Archives de catégorie : Colloques et journées d’études

Existe-t-il une mystique médiévale ?

Si la notion de mystique semble aller de soi pour le Moyen Âge, ce semble être par suite d’un malentendu. Car si  l’historiographie du XIXe siècle en particulier flétrit volontiers par ce mot ce qui, dans la littérature médiévale, lui semble sentimental, irrationnel ou extravagant, les auteurs médiévaux se servent quant à eux de l’adjectif «mystique» pour désigner bien autre chose : soit une certaine manière d’interpréter les Écritures et l’histoire sainte (sens mystique), soit une certaine façon de discourir rationnellement sur Dieu (théologie mystique), soit une certaine appartenance des fidèles à la même Église (corps mystique).
Il convient donc de revenir aux textes, en leur posant ces questions. Quand le mot «mystique» est-il employé dans des œuvres médiévales, et quelles significations y revêt-il ? À l’inverse, dans les œuvres médiévales qu’on tend à ranger aujourd’hui sous la catégorie de «mystique» (visions et révélations, écrits dévots, exposés sur la contemplation ou sur l’union à Dieu, écrits inspirés de la Théologie mystique du pseudo-Denys l’Aréopagite, etc.), comment ce qui relève de cette catégorie est-il nommé, défini, compris par les auteurs eux-mêmes ?
Est-il pertinent de distinguer et d’enclore dans un même genre des textes aussi divers, ou d’autres découpages sont-ils préférables à l’intérieur de la littérature religieuse du Moyen Âge ? De la fin de
l’époque patristique aux débuts de la Renaissance, le sens du mot «mystique» et la réalité que nous visons sous ce mot sont-ils restés stables, ou bien ont-ils subi une évolution ? Au fond, peut-on dire que la notion moderne de mystique a son origine dans les temps médiévaux ?

Ce colloque international de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris (Directeur : Dominique Poirel – Déléguée scientifique : Isabelle Moulin) aura lieu les 30 novembre et 1er décembre 2017 à l’Institut Catholique de Paris, amphithéâtre Paul Ricœur (Z16).

Inscription indispensable (gratuite) uniquement sur : https://iemmystique2017.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Vulnérabilités : Relectures critiques à la croisée des disciplines

Le concept de vulnérabilité, qui a fait irruption dans les discours académiques depuis une trentaine d’années, a permis de mettre des mots sur des phénomènes aussi variés que la croissance du sentiment de vulnérabilité physique, psychologique, sociale et
politique dans les sociétés occidentales, le sentiment de déstabilisation culturelle dans des mondes pluralistes, la crise
de la transmission et des institutions, la montée des inégalités sociales et de la violence politique qui accompagne la  mondialisation, ou encore la manipulation sectaire, affective, etc.

L’analyse politique et sociale de la vulnérabilité concrète révèle néanmoins la multiplicité des réalités singulières, et l’ambiguïté de l’interprétation comme le démontre par exemple l’essor de la victimisation des individus, ou encore les différentes façons d’aborder la vulnérabilité des migrants.

Ce colloque sur la vulnérabilité clôture un travail interdisciplinaire de plusieurs années au cours duquel théologiens, philosophes, juristes, sociologues, politistes et historiens ont partagé les apports de leur discipline sur la notion. Ils ont mis en évidence tant la
polysémie du terme que des ambiguïtés axiologiques, l’usage préférentiel de certains champs lexicaux, enfin les manières dont le concept traverse les disciplines. A la croisée des domaines de
recherche, le colloque portera donc un regard critique sur le surgissement de cette notion sur la scène sociale et dans le champ des disciplines académiques. En particulier seront distinguées et articulées la vulnérabilité de l’individu et celle des institutions. En chaque lieu étudié, nous nous attacherons à définir le sens du terme de « vulnérabilité », selon les différentes épistémologies impliquées, mais aussi à en cerner les ambiguïtés, et la manière dont il suscite déplacements et réflexions au cœur de nos champs de recherche respectifs.

Enfin, comme la vulnérabilité désigne des frontières communes à nos disciplines, cette question amène non seulement à croiser les intuitions propres à nos champs de recherche, mais aussi à penser l’interdisciplinarité de manière différente. La vulnérabilité se révèle donc comme un système, une grille de lecture qui impose une épreuve – au sens où celle-ci est aussi « épreuve de vérité » – et révèle ainsi le « travail » et les fruits de l’interdisciplinarité.

Ce colloque international de l’unité de recherche « Religion, Culture et Société » – EA 7403, pôle de recherche « Éthique, Morale et Institutions » aura lieu les 7 et 8 décembre 2017 à l’Institut Catholique de Paris, amphithéâtre Paul Ricœur (Z16).

Inscription indispensable (gratuite) uniquement sur : https://vulnerabilites2017.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Aux commencements. Création et temporalité dans la Bible et dans son contexte culturel

bibleetorient_affiche_201702_2016111-page-001La Bible et les littératures de l’Orient ancien contiennent des traditions et des récits qui racontent les origines de l’univers et des commencements dans l’histoire, mais aussi l’achèvement de périodes historiques, voire l’accomplissement du temps de l’histoire ou de l’univers. Tous ces textes, dans leur diversité, conduisent à s’interroger sur le rapport entre origines, commencements, temps de
l’histoire et achèvements.
Les Traditions d’Israël en particulier dessinent un cadre temporel dans lequel elles inscrivent les événements fondateurs de l’identité théologique du peuple. Ce cadre temporel déploie, entre des récits de commencements et des ouvertures eschatologiques, un « temps
de l’histoire », qui n’est pas simplement linéaire, mais marqué par des fractures et des ruptures.
Le colloque aura pour but de montrer comment les récits de la Bible ou des civilisations environnantes racontent les commencements, les origines mais aussi la fin, et comment, à travers leur traitement de la temporalité, ils « construisent » des théologies, des identités et des visions du monde.
Il cherchera notamment à souligner les articulations qui existent entre la périodisation de l’histoire et la révélation du Dieu d’Israël.

Ce colloque international aura lieu les 27 et 28 février 2017 à l’Institut Catholique de Paris. Le comité scientifique est composé d’Olivier Artus (ICP), de Corinne Lanoir (Institut Protestant de Théologie, Paris), de Sophie Ramond (ICP) et de Christopher Seitz (Toronto School of Theology, Wycliffe College).

Inscription indispensable et paiement uniquement sur : https://auxcommencements.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

De la Révélation. Lectures philosophiques et théologiques

Sous son aspect de catégorie née dans laDe la Revelation période moderne, la notion de Révélation s’apparente à d’autres catégories apparues à la même
époque. Ainsi en va-t-il de l’ontologie, de la distinction entre metaphysica generalis et metaphysica specialis, de theologia naturalis, d’apologétique.
La théologie, privée de « ratio », se voit contrainte de dédoubler son épistémologie, en prenant pour norme une distinction d’origine lointainement kantienne, la distinction entre objet formel et objet matériel, La Révélation s’identifiant dès lors à une série ordonnée de revelata, de vérités à croire dont les signes probants sont assurés par des critères externes de crédibilité. Soumis à des interdits issus des nouvelles conditions d’exercice de la raison, ce qu’il y a de plus théologique dans la théologie se voit soumis à une impossibilité de droit et de fait.
Parce que cette question s’inscrit dans une histoire, il s’agira au cours de ce colloque d’en suivre les mutations et de se demander si les avancées récentes, tant du côté de la philosophie que de la théologie, ne conduisent pas à une sortie de cette impossibilité. Du côté de la philosophie avec la phénoménologie, qui trouve avant tout ses ressources dans ce qui se montre et se donne. Et du côté de la théologie, dans le sillage des voies ouvertes par la Constitution
dogmatique Dei Verbum du Concile Vatican II.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Cervantes et Shakespeare : regards croisés

Shakespeare et CervantesAuteurs phares dont l’œuvre s’écrit à la charnière des 16e et 17e siècles, l’un dans l’Angleterre élisabéthaine et jacobéenne, l’autre dans l’Espagne du Siècle d’Or, Shakespeare et Cervantes sont contemporains l’un de l’autre et meurent la même année en 1616.
Des regards croisés entre ces deux auteurs que Victor Hugo considérait à juste titre comme des « hommes océans » seront
échangés à l’occasion de ce colloque interdisciplinaire qui commémore le 400e anniversaire de leur mort en avril 1616.
Enfants de deux puissances rivales, leur œuvre se construit comme un miroir imaginaire de l’histoire, mêlant délibérément fiction et réalité dans un contexte politique et social qui suggère une vision comparatiste du monde européen envisagée sous ses aspects politiques, sociaux, littéraires, artistiques et musicaux.
À partir des travaux de Roger Chartier sur Cardeño, différentes communications interrogent les œuvres des deux écrivains, tant du point de vue de leurs inspirations respectives, de leurs liens spécifiques avec leurs personnages devenus mythiques, que
de la place qu’ils accordent au rêve, au réel et à l’irrévérence.
Enfin une place spécifique sera consacrée à la perception éditoriale et posthume en Europe et outre-Atlantique de ces deux grands modèles de la littérature européenne.

Ce colloque international, qui aura lieu du 20 au 22 avril 2016 à l’ICP et à l’Instituto Cervantes, est coorganisé par Ineke Bockting et Béatrice Fonck (Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris), Pascale Drouet (Université de Poitiers) et l’Instituto Cervantes de Paris.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Colloque de philosophie : « Descartes et la phénoménologie »

Ce colloque international, qui aura lieu du 3 au 5 février 2016, est coorganisé par la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, l’Université de Paris-Sorbonne, l’ENS, l’UMR 8547 Archives Husserl et l’Académie Polonaise des Sciences.

Philosophes européens spécialistes de Descartes et chercheurs phénoménologues se retrouvent pendant trois jours à Paris pour faire le point sur le dialogue à travers le temps entre deux penseurs majeurs de notre humanité : Descartes et Husserl.

Avec Camille Riquier, Dominique Pradelle, Wojciech Starzynski, Veronica Cibotaru, Arnaud Dewalque, Nicolas de Warren, Roland Breeur, Csaba Olay, Dan Arbib, Grégori Jean, Renaud Barbaras, Emmanuel de Saint Aubert, Piotr Schollenberger, Róbert Karul, Andrzej Gniazdowski, Karol Tarnowski, Karel Novotný, Olivier Dubouclez, Alexandre Guimarães Tadeu de Soares, Claudia Serban, Jean-Luc Marion de l’Académie française.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Colloque international de l’Institut d’Études Médiévales : La liberté au Moyen Âge

Colloque IEM 2015Colloque international de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris, organisé les 27 et 28 novembre 2015 sur le thème: « La liberté au Moyen Âge ».

Directeur : Olivier Boulnois – Déléguée scientifique : Isabelle Moulin

La question de la liberté est d’abord historique. Le concept de liberté désigne d’abord une réalité sociale : est libre celui qui jouit de certains droits, et qui n’est pas esclave. Qui est libre ? Sous quel point de vue ? Et quand cesse-t-on de l’être ?

On parle également de libertés politiques pour certaines cités jouissant de franchises. Quelles sont ces libertés (au pluriel) ?

Mais on ne peut poser la question sans faire entrer en ligne de cause la question philosophique du libre arbitre. Dans quelle mesure l’action humaine échappe-t-elle à la contrainte (ce qui rejoint le problème des conditions politiques de la liberté) ? Un agent n’est-il libre que si s’offrent à lui des alternatives contingentes (problème logique des futurs contingents) ? Un agent est-il libre si son action n’est pas déterminée par des causes (problème physique du déterminisme) ? Un agent peut-il être à la fois libre et incapable de faire le bien (problème moral de l’impuissance) ?

Cette problématique se double d’une dimension théologique. Un agent est-il libre si son action est prévue d’avance par la connaissance que Dieu en a (problème de la prescience divine) ? Un agent peut-il agir librement, si Dieu l’a prédestiné à agir (problème de la prédestination) ? Un agent peut-il agir droitement, si son action n’est pas soutenue par l’aide de Dieu (problème de la grâce) ?

Parce qu’elle pose à la fois la question de la responsabilité, celle du déterminisme, celle de l’éthique et celle de l’action divine dans l’histoire, la question de la liberté au Moyen Âge est fondamentale. Nous espérons que ce colloque, reposant sur un dialogue entre historiens, historiens des doctrines, philosophes et théologiens, permettra d’avancer de manière décisive sur ces questions.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.
Inscriptions : https://colloque-iem-2015.eventbrite.fr

Journée d’étude de l’Institut d’Études Médiévales : « Connaissance et Nécessité »

Journée d'étude IEML’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris organise les 27 et 28 mai 2015 une journée d’étude sur le thème : « Connaissance et Nécessité. Necessity and Knowledge« .

Directeur : Olivier Boulnois – Déléguée scientifique : Isabelle Moulin

L’interconnexion entre la connaissance et la nécessité constitue une caractéristique majeure des débats philosophiques et théologiques au Moyen Âge.

Dans ses Seconds Analytiques, Aristote soulignait l’importance de la connaissance humaine naturelle pour répondre à la nécessité épistémologique de la connaissance, tandis qu’il soutenait par ailleurs que cette connaissance portait sur les objets singuliers et contingents du monde. Les médiévaux latins et arabes ont tenté de résoudre cette difficulté en posant des processus cognitifs élaborés afin de rendre compte de l’acquisition des caractéristiques essentielles et nécessaires de ces objets contingents.

Par ailleurs, Aristote ayant laissé ouverte, dans le De anima III.7, la question de la connaissance des substances séparées ou même de la propre connaissance intellective de l’âme humaine par l’homme, les traditions latines et arabes ont proposé différents modèles philosophiques et/ou théologiques pour répondre à cette question.

Enfin, si les conditions de l’intellection du divin nécessaire et éternel se trouvaient interrogées, en retour, la question de la connaissance divine, sur le modèle ou non de la connaissance humaine, apparaissait comme un point majeur de l’appréhension de la nécessité et de son rapport naturel dans le monde.

S’ouvre alors la question du déterminisme et des modalités de l’interaction entre la connaissance divine et humaine, autrement dit, au lieu-même où se noue le rapport de la science de Dieu et de la science en Dieu.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé de la journée d’étude.

Journée d’étude sur le philosophe et théologien allemand Hemmerle

Klaus Hemmerle (1929-1994), évêque de Aachen (Aix-la-chapelle, Allemagne), théologien et philosophe brillant, a apporté une importante contribution pour l’approfondissement doctrinal du charisme de l’unité et pour sa diffusion parmi les évêques.

A l’occasion de son 70e anniversaire, il adresse au théologien Hans Urs von Balthasar un opuscule dont le seul titre a valeur déjà de programme. Là où des penseurs, et parmi les plus prestigieux – songeons ici à Martin Heidegger – s’emploient à écarter la question de l’être et la question de Dieu pour penser chacun à partir de lui-même et lui seul, ce petit livre en forme de manifeste relève un défi : que la pensée la plus propre au christianisme, l’affirmation de Dieu comme Dieu trinitaire, donne à revisiter ce chantier qui pourrait passer pour pure invention du philosophe et qui a pour nom ontologie. C’est cet écrit, nouvellement traduit en français (Thèses pour une ontologie trinitaire, Ad Solem, 2014), dont il importe de mesurer la fécondité.

Une journée d’étude consacrée à sa pensée se tiendra à l’Institut Catholique de Paris le 7 avril 2015. Vous pouvez en consulter le programme ici.

Colloque de l’Institut Supérieur d’Études Œcuméniques : L’unité des chrétiens. Pourquoi ? Pour quoi ?

colloque iseoLe colloque œcuménique annuel de l’Institut Supérieur d’Études Œcuméniques (ISEO) est proposé par le Theologicum, Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris, l’Institut Protestant de Théologie – faculté de Paris (IPT) et l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge (ITO).

Il se tiendra du 17 au 19 mars 2015, sur le thème « L’unité des chrétiens. Pourquoi ? Pour quoi ? »

Destiné aux enseignants et étudiants en théologie ainsi qu’aux délégués à l’œcuménisme des diverses Églises, ce colloque est ouvert également à un large public intéressé par la vie œcuménique dans les diocèses, régions ou inspections ecclésiastiques.

A noter : la conférence du père Jean-François Chiron, Faculté de Théologie de l’Université catholique de Lyon, co-président du Groupe des Dombes, le mercredi 18 mars à 16h30 (conférence ouverte au public, entrée libre)

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Colloque international et interdisciplinaire : 1914, neutralités, neutralismes en question

Colloque 1914Alors que l’Europe s’embrase en août 1914 sans que personne n’imagine encore l’ampleur du conflit, les débats
sont déjà nombreux sur la pertinence de l’engagement qu’il soit politique, idéologique, économique ou religieux.
Les États, les groupes d’opinion et les individus optent pour des positions dictées par leur conscience ou par les
intérêts politiques. La guerre durant, les neutralismes les plus affirmés vont être mis à mal. Dans le cadre d’une approche historique,
géographique, littéraire et artistique, l’objet de ce colloque est d’examiner l’évolution des enjeux géopolitiques
et des débats d’ordre moral, spirituel ou idéologique qui ont conduit les défenseurs de la neutralité à maintenir
leur position pendant toutes ces années ou à s’engouffrer de gré ou de force dans la voie de l’interventionnisme.

Ce colloque est organisé les 13 et 14 novembre 2014 à l’Institut Catholique de Paris.

Vous pouvez consulter le programme détaillé de ce colloque ici.

Colloque international organisé par l’Institut d’Etudes Médiévales : Commenter au Moyen Age

couv. colloque commenterQu’est-ce que commenter ? D’emblée, commenter se définit comme un acte étrange, dans lequel le lecteur glisse ses paroles dans celles d’autrui, comme s’il était impossible de recevoir une parole sans y mêler les siennes. Le modèle d’appropriation du texte par le lecteur ne semble pas devoir faire l’économie
d’une trace, d’une empreinte sur le texte, l’observation donnant lieu à l’annotation.

Le dialogue entre le lecteur et le texte s’élargit lorsque l’observation devient une remarque partagée, lorsque le mode d’appropriation du texte par le lecteur aboutit à la production d’un nouveau texte, que ce dernier soit court ou long, avec ou sans la présence du texte à commenter. L’annotation se fait glose, l’observation devient une explication, l’inspiration une exégèse.
Posant la question fondamentale du sens de l’acte de commenter, le colloque interrogera, à partir d’études de cas, ce qui le caractérise : le public, la méthode, le vocabulaire spécifique, la forme (oral ou écrit), l’usage (visée spéculative, pédagogique, pratique, etc.), en posant les trois axes suivants :
– L’herméneutique du commentaire ;
– Les formes du commentaire ;
– Le rapport du commentaire à l’institution.

Cette problématique sera abordée dans une double perspective : une approche interdisciplinaire ; à l’intérieur des principales disciplines étudiées (Écriture sainte, philosophie, droit, littérature, théologie), on se demandera ce que le genre du commentaire a apporté à la discipline, et réciproquement, si celle-ci a suscité des pratiques spécifiques d’interprétation.

Ce colloque, organisé par l’Institut d’Etudes Médiévales de l’Institut Catholique de Paris, aura lieu les 8 et 9 décembre 2014.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Journée d’études “Pratiques pédagogiques et usages de la vidéo en ligne” au Centre Edouard Branly de l’Institut Catholique de Paris

Affiche_JE_pédagogie_vidéoLa journée d’études “Pratiques pédagogiques et usages de la vidéo en ligne” est organisée par le Centre Edouard Branly de l’Institut Catholique de Paris. Elle se tiendra le lundi 30 juin 2014 de 10h à 18h30 dans l’amphithéâtre René Rémond de l’Institut Catholique de Paris, au 21 rue d’Assas, Paris.

Présentation

Les technologies du numérique jouent, aujourd’hui, un rôle central dans les processus de diffusion, de médiation et de mise en circulation des savoirs, que ce soit dans la société ou pour l’enseignement (avec les ordinateurs, les tablettes, les appareils photo, les tableaux numériques, etc.). Dans ce contexte, la vidéo tient une place particulière. Elle a, à la fois, un impact sur les formes d’acquisition des connaissances, sur les modes d’apprentissage, sur la transmission, sur la pédagogie et le contenu des enseignements eux-mêmes.

Les pratiques et les usages de la vidéo sont liés à la montée en puissance des plateformes numériques de mise en circulation des savoirs et des plateformes d’enseignement à distance (Mooc, xMooc, cMooc ou Spoc). La plupart de ces plateformes font la part belle à la vidéo. Les individus y découvrent des contenus ; ils suivent des cours dans lesquels ils peuvent voir des chercheurs, des experts, des journalistes, des médiateurs ou des pédagogues filmés et mis en scène. Ils peuvent voir des extraits de films, des reportages ou des segments de vidéo. À l’occasion, ils peuvent même intervenir et se retrouver à l’écran (selon le modèle de la visio-formation : Classilio, etc.).

On observe, également, une utilisation renouvelée du cinéma et de l’audiovisuel en situation médiatique et pédagogique. Ici, les technologies du numérique servent à accompagner l’analyse des images et à décrypter la grammaire cinématographique (qu’est-ce qu’un champ-contrechamp ? un plan américain ? Etc.). On peut parcourir le film, l’annoter, le partager, etc. Le film ou la vidéo est utilisé par le pédagogue pour soutenir le contenu de son enseignement, l’illustrer ou le vulgariser. Il permet d’entrer différemment dans la matière du cours en venant interroger des thèmes, des objets, des situations sociales.

Cette journée d’études interrogera ces pratiques pédagogiques innovantes liées à la vidéo et leur usage dans les institutions d’enseignement et de formation.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Rencontres PICNIC du Centre Edouard Branly de l’Institut Catholique de Paris

PICNIC_visuelLes rencontres PICNIC (Pratiques, Innovations et Créativité Numérique dans les Institutions Culturelles) se tiendront les jeudi 26 et vendredi 27 juin 2014 à l’Institut Catholique de Paris, au 21 rue d’Assas. Elles porteront sur l’intégration et les usages des technologies innovantes dans les institutions culturelles et muséales.

L’après-midi du jeudi 26 juin sera consacrée à la tenue de 3 conférences plénières et publiques. La journée du 27 juin est destinée aux professionnels des milieux du musée et du numérique ; le nombre de places est limité à 20 personnes. L’inscription est obligatoire.

Les rencontres PICNIC sont à l’initiative du Centre Edouard Branly, équipe de recherche et d’innovation de l’Institut Catholique de Paris, spécialisée dans les technologies et les humanités numériques, en partenariat avec le service des Études et de la Recherche du musée du Louvre, l’Ecole des Médias et du Numérique de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’équipe Culture & Communication de l’UMR CNRS Norbert Elias et l’OCIM.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Quête d’identité et rhétorique de la différenciation dans les corpus du texte biblique

Un atelier de recherche franco-allemand pour jeunes chercheurs est organisé par l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » de l’Institut Catholique de Paris et le Centrum für Geschichte und Kultur des östlichen Mittelmeerraums de l’Université de Münster  les 12 et 13 juin 2014 à l’Institut Catholique de Paris. Il traite de la question de la spécificité littéraire et théologique des textes bibliques dans leur contexte de rédaction et d’énonciation.

Cet atelier de recherche est soutenu par l’Université franco-allemande / Deutsch-Französische Hochschule.