L’appel de la loi de Jérôme de Gramont

Parution de l’ouvrage L’appel de la loi, Louvain, Peeters (coll. « Bibliothèque Philosophique de Louvain », 90), 2014, 404 pages.

9789042930247La phénoménologie n’a pas à inventer les phénomènes – sinon comme on dit inventer un trésor – mais à les faire voir, ou entendre. Kant s’y emploie à sa manière lorsqu’il fait entendre le ton de voix lié à l’impératif catégorique, celui d’une voix d’airain. C’est là reconduire la pensée à l’éclat d’un fait premier où puiser ensuite ses ressources: il y a la loi. Kant le décrit comme un appel, à défaut de tout à fait le nommer ainsi, l’interprétant ensuite tout à la fois comme ce qui vient de nous (comme si le sujet éthique se donnait à lui-même la loi) et ce qui vient à nous (comme si ce même sujet répondait à la loi venue de Dieu). Prendre au sérieux cette dualité suppose que le chantier kantien de l’éthique ouvre alors sur un horizon théologique.

Kant ouvre un chantier que la phénoménologie historique, celle qui naît avec Husserl et Heidegger, répète. Comme toute vraie répétition, celle-ci ne va pas sans critique ni déplacement (Merleau-Ponty, Scheler, Jonas), mais le motif de l’appel est bel et bien là. «Nous avons été appelés» – la trace laissée en nous par cet appel est trop forte pour que le moindre doute puisse encore s’élever à son propos, mais la question vient aussitôt: quelle voix s’est fait entendre? Quel appel nous surprend et nous soulève? Appel de l’être (Martin Heidegger), appel de l’Autre (Emmanuel Levinas) ou appel de la vie (Michel Henry)? Nous avons été appelés, affectés, blessés – ce qui brise la vie lui appartient encore, mais qu’est-ce donc qui la brise et la relève?

Multiples sont les figures de l’appel, mais à chaque fois il y a la loi et cette injonction d’être – cette injonction silencieuse à laquelle le poète aura donné son exacte formule: «Tu dois changer ta vie» (Rilke). Comme il y a peut-être Dieu.

Jérôme de Gramont est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il travaille plus particulièrement sur la philosophie moderne, la phénoménologie…

Journée d’études “Pratiques pédagogiques et usages de la vidéo en ligne” au Centre Edouard Branly de l’Institut Catholique de Paris

Affiche_JE_pédagogie_vidéoLa journée d’études “Pratiques pédagogiques et usages de la vidéo en ligne” est organisée par le Centre Edouard Branly de l’Institut Catholique de Paris. Elle se tiendra le lundi 30 juin 2014 de 10h à 18h30 dans l’amphithéâtre René Rémond de l’Institut Catholique de Paris, au 21 rue d’Assas, Paris.

Présentation

Les technologies du numérique jouent, aujourd’hui, un rôle central dans les processus de diffusion, de médiation et de mise en circulation des savoirs, que ce soit dans la société ou pour l’enseignement (avec les ordinateurs, les tablettes, les appareils photo, les tableaux numériques, etc.). Dans ce contexte, la vidéo tient une place particulière. Elle a, à la fois, un impact sur les formes d’acquisition des connaissances, sur les modes d’apprentissage, sur la transmission, sur la pédagogie et le contenu des enseignements eux-mêmes.

Les pratiques et les usages de la vidéo sont liés à la montée en puissance des plateformes numériques de mise en circulation des savoirs et des plateformes d’enseignement à distance (Mooc, xMooc, cMooc ou Spoc). La plupart de ces plateformes font la part belle à la vidéo. Les individus y découvrent des contenus ; ils suivent des cours dans lesquels ils peuvent voir des chercheurs, des experts, des journalistes, des médiateurs ou des pédagogues filmés et mis en scène. Ils peuvent voir des extraits de films, des reportages ou des segments de vidéo. À l’occasion, ils peuvent même intervenir et se retrouver à l’écran (selon le modèle de la visio-formation : Classilio, etc.).

On observe, également, une utilisation renouvelée du cinéma et de l’audiovisuel en situation médiatique et pédagogique. Ici, les technologies du numérique servent à accompagner l’analyse des images et à décrypter la grammaire cinématographique (qu’est-ce qu’un champ-contrechamp ? un plan américain ? Etc.). On peut parcourir le film, l’annoter, le partager, etc. Le film ou la vidéo est utilisé par le pédagogue pour soutenir le contenu de son enseignement, l’illustrer ou le vulgariser. Il permet d’entrer différemment dans la matière du cours en venant interroger des thèmes, des objets, des situations sociales.

Cette journée d’études interrogera ces pratiques pédagogiques innovantes liées à la vidéo et leur usage dans les institutions d’enseignement et de formation.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Rencontres PICNIC du Centre Edouard Branly de l’Institut Catholique de Paris

PICNIC_visuelLes rencontres PICNIC (Pratiques, Innovations et Créativité Numérique dans les Institutions Culturelles) se tiendront les jeudi 26 et vendredi 27 juin 2014 à l’Institut Catholique de Paris, au 21 rue d’Assas. Elles porteront sur l’intégration et les usages des technologies innovantes dans les institutions culturelles et muséales.

L’après-midi du jeudi 26 juin sera consacrée à la tenue de 3 conférences plénières et publiques. La journée du 27 juin est destinée aux professionnels des milieux du musée et du numérique ; le nombre de places est limité à 20 personnes. L’inscription est obligatoire.

Les rencontres PICNIC sont à l’initiative du Centre Edouard Branly, équipe de recherche et d’innovation de l’Institut Catholique de Paris, spécialisée dans les technologies et les humanités numériques, en partenariat avec le service des Études et de la Recherche du musée du Louvre, l’Ecole des Médias et du Numérique de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’équipe Culture & Communication de l’UMR CNRS Norbert Elias et l’OCIM.

Pour plus d’informations, cliquez ici.