Archives de catégorie : Archives et Bibliothèques

A nouvelle année, nouvelle venue : la bibliothèque numérique patrimoniale de l’Institut catholique de Paris !

bibnum_icpAccessible à l’adresse suivante : http://bibliotheque-numerique.icp.fr, cette bibliothèque numérique a pour vocation de donner progressivement accès à une large sélection de documents dont les originaux proviennent des collections du réseau des bibliothèques et des Archives de l’Institut catholique de Paris. A terme, c’est tout un ensemble de ressources iconographiques (photographies, estampes), d’imprimés et de manuscrits qui sera diffusé et valorisé via la bibliothèque numérique.

Une rubrique offre déjà des focus thématiques sur certains documents ou sur des fonds particuliers accompagnés de contenus enrichis. Citons par exemple l’Evangéliaire copte-arabe conservé à la bibliothèque de Fels (Ms copte-arabe 1) qui a fait l’objet d’une présentation détaillée et qui peut désormais être feuilleté dans son intégralité.

Cette bibliothèque numérique se veut aussi un point d’accès centralisé vers l’ensemble des richesses documentaires de l’ICP numérisées et mises en ligne sur d’autres sites :

  • Gallica pour les corpus de monographies et de périodiques (Terre Sainte, droit canonique (Gasparri), doctrine sociale de l’Eglise, relations entre l’Eglise de France et l’Etat de la Révolution à 1945)
  • Cuneiform Digital Library Initiative pour la collection de tablettes cunéiformes conservée à la bibliothèque de Fels (fonds Legrain-Jean)
  • base Medium de l’IRHT pour les manuscrits de théologie grecque des XVIIème-XVIIIème siècles conservés à l’IFEB.

Le premier corpus mis en ligne concerne des photographies anciennes du Proche-Orient et de la Terre sainte qui permettent notamment de s’immerger dans des sites aujourd’hui détruits ou menacés. Ces précieux témoignages photographiques nous ont été légués par deux prêtres, l’abbé Victor Fernique et le Père André Robert qui, à près de cinquante années d’écart, ont posé leur objectif dans les mêmes hauts lieux de l’histoire antique et biblique.

icp_ph_00942

Victor Fernique, [Eglise Sainte-Anne à Jérusalem, musée], août 1978 (bibliothèque de Fels, cote PH 942)

Autre fonds, les cinq albums hérités de Louis Delaporte, professeur à l’Ecole des langues orientales de l’ICP (actuelle ELCOA), qui regroupent des reproductions photographiques de tablettes cunéiformes conservées au British Museum et offrent ainsi une riche documentation sur les peuples de l’Orient ancien. Cet ensemble a été numérisé grâce au mécénat du Crédit Agricole d’Ile-de-France que nous remercions ici pour son engagement en faveur de la mise à disposition de ce patrimoine.

La bibliothèque numérique de l’ICP a été élaborée avec les équipes d’Arkhênum grâce à la solution LIMB Gallery développée par la société i2s connue également pour ses scanners de livres haute résolution.

Le corpus numérisé pourra faire l’objet d’articles dans ce carnet de recherche.

« Cervantes et Shakespeare : regards croisés », l’exposition à la bibliothèque de Fels

Expo Cervantes et Shakespeare 1En marge du colloque international « Cervantes et Shakespeare : regards croisés » qui s’est tenu à l’ICP du 20 au 22 avril 2016, la bibliothèque de Fels a choisi de présenter une sélection d’ouvrages sur ces deux auteurs phares de la littérature européenne. En cette année où l’on commémore le 400e anniversaire de leur mort en avril 1616, c’est à un parcours à travers les collections historiques et littéraires habituellement conservées dans les réserves de la bibliothèque que vous convie cette exposition.

Expo Cervantes et Shakespeare 2Organisée autour de trois vitrines, celle-ci offre un regard croisé sur le « Manchot de Lépante » et le « barde de Stratford. » Les deux tables reviennent sur le contexte historique dans lequel s’inscrivent ces deux contemporains, à cheval entre XVIe et XVIIe siècles. Cervantes et Shakespeare ont déployé leur talent dans deux nations distinctes mais dans une même période de vitalité littéraire et artistique, avec le soutien de monarques avisés. Au portrait de Philippe II, fier souverain du Siècle d’Or espagnol, répond ainsi celui d’Elizabeth Ire qui présida aux destinées du théâtre anglais. Mais l’Histoire fut aussi convoquée directement dans leur propre univers de fiction, qu’on songe aux pièces historiques de Shakespeare narrant les faits et gestes de plusieurs rois d’Angleterre ou aux nouvelles de Cervantes mettant en scène le « menu peuple » de l’Espagne baroque.

La vitrine haute présente ensuite un échantillon de leurs œuvres, entre versions en vers ou en prose, éditions critiques ou visions figurées de personnages devenus mythiques. S’étalant du XVIIe au XXe siècle, toutes ces publications, qu’elles soient universitaires, grand public ou artistiques, montrent l’extraordinaire fécondité littéraire de ces « hommes océans » chers à Victor Hugo. A travers ce parcours dans les collections de la bibliothèque de Fels se dessine ainsi la riche histoire éditoriale de ces textes majeurs faite de traductions de référence, de réécritures partielles ou de productions illustrées de factures diverses.

Venez découvrir cette exposition dans l’espace rénové de la salle de lecture du 1er étage qui accueille désormais des vitrines dédiées grâce au soutien toujours généreux des donateurs de l’ICP. Qu’ils en soient ici remerciés !

Liste des documents exposés :

  1. La vie de Philippe II roi d’Espagne, traduite de l’italien de Gregorio Leti. Tome premier, A Amsterdam, chez Pierre Mortier, 1734 (cote 152 760).                                                                                                                           1 bis. La vita del catholico et invittissimo Don Filippo Secondo d’Austria Re delle Spagne, &c. Con le guerre de suoi tempi. Descritte da Cesare Campana gentil’huomo aquilano. Deca seconda…, In Vicenza, appresso Giorgio Greco, 1605 (cote 152 758).
  2. Dominique Jauna, Histoire générale des roïaumes de Chypre, de Jérusalem, d’Arménie, et d’Egypte, comprenant les Croisades… et les faits, les plus mémorables, de l’Empire ottoman, depuis sa fondation jusqu’à la fameuse bataille de Lépante… Tome second, A Leide, chez Jean Luzac, 1747 (cote 6976).
  3. La vie de Michel de Cervantes Saavedra, par Don Gregorio Mayans y Siscar, bibliothécaire du roi d’Espagne. Traduite de l’espagnol, avec quelques remarques du traducteur, par le sieur D. S. L. Tome I.[-II.], A Amsterdam, chez François Changuion, 1740 (cote 157 502).
  4. [Francis Godwin], Annales des choses plus mémorables arrivées tant en Angleterre qu’ailleurs, sous les règnes de Henry VIII. Edouard VI. & Marie. Traduites d’un autheur anonyme par le sieur de Loigny, gentil-homme ordinaire de la Chambre du Roy. Dédiées à Monseigneur le Marquis de la Vieville, A Paris, chez P. Rocolet, 1647 (cote 3163).
  5. [Thomas Mortimer], Cornélie Wouters de Vasse, Traduction du Plutarque anglois, contenant la vie des hommes les plus illustres de l’Angleterre & de l’Irlande, ministres, guerriers, hommes d’Etat & d’Eglise, citoyens, philosophes, poëtes, & des plus célèbres navigateurs & artistes, depuis le règne d’Henri VIII jusqu’à nos jours. Dédiée à Sa Majesté le Roi de Suède. Tome quatrième, A Paris, de l’imprimerie de Couturier et chez Mérigot l’aîné, Mérigot le jeune, Renault et au Bureau du Théâtre anglois, 1785 (cote 55 915).
  6. Histoire d’Angleterre, représentée par figures accompagnées de discours. Les figures gravées par François-Anne David, le discours par Le Tourneur et Guyot. tome premier [-deuxième], A Paris, chez l’auteur, F. A. David, 1784 (cote 5311).
  7. Shakespeare traduit de l’anglois, dédié au Roi. Tome second, A Paris, chez la veuve Duchesne, Musier fils, Nyon, La Combe, Ruault, Le Jay, Clousier, 1776 (cote 40 002).
  8. Œuvres complètes de Shakspeare [sic], traduction nouvelle par Benjamin Laroche. Édition illustrée de gravures sur bois, gravées par Deghouy sur des dessins originaux de Félix Barrias. Tome premier [-deuxième], Paris, Charlieu et Huillery, [ca 1856] (cote Divers 368).
  9. Œuvres complètes de W. Shakespeare. Tome 1, Les deux Hamlet, Paris, Pagnerre, 1859 (cote 40 319).
  10. Miguel de Cervantès Saavedra, Don Quichotte de la Manche, traduit par Francis de Miomandre, illustré par Berthold Mahn, tome 1, Paris, Union latine d’éditions, 1935. Exemplaire numéroté sur vélin chiffon (cote Divers 1337).
  11. El Ingenioso hidalgo Don Quixote de la Mancha, compuesto por Miguel de Cervantès Saavedra. Nueva edicion, conforme en todo á la de la real Academia española, hecha en Madrid en 1782… Edicion hecha baxo la direccion de José René Masson. Vida y Análisis. Tomo I., En Paris, por Bossange y Masson. Y en Londres, por Bossange y Masson, y por Leblanc, 1814 (cote 41 274).
  12. Histoire de l’admirable Don Quichotte de la Manche, traduite de l’espagnol de Michel de Cervantès par Filleau de Saint-Martin, précédée de la vie de Michel de Cervantès, et ornée de dix sujets dessinés par Charlet. T. I., Paris, Marlin, 1830 (cote 41 660).
  13. Novelas exemplares de Miguel de Cervantes Saavedra. Dirigidas a don Pedro Fernandez de Castro conde de Lemos. Nueva impresion corregida y adornada con laminas. Tomo I, En Madrid, por Don Antonio de Sancha, 1783 (cote 41 270).
  14. Trabajos de Persiles y Sigismunda, historia setentrional por Miguel de Cervantes Saavedra a Don Pedro Fernandez de Castro, conde de Lemos. Tomo I., Madrid, en la imprenta de Sancha, 1802 (cote 41 272).
  15. Adventures of Don Quixote de la Mancha ; translated from the spanish of Miguel de Cervantès Saavedra, by Charles Jarvis, esq. ; carefully revised and corrected, illustrated by Tony Johannot. Vol. I [-II], New York, published by Leavitt & Allen, [ca 1850] (cote 41 493).
  16. William Shakespeare, The tragedy of Hamlet edited for the use of students by A. W. Verity, M. A., Cambridge, at the University Press, 1906 (cote 43 115).

 

Quand l’empreinte se fait portrait : Paul Vignon face au mystère du Suaire de Turin

« Plus qu’une image, c’est une présence ! Plus qu’une présence, c’est une photographie, quelque chose d’imprimé et d’inaltérable. Et plus qu’une photographie, c’est un négatif, c’est-à-dire une activité cachée (un peu comme la Sainte Écriture elle-même, prendrai-je la liberté de suggérer) et capable sous l’objectif de réaliser en positif une évidence ! »

Une apparition photographique

C’est par ces mots d’exclamation que Paul Claudel s’adressait à Gérard Cordonnier, membre de la Commission du saint Suaire, en réponse à l’envoi de son étude sur Le Christ dans sa passion révélée par le saint Suaire de Turin [cote Fels 13 965/7]. Le dramaturge réagissait à la découverte photographique de l’insigne relique qui revêtait pour lui le caractère d’une « seconde résurrection. » Le phénomène se produisit en 1898 lorsque le chevalier Secondo Pia réalisa les premiers clichés faisant apparaître en positif ce que le linge ne laissait deviner à l’œil nu : le visage du Crucifié ! L’expérience fut réitérée en 1931 et en 1933 par le photographe Giuseppe Enrie qui profita des ostensions du Suaire pour fixer à nouveau sur la plaque de verre l’image du Supplicié.

st suaire 1Epreuve de Giuseppe Enrie (1931)

Un homme assista en personne à ce dévoilement : Paul Vignon, professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Le biologiste, qui devait occuper jusqu’à sa mort la chaire de « psychologie zoologique et introduction à la philosophie biologique », n’était pas un inconnu en matière de « sindonologie. » Dès 1902, il publia son premier livre sur le sujet : Le linceul du Christ : étude scientifique [cote IFEB II 1397]. L’ouvrage lui valut les louanges de Mgr Pierre-Eugène Rougerie, évêque de Pamiers et scientifique amateur, qui l’encouragea à « poursuivre sa savante étude » [cote Fels 13 126].

Mais pendant plus de trente ans, Paul Vignon se fit silencieux sur la question. Jusqu’à ce que l’ostension de 1931 lui donne l’occasion d’examiner la relique de très près. Cette nuit d’étude – penché sur le linceul – associée aux épreuves de Giuseppe Enrie1  lui fournirent la matière pour écrire son grand œuvre : Le Saint-Suaire de Turin devant la science, l’archéologie, l’histoire, l’iconographie, la logique [cote Fels 2432]. Paru en 1938, ce travail connut l’année suivante une seconde édition enrichie [cotes Fels 7826 et IFEB III 160] qui fut récompensée par le Prix Hercule Catenacci décerné par l’Académie française2 .

st suaire 2Vue en négatif de l’ensemble du Suaire par Giuseppe Enrie (1931)

La réponse de l’homme de science

Pour les besoins de ses recherches qui devaient démontrer selon lui l’authenticité du Suaire, Paul Vignon eut notamment recours aux images produites par Giuseppe Enrie, les recadrant et les agrandissant pour en faire ressortir les détails probants. Se concentrant sur le visage, il rassembla également toute une série de représentations, peintures comme mosaïques, de la face du Christ. Le fonds légué à l’Institut Catholique de Paris en février 1947 – soit un peu plus de trois ans après la mort de l’auteur – garde ainsi la trace des expériences scientifiques et des recherches iconographiques menées par Vignon.

Dans sa volonté de faire connaitre la précieuse relique auprès du grand public comme du monde savant, il se fit encore conférencier en offrant à la vue de ses auditeurs des agrandissements des épreuves d’Enrie. Ces photographies de plus d’un mètre marouflées sur toile et équipées de baguettes de suspension sont toujours visibles dans le fonds conservé à la bibliothèque de Fels.

Ses travaux sur le Suaire furent reconnus : on mit en avant « sa minutie de savant » à laquelle ne faisait pas obstacle son « respect de chrétien ». Paul Vignon devint membre correspondant de l’Académie pontificale des sciences en 1932 et en qualité de secrétaire général, organisa la même année la Commission italienne et française du Saint-Suaire placée sous la haute autorité de Son Altesse Royale et Impériale Monseigneur le Prince de Piémont. Précédant sa grande étude, La Revue de Paris3  lui offrit une tribune en 1936 pour exposer Le problème du Saint-Suaire : faits établis, données nouvelles [cotes Fels 800 445 et 804 763].

Expert en sa matière, il lut d’un œil critique les différentes publications sur le sujet comme en témoignent les exemplaires de la bibliothèque de Fels annotés en rouge de sa main. Citons ainsi Adolphe-Louis Donnadieu, Le Saint-Suaire de Turin devant la science paru en 1903 [cote Fels 146 775], Arthur Loth, La Photographie du Saint-Suaire de Turin en 1910 [cote Fels 146 772] et Alphonse Eschbach, Le Saint Suaire de Notre-Seigneur vénéré dans la cathédrale de Turin : étude historique, critique et scientifique en 1912 [cote Fels 146 773].

st suaire 3
Envoi autographe à la bibliothèque de Fels [cote 2432]

Devenu président de la Commission du Saint-Suaire, il entretint une correspondance avec de nombreuses personnalités au premier rang desquelles figurait le cardinal Pacelli – futur Pie XII – mais échangea aussi avec Mgr Eugène Tisserant, le philosophe Henri Bergson ou encore les écrivains François Mauriac et Paul Claudel. Signe de son amitié, ce dernier préfaça l’ultime texte de Paul Vignon qui devait paraitre à titre posthume en 1946 [cotes Fels 81 205 et 148 113]. Intitulé Science et métaphysique thomistes de la vie : au souffle de l’esprit créateur, l’auteur signait là « le testament du plus original des savants. »

Guillaume Boyer

A voir :

Du 4 juin au 30 août 2015 se tenait au BAL, lieu parisien « dédié à l’image-document » selon les mots de son président Raymond Depardon, une exposition sur le thème « Images à charge : la construction de la preuve par l’image ». Onze cas exploraient l’image produite en tant que preuve par des experts, des chercheurs ou des historiens confrontés à des crimes ou à des violences individuelles et collectives. L’un des sujets présentait « l’homme du Suaire » pour lequel la bibliothèque de Fels a prêté un ensemble de 24 photographies issues du fonds Paul Vignon. Un catalogue a également été édité illustrant les cas du Saint Suaire comme des autres images traitées dans l’exposition.

Pour aller plus loin :

Giuseppe ENRIE, Le Saint Suaire révélé par la photographie, Paris : Procure du Carmel de l’Action de Grâce, 1936 [cote Fels 91 101].

Odile CELIER, Le signe du linceul : le Saint Suaire de Turin, de la relique à l’image, Paris : les Éd. du Cerf, 1992 [cotes Fels 241 066 et BOSEB 784 CEL].

Raymond BEAUGRAND-CHAMPAGNE, Claude GAGNON, Jean LAUZON et alii, L’image de Dieu : le caractère photographique du Saint Suaire de Turin : actes du colloque tenu au Musée populaire de la photographie le 8 septembre 2007 dans le cadre de l’exposition, Drummondville (Québec) : Musée populaire de la photographie, 2007 [cote Fels 904 072].

  1. Voir la lettre de Paul Vignon adressée à Mgr Baudrillart citée dans Bulletin de l’Institut catholique de Paris, 22e année, n° 5, 25 mai 1931, p. 145-146 []
  2. Du nom d’un peintre et graveur de paysages d’origine italienne (1816-1884), ce prix récompense « des livres illustrés de luxe traitant tout domaine. » []
  3. Cette revue littéraire fut relancée par le comte Edmond de Fels qui donna son nom à la bibliothèque universitaire de l’Institut catholique de Paris. []

Au berceau de l’Ordre dominicain : Prouilhe et son histoire dans les collections de la bibliothèque de Fels

L’Ordre des Prêcheurs fête en 2015 ses 800 ans d’existence.
Né au cœur du Languedoc hérétique sous l’impulsion de Dominique de Guzmán (1170-1221), il se caractérise par l’importance donnée aux études, l’itinérance et la prédication. Il a donné à l’Eglise de grands docteurs tout en se faisant porte-parole de l’Evangile jusqu’aux confins de la Terre.

Un document de la bibliothèque de Fels éclaire l’histoire de la première communauté de l’Ordre dominicain, implantée à Prouilhe.

fra angelico
Fra Angelico (1440-1441), le Christ aux outrages, détail (Musée San Marco, Florence)

 

Quand un chanoine espagnol rencontre les hérétiques du Languedoc…

Originaire de Castille, le futur saint Dominique est fait chanoine de la cathédrale d’Osma (Espagne). En route avec son évêque – dont il est très proche – pour une mission politique au Danemark, le prédicateur traverse le sud de la France et se trouve confronté à la réalité de l’hérésie : c’est pour lui une véritable révélation. Car depuis le XIe siècle, le Languedoc connaît des difficultés d’ordre spirituel avec l’expansion de l’hérésie, au moment même où s’affirme à Rome le pouvoir centralisateur de la Papauté.

Constatant que l’action des Cisterciens envoyés par le Pape pour contrer le développement de l’hérésie ne donnait pas tous les résultats escomptés, le chanoine espagnol, de concert avec son évêque, décida de prendre en main l’évangélisation et la conversion de la région par le biais de la prédication, activité dans laquelle le futur saint excellait, grâce à une instruction poussée et à un don certain.

 

L’émergence des Prêcheurs

Les années 1210 voient donc apparaître dans le Languedoc un ordre nouveau constitué de prédicateurs qui suivent les préceptes de Dominique. Ces prédicateurs itinérants doivent néanmoins être encadrés. C’est alors que le monastère de Prouilhe est instauré en 1206. Constituée surtout de femmes hétérodoxes nobles converties par saint Dominique, la communauté de Prouilhe prend forme et devient ainsi un véritable centre stable et attaché à la personne de Dominique, ce qui permet un soutien matériel, spirituel et de formation aux prédicateurs.

Au début de 1215, l’ordre des Prêcheurs est institué à Toulouse, suivant un idéal de pauvreté qui fait des Dominicains des Frères Mendiants. Ils sont présents en particulier dans les villes auxquelles les chanoines ne sont plus adaptés dans ce XIIIe siècle florissant et que Dominique vise particulièrement.

L’établissement de l’ordre des Prêcheurs a donc lieu lorsqu’en avril, le futur saint reçoit la profession de Pierre Seilha et de frère Thomas, ses deux premiers disciples. Dès que l’évêque de Toulouse établit les Frères, il se rend à Rome avec Dominique pour le concile de Latran (novembre 1215) : c’est là l’occasion de demander au Pape la confirmation de la fondation, ce qui sera chose faite en décembre 1216, lorsqu’Honorius III approuve la communauté des Prêcheurs comme ordre de chanoines réguliers (bulle Religiosam vitam).

Celui-ci connaît une croissance très rapide, que la mort du fondateur en 1221 ne ralentira pas : il compte seize Frères en 1217 et presque soixante couvents ou missions en 1221, avec huit Provinces dans les grandes villes européennes comme Paris, Bologne, Rome, Madrid ou Toulouse. Déjà, le chapitre général de Paris de 1228, compte tenu de l’extension des missions, crée de nouvelles provinces dites « mineures » comme la Pologne ou la Terre Sainte1.

 

Les « malheurs de Prouille »

A la faveur du Concordat de Bologne signé en 1516 avec le pape Léon X, François Ier s’octroya le droit de nommer les prieures et abbesses des grands monastères féminins du royaume.

Notre-Dame de Prouilhe, berceau des Frères Prêcheurs, n’échappa pas à cette règle. Celle-ci donna lieu à une opposition systématique des moniales devant ce qu’elles considéraient comme une ingérence du pouvoir royal. En nommant une prieure perpétuelle, le roi allait à l’encontre des Constitutions de l’Ordre qui prévoyaient une désignation « par élection et confirmation. »2

Le fonds des manuscrits français de la bibliothèque de Fels garde une trace de cette querelle qui devait s’achever deux siècles plus tard.

Sous le titre d’« Affaires du célèbre prieuré de Prouille en Languedoc de l’ordre de saint Dominique », ce document rassemble des copies de lettres et d’actes concernant la nomination au priorat de Catherine-Angélique d’Esparbès de Lussan de Lasserre d’Aubeterre [Ms français 121, fol. 296-324]. Issue du monastère dominicain de Condom3, celle-ci avait été désignée par Louis XIV pour succéder à sa tante Magdeleine d’Aubeterre qui présida aux destinées de l’abbaye entre 1683 et 1685.

Dès 1684, les religieuses en référèrent à Rome par l’intermédiaire d’un père de l’Ordre. Puis elles accusèrent le comte de Lasserre de profiter de la nomination de sa propre sœur pour faire main basse sur le temporel. Monseigneur Daniel de Cosnac, évêque de Valence et de Die, fut envoyé par le roi comme médiateur. Il en résulta une série de propositions visant à « exécuter la volonté du roy sur l’établissement de la communauté.»

D’après les informations émanant du dossier, l’homme du litige serait Louis d’Esparbès de Lussan d’Aubeterre, comte de Lasserre (1616-1693) dont la fille épousa le propre neveu de Monseigneur de Cosnac. Des soupçons de partialité pesèrent ainsi sur le prélat, ce qui ne contribua pas à pacifier les esprits.

Un acte fut finalement « extorqué de la communauté » en faveur du comte de Lasserre et la nomination de la Dame d’Aubeterre confirmée. Retracé à grands traits, ce conflit n’est pas sans rappeler celui qui survint à la même époque (1660-1707) dans une autre communauté dominicaine, le prieuré Saint-Louis de Poissy, et connu sous le nom de « guerre de succession de Poissy.4»

Constance de Courrèges d’Agnos / Guillaume Boyer

 

A voir :

L’ordre des Prêcheurs a créé un site spécialement pour le huitième centenaire. La rubrique « Expositions » recense les événements qui se dérouleront dans la Province de France.

Des informations sont également à voir sur le site de l’Ordre.

Enfin le site Historia OP propose de nombreuses ressources.

 

Quelques pistes bibliographiques sur saint Dominique et les débuts de son Ordre :

VAUCHEZ (A.), CABY (C.) (dir.), L’Histoire des moines, chanoines et religieux au Moyen Age : Guide de recherche et documents, Turnhout, éd. Brepols, 2003, (L’atelier du médiéviste) [Cotes 909.07 ATE/9 et 255 HIS)

MANDONNET (P.), Saint Dominique, l’idée, l’homme, l’œuvre, éd. augmentée par VICAIRE (M.-H.), Paris, éd. Desclée de Brouwer et cie, 1937, 2 vol. [Cote 150 633 (1) et (2)]

VICAIRE (M.-H.), Histoire de saint Dominique, Paris, éd. du Cerf, 2004 [Cotes 223 512, 82 619 et 84 063]

HINNEBUSCH (W.A.), Brève histoire de l’ordre dominicain, présenté, trad. et compl. par BEDOUELLE (G.), Paris, éd. du Cerf, 1990 [Cote 169 019]

Les Cahiers de Fanjeaux, publication du Centre d’études historiques de Fanjeaux, traitent de nombreux sujets d’histoire médiévale religieuse du Languedoc. [Cote 111 613, derniers numéros parus en libre accès au 6e étage : alvéole A 135].

 

 

  1. D’après Constance de Courrèges d’Agnos, Saint Dominique et les Dominicains dans les sermons d’Eudes de Châteauroux (1190 ?-1273), mémoire de recherche master CEI, Enssib, [s.l], [s.n], 2015. Consultable sur la bibliothèque numérique de l’Enssib. []
  2. Voir Sr. Marie de Jésus (o.p.), « Les Rois de France et Prouilhe (1500-1699), dans Sainte-Marie de Prouilhe : 800 ans d’histoire dominicaine : 1206-2006, Strasbourg : Ed. du Signe, 2006, p. 24-35 [cote Fels 904 338]. []
  3. Première fondation de Prouilhe en 1283, ce monastère situé dans le Gers prit le nom de Prouillan. []
  4. Voir Marie-Dominique Chapotin, Études historiques sur la province dominicaine de France : la Guerre de la succession de Poissy (1660-1707), Paris : A. Picard et fils, 1892 [cote Fels 55 441]. []

Un auteur du XXe siècle face à la foi : les archives Malègue à l’Institut Catholique de Paris

Un fonds ouvert aux chercheurs

L’ensemble est impressionnant : 27 cartons d’archives. Ils représentent la totalité de l’œuvre de Malègue, dont l’écriture aiguë couvre des rouleaux entiers, des brouillons, des tapuscrits, des lettres, des commentaires d’œuvres d’art parfois esquissées en marge d’une visite ou d’une lecture, sur plusieurs supports témoignant d’une activité incessante.

malegue3On constate que Madame Yvonne Pouzin-Malègue, son épouse, a prodigué ses soins à l’œuvre, classant intégralement les papiers, répondant au courrier et allant jusqu’à rassembler en liasses thématiques les morceaux épars. C’est le 21 mars 1989 que le docteur Michel Malègue fit don à l’Institut Catholique de Paris de cet ensemble coté [8 NA Fonds Joseph Malègue]. Actuellement, ce sont 12 cartons qui ont pu être classés et répertoriés de manière sommaire.


Un auteur à redécouvrir

Joseph Malègue (1876-1940) est un écrivain français dont l’œuvre est centrée sur la problématique de la foi  contemporaine. Elle reflète une sensibilité exceptionnelle à l’enfance, au temps, une intelligence profonde du christianisme et des arguments que lui opposent la raison, l’amour humain et la souffrance. Son œuvre romanesque tient en deux livres. Mais il a su également formuler sa pensée en cinq nouvelles, quatre essais et de nombreux articles ou réflexions, notamment sa Méditation sur la Toussaint et le Jour des Morts (1937).

maleguemalegue2
Carte d’identité et signature de J. Malègue (Fonds ICP)

Il publia en 1932 Augustin ou le Maître est là, roman d’apprentissage racontant l’itinéraire philosophique et spirituel d’Augustin Méridier, jeune homme vivant de plein fouet la crise moderniste1. Comme l’écrit en 1934 un critique de la Nouvelle Gazette de Zurich : « Je n’ai encore jamais vu le plus haut combat d’une génération représenté avec une précision si violente. L’esprit du temps apparaît comme un monstrueux appareil, mu par d’inexorables rouages. Un engrenage entraîne l’autre. Après qu’Augustin dans une nuit désespérée a été vaincu par les arguments de la critique historique, un levier encore plus puissant peu avant la mort d’Augustin, dans la chambre de malade de Leysin, déplace le précédent et oriente de nouveau la machine de l’esprit sur la Foi. »

Réédité onze fois entre 1933 et 1966, ce roman valut à son auteur une reconnaissance unanime de la presse critique française et étrangère. Le 26 mai 1934, l’Institut catholique de Paris invita l’auteur dans ses murs, pour une conférence2.

Connu également pour être l’auteur de Pierres noires : les Classes moyennes du salut, il laissa ce second roman inachevé. Ce fut Jacques Chevalier qui, à partir des manuscrits rassemblés par la femme de l’auteur, en proposa une édition posthume en 1958.

Il fit de nouveau parler de lui lorsque le Pape François fit référence à la notion de « classe moyenne de la sainteté » dans la longue interview qu’il accorda en 20133. Depuis, un article particulièrement complet lui a été consacré sur la plate-forme encyclopédique participative Wikipédia, et les éditions du Cerf ont réédité son premier roman.

Des pistes de recherche

Depuis les versions intermédiaires nombreuses des Classes moyennes du salut jusqu’au drame historique inédit sur la Révolution française intitulé Les Samson aveugles, en passant par les dossiers intitulés « Notes inutilisées », « Préparation et résidus », on trouve de nombreux plans, projets, éblouissements intérieurs qui permettent de comprendre l’œuvre de Malègue. Les articles constituent une véritable mine : notes sur le
« peintre de drame, de faste et de prière » qu’est Le Tintoret, réflexions poussées sur les impasses du roman religieux, réactions à des expositions de Weiden, Eyck ou Memling.

La pensée religieuse de Malègue n’omet aucune des dimensions de la vie moderne. Étonnante de prescience quant à l’omniprésence de la technique, elle explore aussi bien la vanité, dans « Ma sœur l’Apparence », que le rapport au miracle, dans « Celle que la grotte n’a pas guérie ». La persistance de l’absolu et de
« l’optimisme infini de Dieu » est particulièrement sensible dans son Plan d’une prière pour l’acceptation de la mort. On comprend quel but il assigne à la littérature lorsqu’il tâche de faire le point sur « Le Christ et les conditions contemporaines de l’apologétique ».

malegue4malegue5
Le fonds de manuscrits compte nombre de réécritures, de corrections et de tapuscrits annotés, dont certains inédits.

Çà et là, on trouve des textes inédits, des premiers jets, des confidences. « Je suis professeur d’anglais » commence ainsi un manuscrit d’apparence biographique… Des paragraphes dactylographiés datant de la dernière année de son existence témoignent amèrement de sa maladie au moment de l’invasion allemande. Ailleurs, un titre est lancé comme pour produire une vision : « Le désir d’un soir parfait ». Quelques notes de voyage témoignent d’une soudaine conscience devant la beauté : « Virgina Waters. 8 heures. Premières minutes d’un interminable crépuscule (…) Le velours pelucheux des bois s’efface dans des couleurs de bord de nuit, d’eau brune et de visage fermé. Les fragiles avenues jaunes, à mesure que je marche, glissent sur le lac (…) Le ciel est plein d’or, de tendresse et d’accueil. D’un coin non balayé de ma sensibilité vieillissante, une mélodie se lève, et me donne la clef des sentiments d’autonomie et de possession inséparables des pleins bonheurs. Pour la première fois je loge ici quelque chose de viable et de plein. »

Enfin, l’ensemble remarquable de lettres reçues et envoyées (des doubles, visiblement voulus par l’auteur) éclaire sur la réception de son œuvre, sur la capacité de Malègue à théoriser et à défendre sa vision, dans un univers littéraire où il faisait figure de « vieux débutant ». La correspondance avec l’éditeur Spes est particulièrement poignante : elle nous montre l’auteur pieds et poings liés, Spes n’éditant Augustin qu’à compte d’auteur et revoyant à la dernière minute le coût de l’impression après la signature du contrat… Le courrier de Gaston Gallimard fin 1933, amplifie rétrospectivement l’infortune de l’écrivain : « J’ai lu votre grand livre Augustin ou Le Maître est là. Je le trouve remarquable et je tiens à ce que vous sachiez que j’aurais été très fier d’en être l’éditeur. Je vous serais très reconnaissant de me tenir au courant de vos projets afin d’éditer vos prochains livres si vous n’êtes pas lié par contrat. »

Partout, le travail de la langue est poussé à son extrême : la phrase est sans cesse réajustée. Dans les plus beaux manuscrits, un équilibre saisissant entre jaillissement de la pensée et maîtrise de l’impression finale donne à voir le mouvement qui tâche de saisir la réalité sensible et de la relier au Créateur.

Christophe Langlois

 

Pour aller plus loin

Œuvres de Malègue :

Augustin ou le Maître est là, Paris : Spes, 1932, 2 volumes [Fels 37 455]
De l’Annonciation à la Nativité, Paris : Flammarion, 1935 [Fels 119 336]
Petite suite liturgique, Paris : Spes, 1938 [Fels 116 337]
Pénombres : glanes et approches théologiques, Paris : Spes, 1939 [Fels 118 174]
(l’œuvre de Joseph Malègue fera prochainement l’objet d’une campagne de numérisation dans Gallica)

Critiques :

Joseph Malègue, Yvonne Malègue, Tournai : Casterman, 1947 [Fels 121 896]
Joseph Malègue, romancier et penseur, Jean Lebrec, Paris : Dessain, 1969 [Fels 206 199] (à noter : p. 435-456 une bibliographie des études maléguiennes, à compléter au moyen de l’article Wikipedia)
Joseph Malègue, sa vie, son œuvre : thèse de doctorat défendue à l’Université Laval, juin 1948, Elizabeth Michaël, Paris : Spes,‎ 1957 [Fels 122 816]

  1. Voir l’article de Frédéric Gugelot (Université de Reims Champagne-Ardenne ; CEIFR/EHESS). Site consulté le 02/03/2015. []
  2. Voir Les Nouvelles de l’Institut catholique de Paris, 25 juin 1934 (A25, N°26, Série 2), p. 166, consultable sur Gallica []
  3. On trouve le texte de cette interview dans la revue Etudes, octobre 2013. []

La France redécoupée à coups de sabre: une carte pour le Concordat

La Bibliothèque de Fels conserve une carte du diocèse de Dijon témoignant des âpres négociations entre l’Empereur et le Pape. Voyage dans les collections de l’Institut Catholique de Paris à l’occasion de l’exposition « Pie VII face à Napoléon » organisée par le Château de Fontainebleau. Ouverture le 28 mars prochain.

P1010323

Issu de la réserve précieuse de la Bibliothèque de Fels, ce document vient éclairer un épisode crucial de la longue histoire française des relations entre l’Église et l’État.
Il s’agit d’une carte représentant le diocèse de Dijon et ses limites telles qu’elles furent définies par le Concordat de 1801.

Entrée dans les collections en 1927 sous la cote Divers 713 (son mode d’acquisition par la bibliothèque nous est malheureusement inconnu), cette recomposition cartographique est un précieux témoin des conséquences territoriales engendrées par le régime concordataire. Celui-ci fut, entre autres effets, à l’origine d’un redécoupage des circonscriptions ecclésiastiques de la France.

f61.highresDès 1790, la Constitution civile du clergé avait entrepris pareille mesure en faisant coïncider les diocèses avec les départements nouvellement crées. L’accord signé le 26 messidor an IX (15 juillet 1801) mit fin au décret adopté par la Constituante, sans pour autant renoncer à la volonté de rationalisation insufflée par le comité ecclésiastique de 1789. Plus encore, les promoteurs du Concordat réduisirent davantage ce maillage territorial en procédant au regroupement de deux, voire trois diocèses, rayant ainsi de la carte des juridictions vieilles de plusieurs siècles.

f3.highresC’est dans cet esprit que la bulle pour la nouvelle circonscription, promulguée le 9 avril 1802, remodela l’évêché de Dijon sur la base des frontières unifiées de la Côte-d’Or et de la Haute-Marne. Suffragant de la métropole de Besançon, le nouveau diocèse fut placé sous le vocable de saint Etienne, premier martyr, et confié à Mgr Henri Reymond, ancien évêque constitutionnel de l’Isère. Avec une superficie de 1 510 528 hectares et 526 000 âmes, il représentait un vaste territoire.

La bibliothèque de Fels conserve un remarquable ensemble d’autres documents qui illustrent les rapports entre l’Église catholique et l’État sous le régime concordataire, à l’image de cet exemplaire du Mandement de Son Éminence Monseigneur le cardinal de Belloy, archevêque de Paris, qui ordonne des prières publiques pour la prospérité des armes de Sa Majesté l’Empereur, publié en 1805. Premier prélat à se soumettre au Concordat, Mgr Jean Baptiste de Belloy fit encore acte de dévotion envers Napoléon Ier en ordonnant dans son diocèse des Te Deum chantés pour les multiples victoires militaires de l’Empire alors à son apogée. Toutes ces publications ont été rassemblées en un unique recueil consultable sous la cote [14 999/57].

Le fonds de manuscrits comprend aussi des témoignages de cette époque, à l’image de cet ensemble de quatorze pièces coté [Ms français 238] traitant de Rome et des affaires de France entre 1800 et 1802. Discours, encycliques, brefs de Pie VII ainsi que lettres de démission des évêques et archevêques suite à la signature du Concordat s’y trouvent compilés sous forme manuscrite et imprimée. Un document vient enfin rappeler, à travers l’évènement survenu dans la nuit du 5 au 6 juillet 1809, le rapport de force qui s’était établi entre le Saint-Père et l’Empereur. Composée de huit pages, cette Notice sur l’enlèvement de Pie VII est suivie d’une relation de son entrevue avec les « députés à lui délégués au mois d’août 1811 » (cote [Ms français 331, pièce 13]). Retenu prisonnier à Savone, le pape ne céda pas face à cette délégation du Concile de Paris, précipitant son transfert à Fontainebleau en juin 1812.

A voir :

Du 28 mars au 29 juin 2015, une exposition sur le thème : « Pie VII face à Napoléon : la Tiare dans les serres de l’Aigle » présentera sur les lieux mêmes de la détention du pape, les relations entre le Souverain Pontife et l’Empereur. Près de 130 œuvres y seront exposées. Dans ce cadre, Christophe Beyeler, conservateur au Château de Fontainebleau en charge du musée Napoléon Ier et du cabinet des arts graphiques et commissaire de l’exposition, a fait appel à l’Institut Catholique de Paris en sollicitant la présence de la carte du diocèse de Dijon dans le catalogue publié par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais.

Guillaume Boyer

Exemples de documents numérisés en partenariat avec la BnF :

f5.highres     f7.highres     f8.highres                                                 f11.highres      f13.highres       f15.highres

Pour aller plus loin :

Bernard ARDURA, Gérard CHOLVY (préface), Le Concordat entre Pie VII et Bonaparte, 15 juillet 1801 : bicentenaire d’une réconciliation, Paris : Éd. du Cerf, collection « Histoire », 2001. [cote 177 979]

Bernard PLONGERON, Des résistances religieuses à Napoléon : 1799-1813, Paris : Letouzey & Ané, collection « Mémoire chrétienne au présent », 2006. [cote 265 934]

Jean-Pierre CHANTIN, Le régime concordataire français : la collaboration des Églises et de l’État, 1802-1905, Paris : Beauchesne, collection « Bibliothèque Beauchesne », 2010. [cote 260 BB 47]

Découvrir les collections de l’Institut Catholique de Paris

Biblioth_qèes« Archives et Bibliothèques » explore les collections encyclopédiques de l’Institut Catholique de Paris (ICP) et les nouveaux services offerts à la recherche.

Ce premier billet vous propose une introduction aux collections imprimées, et notamment un survol des dernières entrées de fonds particuliers depuis les années 1970.

Pour mieux connaître le réseau des cinq bibliothèques de l’ICP, merci de vous reporter au Portail documentaire.

Un fonds encyclopédique et historique ouvert aux chercheurs et au grand public

Les fonds de l’ICP, répartis dans les cinq bibliothèques du réseau, sont connus pour former aujourd’hui l’un des plus vastes ensembles en sciences religieuses francophones : 641 000 imprimés, dont 30 000 avant 1811, et 500 mètres linéaires d’archives.

Pour tout le réseau, les acquisitions représentent pour l’heure un peu plus de 4700 livres par an, auxquels s’ajoutent près de 300 dons et services de presse. Pour la seule Bibliothèque de Fels, 35% des acquisitions sont ainsi consacrés aux sciences religieuses, 15% à la philosophie et à l’histoire, 10% aux sciences sociales, aux lettres et aux arts.

Mgr d'HulstMgr d’Hulst (1841-1896), fondateur de l’Institut Catholique de Paris, dans sa bibliothèque

La bibliothèque d’origine, située dans les combles de Saint-Joseph, fut créée en 1875 au moment de la fondation de l’ICP : elle n’a évidemment aucun rapport avec celle des Carmes déchaussés qui comptait 18 000 exemplaires et se trouvait dans les murs du couvent. Celle-ci a disparu au moment des confiscations révolutionnaires. La bibliothèque de l’ICP comptait donc à ses commencements 3656 volumes : elle s’est enrichie depuis 140 ans grâce à des dons remarquables qui ont permis de reconstituer un ensemble significatif sur le plan de l’histoire des idées et d’offrir aux étudiants et chercheurs des collections de haut niveau dans leurs disciplines.

TablettesToute l’histoire de l’écriture y est désormais représentée, depuis les tablettes cunéiformes, les manuscrits médiévaux – bien que ceux-ci soient encore en petit nombre – et les incunables, jusqu’aux publications contemporaines les plus spécialisées, sous forme imprimée et numérique.

Le chercheur et le grand public découvrent ainsi la théologie, la philosophie et le droit canonique, l’archéologie biblique et l’exégèse contemporaine, la liturgie et l’ecclésiologie, mais aussi les sciences de l’éducation, et les sciences humaines dans leur acception la plus large : histoire antique et médiévale, littérature française et étrangère, art, musicologie, sciences sociales, histoire des sciences.

Le réseau des cinq bibliothèques dessert un public de plus de 6000 lecteurs, formé principalement d’étudiants en Licence et en Master des six Facultés, dont 600 doctorants et enseignants-chercheurs, ainsi que de lecteurs extérieurs (15%). La Bibliothèque de Fels est ouverte à tous les publics et payante, et permet l’emprunt à domicile de plus de 50 000 documents par an. L’emprunt est autorisé pour tout imprimé depuis 1900 (hors fonds patrimoniaux et sous réserve de leur état de conservation).

Des fonds particuliersFonds

Plus encore qu’un fonds à destination des étudiants de nos Facultés et que des collections spécialisées couvrant les cinq pôles de la Recherche à l’ICP, le réseau des bibliothèques compte nombre de gisements documentaires inexploités.

A l’abri des regards, parmi ses 15 kilomètres linéaires se trouvent des ensembles souvent peu connus, issus de dons ou de dépôts, mêlant imprimés et manuscrits, cartes et estampes, photographies, brochures ou documents dactylographiés, catalogues partiels et fichiers à tiroirs.
Ces fonds peuvent avoir plusieurs origines. Il ne saurait être question d’en dresser ici la liste exhaustive. Néanmoins, à titre d’initiation aux trésors de l’ICP, nous nous intéresserons ici aux fonds entrés récemment.

Des provenances diverses

Il arrive naturellement que des chercheurs de l’ICP transmettent leur bibliothèque de travail, ce qui est heureux, puisque le fruit de leur recherche s’y trouve déjà sous la forme des publications qu’ils auront transmises à la Bibliothèque au cours de leur carrière universitaire.

Il arrive également que des institutions ou des particuliers Livres précieuxsignent une convention avec l’ICP pour mettre à la disposition des lecteurs des collections spécialisées de haut niveau ou ayant appartenu à une personnalité importante du monde de la recherche ou de la culture ; enfin, parmi ces dons ou dépôts, une partie est destinée à la Réserve des livres rares et précieux de la Bibliothèque de Fels qui isole et protège les documents répondant à un certain nombre de critères : les plus anciens naturellement, les plus fragiles, et ceux que l’on nomme les ephemera, ou ceux dont la provenance, la marque de propriété ou quelque caractéristique bibliophilique les distinguent nettement du reste des collections.

Lorsque des propositions d’enrichissement des collections leur sont faites, les bibliothécaires, en accord avec la Recherche, jugent s’il est opportun d’intégrer ces dons ou ces dépôts aux collections existantes, ou de les conserver comme des fonds particuliers à part entière. Les critères alors mis en œuvre sont ceux du domaine de Recherche, de la cohérence documentaire, de l’état physique des fonds, de l’ancienneté et de l’originalité des exemplaires, de l’absence de conditions ou de restrictions liées au don, ainsi que de la place matérielle en magasins.

De l’Arménie à Port-Royal

Ainsi, sont entrés depuis les années 1970 des fonds tels que :

– la bibliothèque arménologique du professeur Haig Berbérian (1887-1978), érudit, déposée en 1979 grâce à la générosité de la Fondation Nourhan Fringhian ; elle compte, outre les archives et manuscrits de M. Berbérian, 1843 brochures en caractères latins, dont 1654 sont signalées dans le catalogue, ainsi que 140 titres de périodiques dont 16 au catalogue, et 2869 livres en caractères non latins, principalement en arménien et en russe, non catalogués ; voir l’allocution de Mgr Poupard à l’inauguration de la bibliothèque arménologique, le 12 mai 1981 ; fonds interrogeable par « recherche alphabétique »/ « cotes diverses » / cote [NF] ;

– le fonds Jean Mohammed Ben Abd-el-Jalil (1904-1979), prêtre catholique marocain, don en octobre 1979 à l’ICP comme le précise Claudine Lehmann dans « Nouvelles de l’ICP » ; 1352 titres en caractères latins signalés dans le catalogue, et environ 2020 volumes en arabe/farsi non inventoriés ; fonds interrogeable par « recherche alphabétique »/ « cotes diverses » / cote [AEJ] ;

– le fonds Stanislas Breton (1912-2005), philosophe ; entré en 2003 et 2006 à l’ICP, don de Stanislas Breton lui-même puis de Gabriel Brossard ; cote [Ms français 786] ; 755 livres, manuscrits de cours et d’articles de 1950 à 2004, classé en 32 boîtes d’archives ; livres et tirés-à-part sont signalés dans le catalogue ; inventaire en ligne ;

– le fonds Gabriel Le Bras (1891-1971), sociologue des religions ; entré en 2004, don de son épouse Mme Le Bras, sous la cote [Ms français 384] ; 3275 pièces réparties en 92 dossiers, comprenant lettres, notes, fascicules et bulletins diocésains, cartes, graphiques, formulaires d’enquête datés de 1930 à 1970, classé dans l’ordre des diocèses ayant répondu à « L’Enquête sur les pratiques religieuses en France » ; inventaire en ligne ;

– le fonds Philippe-Alexandre Rey-Herme (1914-2005), théologien, psycho-pédagogue ; entré en 2005 au Centre de documentation de l’ISP ; environ 2000 volumes allant du XVe au XXe siècle, couvrant l’histoire des institutions et des courants pédagogiques, de l’éducation des filles et des femmes, de la littérature de jeunesse, de la philosophie de l’éducation ; en cours de catalogage ; inventaire sur demande ;

– le fonds Maurice Zundel (1897-1975), prêtre et théologien ; don du père Bernard de Boissière, sj, en 2009 et 2012 ; environ 130 dossiers (conférences, lettres, florilèges, retraites homélies, retranscriptions de notes, choix de témoignages, études sur Zundel), quelques rares autographes de Zundel ; inventaire en cours ;

Maurice Zundel

Le Père Maurice Zundel (1897-1975)

– le fonds Emmanuel Mounier (1905-1950), philosophe ; entré en 2010 à l’ICP sous la cote [EM], don de l’AEM ; comprend 2140 titres (monographies, thèses, mémoires, tirés-à-part, brochures) provenant de la bibliothèque de l’Association des Amis d’Emmanuel Mounier et de la bibliothèque personnelle d’E. Mounier ; en cours de catalogage (1000 notices au 16/03/2015) ; fonds interrogeable par « recherche alphabétique »/ « cotes diverses » / cote [EM] ;

Emmanuel MounierEmmanuel Mounier (au centre), avec Lacroix et Domenach

– le fonds Louis Cognet (1917-1970) théologien ; entré en 2012 à l’ICP, don de M. Eric Jourdan-Green ; cours, manuscrits, notes de lectures, fonds XVIIe–XVIIIe, 2400 volumes sur le Grand Siècle et Port-Royal ; inventaire disponible sur demande, catalogage en cours ;

Louis CognetLe Père Louis Cognet (1917-1970)

– le fonds Lazariste, de la Congrégation de la Mission (St-Vincent-de-Paul), entré en 2014 à l’ICP, don et dépôt ; 5000 imprimés en théologie, histoire, philosophie, dont 150 imprimés rares ou précieux du XVIe siècle au XIXe ; catalogage en cours.

Comment les consulter : chantiers en cours

C’est naturellement dans le catalogue en ligne qu’on s’attend à trouver des informations sur ces fonds.
Cependant, ces collections comportent des caractéristiques qui les rendent parfois difficilement consultables: état d’origine, confusion dans le classement, langues rares qui requièrent un catalogueur spécialisé. C’est ce qui explique, par exemple, qu’une partie malheureusement limitée de la bibliothèque arménologique se trouve aujourd’hui cataloguée.

Néanmoins, nous avons indiqué pour chacun des fonds ci-dessus si un inventaire était réalisé ou non : lorsque c’est le cas, une simple liste ou un fichier peuvent être communiqués. Des opérations importantes de mise à jour du catalogue et d’amélioration de la qualité des notices sont en cours.

La principale est la rétroconversion du catalogue des imprimés antérieurs à 1811 qui a lieu depuis 2012 dans le SUDOC, où apparaissent aujourd’hui 15 000 notices, soit près de la moitié du fonds ancien. On peut aller dans la recherche avancée et restreindre par Bibliothèque de Fels et par date, afin de ne chercher que dans cet ensemble.
Parallèlement, le fonds lazariste est intégré au circuit entrant de catalogage courant depuis 2014. Le fonds Mounier également, si bien que la moitié s’en trouve aujourd’hui signalée.

Les fonds comportant des archives nécessitent un traitement spécifique dans CALAMES, le catalogue en ligne des archives de l’enseignement supérieur, en lien avec le Service des Archives de l’ICP.

Un important travail reste à accomplir, en lien avec les chercheurs et avec les bibliothèques extérieures, pour mieux valoriser ces fonds particuliers, achever leur signalement dans le catalogue, assurer leur conservation dans de bonnes conditions, voire les numériser au sein de programmes nationaux.

Trouvez toutes les informations pratiques (accès, horaires, prêt) sur le Portail documentaire des bibliothèques.

Christophe Langlois
Conservateur des Bibliothèques de l’Institut Catholique de Paris