des règles qu’il n’a pas faites, et en l’absence desquelles il ne pourrait y avoir ni réflexion ni choix.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme-2017

Aux commencements. Création et temporalité dans la Bible et dans son contexte culturel

bibleetorient_affiche_201702_2016111-page-001La Bible et les littératures de l’Orient ancien contiennent des traditions et des récits qui racontent les origines de l’univers et des commencements dans l’histoire, mais aussi l’achèvement de périodes historiques, voire l’accomplissement du temps de l’histoire ou de l’univers. Tous ces textes, dans leur diversité, conduisent à s’interroger sur le rapport entre origines, commencements, temps de
l’histoire et achèvements.
Les Traditions d’Israël en particulier dessinent un cadre temporel dans lequel elles inscrivent les événements fondateurs de l’identité théologique du peuple. Ce cadre temporel déploie, entre des récits de commencements et des ouvertures eschatologiques, un « temps
de l’histoire », qui n’est pas simplement linéaire, mais marqué par des fractures et des ruptures.
Le colloque aura pour but de montrer comment les récits de la Bible ou des civilisations environnantes racontent les commencements, les origines mais aussi la fin, et comment, à travers leur traitement de la temporalité, ils « construisent » des théologies, des identités et des visions du monde.
Il cherchera notamment à souligner les articulations qui existent entre la périodisation de l’histoire et la révélation du Dieu d’Israël.

Ce colloque international aura lieu les 27 et 28 février 2017 à l’Institut Catholique de Paris. Le comité scientifique est composé d’Olivier Artus (ICP), de Corinne Lanoir (Institut Protestant de Théologie, Paris), de Sophie Ramond (ICP) et de Christopher Seitz (Toronto School of Theology, Wycliffe College).

Inscription indispensable et paiement uniquement sur : https://auxcommencements.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Parution du n° 139 de Transversalités

trans_139_l204

Alors que l’accord de Paris sur le climat approuvé le 12 décembre 2015 est en cours de ratification, et que l’avenir du « vivant » sur notre Terre dépend de la mise en œuvre de ce traité, le dossier proposé par ce numéro 139 de la revue Transversalités a pour objectif de préciser les fondements possibles de la réflexion écologique contemporaine, et d’appréhender comment la théologie, la philosophie, les religions peuvent aujourd’hui en être partie prenante.

Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’urgence écologique que nul ne conteste plus sérieusement, mais davantage de préciser les enjeux d’une discipline – l’écologie – qui ne peut se réduire à une approche scientifique et technique prenant acte de l’évolution des données du climat, et en proposant une modélisation pour les prochaines décennies. L’écologie se présente bien davantage aujourd’hui comme une tâche à accomplir, une responsabilité commune de l’humanité, exigeant, au-delà des paramètres scientifiques nécessaires, une approche anthropologique spécifique.

Les cinq contributions du dossier s’appuient sur des sources très différentes : la Tradition biblique, la réflexion du Magistère de l’Église catholique, et particulièrement l’encyclique Laudato Si’ du pape François, l’enseignement de l’islam, enfin la philosophie contemporaine.

Consultation du sommaire du n° 139 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Jean Greisch, les trois âges de la raison par Jérôme de Gramont et al.(dir.)

Publication de l’ouvrage Jean Greisch, les trois âges de la raison. Métaphysique, phénoménologique, herméneutique, Paris, Hermann, coll. Colloque de Cerisy, 2016, 424 p.

jean-greisch-les-trois-ages-de-la-raison-jpgAprès la maxime phénoménologique « Aller aux choses mêmes », il importait sans doute de faire droit à l’impulsion herméneutique : celle qui (nous) commande de comprendre les œuvres qui parlent des choses mêmes. Après ce qui donne à penser (Kant, Ricœur), ce qui force à penser (Deleuze) ou ce qui appelle à penser (Heidegger), un quatrième motif est à interroger : ce qui porte la pensée, au sens de ce qui la conduit jusqu’à nous. Nous pouvons bien rêver d’une immédiate présence aux choses, nous savons aussi, et depuis le commencement grec de la philosophie, que long est le chemin vers le simple, le proche ou le natal. Ce chemin est celui de l’interprétation, celui qui reconduit au-devant des phénomènes. Comment voir ce qui se donne ou entendre ce qui nous appelle ? Comment retrouver le chemin des plus hautes questions, celles que nous disons « métaphysiques » ? Nous ne le ferons pas seuls, sans une histoire qui nous précède, sans des œuvres qui ouvrent le chemin, sans des propédeutes, voire des presbytres pour initier à cette tâche. Jean Greisch fut et demeure l’homme d’un tel programme. Ces actes d’un colloque de Cerisy, tenu en 2015, rendent un hommage appuyé à sa culture, à ses travaux sur la métaphysique, la philosophie de la religion, la phénoménologie et sa greffe herméneutique entendue stricto sensu, à ses engagements, bref à son humanisme de l’homme toujours à naître.

Sous la direction du professeur Jérôme de Gramont, doyen de la faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris.

Parution du n° 138 de Transversalités

TRANS_138_L204Le bien commun est une notion philosophique ancienne, critiquée dans la modernité, qui connaît aujourd’hui un regain d’actualité. Le nouveau dossier de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités publie les travaux préparatoires au colloque inaugural de la Chaire Bien Commun, créée par l’Unité de Recherche de  Religion, Culture et Société [EA7403] de l’ICP.

La notion de bien commun a connu un vif regain d’intérêt au cours de ces dernières années. La théologie de saint Thomas d’Aquin comprenait le « bien commun » comme la « fin » d’une société, le terme « fin » désignant à la fois sa visée historique et sa vocation par-delà l’histoire. Plus récemment, l’usage du vocabulaire du bien commun s’est généralisé, débordant largement les frontières de la théologie chrétienne. Économistes, entrepreneurs, responsables politiques en usent largement, parfois sans en interroger le fondement ni la provenance : le bien commun est ici compris comme un objectif économique et social.

Le dialogue entre théologiens, philosophes, économistes, spécialistes des sciences politiques s’avère donc particulièrement nécessaire pour appréhender dans sa complexité la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle.

Le dossier montre comment la  notion de bien commun ne désigne pas uniquement des modalités d’organisation de l’économie et de la société, mais représente également une ressource précieuse pour répondre à la question de la finalité du « politique ».

Consultation du sommaire du n° 138 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

 

Arts et pouvoirs, censure et autocensure. Chine, Inde, Iran

Les pouvoirs envisagés ici ne se limitent pas au pouvoir politique, mais incluent toutes les formes de pouvoirs explicites ou implicites à l’œuvre dans une société (contraintes politiques, idéologiques, économiques, religieuses…).

La censure n’est pas uniquement envisagée comme une autorité extérieure qui entraverait la liberté du créateur, mais comme une instance sociale, voire intime (l’autocensure), parfois  intégrée en amont par l’artiste, et susceptible de régler son activité créatrice.

Un ouvrage collectif sous la direction d’Isabelle de Vendeuvre et Emmanuel Lincot, issu des réflexions de ce séminaire, sera publié dans la collection « Littérature et censure » des Classiques Garnier  pour l’année 2017-2018.

Ce séminaire qui associe l’ENS et l’ICP (Faculté des Lettres) est ouvert aux étudiants des deux institutions ainsi qu’aux professionnels de l’art.

Il est dirigé par Isabelle de Vendeuvre (Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale, « République des savoirs : Lettres, Sciences, Philosophie », USR 3608, ENS) et Emmanuel Lincot (EA  7403 « Religion, Culture et Société, ICP, Faculté des Lettres).

Séances :

1-Raymond Delambre, le 29 septembre 2016 de 12 h à 14 h (ICP) : « Chine à l’écran, entre censeur & ascenseur »

2-Rémy Jarry, le jeudi 27 octobre 2016 de 12 h à 14h (ICP) : « Art et socialisme de marché en Chine »

3-Samuel Landée, le jeudi 17 novembre 2016 de 12 h à 14 h (ICP) : « Géographie émotionnelle les stratégies mémorielles du massacre de Nankin : entre émotion et raison »

4-Bahar Azadi, le jeudi 15 décembre 2016 de 12 h à 14 h (ICP): « Iran : l’art politisé et la politique esthétisée »

5-Peng Ziqi, le jeudi 26 janvier 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « Mémoire de l’instant dans l’art vidéo chinois »

6-Christine Vial Kayser, le jeudi 23 février 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « L’Art pakistanais contemporain, entre tradition et modernité »

7-Laurent Long, le jeudi 23 mars 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « Une introduction générale à l’histoire et à l’art du sceau chinois ? »

8-Anne Colombe Launnois, le jeudi 27 avril 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « La chambre des reines : peintures et pouvoirs au Qilā Mubārak, Patiala, Panjab, Inde du nord »

Tous les hommes désirent-ils être heureux ?

L’idée que tous les hommes désirent être heureux est au point de départ de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote.

Mais le bonheur peut-il être le principe d’une éthique ?

On s’attachera notamment à explorer les concepts mis en jeu dans cette expression, à partir des sources médiévales : qu’est-ce que le désir ? Qu’est-ce que le bonheur ? Celui-ci est-il constitutif de l’existence humaine ? Pourquoi la pensée médiévale en vient-elle à distinguer la félicité du bonheur (beatitudo) ? Et le bonheur (beatitudo) ne devient-il pas équivoque, à distinguer de la béatitude et des béatitudes ?

Peut-on dire comme Pascal : « c’est le motif de toutes les actions de tous les hommes, jusqu’à ceux qui se tuent et qui se pendent » ? Ou bien comme Freud, que « les jugements de valeur des hommes sont dirigés inconditionnellement par leurs souhaits de bonheur, ils sont donc une tentative pour appuyer leurs illusions par des arguments » (Malaise dans la civilisation) ?

Bibliographie : Aristote, Éthique à Nicomaque I ; Sénèque, De la vie heureuse ; Augustin, La vie heureuse (Bibliothèque Augustinienne 4/1) ; Anselme de Cantorbéry, La chute du diable, Pourquoi un Dieu-homme ?, Sur l’accord entre la grâce et le libre arbitre ; Thomas d’Aquin, Somme de  théologie I, q.94, a.1 ; I-II, q.1 à 6 ; Thomas d’Aquin, Boèce de Dacie, Sur le bonheur, textes traduits par R. Imbach et I. Fouche, Paris, Vrin, 2005 ; Duns Scot, Ordinatio « Prologue » ; Ordinatio IV, d.49 ; Freud, Malaise dans la culture (1930).

Ce séminaire transversal, animé par le Professeur Olivier Boulnois, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le jeudi de 10 h à 12 h aux dates suivantes : 26 janvier ; 23 février ; 2, 9, 16, 23 et 30 mars ; 20 et 27 avril ; 4, 11 et 18 mai 2017.

Pédagogie, éducation et formation : les enjeux essentiels du personnalisme (Séminaire Mounier)

Véritable « matrice philosophique » selon Ricœur, le personnalisme a donné lieu à des théories et pratiques éducatives variées, qu’il s’agira ici d’évaluer d’un point de vue généalogique, structural et critique en vue de leurs réélaborations contemporaines.

Ce séminaire, placé sous la direction du Professeur Emmanuel Falque, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le deuxième semestre de l’année universitaire 2016-2017, le mardi de 18 h à  20 h.

Séances :

24 janvier : Mounier éducateur (M.- E. Bely, université catholique de Lyon)

31 janvier : Les fondements de la relation : Buber (Marie-Laure Durand, ISFEC Montpellier)

21 février : Altérité et asymétrie dans la relation éducative : Levinas (Vincent Laquais, ICP)

28 février : Une source pascalienne ? (Jean-Louis Bischoff, université d’Artois)

7 mars : Les pédagogies nouvelles : Montessori (Didier Da Silva, AAEM)

14 mars : L’école de la personne (Gabriele Weigand, université de Karlsruhe)

21 mars : Aux sources de l’éducation (Pierre Durrande, ICP, IPC)

28 mars : La communauté éducative (François Moog, Faculté d’éducation, ICP)

18 avril :   Jean Lacroix, philosophe et enseignant (Taoufik Cherif, université de Tunis)

25 avril : Éducation et personnalisme (Jacques Le Goff, université de Brest)

2 mai : Une instance au service de l’éducation (Mgr Thivierge, secrétaire général de la FIUC)

10 mai : Une éducation interculturelle est-elle possible ? (Nicolas Dittmar, post-doctorant ICP)

16 mai : Réflexions d’un praticien sur l’éducation (Xavier Darcos, Académie des sciences morales et politiques)

Unité de recherche de l'Institut Catholique de Paris