Archives de catégorie : Séminaires de recherche

L’engagement (séminaire Mounier)

Thème par excellence du personnalisme, l’engagement reçoit sa définition la plus élaborée avec Mounier et Landsberg, bien avant sa mise en relief dans la philosophie sartrienne. Si l’engagement participe à la réalisation de l’historicité humaine, il marque surtout un refus de l’esthétisme et de l’idéalisme. Ceux-ci ne sont que des dérobades face aux provocations des événements, que la philosophie doit s’efforcer de transformer en expérience. L’engagement seul nous fait connaitre les directions de notre vie historique et concourt à la dignité du politique.

Ce séminaire est dirigé par Jean-François Petit. Il a lieu le mardi de 18 h à 20 h aux dates qui suivent.

Séances :

23/01 : Présentation et mise en perspective du séminaire : Jean-François Petit
30/01 : Péguy : Charles Coutel (Université d’Artois)
06/02 : Jaurès : Eric Vinson (Faculté d’éducation, ICP)
13/02 : Blondel : Marie-Jeanne Coutagne (Université catholique de Lyon)
06/03 : Bonhoeffer : résistance et soumission (Arnaud Corbic)
13/03 : Bergamin/ Unamuno : Yves Roullière (AAEM)
20/03 : Etienne Gilson : Florian Michel (Université de Paris I)
27/03 : Landsberg : Markus Kneer (Université de Münster)
03/04 : Dans l’Action catholique : Jean-Hugues Soret (UCO)
10/04 : Ricoeur : Renato Boccali (IULM, Milan)
02/05 : L’engagement syndical : Laurent Tertrais (CFDT)
07/05 : Hannah Arendt et l’engagement contemporain (Hubert Faes, ICP)

Penser avec Gilles Deleuze

« Je me sens pur métaphysicien ». Cette formule de Gilles Deleuze [A. Villani, La guêpe et l’orchidée, p. 130] servira de fil conducteur à ce séminaire doctoral. Déployant une interprétation originale de l’histoire de la philosophie, la pensée de Gilles Deleuze s’enracine à la fois dans Leibniz, Spinoza, Nietzsche et Bergson. Cette généalogie trace les contours d’une nouvelle tentative philosophique, non seulement à envisager dans sa « création de concepts », mais aussi dans son rapport renouvelé à la tradition. Différence et répétition (1968), Logique de la sensation [sur Francis Bacon (1981)], son essai sur Foucault (1986), Pourparlers (1990) et Qu’est-ce que la philosophie ? (1991), serviront de support à cette traversée.

Bibliographie : Nietzsche et la philosophie, Paris, PUF, 1962 ; Le bergsonisme, Paris, PUF, 1966 ; Spinoza et le problème de l’expression, Paris, Minuit, 1968 ; Différence et répétition, Paris, PUF, 1968 ; Spinoza, philosophie pratique, Paris, Minuit, 1970 ; Dialogues (avec Claire Parnet, Paris, Flammarion, 1977) ; Francis Bacon, Logique de la sensation, Paris, Ed. de la Différence, 1981 ; Foucault, Paris, Minuit, 1986 ; Le pli, Leibniz et le baroque, Paris, Minuit, 1988 ; Pourparlers, Paris, Minuit, 1990 ; Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Minuit, 1991 ; A. Vilani, La guêpe et l’orchidée, Essai sur Gilles Deleuze, Paris, Belin, 1999 ; A. Bouaniche, Gilles Deleuze, Une introduction, Paris, Pocket, 2007 ; D. Lapoujade, Deleuze, Les mouvements aberrants, Paris, éd. de Minuit, 2014.

Ce séminaire, placé sous la direction du Professeur Emmanuel Falque, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le vendredi de 9 h à 12 h aux dates suivantes : 6, 13, 20, 27 octobre ; 10, 24 novembre ; 8, 15 décembre.

La croyance

« Croire » n’est pas que l’expression d’une adhésion confessionnelle, ni un syntagme théologique, mais aussi une attitude et une position philosophique. Tout homme est « croyant » — que ce soit au monde, à l’autre, ou à Dieu. Il se pourrait même que la plus haute certitude se tienne dans la croyance, en cela que, ce à quoi nous adhérons est d’abord le sens de notre existence. Traversant cette thématique de la croyance, et les grandes pensées de l’histoire de la philosophie, le séminaire du Saulchoir s’efforcera de montrer cette année qu’une telle dimension de notre humanité ne saurait être oubliée, si tant est que la transcendance est toujours une dimension de notre immanence et de notre monde comme tel.

Ce séminaire associe deux institutions : le Centre d’Études du Saulchoir et l’Institut Catholique de Paris. Placé sous la direction des Professeurs Emmanuel Falque et Bernard Bourdin, il se déroulera le samedi de 9 h à 12 h, au Centre d’Études du Saulchoir 45, rue Glacière 75013 Paris (Métro Glacière), à l’exception du  16 décembre (voir l’indication particulière).

Séances :

Samedi 7 octobre : Camille Riquier (intervenant) / Bernard Bourdin (discutant) : « Situation de la foi dans nos sociétés modernes »
Samedi 9 décembre : Bernard Bourdin (intervenant) / Emilie Tardivel (discutante) : « La croyance : Révélation ou acte de production humaine ? »
Samedi 16 décembre : Emmanuel Falque (intervenant) / Pascal David (discutant) : « Croire en commun ». Cercle des doctorants de 14h à 17h .
Samedi 20 janvier : Olivier Riaudel (intervenant) / Jérôme de Gramont (discutant) : « Que faut-il entendre par « contenu propositionnel d’une croyance religieuse » ?
Samedi 10 février : Jérôme Alexandre (intervenant) / Laure Solignac (discutante) : « Croire : Augustin, Tertullien, essai de confrontation »
Samedi 10 mars : Jean-François Petit (intervenant) / Edouard Jourdain (discutant) : « Anthropologie du croire de Michel de Certeau »
Samedi 7 avril : Ronan Sharkey (intervenant) /Jacques Courcier (discutant) : « Les croyances irrationnelles »

 

Séminaire de la chaire Dominique Dubarle

Expérience de Dieu et expérience du divin en théologie « révélée » et en théologie « philosophique »

Dans la critique très serrée qu’il construit à l’endroit des théologies rationnelles et des théodicées spéculatives, le théologien luthérien Eberhard Jüngel énonce un principe qui doit guider la « théologie évangélique » : « Une conversation avec la théologie philosophique n’est vraiment pensable qu’à titre de controverse » (Gott als Geheimnis der Welt, § 11, p. 206). Cette orientation épistémologique fondamentale constitue pour le théologien un principe de relecture de la tradition philosophique moderne, de Descartes à Fichte et Feuerbach, en passant par Kant et Nietzsche. Elle se donne pour tâche de construire un concept théologique d’expérience qui requiert l’intégralité de la confession de foi christologique et trinitaire et non pas son exclusion nécessaire. Le séminaire s’attachera à évaluer la pertinence prospective de ce principe critique et à en poursuivre éventuellement la tâche, en explorant d’autres voies possibles en vue de l’élaboration d’un concept rigoureux d’expérience en théologie.

Ce séminaire de recherche transversal de la Chaire de philosophie et de théologie Dominique Dubarle, animé par Vincent Holzer, est destiné à l’ensemble des doctorants du Collège doctoral de l’ICP.

Il aura lieu au premier semestre le jeudi de 9 h à 12 h et au deuxième semestre le lundi de 9 h à 12 h, aux dates indiquées ci-dessous.

Jeudi 26 octobre 2017, 9h-12h : Ouverture du séminaire de la Chaire – Pr Vincent Holzer : Théodicée spéculative et théologie christologique : impossible liaison ? – salle J32
Jeudi 23 novembre, 9h-12h : Poursuite des travaux par le Pr Vincent Holzer : Théodicée spéculative et théologie christologique – séance fermée – salle Z21
Jeudi 14 décembre, 9h-12h : Dr Anthony Feneuil (Université de Lorraine) : La notion d’expérience religieuse dans la théologie de Karl Barth – séance publique – salle Z21
Jeudi 18 janvier, 9h-12h : Pr Dr Philippe Nouzille (Athénée Pontifical Saint-Anselme) : Une « pragmatique » théologale – séance publique – salle Z21
Lundi 12 février, 9h-12h : Dr David Sendrez (Collège des Bernardins, Faculté Notre-Dame) : La notion d’expérience en théologie transcendantale – séance publique – salle F21
Lundi 19 mars, 9h-12h : séance fermée – salle F21
Lundi 30 avril, 9h-12h : séance fermée – salle F21
Lundi 14 mai, 9h-12h : séance fermée – salle Z21
Lundi 4 juin, 9h-12h : séance fermée – salle Z21

Ouvrages indispensables au suivi du séminaire
1. Eberhard Jüngel, Dieu mystère du monde. Fondement de la théologie du Crucifié dans le débat entre théisme et athéisme, Paris, Cerf, coll. Cogitatio fidei n° 116-117 (en particulier le 1er tome pour ceux qui disposent de la première édition française, une seconde édition a rassemblé les deux tomes en un seul volume).
2. René Descartes, Meditationes de prima philosophia (Méditations de philosophie première), Texte latin et traduction du Duc de Luynes, Paris, Vrin, 1978.
3. Emmanuel Kant, La religion dans les limites de la seule raison, Paris, PUF, 2016, Traduction et présentation par Alain Renaut (toute autre édition plus ancienne conviendra).
4. J.G. Fichte, Essai d’une critique de toute révélation (1792-1793), Paris, Vrin, 1988, introduction, traduction, notes et index par J.-C. Goddard.

Arts et pouvoirs, censure et autocensure. Chine, Inde, Iran

Les pouvoirs envisagés ici ne se limitent pas au pouvoir politique, mais incluent toutes les formes de pouvoirs explicites ou implicites à l’œuvre dans une société (contraintes politiques, idéologiques, économiques, religieuses…).

La censure n’est pas uniquement envisagée comme une autorité extérieure qui entraverait la liberté du créateur, mais comme une instance sociale, voire intime (l’autocensure), parfois  intégrée en amont par l’artiste, et susceptible de régler son activité créatrice.

Un ouvrage collectif sous la direction d’Isabelle de Vendeuvre et Emmanuel Lincot, issu des réflexions de ce séminaire, sera publié dans la collection « Littérature et censure » des Classiques Garnier  pour l’année 2017-2018.

Ce séminaire qui associe l’ENS et l’ICP (Faculté des Lettres) est ouvert aux étudiants des deux institutions ainsi qu’aux professionnels de l’art.

Il est dirigé par Isabelle de Vendeuvre (Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale, « République des savoirs : Lettres, Sciences, Philosophie », USR 3608, ENS) et Emmanuel Lincot (EA  7403 « Religion, Culture et Société, ICP, Faculté des Lettres).

Séances :

1-Raymond Delambre, le 29 septembre 2016 de 12 h à 14 h (ICP) : « Chine à l’écran, entre censeur & ascenseur »

2-Rémy Jarry, le jeudi 27 octobre 2016 de 12 h à 14h (ICP) : « Art et socialisme de marché en Chine »

3-Samuel Landée, le jeudi 17 novembre 2016 de 12 h à 14 h (ICP) : « Géographie émotionnelle les stratégies mémorielles du massacre de Nankin : entre émotion et raison »

4-Bahar Azadi, le jeudi 15 décembre 2016 de 12 h à 14 h (ICP): « Iran : l’art politisé et la politique esthétisée »

5-Peng Ziqi, le jeudi 26 janvier 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « Mémoire de l’instant dans l’art vidéo chinois »

6-Christine Vial Kayser, le jeudi 23 février 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « L’Art pakistanais contemporain, entre tradition et modernité »

7-Laurent Long, le jeudi 23 mars 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « Une introduction générale à l’histoire et à l’art du sceau chinois ? »

8-Anne Colombe Launnois, le jeudi 27 avril 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « La chambre des reines : peintures et pouvoirs au Qilā Mubārak, Patiala, Panjab, Inde du nord »

Tous les hommes désirent-ils être heureux ?

L’idée que tous les hommes désirent être heureux est au point de départ de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote.

Mais le bonheur peut-il être le principe d’une éthique ?

On s’attachera notamment à explorer les concepts mis en jeu dans cette expression, à partir des sources médiévales : qu’est-ce que le désir ? Qu’est-ce que le bonheur ? Celui-ci est-il constitutif de l’existence humaine ? Pourquoi la pensée médiévale en vient-elle à distinguer la félicité du bonheur (beatitudo) ? Et le bonheur (beatitudo) ne devient-il pas équivoque, à distinguer de la béatitude et des béatitudes ?

Peut-on dire comme Pascal : « c’est le motif de toutes les actions de tous les hommes, jusqu’à ceux qui se tuent et qui se pendent » ? Ou bien comme Freud, que « les jugements de valeur des hommes sont dirigés inconditionnellement par leurs souhaits de bonheur, ils sont donc une tentative pour appuyer leurs illusions par des arguments » (Malaise dans la civilisation) ?

Bibliographie : Aristote, Éthique à Nicomaque I ; Sénèque, De la vie heureuse ; Augustin, La vie heureuse (Bibliothèque Augustinienne 4/1) ; Anselme de Cantorbéry, La chute du diable, Pourquoi un Dieu-homme ?, Sur l’accord entre la grâce et le libre arbitre ; Thomas d’Aquin, Somme de  théologie I, q.94, a.1 ; I-II, q.1 à 6 ; Thomas d’Aquin, Boèce de Dacie, Sur le bonheur, textes traduits par R. Imbach et I. Fouche, Paris, Vrin, 2005 ; Duns Scot, Ordinatio « Prologue » ; Ordinatio IV, d.49 ; Freud, Malaise dans la culture (1930).

Ce séminaire transversal, animé par le Professeur Olivier Boulnois, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le jeudi de 10 h à 12 h aux dates suivantes : 26 janvier ; 23 février ; 2, 9, 16, 23 et 30 mars ; 20 et 27 avril ; 4, 11 et 18 mai 2017.

Pédagogie, éducation et formation : les enjeux essentiels du personnalisme (Séminaire Mounier)

Véritable « matrice philosophique » selon Ricœur, le personnalisme a donné lieu à des théories et pratiques éducatives variées, qu’il s’agira ici d’évaluer d’un point de vue généalogique, structural et critique en vue de leurs réélaborations contemporaines.

Ce séminaire, placé sous la direction du Professeur Emmanuel Falque, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le deuxième semestre de l’année universitaire 2016-2017, le mardi de 18 h à  20 h.

Séances :

24 janvier : Mounier éducateur (M.- E. Bely, université catholique de Lyon)

31 janvier : Les fondements de la relation : Buber (Marie-Laure Durand, ISFEC Montpellier)

21 février : Altérité et asymétrie dans la relation éducative : Levinas (Vincent Laquais, ICP)

28 février : Une source pascalienne ? (Jean-Louis Bischoff, université d’Artois)

7 mars : Les pédagogies nouvelles : Montessori (Didier Da Silva, AAEM)

14 mars : L’école de la personne (Gabriele Weigand, université de Karlsruhe)

21 mars : Aux sources de l’éducation (Pierre Durrande, ICP, IPC)

28 mars : La communauté éducative (François Moog, Faculté d’éducation, ICP)

18 avril :   Jean Lacroix, philosophe et enseignant (Taoufik Cherif, université de Tunis)

25 avril : Éducation et personnalisme (Jacques Le Goff, université de Brest)

2 mai : Une instance au service de l’éducation (Mgr Thivierge, secrétaire général de la FIUC)

10 mai : Une éducation interculturelle est-elle possible ? (Nicolas Dittmar, post-doctorant ICP)

16 mai : Réflexions d’un praticien sur l’éducation (Xavier Darcos, Académie des sciences morales et politiques)

De la faillibilité au pardon difficile (Paul Ricœur)

Une voie peut être tracée, dans l’œuvre de Paul Ricœur, qui va de Finitude et culpabilité (1960) à La mémoire, l’histoire, l’oubli (2000). Si la question du mal traverse l’ensemble de l’œuvre, il est à parier que le surgissement final du « Pardon difficile » puisse servir sinon de solution, au moins de relais, à « L’homme faillible ». Une ‘pathétique de la misère’ ne peut se mesurer qu’à la ‘profondeur de la faute’ et à la ‘hauteur du pardon’. Par la confrontation des œuvres de la première et de la dernière période, le séminaire s’efforcera de dégager le sens du Ricœur phénoménologue, en-deçà, ou au-delà, de la « greffe » de l’herméneutique sur la phénoménologie.

Bibliographie : P. Ricœur, Philosophie de la volonté II, Finitude et culpabilité (1960), Seuil, Points-Essais, 2009 ; La mémoire, l’histoire, l’oubli (2000), Seuil, Points-Essais, 2003 ; Vivant jusqu’à la mort, La couleur des idées, 2007 ; Réflexion faite, Autobiographie intellectuelle, Esprit, 1995 ; Le mal, Un défi à la philosophie et à la théologie (1986), Labor et fides, 2004 ; J. Greisch, Paul Ricœur, L’itinérance du sens, J. Millon, 2001 ; I. Bochet (éd.), Paul Ricoeur : mal et pardon, Facultés jésuites de Paris, 2013.

Ce séminaire, animé par le Professeur Emmanuel Falque, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le vendredi de 9h à 12h aux dates suivantes : 7, 14, 21 octobre ; 18, 25 novembre ; 2, 9, 16 décembre 2016 ; 6 et 13 janvier 2017.

La violence

La violence n’est pas uniquement une question d’actualité, mais aussi un problème philosophique qui manifeste de façon patente la réalité du mal. L’homme violent réagit certes à une agression, mais il s’ouvre encore lui-même à une béance qu’il ne saurait contrôler. De la traversée de la tradition (saint Augustin, philosophie médiévale) aux auteurs les plus contemporains (Hent de Vries ou Simone Weil), la question de la violence sera ainsi ontologiquement traitée et métaphysiquement analysée. Le débat entre un intervenant et un répondant, et avec l’ensemble des doctorants, permettra d’ouvrir un espace de discussion dans lequel chacun pourra nourrir sa propre réflexion.

Ce séminaire associe deux institutions : le Centre d’Études du Saulchoir et l’Institut Catholique de Paris. Placé sous la direction des Professeurs Emmanuel Falque et Bernard Bourdin, il se déroulera durant l’année universitaire 2016-2017 au Centre d’Études du Saulchoir 45, rue Glacière 75013 Paris (Métro Glacière), sept samedis de 9 h à 12 h.

Séances :

Samedi 15 octobre : Religion et violence. Lecture de Hent De Vries ; avec Jérôme de Gramont (discutant), Olivier Riaudel (intervenant), salle demi-ouest.

Samedi 5 novembre : Violence et anthropologie ; avec Ronan Sharkey (intervenant), Jacques Courcier (discutant), salle demi-ouest.

Samedi 10 décembre* : La violence chez Simone Weil ; avec Pascal David (intervenant), Emmanuel Falque (discutant), salle Sertillanges.

Samedi 4 février :  Péguy : colère, guerre et non-violence ; avec Camille Riquier (intervenant), Bernard Bourdin (discutant), salle             demi-ouest.

Samedi 4 mars : La violence au Moyen-Âge ; avec Laure Solignac (intervenante ou Bernard Bourdin discutant), salle demi-ouest.

Samedi 22 avril : La violence : une vertu ? Pourquoi pas ? avec Richard Beaud (intervenant), Marc Grassin (discutant), salle                  demi-ouest.

Samedi 13 mai : La violence et la cité de Dieu ; avec Jérôme Alexandre (intervenant), Émilie Tardivel (discutante), salle                       demi-ouest.

*et 10 décembre, 14h-16h : Cercle des Doctorants

Mysterion et sacramentum : sources, évolution et perspectives

La notion de mysterion, ainsi que ses correspondants en langue latine (sacramentum) et syriaque (raza), ont permis d’asseoir la théologie et les pratiques de l’Église ancienne, et cela dans le domaine de l’exégèse, du dogme, de la mystique, du culte, de la prédication et de la catéchèse. Le séminaire a pour objectif de sonder cette notion qui a ressourcé la réflexion patristique et la recherche théologique au  XXe siècle à travers une réception herméneutique.

Ce séminaire est animé par Charbel Maalouf. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le premier semestre de l’année universitaire 2016-2017, le mardi de 14 h à 17 h, à partir du 20 septembre 2016.

L’œuvre de Jean-Yves Hameline

Ce séminaire étudie la ritualité et la sacramentalité du fait cultuel chrétien dans l’œuvre de J-Y Hameline. Il aborde les notions clés : gestes et attitudes, site cérémoniel, ethos, liminalité, poétique du rituel, etc., en vue d’approfondir la dimension anthropologique des rites dans la culture postmoderne.

Ce séminaire est animé par le Professeur Jean-Louis Souletie. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le deuxième semestre de l’année universitaire 2016-2017, le mardi de 14 h à 17 h, à partir du 24 janvier 2017.

Les Écritures Missionnaires et le récit historique selon Paul Ricœur

Ce séminaire se propose de former les étudiants à l’étude d’écritures missionnaires diverses (lettres, rapports, littérature, photographies), à la lumière de l’analyse historique, et ré- interprétation  philosophique et théologique selon la méthode de Paul Ricœur
Ce travail permettra aux étudiants d’acquérir un plus grand discernement dans l’analyse scientifique d’un document, une meilleure capacité à identifier, poser et traiter un problème à partir des sources sur le plan historique et théologique.
Les textes missionnaires étudiés concerneront différentes régions du monde, différentes époques et aborderont des aspects variés de l’action missionnaire.

Ce séminaire est animé par Catherine Marin et Elbatrina Clauteaux . Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le deuxième semestre de l’année universitaire 2016-2017, le jeudi de 9 h à 11 h, à partir du 28 janvier 2017.

 

La théologie des pratiques : d’André Liégé à Walter Kasper

Le séminaire interrogera la notion de théologie pratique afin de mettre à jour la démarche de théologie qui y est engagée en orientant le travail vers une théologie des pratiques ecclésiales.
En permanence il s’agira d’articuler une analyse des pratiques ecclésiales avec une théologie fondamentale en refusant de séparer une théologie pratique d’une théologie systématique.
A partir de lecture d’articles en théologie pratique et fondamentale, il s’agira de développer une compétence d’expertise théologique dans un contexte de pluralité des méthodes liées à une pluralité de disciplines.

Ce séminaire est animé par les Professeurs Joël Molinario et François Moog . Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le premier semestre de l’année universitaire 2016-2017, le jeudi de 14 h à 16 h, à partir du 22 septembre 2016.

 

Épistémologie de la théologie et contextes culturels

Partant de la conviction que l’inculturation est une démarche incontournable pour toute théologie chrétienne, le séminaire cherchera à constituer des bases méthodiques et dogmatiques pour l’élaboration d’une théologie de l’inculturation qui a une portée universelle pour toute l’Église dans le contexte actuel. Sur la base des études concrètes, le séminaire portera une attention particulière aux nouveaux défis de l’inculturation et tâchera d’établir des ponts entre ce concept opérationnel et d’autres paradigmes importants, comme la contextualisation, la libération, l’interculturalité et le dialogue interreligieux.

Ce séminaire est animé par le Professeur  Léonard Santedi. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris du 5 janvier au 2 février 2017, le jeudi de 9 h à 12 h.

La construction de l’histoire dans les traditions bibliques

Le séminaire aura pour objet l’étude des différentes «constructions» de l’histoire dans les traditions bibliques : construction littéraire des historiographies, fonctions théologique et socio-politique, rôle dans la construction de l’identité des communautés croyantes.

Ce séminaire est animé par les Professeurs Olivier Artus et Sophie Ramond (Professeur invité : Dr. Joseph Titus). Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris durant l’année universitaire 2016-2017, le mercredi de 14 h à 16 h, à partir du 12 octobre 2016.