Tous les hommes désirent-ils être heureux ?

L’idée que tous les hommes désirent être heureux est au point de départ de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote.

Mais le bonheur peut-il être le principe d’une éthique ?

On s’attachera notamment à explorer les concepts mis en jeu dans cette expression, à partir des sources médiévales : qu’est-ce que le désir ? Qu’est-ce que le bonheur ? Celui-ci est-il constitutif de l’existence humaine ? Pourquoi la pensée médiévale en vient-elle à distinguer la félicité du bonheur (beatitudo) ? Et le bonheur (beatitudo) ne devient-il pas équivoque, à distinguer de la béatitude et des béatitudes ?

Peut-on dire comme Pascal : « c’est le motif de toutes les actions de tous les hommes, jusqu’à ceux qui se tuent et qui se pendent » ? Ou bien comme Freud, que « les jugements de valeur des hommes sont dirigés inconditionnellement par leurs souhaits de bonheur, ils sont donc une tentative pour appuyer leurs illusions par des arguments » (Malaise dans la civilisation) ?

Bibliographie : Aristote, Éthique à Nicomaque I ; Sénèque, De la vie heureuse ; Augustin, La vie heureuse (Bibliothèque Augustinienne 4/1) ; Anselme de Cantorbéry, La chute du diable, Pourquoi un Dieu-homme ?, Sur l’accord entre la grâce et le libre arbitre ; Thomas d’Aquin, Somme de  théologie I, q.94, a.1 ; I-II, q.1 à 6 ; Thomas d’Aquin, Boèce de Dacie, Sur le bonheur, textes traduits par R. Imbach et I. Fouche, Paris, Vrin, 2005 ; Duns Scot, Ordinatio « Prologue » ; Ordinatio IV, d.49 ; Freud, Malaise dans la culture (1930).

Ce séminaire transversal, animé par le Professeur Olivier Boulnois, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le jeudi de 10 h à 12 h aux dates suivantes : 26 janvier ; 23 février ; 2, 9, 16, 23 et 30 mars ; 20 et 27 avril ; 4, 11 et 18 mai 2017.