Archives de catégorie : Derniers numéros de Transversalités

Parution du n° 140 de Transversalités

trans_140_l204Le dossier du numéro 140 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités rassemble les actes d’un colloque organisé en 2015 à l’Institut Catholique de Paris, et ayant pour objet d’interroger la notion de « chrétiens de gauche ».

Sur le plan historique, les contributions rassemblées mettent en évidence le déplacement intervenu, au cours des dernières années, dans le débat interne à l’Église catholique en France, quittant le champ politique, pour se situer principalement dans le champ anthropologique et éthique. On pourrait ainsi substituer à l’opposition « droite-gauche », qui fut celle des décennies 1950, 1960 et 1970 une nouvelle opposition « identité-ouverture », pour schématiser ce débat.

Sur le plan théologique, l’expression « chrétiens de gauche » conduit à explorer la manière dont la foi chrétienne interagit avec l’histoire et la civilisation. La notion de « théologie politique » est mise en question : faut-il considérer l’Église comme une « polis »  (une « cité ») alternative, comme le fait le théologien Stanley Hauerwas, qui lie la catégorie du « politique » à la construction d’une communauté particulière ; ou faut-il affirmer, comme le fait Jean-Baptiste Metz, que la foi chrétienne a une dimension « publique », et mettre en avant le rôle de la pratique pour penser Dieu et son action dans le monde ?

Enfin, la contribution d’Éric Vinson, qui conclut le dossier, conduit à formuler une hypothèse intéressante : celle de l’effacement de la dimension spirituelle dans la gauche française, qui l’a conduite à oublier des ressources susceptibles de la renouveler de l’intérieur, et en même temps, à valoriser à l’extrême la notion de laïcité, sans en explorer suffisamment les fondements.

Consultation du sommaire du n° 140 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 139 de Transversalités

trans_139_l204

Alors que l’accord de Paris sur le climat approuvé le 12 décembre 2015 est en cours de ratification, et que l’avenir du « vivant » sur notre Terre dépend de la mise en œuvre de ce traité, le dossier proposé par ce numéro 139 de la revue Transversalités a pour objectif de préciser les fondements possibles de la réflexion écologique contemporaine, et d’appréhender comment la théologie, la philosophie, les religions peuvent aujourd’hui en être partie prenante.

Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’urgence écologique que nul ne conteste plus sérieusement, mais davantage de préciser les enjeux d’une discipline – l’écologie – qui ne peut se réduire à une approche scientifique et technique prenant acte de l’évolution des données du climat, et en proposant une modélisation pour les prochaines décennies. L’écologie se présente bien davantage aujourd’hui comme une tâche à accomplir, une responsabilité commune de l’humanité, exigeant, au-delà des paramètres scientifiques nécessaires, une approche anthropologique spécifique.

Les cinq contributions du dossier s’appuient sur des sources très différentes : la Tradition biblique, la réflexion du Magistère de l’Église catholique, et particulièrement l’encyclique Laudato Si’ du pape François, l’enseignement de l’islam, enfin la philosophie contemporaine.

Consultation du sommaire du n° 139 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 138 de Transversalités

TRANS_138_L204Le bien commun est une notion philosophique ancienne, critiquée dans la modernité, qui connaît aujourd’hui un regain d’actualité. Le nouveau dossier de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités publie les travaux préparatoires au colloque inaugural de la Chaire Bien Commun, créée par l’Unité de Recherche de  Religion, Culture et Société [EA7403] de l’ICP.

La notion de bien commun a connu un vif regain d’intérêt au cours de ces dernières années. La théologie de saint Thomas d’Aquin comprenait le « bien commun » comme la « fin » d’une société, le terme « fin » désignant à la fois sa visée historique et sa vocation par-delà l’histoire. Plus récemment, l’usage du vocabulaire du bien commun s’est généralisé, débordant largement les frontières de la théologie chrétienne. Économistes, entrepreneurs, responsables politiques en usent largement, parfois sans en interroger le fondement ni la provenance : le bien commun est ici compris comme un objectif économique et social.

Le dialogue entre théologiens, philosophes, économistes, spécialistes des sciences politiques s’avère donc particulièrement nécessaire pour appréhender dans sa complexité la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle.

Le dossier montre comment la  notion de bien commun ne désigne pas uniquement des modalités d’organisation de l’économie et de la société, mais représente également une ressource précieuse pour répondre à la question de la finalité du « politique ».

Consultation du sommaire du n° 138 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

 

Parution du n° 137 de Transversalités

Couv137

Le n° 137 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème « Réformer ».

Le verbe « réformer » est l’un des mots clefs du discours politique, économique et social contemporain. Les contributions de quatre chercheurs vont permettre d’en préciser les origines, le sens, les implications.   

Le mot « Réforme » évoque immédiatement le mouvement qui conduisit à la naissance des communautés protestantes au XVIe siècle. En politique, il est connoté positivement et désigne une dynamique qui vise à en finir avec les archaïsmes. Dans les deux cas, « réformer » semble renvoyer avant tout à une attitude de rupture avec un passé révolu.

Les contributions rassemblées dans ce dossier et consacrées à la Réforme protestante, à la Révolution française et à la réforme introduite dans l’Église catholique par le Concile Vatican II, semblent conduire à une autre approche de l’action réformatrice : comme l’indique son étymologie latine re-formare, « réformer » consisterait avant tout à vouloir revenir aux « origines », aux fondements, pour vivre des commencements nouveaux, et se libérer des pesanteurs des institutions, qu’elles soient politiques ou ecclésiales.

Ainsi, l’action de « réformer » ne procède pas simplement d’une rupture ou d’une évolution par rapport à ce qui précède. Elle implique une redécouverte des traditions fondatrices et de leur dynamisme fécond à différents moments de l’histoire.

Consultation du sommaire du n° 137 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 136 de Transversalités

 

TRANS_136_L204Le n° 136 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème « Le jugement moral au risque du pluralisme éthique ».

Alors que viennent d’avoir lieu à Paris les débats de la Conférence sur le climat, à l’heure où sont recherchées les voies d’une réponse juste et commune aux défis écologiques de notre époque, la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités publie les actes d’un colloque destiné à de jeunes chercheurs préparant un master ou un doctorat de théologie, et consacré à la question du « jugement moral ».

Consultation du sommaire du n° 136 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 135 de Transversalités

Couv 135Le n° 135 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème “Colloque Stanislas Breton : l’avenir du christianisme entre foi et dialogue”.

En regroupant les activités de recherche en Philosophie et en Théologie dogmatique dans un même pôle « Philosophie et Théologie », l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » de l’Institut Catholique de Paris s’est voulue fidèle à une intuition intellectuelle qui n’a cessé d’être honorée dans notre Université catholique depuis plusieurs décennies, et dont Stanislas Breton, philosophe, théologien, professeur à l’Institut Catholique de Paris de 1965 à 1982, fut un éminent représentant.

Le dossier de ce numéro de Transversalités réunit quatre contributions d’un colloque récent consacré à son œuvre, organisé à Boston à l’initiative du Boston College et de l’Institut Catholique de Paris. Les textes publiés dans le dossier « L’avenir du Christianisme entre foi et dialogue » dessinent la figure du philosophe Stanislas Breton réfléchissant le fait chrétien et la foi chrétienne. Le titre du cours inédit qu’il donna en 1972-1973 à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, et auquel est consacrée la communication de Marie-Odile Metral, illustre suffisamment ce propos : « Foi chrétienne, religion, philosophie ».

Consultation du sommaire du n° 135 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 134 de Transversalités

Le n° 134 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème “Nouveaux regards sur la ville”.

Transversalites 134C’est dans la polis grecque qu’a pris naissance une culture qui fut transmise au monde romain, et dont, deux millénaires plus tard, nos sociétés contemporaines européennes sont aujourd’hui encore les héritières. La culture urbaine, comme le montrent les traditions relatives à l’Apôtre Paul, fut également déterminante dans la diffusion du Christianisme. La ville, carrefour réunissant des classes sociales, des cultures, des compétences différentes, est, dans l’Antiquité et depuis le moyen âge – du moins pour ce qui concerne le territoire européen – le lieu où s’élaborent et où se diffusent les évolutions du savoir, des techniques, de la pensée.

Mais, comment « définir » une ville ? Et comment penser la relation entre l’espace, les réalités sociales, la construction et la diffusion de la culture ? C’est à ces questions que s’affronte le dossier composé par Jean-Baptiste Sèbe, dont les auteurs réunissent des compétences variées et complémentaires.

Consultation du sommaire du n° 134 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 133 de Transversalités

Couv 133 ombréeLe n° 133 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème « Traditions bibliques et construction de l’identité (2) ».

Le dossier de ce n°133 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris Transversalités reprend les actes d’un colloque consacré au thème de « La rhétorique de l’identité dans l’Écriture Sainte », et rassemblant les biblistes et les orientalistes de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société », et les chercheurs du Centrum für Geschichte und Kultur des östlichen Mittelmeerraums de l’Université de Münster.

Dans la plupart des cas, les auteurs des traditions bibliques affrontent des conditions politiques qui les conduisent à définir leur identité religieuse et théologique en faisant face à une culture dominante : c’est en allant sur le terrain de ces cultures, en en empruntant les lieux communs, ou des expressions plus élaborées, que les écrivains bibliques parviennent à entrer en débat avec elles et à préciser la spécificité de leur foi.

Consultation du sommaire du n° 133 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 132 de Transversalités

ombreLe n° 132 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème « Penser après 1914 ».

La périodisation de l’histoire contemporaine conduit parfois à proposer l’hypothèse d’un « court xxe siècle » qui débute en 1914, et s’achève en 1991. 1914 marquerait ainsi la fin d’un monde et le début de la construction d’un nouveau « siècle ». Ce xxe siècle n’est pas seulement défini par la séquence des événements politiques qui le scandent, mais également par les évolutions qui le caractérisent sur le plan de la pensée, de la culture, des paradigmes politiques qui en sont proposés comme clefs d’interprétation. 1914 apparaît ainsi non seulement comme une fracture dans l’histoire des nations européennes, mais comme le premier moment d’une crise, c’est-à-dire d’un « jugement décisif réorientant le devenir», selon la formule proposée par Julien Farges.

Quatre portes d’entrée sont proposées par le dossier « Penser après 1914 », pour investir différents aspects de la « crise » inaugurée par la grande guerre, d’un point de vue historique, littéraire, philosophique et théologique.

Consultation du sommaire du n° 132 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements et ventes au numéro  :
SER – Abonnement Transversalités
tel: 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Parution du n° 131 de Transversalités

Couv 131Le n° 131 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, avec pour thème « Christianisme et bien commun ».

La notion de bien commun fait aujourd’hui l’objet d’une attention nouvelle. Après un relatif oubli à l’époque moderne, elle connaît un retour en force dans le champ académique et une entrée décisive dans le champ réglementaire, à travers les nouvelles normes relatives au développement durable.

Mais ce qui s’impose comme un constat ne va pas de soi et certains seraient en droit de se demander : comment un ancien concept philosophique et théologique, si critiqué par le libéralisme (soucieux du primat des droits individuels sur le bien collectif), permettrait-il de répondre aux défis politiques et économiques du monde contemporain ? Se trompe-t-on sur le terme utilisé ou est-ce au contraire la critique libérale qui en appelle à une contre-critique, susceptible de mettre au jour les potentialités insoupçonnées de la notion de bien commun, au singulier comme au pluriel ?

Pour répondre à cette question, les enseignants-chercheurs de la Faculté de Sciences Sociales et Économiques (FASSE) et de la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris se sont réunis autour d’un projet prioritaire d’innovation de trois ans (2013-2016), dont le dossier de ce n°131 de Transversalités – Revue de l’Institut Catholique de Paris présente des premiers résultats.

Consultation du sommaire du n° 131 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements et ventes au numéro  :
SER – Abonnement Transversalités
tel: 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Parution du n° 130 de Transversalités

Couv 130Le n° 130 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, avec pour thème “Identités, communautés, institutions”.

Il est assez banal depuis quelques décennies d’affirmer que les institutions des démocraties dites occidentales (l’état, la représentation démocratique…) sont « en crise » — une crise caractérisée par une défiance vis-à-vis de la médiation de l’état, et une moindre participation des citoyens au débat démocratique et aux processus électoraux — , « crise » qui vient également toucher les Églises, dont semblent se détourner les plus jeunes générations, et dont la réflexion anthropologique se trouve contestée.

Ces défis auxquels sont aujourd’hui confrontées Églises et Sociétés obligent à énoncer à frais nouveaux ce qui fonde les communautés humaines ou ecclésiales : l’identité même de ces communautés, et la source du lien qui les construit.

C’est à partir de quatre points de vue et de quatre compétences différentes que ce numéro 130 de  Transversalités aborde cette question de l’articulation entre « identités », « communautés », et « institutions ».

Consultation du sommaire du n° 130 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Parution du n° 129 de Transversalités

Transversalités 129Le n° 129 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, avec pour thème « Traditions bibliques et culture du Proche-Orient ancien ».

Quel que soit leur contexte, et l’époque que l’on considère, les confessions de foi, les institutions religieuses, les rites et les expressions liturgiques, la réflexion morale menée par les communautés croyantes font pleinement partie de la culture. Il n’y a pas « d’extraterritorialité » du discours et des pratiques juives ou chrétiennes, mais bien davantage un mouvement de va et vient avec les traditions littéraires, philosophiques et sociales d’une époque donnée, mouvement qui rend compte des emprunts des traditions juives et chrétiennes à la culture de leur temps, et également de leur influence sur les cultures, d’époque en époque.

Le dossier de ce n° 129 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités est consacré à l’étude des traditions bibliques, en tant qu’elles reflètent la construction de l’identité des communautés croyantes. Des Écritures fondatrices en viennent progressivement à constituer, dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, un Canon qui dit la spécificité et l’originalité théologiques de ces communautés. Pour autant, ce Canon n’est pas étranger, dans son contenu, aux cultures et aux civilisations au sein desquelles il a pris corps.

Consultation du sommaire du n° 129 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Parution du n° 128 de Transversalités

Le n° 128 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, avec pour thème « L’action de Dieu ».

GrCheqDej-cahierE1-BatBPoser la question de l’ « action de Dieu » prend un relief particulier dans nos sociétés occidentales où semble s’imposer, parallèlement à une certaine ex-culturation des religions, l’idée d’un « retrait » de Dieu. Le constat de cette apparente absence de Dieu prend une acuité particulière dans les situations où le mal semble s’imposer sans limites : conflits armés, exploitation des individus, catastrophes naturelles.

D’autre part, la mise au jour — dans la foi — de l’action de Dieu dans l’histoire et dans la vie humaine pose la question de son articulation avec l’action de l’homme.

Consultation du sommaire du n° 128 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.