Usage du monde et liberté à l’âge classique par Véronique Wiel

Publication de l’ouvrage Usage du monde et liberté à l’Âge classique, Paris, Honoré Champion, coll. Lumière classique, 2017.

L’on ne saurait trop souligner combien l’âge « classique » est un âge critique. Moment de crise aiguë, totale, puisque c’est la destitution du monde ancien qui s’amorce et une situation inédite qui se dessine : l’homme se découvrant comme jamais instance de liberté face à un monde dont il est désormais séparé, ce qui devient pensable, c’est la réformation générale du monde et de soi. La question est de savoir comment réinventer la liberté dans les conditions de la modernité.

Cette entreprise s’énonce électivement en terme d’usage et sa fortune témoigne de la variété des voies empruntées. Or parmi les figures de « la liberté par l’usage », il en est une qui, méconnue, se recommande de trois sources anciennes : le stoïcisme, la théologie paulinienne et le legs augustinien. Révéler son originalité consiste à déployer ce qui est ramassé dans l’étrange formule de Paul : « user du monde comme n’en usant pas ». Attester son actualité à l’âge classique, c’est montrer comment Fénelon, Pascal, Malebranche ou Mme de Lambert jouent de sa plasticité pour se l’approprier diversement et en faire une figure de la liberté disponible pour la modernité – y compris la nôtre.

Véronique Wiel est professeur HDR à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris. Elle est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .