P1010323

La France redécoupée à coups de sabre: une carte pour le Concordat

La Bibliothèque de Fels conserve une carte du diocèse de Dijon témoignant des âpres négociations entre l’Empereur et le Pape. Voyage dans les collections de l’Institut Catholique de Paris à l’occasion de l’exposition « Pie VII face à Napoléon » organisée par le Château de Fontainebleau. Ouverture le 28 mars prochain.

P1010323

Issu de la réserve précieuse de la Bibliothèque de Fels, ce document vient éclairer un épisode crucial de la longue histoire française des relations entre l’Église et l’État.
Il s’agit d’une carte représentant le diocèse de Dijon et ses limites telles qu’elles furent définies par le Concordat de 1801.

Entrée dans les collections en 1927 sous la cote Divers 713 (son mode d’acquisition par la bibliothèque nous est malheureusement inconnu), cette recomposition cartographique est un précieux témoin des conséquences territoriales engendrées par le régime concordataire. Celui-ci fut, entre autres effets, à l’origine d’un redécoupage des circonscriptions ecclésiastiques de la France.

f61.highresDès 1790, la Constitution civile du clergé avait entrepris pareille mesure en faisant coïncider les diocèses avec les départements nouvellement crées. L’accord signé le 26 messidor an IX (15 juillet 1801) mit fin au décret adopté par la Constituante, sans pour autant renoncer à la volonté de rationalisation insufflée par le comité ecclésiastique de 1789. Plus encore, les promoteurs du Concordat réduisirent davantage ce maillage territorial en procédant au regroupement de deux, voire trois diocèses, rayant ainsi de la carte des juridictions vieilles de plusieurs siècles.

f3.highresC’est dans cet esprit que la bulle pour la nouvelle circonscription, promulguée le 9 avril 1802, remodela l’évêché de Dijon sur la base des frontières unifiées de la Côte-d’Or et de la Haute-Marne. Suffragant de la métropole de Besançon, le nouveau diocèse fut placé sous le vocable de saint Etienne, premier martyr, et confié à Mgr Henri Reymond, ancien évêque constitutionnel de l’Isère. Avec une superficie de 1 510 528 hectares et 526 000 âmes, il représentait un vaste territoire.

La bibliothèque de Fels conserve un remarquable ensemble d’autres documents qui illustrent les rapports entre l’Église catholique et l’État sous le régime concordataire, à l’image de cet exemplaire du Mandement de Son Éminence Monseigneur le cardinal de Belloy, archevêque de Paris, qui ordonne des prières publiques pour la prospérité des armes de Sa Majesté l’Empereur, publié en 1805. Premier prélat à se soumettre au Concordat, Mgr Jean Baptiste de Belloy fit encore acte de dévotion envers Napoléon Ier en ordonnant dans son diocèse des Te Deum chantés pour les multiples victoires militaires de l’Empire alors à son apogée. Toutes ces publications ont été rassemblées en un unique recueil consultable sous la cote [14 999/57].

Le fonds de manuscrits comprend aussi des témoignages de cette époque, à l’image de cet ensemble de quatorze pièces coté [Ms français 238] traitant de Rome et des affaires de France entre 1800 et 1802. Discours, encycliques, brefs de Pie VII ainsi que lettres de démission des évêques et archevêques suite à la signature du Concordat s’y trouvent compilés sous forme manuscrite et imprimée. Un document vient enfin rappeler, à travers l’évènement survenu dans la nuit du 5 au 6 juillet 1809, le rapport de force qui s’était établi entre le Saint-Père et l’Empereur. Composée de huit pages, cette Notice sur l’enlèvement de Pie VII est suivie d’une relation de son entrevue avec les « députés à lui délégués au mois d’août 1811 » (cote [Ms français 331, pièce 13]). Retenu prisonnier à Savone, le pape ne céda pas face à cette délégation du Concile de Paris, précipitant son transfert à Fontainebleau en juin 1812.

A voir :

Du 28 mars au 29 juin 2015, une exposition sur le thème : « Pie VII face à Napoléon : la Tiare dans les serres de l’Aigle » présentera sur les lieux mêmes de la détention du pape, les relations entre le Souverain Pontife et l’Empereur. Près de 130 œuvres y seront exposées. Dans ce cadre, Christophe Beyeler, conservateur au Château de Fontainebleau en charge du musée Napoléon Ier et du cabinet des arts graphiques et commissaire de l’exposition, a fait appel à l’Institut Catholique de Paris en sollicitant la présence de la carte du diocèse de Dijon dans le catalogue publié par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais.

Guillaume Boyer

Exemples de documents numérisés en partenariat avec la BnF :

f5.highres     f7.highres     f8.highres                                                 f11.highres      f13.highres       f15.highres

Pour aller plus loin :

Bernard ARDURA, Gérard CHOLVY (préface), Le Concordat entre Pie VII et Bonaparte, 15 juillet 1801 : bicentenaire d’une réconciliation, Paris : Éd. du Cerf, collection « Histoire », 2001. [cote 177 979]

Bernard PLONGERON, Des résistances religieuses à Napoléon : 1799-1813, Paris : Letouzey & Ané, collection « Mémoire chrétienne au présent », 2006. [cote 265 934]

Jean-Pierre CHANTIN, Le régime concordataire français : la collaboration des Églises et de l’État, 1802-1905, Paris : Beauchesne, collection « Bibliothèque Beauchesne », 2010. [cote 260 BB 47]