L’engagement (séminaire Mounier)

Thème par excellence du personnalisme, l’engagement reçoit sa définition la plus élaborée avec Mounier et Landsberg, bien avant sa mise en relief dans la philosophie sartrienne. Si l’engagement participe à la réalisation de l’historicité humaine, il marque surtout un refus de l’esthétisme et de l’idéalisme. Ceux-ci ne sont que des dérobades face aux provocations des événements, que la philosophie doit s’efforcer de transformer en expérience. L’engagement seul nous fait connaitre les directions de notre vie historique et concourt à la dignité du politique.

Ce séminaire est dirigé par Jean-François Petit. Il a lieu le mardi de 18 h à 20 h aux dates qui suivent.

Séances :

23/01 : Présentation et mise en perspective du séminaire : Jean-François Petit
30/01 : Péguy : Charles Coutel (Université d’Artois)
06/02 : Jaurès : Eric Vinson (Faculté d’éducation, ICP)
13/02 : Blondel : Marie-Jeanne Coutagne (Université catholique de Lyon)
06/03 : Bonhoeffer : résistance et soumission (Arnaud Corbic)
13/03 : Bergamin/ Unamuno : Yves Roullière (AAEM)
20/03 : Etienne Gilson : Florian Michel (Université de Paris I)
27/03 : Landsberg : Markus Kneer (Université de Münster)
03/04 : Dans l’Action catholique : Jean-Hugues Soret (UCO)
10/04 : Ricoeur : Renato Boccali (IULM, Milan)
02/05 : L’engagement syndical : Laurent Tertrais (CFDT)
07/05 : Hannah Arendt et l’engagement contemporain (Hubert Faes, ICP)

Penser avec Gilles Deleuze

« Je me sens pur métaphysicien ». Cette formule de Gilles Deleuze [A. Villani, La guêpe et l’orchidée, p. 130] servira de fil conducteur à ce séminaire doctoral. Déployant une interprétation originale de l’histoire de la philosophie, la pensée de Gilles Deleuze s’enracine à la fois dans Leibniz, Spinoza, Nietzsche et Bergson. Cette généalogie trace les contours d’une nouvelle tentative philosophique, non seulement à envisager dans sa « création de concepts », mais aussi dans son rapport renouvelé à la tradition. Différence et répétition (1968), Logique de la sensation [sur Francis Bacon (1981)], son essai sur Foucault (1986), Pourparlers (1990) et Qu’est-ce que la philosophie ? (1991), serviront de support à cette traversée.

Bibliographie : Nietzsche et la philosophie, Paris, PUF, 1962 ; Le bergsonisme, Paris, PUF, 1966 ; Spinoza et le problème de l’expression, Paris, Minuit, 1968 ; Différence et répétition, Paris, PUF, 1968 ; Spinoza, philosophie pratique, Paris, Minuit, 1970 ; Dialogues (avec Claire Parnet, Paris, Flammarion, 1977) ; Francis Bacon, Logique de la sensation, Paris, Ed. de la Différence, 1981 ; Foucault, Paris, Minuit, 1986 ; Le pli, Leibniz et le baroque, Paris, Minuit, 1988 ; Pourparlers, Paris, Minuit, 1990 ; Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Minuit, 1991 ; A. Vilani, La guêpe et l’orchidée, Essai sur Gilles Deleuze, Paris, Belin, 1999 ; A. Bouaniche, Gilles Deleuze, Une introduction, Paris, Pocket, 2007 ; D. Lapoujade, Deleuze, Les mouvements aberrants, Paris, éd. de Minuit, 2014.

Ce séminaire, placé sous la direction du Professeur Emmanuel Falque, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le vendredi de 9 h à 12 h aux dates suivantes : 6, 13, 20, 27 octobre ; 10, 24 novembre ; 8, 15 décembre.

La croyance

« Croire » n’est pas que l’expression d’une adhésion confessionnelle, ni un syntagme théologique, mais aussi une attitude et une position philosophique. Tout homme est « croyant » — que ce soit au monde, à l’autre, ou à Dieu. Il se pourrait même que la plus haute certitude se tienne dans la croyance, en cela que, ce à quoi nous adhérons est d’abord le sens de notre existence. Traversant cette thématique de la croyance, et les grandes pensées de l’histoire de la philosophie, le séminaire du Saulchoir s’efforcera de montrer cette année qu’une telle dimension de notre humanité ne saurait être oubliée, si tant est que la transcendance est toujours une dimension de notre immanence et de notre monde comme tel.

Ce séminaire associe deux institutions : le Centre d’Études du Saulchoir et l’Institut Catholique de Paris. Placé sous la direction des Professeurs Emmanuel Falque et Bernard Bourdin, il se déroulera le samedi de 9 h à 12 h, au Centre d’Études du Saulchoir 45, rue Glacière 75013 Paris (Métro Glacière), à l’exception du  16 décembre (voir l’indication particulière).

Séances :

Samedi 7 octobre : Camille Riquier (intervenant) / Bernard Bourdin (discutant) : « Situation de la foi dans nos sociétés modernes »
Samedi 9 décembre : Bernard Bourdin (intervenant) / Emilie Tardivel (discutante) : « La croyance : Révélation ou acte de production humaine ? »
Samedi 16 décembre : Emmanuel Falque (intervenant) / Pascal David (discutant) : « Croire en commun ». Cercle des doctorants de 14h à 17h .
Samedi 20 janvier : Olivier Riaudel (intervenant) / Jérôme de Gramont (discutant) : « Que faut-il entendre par « contenu propositionnel d’une croyance religieuse » ?
Samedi 10 février : Jérôme Alexandre (intervenant) / Laure Solignac (discutante) : « Croire : Augustin, Tertullien, essai de confrontation »
Samedi 10 mars : Jean-François Petit (intervenant) / Edouard Jourdain (discutant) : « Anthropologie du croire de Michel de Certeau »
Samedi 7 avril : Ronan Sharkey (intervenant) /Jacques Courcier (discutant) : « Les croyances irrationnelles »

 

Séminaire de la chaire Dominique Dubarle

Expérience de Dieu et expérience du divin en théologie « révélée » et en théologie « philosophique »

Dans la critique très serrée qu’il construit à l’endroit des théologies rationnelles et des théodicées spéculatives, le théologien luthérien Eberhard Jüngel énonce un principe qui doit guider la « théologie évangélique » : « Une conversation avec la théologie philosophique n’est vraiment pensable qu’à titre de controverse » (Gott als Geheimnis der Welt, § 11, p. 206). Cette orientation épistémologique fondamentale constitue pour le théologien un principe de relecture de la tradition philosophique moderne, de Descartes à Fichte et Feuerbach, en passant par Kant et Nietzsche. Elle se donne pour tâche de construire un concept théologique d’expérience qui requiert l’intégralité de la confession de foi christologique et trinitaire et non pas son exclusion nécessaire. Le séminaire s’attachera à évaluer la pertinence prospective de ce principe critique et à en poursuivre éventuellement la tâche, en explorant d’autres voies possibles en vue de l’élaboration d’un concept rigoureux d’expérience en théologie.

Ce séminaire de recherche transversal de la Chaire de philosophie et de théologie Dominique Dubarle, animé par Vincent Holzer, est destiné à l’ensemble des doctorants du Collège doctoral de l’ICP.

Il aura lieu les 26 octobre, 23 novembre, 14 décembre, 18 janvier, 12 février, 19 mars, 30 avril, 14 mai et 4 juin, au premier semestre le jeudi de 9 h à 12 h et au deuxième semestre le lundi de 9 h à 12 h.

Le livre de l’expérience. D’Anselme de Cantorbéry à Bernard de Clairvaux par Emmanuel Falque

Publication de l’ouvrage Le livre de l’expérience. D’Anselme de Cantorbéry à Bernard de Clairvaux, Paris, Cerf, 2017, 455 p.

Le concept d’expérience revient aujourd’hui en force. Il plonge pourtant ses racines dans notre passé. La « réflexion sur l’expérience » naît en effet au Moyen Âge aux XIe et XIIe siècles dans le cadre de la théologie monastique. Car s’il faut parler d’expérience quand on est « moine », encore faut-il parler sur l’expérience et non pas uniquement à partir de l’expérience. L’« expérience en pensée » (Anselme de Cantorbéry), l’« expérience du monde » (Hugues et Richard de Saint-Victor), et l’« expérience en affects » (Aelred de Rievaulx et Bernard de Clairvaux) traversent ainsi ce « renouveau monastique » philosophiquement à interroger.
« Aujourd’hui nous lisons au livre de l’expérience. » Le mot célèbre de Bernard de Clairvaux indique un programme encore à réaliser. Ce Livre de l’expérience, pris entre l’analyse des Pères et de la scolastique, vient donc ici comme un manque à combler – non seulement en achevant un nouveau triptyque, médiéval cette fois, mais aussi en ouvrant sur une richesse expérientielle et philosophique de la spiritualité que nous aurions tort d’ignorer.

Emmanuel Falque est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

Parution du n° 142 de Transversalités

Le dossier du numéro 142 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités est consacré à la thématique « L’expérience artistique ».

Les sociétés contemporaines accordent à l’économie et aux échanges marchands une place privilégiée, telle que le rayonnement d’une région, d’un État, d’une nation est d’abord apprécié en fonction de ses succès industriels et commerciaux. On ne peut que constater la distance qui, progressivement, semble s’être installée entre l’activité de sociétés soumises aux servitudes matérielles, et l’expression artistique, dans toutes ses dimensions. Le dossier de ce numéro 142 de Transversalités a pour projet d’appréhender les ressorts de l’expérience artistique, d’un point de vue anthropologique, théologique et spirituel.

Consultation du sommaire du n° 142 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

La mer dans l’histoire/The Sea in History, 4 vol., par Christian Buchet (éd.)

Publication des quatre volumes : La mer dans l’histoire/The Sea in History, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2017.
Volume 1 : The Ancient World ; Volume 2 : The Medieval World  ; Volume 3 : The Early Modern World ; Volume 4 : The Modern World
Quelque 250 historiens de renom étudient un large éventail de sujets, donnant ainsi un aperçu concis de tous les aspects de l’histoire maritime.
Quelle est l’importance de la mer dans le développement de l’histoire humaine ? D’une importance majeure selon la conclusion de cet important travail en quatre volumes.
Les ouvrages réunissent les historiens maritimes les plus reconnus au monde. Ceux-ci se penchent sur la question de savoir quelle différence fait la mer. 260 situations allant des temps les plus reculés à l’époque actuelle sont scrutées. Les chercheurs étudient les sujets liés aux migrations humaines, au commerce, au développement économique, à la guerre, ou encore à la construction
d’entités politiques, y compris les empires, à la diffusion des idées, de la culture et de la religion et ce sur tous les continents. Bien plus, ils montrent combien la mer est cruciale dans tous ces aspects du développement humain.
Les sujets maritimes spécifiques abordés couvrent aussi bien la construction navale, la navigation, l’exploitation des ressources maritimes, l’environnement social des navigateurs et des communautés maritimes que la piraterie, le financement et l’organisation des entreprises maritimes, et bien d’autres sujets encore. Au final, ces ouvrages représentent une source de savoirs immense pour tous les historiens, leur donnant des aperçus concis
de la plupart des sujets liés à l’histoire maritime.
Christian Buchet, de l’Académie de Marine, est professeur, titulaire de la chaire d’histoire maritime à l’Institut Catholique de Paris.

La Gouge et le Scalpel par Valérie Deshoulières

Publication de l’ouvrage La Gouge et le Scalpel. Oscillations pendulaires entre l’Art et la Science, Paris, Hermann, 2017, 374 p.

La question qui prend forme au fil de ces pages n’est autre que celle des relations complexes susceptibles de se tisser entre ce qui est censé s’opposer : science et art, théorie et pratique, recherche et action. A partir d’études de cas (Vésale, Goethe, Musil, Claudel, Gottfried Benn, Pierre Mertens, Jacques Abeille, Patrick Roegiers, Alexandre Sokourov) et d’expériences personnelles (de vie, d’écriture, de recherche et d’enseignement), elles postulent, entre les arts (littérature, cinéma, sculpture) et les disciplines (rhétorique, philosophie, herméneutique) que seul le risque permet de comprendre de manière dynamique les rapports au-delà des différences et les distinctions au-delà des ressemblances.

En observant le « voyage » des paradigmes, concepts, motifs, figures et lexiques au-delà des cloisonnements convenus entre les divers champs du savoir, il s’agissait d’abord de rappeler que la littérature pouvait constituer une « forme de vie » qui, à l’instar de la métaphore, son auxiliaire, rendait notre monde « habitable ». Comme Pierre Nora, en 1987, en osant parler d’egohistoire, rompait avec une tradition scientifique ayant encouragé les historiens à disparaître derrière un savoir impersonnel et une écriture objective, le présent essai défend l’idée d’une ego-critique et se propose d’ouvrir sur le monde, entre Critique et Création, un compas formé d’une Gouge et d’un Scalpel.

Valérie Deshoulières est professeur à l’Université de la Sarre et à l’Institut catholique de Paris. Elle dirige depuis 2008 l’Institut français de Saarbrücken, à la Villa Europa.

Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile par Camille Riquier

Publication de l’ouvrage Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile, Paris, PUF, 2017, 549 p.

La vie de Charles Péguy est d’abord celle, misérable, au sein des Cahiers de la quinzaine, sous l’emprise du devoir et de l’Affaire Dreyfus. Mais il en existe une seconde, heureuse quoique virtuelle, qu’il n’a pu accomplir et qui a surgi comme malgré lui dans son écriture : une vie vouée à la philosophie. L’ambition de ce livre est de fournir à la philosophie de Péguy l’« appareil » capable de manifester le plus fidèlement possible le « profond ordre intérieur » qui tient ensemble tout ce « fatras » de textes qui ont jailli génialement de sa plume.
Philosophe, Charles Péguy l’a été avant tout. Là est le point profond et fixe où s’articulent ses différents profils que le lecteur peine parfois à concilier : socialiste, dreyfusiste, révolutionnaire, internationaliste, patriote, journaliste, historien, polémiste, chrétien et poète. Et parce que l’action a toujours présidé à sa pensée, celle-ci a épousé les péripéties de l’événement avant de se recueillir dans la profondeur de sa mémoire. Elle se serait récapitulée dans un livre de confessions si sa mort au champ d’honneur, le 5 septembre 1914, n’en avait annulé jusqu’à sa possibilité : les Mémoires d’un imbécile.

Camille Riquier est maître de conférences à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

1914 : neutralités, neutralismes en question par Ineke Bockting, Béatrice Fonck et Pauline Piettre (dir.)

Publication de l’ouvrage 1914 : neutralités, neutralismes en question, Bern, Peter Lang, 2017, 319 p.

Alors que l’Europe s’embrase en août 1914 sans que personne n’imagine encore l’ampleur du conflit, les débats sont déjà nombreux sur la pertinence de l’engagement qu’il soit politique, idéologique, économique ou religieux. Les États, les groupes d’opinion et les individus optent pour des positions dictées par leur conscience ou par les intérêts politiques. La guerre durant, les neutralismes les plus affirmés vont être mis à mal. Dans le cadre d’une approche historique, géographique, littéraire et artistique, l’objet de cet ouvrage est d’examiner l’évolution des enjeux géopolitiques et des débats d’ordre moral, spirituel ou idéologique qui ont conduit les défenseurs de la neutralité à maintenir leur position pendant toutes ces années ou à s’engouffrer de gré ou de force dans la voie de l’interventionnisme.

Sous la direction d’Ineke Bockting, de Béatrice Fonck et de Pauline Piettre, de l’Institut Catholique de Paris.

 

Parution du n° 141 de Transversalités

Le dossier du numéro 141 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités aborde la thématique « Éducation et anthropologie chrétienne ».  Quelles ressources les traditions et la pensée chrétiennes offrent-elles pour penser la notion d’éducation ? Comment articuler « éducation » et « anthropologie chrétienne » ? La formulation de ces questions peut paraître singulière dans un pays – la France – où la notion de laïcité constitue l’un des pivots de la réflexion concernant le vivre ensemble et la construction d’une société solidaire.

La réflexion de l’Église catholique sur les enjeux de l’éducation, réflexion qui recourt en particulier à la catégorie d’« éducation intégrale » dans de nombreux documents du Magistère, depuis la déclaration Gravissimum educationis (1965) du Concile Vatican II, jusqu’à l’exhortation post-synodale Amoris laetita (2016), invite cependant à mettre au jour la manière dont l’anthropologie chrétienne oriente la compréhension même de la notion d’éducation, et constitue une ressource pour répondre aux défis éducatifs, dans une monde post-moderne dont l’horizon culturel semble de plus en plus éclaté.

Consultation du sommaire du n° 141 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 140 de Transversalités

trans_140_l204Le dossier du numéro 140 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités rassemble les actes d’un colloque organisé en 2015 à l’Institut Catholique de Paris, et ayant pour objet d’interroger la notion de « chrétiens de gauche ».

Sur le plan historique, les contributions rassemblées mettent en évidence le déplacement intervenu, au cours des dernières années, dans le débat interne à l’Église catholique en France, quittant le champ politique, pour se situer principalement dans le champ anthropologique et éthique. On pourrait ainsi substituer à l’opposition « droite-gauche », qui fut celle des décennies 1950, 1960 et 1970 une nouvelle opposition « identité-ouverture », pour schématiser ce débat.

Sur le plan théologique, l’expression « chrétiens de gauche » conduit à explorer la manière dont la foi chrétienne interagit avec l’histoire et la civilisation. La notion de « théologie politique » est mise en question : faut-il considérer l’Église comme une « polis »  (une « cité ») alternative, comme le fait le théologien Stanley Hauerwas, qui lie la catégorie du « politique » à la construction d’une communauté particulière ; ou faut-il affirmer, comme le fait Jean-Baptiste Metz, que la foi chrétienne a une dimension « publique », et mettre en avant le rôle de la pratique pour penser Dieu et son action dans le monde ?

Enfin, la contribution d’Éric Vinson, qui conclut le dossier, conduit à formuler une hypothèse intéressante : celle de l’effacement de la dimension spirituelle dans la gauche française, qui l’a conduite à oublier des ressources susceptibles de la renouveler de l’intérieur, et en même temps, à valoriser à l’extrême la notion de laïcité, sans en explorer suffisamment les fondements.

Consultation du sommaire du n° 140 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

A nouvelle année, nouvelle venue : la bibliothèque numérique patrimoniale de l’Institut catholique de Paris !

bibnum_icpAccessible à l’adresse suivante : http://bibliotheque-numerique.icp.fr, cette bibliothèque numérique a pour vocation de donner progressivement accès à une large sélection de documents dont les originaux proviennent des collections du réseau des bibliothèques et des Archives de l’Institut catholique de Paris. A terme, c’est tout un ensemble de ressources iconographiques (photographies, estampes), d’imprimés et de manuscrits qui sera diffusé et valorisé via la bibliothèque numérique.

Une rubrique offre déjà des focus thématiques sur certains documents ou sur des fonds particuliers accompagnés de contenus enrichis. Citons par exemple l’Evangéliaire copte-arabe conservé à la bibliothèque de Fels (Ms copte-arabe 1) qui a fait l’objet d’une présentation détaillée et qui peut désormais être feuilleté dans son intégralité.

Cette bibliothèque numérique se veut aussi un point d’accès centralisé vers l’ensemble des richesses documentaires de l’ICP numérisées et mises en ligne sur d’autres sites :

  • Gallica pour les corpus de monographies et de périodiques (Terre Sainte, droit canonique (Gasparri), doctrine sociale de l’Eglise, relations entre l’Eglise de France et l’Etat de la Révolution à 1945)
  • Cuneiform Digital Library Initiative pour la collection de tablettes cunéiformes conservée à la bibliothèque de Fels (fonds Legrain-Jean)
  • base Medium de l’IRHT pour les manuscrits de théologie grecque des XVIIème-XVIIIème siècles conservés à l’IFEB.

Le premier corpus mis en ligne concerne des photographies anciennes du Proche-Orient et de la Terre sainte qui permettent notamment de s’immerger dans des sites aujourd’hui détruits ou menacés. Ces précieux témoignages photographiques nous ont été légués par deux prêtres, l’abbé Victor Fernique et le Père André Robert qui, à près de cinquante années d’écart, ont posé leur objectif dans les mêmes hauts lieux de l’histoire antique et biblique.

icp_ph_00942

Victor Fernique, [Eglise Sainte-Anne à Jérusalem, musée], août 1978 (bibliothèque de Fels, cote PH 942)

Autre fonds, les cinq albums hérités de Louis Delaporte, professeur à l’Ecole des langues orientales de l’ICP (actuelle ELCOA), qui regroupent des reproductions photographiques de tablettes cunéiformes conservées au British Museum et offrent ainsi une riche documentation sur les peuples de l’Orient ancien. Cet ensemble a été numérisé grâce au mécénat du Crédit Agricole d’Ile-de-France que nous remercions ici pour son engagement en faveur de la mise à disposition de ce patrimoine.

La bibliothèque numérique de l’ICP a été élaborée avec les équipes d’Arkhênum grâce à la solution LIMB Gallery développée par la société i2s connue également pour ses scanners de livres haute résolution.

Le corpus numérisé pourra faire l’objet d’articles dans ce carnet de recherche.

La question de la loi naturelle : de la métaphysique à la philosophie politique

Six conférences par Pierre Manent, Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA 74 03)  : « La question de la loi naturelle : de la métaphysique à la philosophie politique »,
les 6, 7, 8 et 13, 14, 15 mars 2017 • 18h – 20h.
affichea3_chaire-gilson_2017-page-001

La notion de « loi naturelle » est devenue inintelligible en même temps que scandaleuse, et pour la même raison : selon l’opinion régnante, elle assujettit la vie humaine à une vérité dogmatique
sur l’homme et elle ignore le plus propre de l’homme, sa liberté originaire, qui fait de lui l’auteur souverain du monde humain. Elle fait de nous les esclaves d’une idée nécessairement fausse ou mutilée de nous-mêmes. En même temps, nos sociétés sont assujetties à une idée de plus en plus radicale des droits humains au nom de laquelle les règles et institutions les plus vénérables de la civilisation sont recomposées. Or que sont les « droits de l’homme », sinon la version spécifiquement moderne du « droit naturel » ? Nos lois positives sont réformées au nom d’une certaine idée de notre « nature ». Ainsi, en même temps que nous affirmons le caractère « culturel » de toutes les choses humaines, nous ne pouvons rien opposer à la virulence d’une idée « dogmatique » – en l’occurrence, radicalement individualiste – de notre nature.
Le propos de ces conférences sera de faire apparaître la légitimité et
la nécessité de la référence à la loi naturelle, non comme une somme
de propositions déduites d’un savoir religieux, métaphysique ou scientifique, mais comme un réseau ouvert d’éléments d’orientation intrinsèques à la vie pratique. Quelle que soit l’ampleur des possibilités ouvertes à l’homme agissant, son « choix réfléchi » rencontre nécessairement des règles qu’il n’a pas faites, et en l’absence desquelles il ne pourrait y avoir ni réflexion ni choix.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme-2017

Aux commencements. Création et temporalité dans la Bible et dans son contexte culturel

bibleetorient_affiche_201702_2016111-page-001La Bible et les littératures de l’Orient ancien contiennent des traditions et des récits qui racontent les origines de l’univers et des commencements dans l’histoire, mais aussi l’achèvement de périodes historiques, voire l’accomplissement du temps de l’histoire ou de l’univers. Tous ces textes, dans leur diversité, conduisent à s’interroger sur le rapport entre origines, commencements, temps de
l’histoire et achèvements.
Les Traditions d’Israël en particulier dessinent un cadre temporel dans lequel elles inscrivent les événements fondateurs de l’identité théologique du peuple. Ce cadre temporel déploie, entre des récits de commencements et des ouvertures eschatologiques, un « temps
de l’histoire », qui n’est pas simplement linéaire, mais marqué par des fractures et des ruptures.
Le colloque aura pour but de montrer comment les récits de la Bible ou des civilisations environnantes racontent les commencements, les origines mais aussi la fin, et comment, à travers leur traitement de la temporalité, ils « construisent » des théologies, des identités et des visions du monde.
Il cherchera notamment à souligner les articulations qui existent entre la périodisation de l’histoire et la révélation du Dieu d’Israël.

Ce colloque international aura lieu les 27 et 28 février 2017 à l’Institut Catholique de Paris. Le comité scientifique est composé d’Olivier Artus (ICP), de Corinne Lanoir (Institut Protestant de Théologie, Paris), de Sophie Ramond (ICP) et de Christopher Seitz (Toronto School of Theology, Wycliffe College).

Inscription indispensable et paiement uniquement sur : https://auxcommencements.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Unité de recherche de l'Institut Catholique de Paris