La Gouge et le Scalpel par Valérie Deshoulières

Publication de l’ouvrage La Gouge et le Scalpel. Oscillations pendulaires entre l’Art et la Science, Paris, Hermann, 2017, 374 p.

La question qui prend forme au fil de ces pages n’est autre que celle des relations complexes susceptibles de se tisser entre ce qui est censé s’opposer : science et art, théorie et pratique, recherche et action. A partir d’études de cas (Vésale, Goethe, Musil, Claudel, Gottfried Benn, Pierre Mertens, Jacques Abeille, Patrick Roegiers, Alexandre Sokourov) et d’expériences personnelles (de vie, d’écriture, de recherche et d’enseignement), elles postulent, entre les arts (littérature, cinéma, sculpture) et les disciplines (rhétorique, philosophie, herméneutique) que seul le risque permet de comprendre de manière dynamique les rapports au-delà des différences et les distinctions au-delà des ressemblances.

En observant le « voyage » des paradigmes, concepts, motifs, figures et lexiques au-delà des cloisonnements convenus entre les divers champs du savoir, il s’agissait d’abord de rappeler que la littérature pouvait constituer une « forme de vie » qui, à l’instar de la métaphore, son auxiliaire, rendait notre monde « habitable ». Comme Pierre Nora, en 1987, en osant parler d’egohistoire, rompait avec une tradition scientifique ayant encouragé les historiens à disparaître derrière un savoir impersonnel et une écriture objective, le présent essai défend l’idée d’une ego-critique et se propose d’ouvrir sur le monde, entre Critique et Création, un compas formé d’une Gouge et d’un Scalpel.

Valérie Deshoulières est professeur à l’Université de la Sarre et à l’Institut catholique de Paris. Elle dirige depuis 2008 l’Institut français de Saarbrücken, à la Villa Europa.