Tous les articles par Vice-Rectorat à la Recherche

La conférence de rentrée du Collège doctoral

Le  Professeur Jean-Marc Ferry (Titulaire de la Chaire de Philosophie de l’Europe à l’Université de Nantes) prononcera la conférence de rentrée du Collège doctoral de l’Institut Catholique de Paris le lundi 6 octobre 2014, de 17h à 19h dans l’amphithéâtre René Rémond.

Elle aura pour titre : « Une philosophie de l’Europe. Considérations sur une approche normative du projet politique européen ».

Séminaire de recherche de la Chaire Dominique Dubarle : Révélation et Phénoménologie

Ce séminaire est animé par le Professeur Jean-Luc Marion, Membre de l’Académie Française, Professeur à l’Université de Chicago, Titulaire de la Chaire Dominique Dubarle à l’Institut Catholique de Paris.

Au cours de l’année 2013-2014, le séminaire avait examiné les apories théologiques du concept, l’histoire de ses définitions dogmatiques, sa possible reprise selon des concepts empruntés à la phénoménologie et enfin quelques approches des occurrences d’apoclaypsis dans le nouveau Testament.

Le séminaire de cette année reprendra et prolongera cette enquête en examinant : (a) les concepts philosophiques de révélation élaborés par Hegel et Schelling, et leurs apories respectives ; (b) leurs reprises théologiques par Barth et Balthasar, ainsi que ses limites ; (c) on tiendra aussi compte des tentatives de S. Breton, P. Ricœur, J.-Y. Lacoste. Sur ces bases, on tentera une approche phénoménale des récits du triduum pascal.

Les séances auront lieu les mercredis 15, 22, 29 octobre ; 19 et 26 novembre ; 3, 10 et 17 décembre ; 7 et 14 janvier.

 

 

 

Répondre à l’inquiétude de la famille humaine : l’actualité de « Gaudium et spes » de Philippe Bordeyne

Parution de l’ouvrage Répondre à l’inquiétude de la famille humaine : l’actualité de Gaudium et spes, Montrouge, Bayard (coll. « Théologie »), 2014, 380 pages.

9782227487253« Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur coeur. » Gaudium et spes (1965-2015)

La constitution pastorale Gaudium et spes reste une œuvre majeure du concile Vatican II, faisant date dans l’histoire de l’Église. Le plus souvent regardée comme un texte prophétique, elle a aussi été déconsidérée dans certains cercles. Philippe Bordeyne propose, pour le jubilé de ce document, une étude passionnante sur ses enjeux contemporains, qui demeurent d’une grande actualité pour affronter les nouveaux problèmes du XXIe siècle. Il reprend les grandes articulations anthropologiques et morales du texte, sa contribution spécifique à la doctrine sociale de l’Église : la fragilité humaine, la dignité de la personne humaine et sa vocation sociale, la conscience morale et la liberté… Il dégage les intuitions fortes de la constitution et les explique pour notre temps, cinquante ans plus tard : l’Église est dans le monde et du monde, profondément solidaire de son histoire, inséparable de la condition humaine au sein de laquelle, en vivant l’Évangile, elle donne à percevoir les appels de Dieu et la responsabilité de chacun envers la famille humaine.

Philippe Bordeyne est Recteur de l’Institut Catholique de Paris, professeur au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses. Il enseigne plus particulièrement la théologie morale.

L’avènement de l’amour. Épître aux Romains, Chapitres 12 et 13 de Christophe Raimbault

Parution de l’ouvrage L’avènement de l’amour. Épître aux Romains, Chapitres 12 et 13, Paris, Cerf (coll. « Lectio divina », n° 265), 2014, 621 pages.

couv10048g_200L’épître aux Romains ne présente pas un texte homogène : deux genres littéraires s’y côtoient, à tel point que les exégètes se sont longtemps interrogés sur la pertinence et la cohérence de cette lettre. Comment interpréter en effet la longue exhortation des chapitres 12 et 13, au sein d’un ensemble argumentatif et doctrinal ? Où réside alors l’unité du texte paulinien ?

Pour comprendre la place et le rôle de Romains 12-13, Christophe Raimbault prolonge les recherches antérieures et les dépasse : menant une analyse rhétorique et linguistique magistrale, il résout enfin l’énigme apparente de cette rupture stylistique et livre la pleine compréhension de l’épître. Jusqu’alors jugée mal à propos dans l’ensemble de la lettre, la série d’exhortations sur le comportement du disciple du Christ de Romains 12-13, véritable appel à l’amour fraternel, en devient la structure et le pivot.

Par-delà la confirmation de la parfaite maîtrise de l’éloquence par l’Apôtre des Gentils, se révèle au lecteur, d’un point de vue théologique mais également pratique, cet avènement de l’amour qu’a annoncé Jésus, et dont Paul se fait à son tour l’annonciateur.

Une étude décisive pour entrer dans le plus énigmatique et le plus commenté des textes de saint Paul.

Christophe Raimbault est maître de conférence au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Il enseigne plus particulièrement l’exégèse biblique.

Parution du n° 130 de Transversalités

Couv 130Le n° 130 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, avec pour thème “Identités, communautés, institutions”.

Il est assez banal depuis quelques décennies d’affirmer que les institutions des démocraties dites occidentales (l’état, la représentation démocratique…) sont « en crise » — une crise caractérisée par une défiance vis-à-vis de la médiation de l’état, et une moindre participation des citoyens au débat démocratique et aux processus électoraux — , « crise » qui vient également toucher les Églises, dont semblent se détourner les plus jeunes générations, et dont la réflexion anthropologique se trouve contestée.

Ces défis auxquels sont aujourd’hui confrontées Églises et Sociétés obligent à énoncer à frais nouveaux ce qui fonde les communautés humaines ou ecclésiales : l’identité même de ces communautés, et la source du lien qui les construit.

C’est à partir de quatre points de vue et de quatre compétences différentes que ce numéro 130 de  Transversalités aborde cette question de l’articulation entre « identités », « communautés », et « institutions ».

Consultation du sommaire du n° 130 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques d’Emmanuel Falque

Parution de l’ouvrage Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques, Paris, Hermann (coll. « De Visu », en partenariat avec la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris), 355 pages.

le-combat-amoureux.jpgUn « combat amoureux » (Heidegger) ou une « lutte entre les penseurs » (Husserl) détermine le destin de l’histoire de la philosophie. Au cœur du débat avec la phénoménologie française, cet ouvrage engage une véritable disputatio philosophique ancrée sur ledit ‘tournant théologique de la phénoménologie française’. Assuré que l’heure n’est plus au simple choc frontal, mais à un véritable dialogue et confrontation entre les disciplines, ce livre tente de montrer en quoi une « phénoménologie de la limite » peut aussi servir de contrepoint à la « phénoménologie de la révélation », et la tourner davantage vers une pensée de l’« incarnation » ou de l’« expérience ».  Jacques Derrida, Maurice Merleau-Ponty, Emmanuel Lévinas, Jean-Luc Marion, Michel Henry, Jean-Louis Chrétien, Jean-Yves Lacoste, Claude Romano et Jean Greisch, marquent les différents étapes de cette « traversée » point par point articulée, et en quête d’un respondeo à même d’autrement décider.

Emmanuel Falque est professeur et Doyen de la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est spécialiste en philosophie médiévale, phénoménologie et philosophie de la religion.

L’appel de la loi de Jérôme de Gramont

Parution de l’ouvrage L’appel de la loi, Louvain, Peeters (coll. « Bibliothèque Philosophique de Louvain », 90), 2014, 404 pages.

9789042930247La phénoménologie n’a pas à inventer les phénomènes – sinon comme on dit inventer un trésor – mais à les faire voir, ou entendre. Kant s’y emploie à sa manière lorsqu’il fait entendre le ton de voix lié à l’impératif catégorique, celui d’une voix d’airain. C’est là reconduire la pensée à l’éclat d’un fait premier où puiser ensuite ses ressources: il y a la loi. Kant le décrit comme un appel, à défaut de tout à fait le nommer ainsi, l’interprétant ensuite tout à la fois comme ce qui vient de nous (comme si le sujet éthique se donnait à lui-même la loi) et ce qui vient à nous (comme si ce même sujet répondait à la loi venue de Dieu). Prendre au sérieux cette dualité suppose que le chantier kantien de l’éthique ouvre alors sur un horizon théologique.

Kant ouvre un chantier que la phénoménologie historique, celle qui naît avec Husserl et Heidegger, répète. Comme toute vraie répétition, celle-ci ne va pas sans critique ni déplacement (Merleau-Ponty, Scheler, Jonas), mais le motif de l’appel est bel et bien là. «Nous avons été appelés» – la trace laissée en nous par cet appel est trop forte pour que le moindre doute puisse encore s’élever à son propos, mais la question vient aussitôt: quelle voix s’est fait entendre? Quel appel nous surprend et nous soulève? Appel de l’être (Martin Heidegger), appel de l’Autre (Emmanuel Levinas) ou appel de la vie (Michel Henry)? Nous avons été appelés, affectés, blessés – ce qui brise la vie lui appartient encore, mais qu’est-ce donc qui la brise et la relève?

Multiples sont les figures de l’appel, mais à chaque fois il y a la loi et cette injonction d’être – cette injonction silencieuse à laquelle le poète aura donné son exacte formule: «Tu dois changer ta vie» (Rilke). Comme il y a peut-être Dieu.

Jérôme de Gramont est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il travaille plus particulièrement sur la philosophie moderne, la phénoménologie…

Journée d’études “Pratiques pédagogiques et usages de la vidéo en ligne” au Centre Edouard Branly de l’Institut Catholique de Paris

Affiche_JE_pédagogie_vidéoLa journée d’études “Pratiques pédagogiques et usages de la vidéo en ligne” est organisée par le Centre Edouard Branly de l’Institut Catholique de Paris. Elle se tiendra le lundi 30 juin 2014 de 10h à 18h30 dans l’amphithéâtre René Rémond de l’Institut Catholique de Paris, au 21 rue d’Assas, Paris.

Présentation

Les technologies du numérique jouent, aujourd’hui, un rôle central dans les processus de diffusion, de médiation et de mise en circulation des savoirs, que ce soit dans la société ou pour l’enseignement (avec les ordinateurs, les tablettes, les appareils photo, les tableaux numériques, etc.). Dans ce contexte, la vidéo tient une place particulière. Elle a, à la fois, un impact sur les formes d’acquisition des connaissances, sur les modes d’apprentissage, sur la transmission, sur la pédagogie et le contenu des enseignements eux-mêmes.

Les pratiques et les usages de la vidéo sont liés à la montée en puissance des plateformes numériques de mise en circulation des savoirs et des plateformes d’enseignement à distance (Mooc, xMooc, cMooc ou Spoc). La plupart de ces plateformes font la part belle à la vidéo. Les individus y découvrent des contenus ; ils suivent des cours dans lesquels ils peuvent voir des chercheurs, des experts, des journalistes, des médiateurs ou des pédagogues filmés et mis en scène. Ils peuvent voir des extraits de films, des reportages ou des segments de vidéo. À l’occasion, ils peuvent même intervenir et se retrouver à l’écran (selon le modèle de la visio-formation : Classilio, etc.).

On observe, également, une utilisation renouvelée du cinéma et de l’audiovisuel en situation médiatique et pédagogique. Ici, les technologies du numérique servent à accompagner l’analyse des images et à décrypter la grammaire cinématographique (qu’est-ce qu’un champ-contrechamp ? un plan américain ? Etc.). On peut parcourir le film, l’annoter, le partager, etc. Le film ou la vidéo est utilisé par le pédagogue pour soutenir le contenu de son enseignement, l’illustrer ou le vulgariser. Il permet d’entrer différemment dans la matière du cours en venant interroger des thèmes, des objets, des situations sociales.

Cette journée d’études interrogera ces pratiques pédagogiques innovantes liées à la vidéo et leur usage dans les institutions d’enseignement et de formation.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Rencontres PICNIC du Centre Edouard Branly de l’Institut Catholique de Paris

PICNIC_visuelLes rencontres PICNIC (Pratiques, Innovations et Créativité Numérique dans les Institutions Culturelles) se tiendront les jeudi 26 et vendredi 27 juin 2014 à l’Institut Catholique de Paris, au 21 rue d’Assas. Elles porteront sur l’intégration et les usages des technologies innovantes dans les institutions culturelles et muséales.

L’après-midi du jeudi 26 juin sera consacrée à la tenue de 3 conférences plénières et publiques. La journée du 27 juin est destinée aux professionnels des milieux du musée et du numérique ; le nombre de places est limité à 20 personnes. L’inscription est obligatoire.

Les rencontres PICNIC sont à l’initiative du Centre Edouard Branly, équipe de recherche et d’innovation de l’Institut Catholique de Paris, spécialisée dans les technologies et les humanités numériques, en partenariat avec le service des Études et de la Recherche du musée du Louvre, l’Ecole des Médias et du Numérique de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’équipe Culture & Communication de l’UMR CNRS Norbert Elias et l’OCIM.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Loi et Justice dans la Littérature du Proche-Orient ancien, Olivier Artus (éd.)

Parution de l’ouvrage Loi et Justice dans la Littérature du Proche-Orient ancien, Wiesbaden, Harrassowitz (coll. « Beihefte zur Zeitschrift für altorientalische und biblische Rechtsgeschichte », 20), 2013, 274 pages.

9783447100304FSCet ouvrage s’interroge sur la mise en œuvre de la justice par la formulation de lois et cherche à savoir si les collections législatives mises à jour dans les différentes cultures du Proche-Orient ancien ont véritablement pour fonction la promotion effective de la justice. Se pose également la question des critères et méthodes d’interprétation des textes à partir desquels s’opère la tentative de restituer une culture juridique et une compréhension de la justice comme aussi celle de la réception des textes juridiques de l’Orient ancien.

Olivier Artus est Vice-Recteur à la Recherche de l’Institut Catholique de Paris et professeur au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Il travaille sur l’exégèse de l’Ancien Testament, l’exégèse canonique de l’Écriture Sainte, sur les thèmes Communautés, Institutions, autorité dans l’Ancien Testament…

Séminaire : Aux sources de la liturgie : le Pontifical au Moyen Age

Le Pontifical est le livre qui décrit et règle la liturgie épiscopale. Dès son apparition aux VIIIe-IXe siècles, il témoigne de la variété des formes liturgiques médiévales. L’analyse des sources éclairera la figure spirituelle et temporelle de l’évêque et son ecclésiologie sous-jacente, et précisera l’importance du Pontifical pour l’histoire et la théologie de la liturgie.

Ce séminaire, dirigé par Hélène Bricout (Institut Catholique de Paris) et Martin Klöckener (Université de Fribourg), a lieu à l’Institut Catholique de Paris (Institut Supérieur de Liturgie), 21 rue d’Assas, 75006 Paris.

 

« Les leçons et les énigmes du passé. Une exégèse intra-biblique des psaumes historiques » de Sophie Ramond

Parution de l’ouvrage Les leçons et les énigmes du passé. Une exégèse intra-biblique des psaumes historiques, Berlin, De Gruyter (coll. « Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft », 459), 2014, 343 pages.

9783110349009Une partie significative de la littérature biblique, dont les psaumes dits « historiques », est le résultat d’un processus de réception et de révision de traditions et de textes antérieurs. Une analyse du phénomène d’intertextualité dans ces psaumes éclaire non seulement leur signification et le but de leur composition, mais aussi la rédaction et la composition du Pentateuque.

Sophie Ramond est professeur de Théologie au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Elle travaille sur les Ecrits et les Psaumes, l’exégèse intra-biblique…

Dernière séance du séminaire de doctorat et post-doctorat en philosophie

Les questions les plus fondamentales et les soucis les plus quotidiens se croisent autour de la question du temps. Chacun se souviendra de la manière augustinienne d’aborder cette question : »Qu’est-ce que donc que le temps ? », où le « donc » marque l’insistance, question passée et sans cesse à reprendre, et où l’évidence à chaque fois devient énigme. C’est à la déclinaison de ce « donc » que sera consacré le séminaire doctoral et post-doctoral durant l’année 2013-2014.

La dernière séance de ce séminaire, animée par les Professeurs Bernard Bourdin et Jérôme de Gramont, membres de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » de l’Institut Catholique de Paris, sera consacrée à « Temps, politique, histoire ». Elle aura lieu le samedi 17 mai 2014 (10h-12h / 14h-16h) au Centre d’Etudes du Saulchoir : 45 rue de la Glacière, 75013 Paris (métro : Glacière).

Quête d’identité et rhétorique de la différenciation dans les corpus du texte biblique

Un atelier de recherche franco-allemand pour jeunes chercheurs est organisé par l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » de l’Institut Catholique de Paris et le Centrum für Geschichte und Kultur des östlichen Mittelmeerraums de l’Université de Münster  les 12 et 13 juin 2014 à l’Institut Catholique de Paris. Il traite de la question de la spécificité littéraire et théologique des textes bibliques dans leur contexte de rédaction et d’énonciation.

Cet atelier de recherche est soutenu par l’Université franco-allemande / Deutsch-Französische Hochschule.

« Evangile et Providence. Une théologie de l’action de Dieu » de Emmanuel Durand

Parution de l’ouvrage Evangile et Providence, Une théologie de l’action de Dieu, Paris, Cerf (coll. « Cogitatio Fidei »), 2014, 337 pages.

evangile-et-providence-une-theologie-de-l-action-de-dieuEst-il encore possible de lire l’action de Dieu, au quotidien et au long cours, dans les cœurs et dans l’histoire? Pour envisager l’action de Dieu dans ce monde tel qu’il est, bouleversé par le mal, et non pas dans un monde théoriquement pur, il faut repartir des Ecritures. La Bible est pragmatique. Elle oriente la théologie vers une conception pascale de la Providence.
Dieu aurait-il pris congé de ce monde-ci? Une théologie de l’action de Dieu, illuminée autour des Justes, invite à l’espérer et le confesser là où il semblait absent ou silencieux.

Emmanuel Durand est professeur de Théologie dogmatique au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Il travaille sur l’évaluation de diverses théologies trinitaires, le singulier et l’universel en christologie, l’action de Dieu dans le monde et dans l’histoire, l’humain dans le monde et dans l’histoire…