Jean Greisch, les trois âges de la raison par Jérôme de Gramont et al.(dir.)

Publication de l’ouvrage Jean Greisch, les trois âges de la raison. Métaphysique, phénoménologique, herméneutique, Paris, Hermann, coll. Colloque de Cerisy, 2016, 424 p.

jean-greisch-les-trois-ages-de-la-raison-jpgAprès la maxime phénoménologique « Aller aux choses mêmes », il importait sans doute de faire droit à l’impulsion herméneutique : celle qui (nous) commande de comprendre les œuvres qui parlent des choses mêmes. Après ce qui donne à penser (Kant, Ricœur), ce qui force à penser (Deleuze) ou ce qui appelle à penser (Heidegger), un quatrième motif est à interroger : ce qui porte la pensée, au sens de ce qui la conduit jusqu’à nous. Nous pouvons bien rêver d’une immédiate présence aux choses, nous savons aussi, et depuis le commencement grec de la philosophie, que long est le chemin vers le simple, le proche ou le natal. Ce chemin est celui de l’interprétation, celui qui reconduit au-devant des phénomènes. Comment voir ce qui se donne ou entendre ce qui nous appelle ? Comment retrouver le chemin des plus hautes questions, celles que nous disons « métaphysiques » ? Nous ne le ferons pas seuls, sans une histoire qui nous précède, sans des œuvres qui ouvrent le chemin, sans des propédeutes, voire des presbytres pour initier à cette tâche. Jean Greisch fut et demeure l’homme d’un tel programme. Ces actes d’un colloque de Cerisy, tenu en 2015, rendent un hommage appuyé à sa culture, à ses travaux sur la métaphysique, la philosophie de la religion, la phénoménologie et sa greffe herméneutique entendue stricto sensu, à ses engagements, bref à son humanisme de l’homme toujours à naître.

Sous la direction du professeur Jérôme de Gramont, doyen de la faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris.

Parution du n° 138 de Transversalités

TRANS_138_L204Le bien commun est une notion philosophique ancienne, critiquée dans la modernité, qui connaît aujourd’hui un regain d’actualité. Le nouveau dossier de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités publie les travaux préparatoires au colloque inaugural de la Chaire Bien Commun, créée par l’Unité de Recherche de  Religion, Culture et Société [EA7403] de l’ICP.

La notion de bien commun a connu un vif regain d’intérêt au cours de ces dernières années. La théologie de saint Thomas d’Aquin comprenait le « bien commun » comme la « fin » d’une société, le terme « fin » désignant à la fois sa visée historique et sa vocation par-delà l’histoire. Plus récemment, l’usage du vocabulaire du bien commun s’est généralisé, débordant largement les frontières de la théologie chrétienne. Économistes, entrepreneurs, responsables politiques en usent largement, parfois sans en interroger le fondement ni la provenance : le bien commun est ici compris comme un objectif économique et social.

Le dialogue entre théologiens, philosophes, économistes, spécialistes des sciences politiques s’avère donc particulièrement nécessaire pour appréhender dans sa complexité la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle.

Le dossier montre comment la  notion de bien commun ne désigne pas uniquement des modalités d’organisation de l’économie et de la société, mais représente également une ressource précieuse pour répondre à la question de la finalité du « politique ».

Consultation du sommaire du n° 138 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

 

Arts et pouvoirs, censure et autocensure. Chine, Inde, Iran

Les pouvoirs envisagés ici ne se limitent pas au pouvoir politique, mais incluent toutes les formes de pouvoirs explicites ou implicites à l’œuvre dans une société (contraintes politiques, idéologiques, économiques, religieuses…).

La censure n’est pas uniquement envisagée comme une autorité extérieure qui entraverait la liberté du créateur, mais comme une instance sociale, voire intime (l’autocensure), parfois  intégrée en amont par l’artiste, et susceptible de régler son activité créatrice.

Un ouvrage collectif sous la direction d’Isabelle de Vendeuvre et Emmanuel Lincot, issu des réflexions de ce séminaire, sera publié dans la collection « Littérature et censure » des Classiques Garnier  pour l’année 2017-2018.

Ce séminaire qui associe l’ENS et l’ICP (Faculté des Lettres) est ouvert aux étudiants des deux institutions ainsi qu’aux professionnels de l’art.

Il est dirigé par Isabelle de Vendeuvre (Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale, « République des savoirs : Lettres, Sciences, Philosophie », USR 3608, ENS) et Emmanuel Lincot (EA  7403 « Religion, Culture et Société, ICP, Faculté des Lettres).

Séances :

1-Raymond Delambre, le 29 septembre 2016 de 12 h à 14 h (ICP) : « Chine à l’écran, entre censeur & ascenseur »

2-Rémy Jarry, le jeudi 27 octobre 2016 de 12 h à 14h (ICP) : « Art et socialisme de marché en Chine »

3-Samuel Landée, le jeudi 17 novembre 2016 de 12 h à 14 h (ICP) : « Géographie émotionnelle les stratégies mémorielles du massacre de Nankin : entre émotion et raison »

4-Bahar Azadi, le jeudi 15 décembre 2016 de 12 h à 14 h (ICP): « Iran : l’art politisé et la politique esthétisée »

5-Peng Ziqi, le jeudi 26 janvier 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « Mémoire de l’instant dans l’art vidéo chinois »

6-Christine Vial Kayser, le jeudi 23 février 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « L’Art pakistanais contemporain, entre tradition et modernité »

7-Laurent Long, le jeudi 23 mars 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « Une introduction générale à l’histoire et à l’art du sceau chinois ? »

8-Anne Colombe Launnois, le jeudi 27 avril 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « La chambre des reines : peintures et pouvoirs au Qilā Mubārak, Patiala, Panjab, Inde du nord »

Tous les hommes désirent-ils être heureux ?

L’idée que tous les hommes désirent être heureux est au point de départ de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote.

Mais le bonheur peut-il être le principe d’une éthique ?

On s’attachera notamment à explorer les concepts mis en jeu dans cette expression, à partir des sources médiévales : qu’est-ce que le désir ? Qu’est-ce que le bonheur ? Celui-ci est-il constitutif de l’existence humaine ? Pourquoi la pensée médiévale en vient-elle à distinguer la félicité du bonheur (beatitudo) ? Et le bonheur (beatitudo) ne devient-il pas équivoque, à distinguer de la béatitude et des béatitudes ?

Peut-on dire comme Pascal : « c’est le motif de toutes les actions de tous les hommes, jusqu’à ceux qui se tuent et qui se pendent » ? Ou bien comme Freud, que « les jugements de valeur des hommes sont dirigés inconditionnellement par leurs souhaits de bonheur, ils sont donc une tentative pour appuyer leurs illusions par des arguments » (Malaise dans la civilisation) ?

Bibliographie : Aristote, Éthique à Nicomaque I ; Sénèque, De la vie heureuse ; Augustin, La vie heureuse (Bibliothèque Augustinienne 4/1) ; Anselme de Cantorbéry, La chute du diable, Pourquoi un Dieu-homme ?, Sur l’accord entre la grâce et le libre arbitre ; Thomas d’Aquin, Somme de  théologie I, q.94, a.1 ; I-II, q.1 à 6 ; Thomas d’Aquin, Boèce de Dacie, Sur le bonheur, textes traduits par R. Imbach et I. Fouche, Paris, Vrin, 2005 ; Duns Scot, Ordinatio « Prologue » ; Ordinatio IV, d.49 ; Freud, Malaise dans la culture (1930).

Ce séminaire transversal, animé par le Professeur Olivier Boulnois, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le jeudi de 10 h à 12 h aux dates suivantes : 26 janvier ; 23 février ; 2, 9, 16, 23 et 30 mars ; 20 et 27 avril ; 4, 11 et 18 mai 2017.

Pédagogie, éducation et formation : les enjeux essentiels du personnalisme (Séminaire Mounier)

Véritable « matrice philosophique » selon Ricœur, le personnalisme a donné lieu à des théories et pratiques éducatives variées, qu’il s’agira ici d’évaluer d’un point de vue généalogique, structural et critique en vue de leurs réélaborations contemporaines.

Ce séminaire, placé sous la direction du Professeur Emmanuel Falque, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le deuxième semestre de l’année universitaire 2016-2017, le mardi de 18 h à  20 h.

Séances :

24 janvier : Mounier éducateur (M.- E. Bely, université catholique de Lyon)

31 janvier : Les fondements de la relation : Buber (Marie-Laure Durand, ISFEC Montpellier)

21 février : Altérité et asymétrie dans la relation éducative : Levinas (Vincent Laquais, ICP)

28 février : Une source pascalienne ? (Jean-Louis Bischoff, université d’Artois)

7 mars : Les pédagogies nouvelles : Montessori (Didier Da Silva, AAEM)

14 mars : L’école de la personne (Gabriele Weigand, université de Karlsruhe)

21 mars : Aux sources de l’éducation (Pierre Durrande, ICP, IPC)

28 mars : La communauté éducative (François Moog, Faculté d’éducation, ICP)

18 avril :   Jean Lacroix, philosophe et enseignant (Taoufik Cherif, université de Tunis)

25 avril : Éducation et personnalisme (Jacques Le Goff, université de Brest)

2 mai : Une instance au service de l’éducation (Mgr Thivierge, secrétaire général de la FIUC)

10 mai : Une éducation interculturelle est-elle possible ? (Nicolas Dittmar, post-doctorant ICP)

16 mai : Réflexions d’un praticien sur l’éducation (Xavier Darcos, Académie des sciences morales et politiques)

De la faillibilité au pardon difficile (Paul Ricœur)

Une voie peut être tracée, dans l’œuvre de Paul Ricœur, qui va de Finitude et culpabilité (1960) à La mémoire, l’histoire, l’oubli (2000). Si la question du mal traverse l’ensemble de l’œuvre, il est à parier que le surgissement final du « Pardon difficile » puisse servir sinon de solution, au moins de relais, à « L’homme faillible ». Une ‘pathétique de la misère’ ne peut se mesurer qu’à la ‘profondeur de la faute’ et à la ‘hauteur du pardon’. Par la confrontation des œuvres de la première et de la dernière période, le séminaire s’efforcera de dégager le sens du Ricœur phénoménologue, en-deçà, ou au-delà, de la « greffe » de l’herméneutique sur la phénoménologie.

Bibliographie : P. Ricœur, Philosophie de la volonté II, Finitude et culpabilité (1960), Seuil, Points-Essais, 2009 ; La mémoire, l’histoire, l’oubli (2000), Seuil, Points-Essais, 2003 ; Vivant jusqu’à la mort, La couleur des idées, 2007 ; Réflexion faite, Autobiographie intellectuelle, Esprit, 1995 ; Le mal, Un défi à la philosophie et à la théologie (1986), Labor et fides, 2004 ; J. Greisch, Paul Ricœur, L’itinérance du sens, J. Millon, 2001 ; I. Bochet (éd.), Paul Ricoeur : mal et pardon, Facultés jésuites de Paris, 2013.

Ce séminaire, animé par le Professeur Emmanuel Falque, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le vendredi de 9h à 12h aux dates suivantes : 7, 14, 21 octobre ; 18, 25 novembre ; 2, 9, 16 décembre 2016 ; 6 et 13 janvier 2017.

La violence

La violence n’est pas uniquement une question d’actualité, mais aussi un problème philosophique qui manifeste de façon patente la réalité du mal. L’homme violent réagit certes à une agression, mais il s’ouvre encore lui-même à une béance qu’il ne saurait contrôler. De la traversée de la tradition (saint Augustin, philosophie médiévale) aux auteurs les plus contemporains (Hent de Vries ou Simone Weil), la question de la violence sera ainsi ontologiquement traitée et métaphysiquement analysée. Le débat entre un intervenant et un répondant, et avec l’ensemble des doctorants, permettra d’ouvrir un espace de discussion dans lequel chacun pourra nourrir sa propre réflexion.

Ce séminaire associe deux institutions : le Centre d’Études du Saulchoir et l’Institut Catholique de Paris. Placé sous la direction des Professeurs Emmanuel Falque et Bernard Bourdin, il se déroulera durant l’année universitaire 2016-2017 au Centre d’Études du Saulchoir 45, rue Glacière 75013 Paris (Métro Glacière), sept samedis de 9 h à 12 h.

Séances :

Samedi 15 octobre : Religion et violence. Lecture de Hent De Vries ; avec Jérôme de Gramont (discutant), Olivier Riaudel (intervenant), salle demi-ouest.

Samedi 5 novembre : Violence et anthropologie ; avec Ronan Sharkey (intervenant), Jacques Courcier (discutant), salle demi-ouest.

Samedi 10 décembre* : La violence chez Simone Weil ; avec Pascal David (intervenant), Emmanuel Falque (discutant), salle Sertillanges.

Samedi 4 février :  Péguy : colère, guerre et non-violence ; avec Camille Riquier (intervenant), Bernard Bourdin (discutant), salle             demi-ouest.

Samedi 4 mars : La violence au Moyen-Âge ; avec Laure Solignac (intervenante ou Bernard Bourdin discutant), salle demi-ouest.

Samedi 22 avril : La violence : une vertu ? Pourquoi pas ? avec Richard Beaud (intervenant), Marc Grassin (discutant), salle                  demi-ouest.

Samedi 13 mai : La violence et la cité de Dieu ; avec Jérôme Alexandre (intervenant), Émilie Tardivel (discutante), salle                       demi-ouest.

*et 10 décembre, 14h-16h : Cercle des Doctorants

Mysterion et sacramentum : sources, évolution et perspectives

La notion de mysterion, ainsi que ses correspondants en langue latine (sacramentum) et syriaque (raza), ont permis d’asseoir la théologie et les pratiques de l’Église ancienne, et cela dans le domaine de l’exégèse, du dogme, de la mystique, du culte, de la prédication et de la catéchèse. Le séminaire a pour objectif de sonder cette notion qui a ressourcé la réflexion patristique et la recherche théologique au  XXe siècle à travers une réception herméneutique.

Ce séminaire est animé par Charbel Maalouf. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le premier semestre de l’année universitaire 2016-2017, le mardi de 14 h à 17 h, à partir du 20 septembre 2016.

L’œuvre de Jean-Yves Hameline

Ce séminaire étudie la ritualité et la sacramentalité du fait cultuel chrétien dans l’œuvre de J-Y Hameline. Il aborde les notions clés : gestes et attitudes, site cérémoniel, ethos, liminalité, poétique du rituel, etc., en vue d’approfondir la dimension anthropologique des rites dans la culture postmoderne.

Ce séminaire est animé par le Professeur Jean-Louis Souletie. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le deuxième semestre de l’année universitaire 2016-2017, le mardi de 14 h à 17 h, à partir du 24 janvier 2017.

Les Écritures Missionnaires et le récit historique selon Paul Ricœur

Ce séminaire se propose de former les étudiants à l’étude d’écritures missionnaires diverses (lettres, rapports, littérature, photographies), à la lumière de l’analyse historique, et ré- interprétation  philosophique et théologique selon la méthode de Paul Ricœur
Ce travail permettra aux étudiants d’acquérir un plus grand discernement dans l’analyse scientifique d’un document, une meilleure capacité à identifier, poser et traiter un problème à partir des sources sur le plan historique et théologique.
Les textes missionnaires étudiés concerneront différentes régions du monde, différentes époques et aborderont des aspects variés de l’action missionnaire.

Ce séminaire est animé par Catherine Marin et Elbatrina Clauteaux . Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le deuxième semestre de l’année universitaire 2016-2017, le jeudi de 9 h à 11 h, à partir du 28 janvier 2017.

 

La théologie des pratiques : d’André Liégé à Walter Kasper

Le séminaire interrogera la notion de théologie pratique afin de mettre à jour la démarche de théologie qui y est engagée en orientant le travail vers une théologie des pratiques ecclésiales.
En permanence il s’agira d’articuler une analyse des pratiques ecclésiales avec une théologie fondamentale en refusant de séparer une théologie pratique d’une théologie systématique.
A partir de lecture d’articles en théologie pratique et fondamentale, il s’agira de développer une compétence d’expertise théologique dans un contexte de pluralité des méthodes liées à une pluralité de disciplines.

Ce séminaire est animé par les Professeurs Joël Molinario et François Moog . Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le premier semestre de l’année universitaire 2016-2017, le jeudi de 14 h à 16 h, à partir du 22 septembre 2016.

 

Épistémologie de la théologie et contextes culturels

Partant de la conviction que l’inculturation est une démarche incontournable pour toute théologie chrétienne, le séminaire cherchera à constituer des bases méthodiques et dogmatiques pour l’élaboration d’une théologie de l’inculturation qui a une portée universelle pour toute l’Église dans le contexte actuel. Sur la base des études concrètes, le séminaire portera une attention particulière aux nouveaux défis de l’inculturation et tâchera d’établir des ponts entre ce concept opérationnel et d’autres paradigmes importants, comme la contextualisation, la libération, l’interculturalité et le dialogue interreligieux.

Ce séminaire est animé par le Professeur  Léonard Santedi. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris du 5 janvier au 2 février 2017, le jeudi de 9 h à 12 h.

La construction de l’histoire dans les traditions bibliques

Le séminaire aura pour objet l’étude des différentes «constructions» de l’histoire dans les traditions bibliques : construction littéraire des historiographies, fonctions théologique et socio-politique, rôle dans la construction de l’identité des communautés croyantes.

Ce séminaire est animé par les Professeurs Olivier Artus et Sophie Ramond (Professeur invité : Dr. Joseph Titus). Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris durant l’année universitaire 2016-2017, le mercredi de 14 h à 16 h, à partir du 12 octobre 2016.

Violence et traditions religieuses

Comment appréhender la violence de certains croyants dans un monde qu’il faut aimer (Jn 3,16-17) ? Après des siècles d’incompréhension et de mépris, le concile Vatican II a encouragé le dialogue et la connaissance mutuelle entre croyants. Le séminaire dégagera les enjeux théologiques des relations humaines, pour préciser les exigences du témoignage commun des croyants au cœur des traditions religieuses.

Ce séminaire est animé par les Docteurs Dominique Greiner et Pierre Diarra. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le premier semestre de l’année universitaire 2016-2017, le mardi de 19 h à 21 h, à partir du 20 septembre 2016.

Lecture et analyse de Herrlichkeit. Schau der Gestalt, par Hans Urs von Balthasar (1961)

Hans Urs von Balthasar n’a pas écrit de traité de théologie fondamentale. En revanche, le premier volume de Herrlichkeit. Schau der Gestalt (La Gloire et la croix. Vision de la figure) se caractérise par une intention épistémologique précise : sortir du modèle apologétique moderne tributaire du principe de raison suffisante, en adoptant des principes puisés dans des sources philosophiques, littéraires et scripturaires qui constituent une refonte radicale du cahier des charges de toute théologie fondamentale. Le séminaire doctoral a pour but d’analyser un texte complexe sous l’angle de ses sources et du contexte immédiat qui le caractérise.

Ce séminaire est animé par les Professeurs Vincent Holzer et Jean-Louis Souletie. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le premier semestre de l’année universitaire 2016-2017, le jeudi de 9 h à 11 h, à partir du 22 septembre 2016.

Unité de recherche de l'Institut Catholique de Paris