Le surnaturel incarné dans la création. Une lecture de la théologie du surnaturel d’Henri de Lubac par Brigitte Cholvy

Parution de l’ouvrage Le surnaturel incarné dans la création. Une lecture de la théologie du surnaturel d’Henri de Lubac, Paris, Cerf (coll. « Etudes lubaciennes », 10), 2015, 453 pages.

le-surnaturel-incarne-dans-la-creation-brigitte-cholvyDepuis le concile Vatican II, le terme « surnaturel » a quasiment disparu du langage théologique et du langage pastoral. On ne sait plus s’il s’agit d’un adjectif (des « choses surnaturelles ») ou d’un substantif (« le » surnaturel) et on peut passer, dans la même phrase, de l’un à l’autre. Il arrive même que le terme de « grâce » le remplace et semble ainsi prendre la même signification.

Mais est-il possible de se passer du terme de « surnaturel » dans une réflexion en anthropologie chrétienne ? Est-il possible de le considérer comme synonyme de « grâce » ?

Le cardinal Henri de Lubac est un guide précieux pour instruire ces questions, à condition de ne pas réduire son rôle à celui d’un historien des doctrines, mais de le suivre dans son élaboration d’une théologie du surnaturel. Cet ouvrage se propose de dessiner les contours de cette théologie et de redécouvrir, à l’école du jésuite, l’ampleur de la notion de surnaturel.

Comme il l’affirmait dès 1934, le surnaturel n’est pas un miracle (même s’il est au-dessus des forces humaines) mais il est enraciné dans la nature humaine et se manifeste dans le désir de l’esprit. Le surnaturel n’est pas un ajout optionnel (même s’il est au-dessus de l’essence de l’homme), il est bien plutôt la trace de l’orientation vers Dieu de tout le créé, l’histoire comme le monde. Et, comme le surnaturel n’est pas strictement équivalent à la grâce, il ne relève pas du seul argument de la gratuité (même s’il est au-dessus des exigences humaines) et appartient à la doctrine de la création.

Cet ouvrage donne ainsi l’occasion de revenir sur une controverse majeure de la théologie du XXe siècle qui, avec d’autres renouveaux, a préparé le concile Vatican II.

Brigitte Cholvy est maître de conférences au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Elle est spécialiste de l’anthropologie chrétienne et de la théologie française du XXe siècle.

Un auteur du XXe siècle face à la foi : les archives Malègue à l’Institut Catholique de Paris

Un fonds ouvert aux chercheurs

L’ensemble est impressionnant : 27 cartons d’archives. Ils représentent la totalité de l’œuvre de Malègue, dont l’écriture aiguë couvre des rouleaux entiers, des brouillons, des tapuscrits, des lettres, des commentaires d’œuvres d’art parfois esquissées en marge d’une visite ou d’une lecture, sur plusieurs supports témoignant d’une activité incessante.

malegue3On constate que Madame Yvonne Pouzin-Malègue, son épouse, a prodigué ses soins à l’œuvre, classant intégralement les papiers, répondant au courrier et allant jusqu’à rassembler en liasses thématiques les morceaux épars. C’est le 21 mars 1989 que le docteur Michel Malègue fit don à l’Institut Catholique de Paris de cet ensemble coté [8 NA Fonds Joseph Malègue]. Actuellement, ce sont 12 cartons qui ont pu être classés et répertoriés de manière sommaire.


Un auteur à redécouvrir

Joseph Malègue (1876-1940) est un écrivain français dont l’œuvre est centrée sur la problématique de la foi  contemporaine. Elle reflète une sensibilité exceptionnelle à l’enfance, au temps, une intelligence profonde du christianisme et des arguments que lui opposent la raison, l’amour humain et la souffrance. Son œuvre romanesque tient en deux livres. Mais il a su également formuler sa pensée en cinq nouvelles, quatre essais et de nombreux articles ou réflexions, notamment sa Méditation sur la Toussaint et le Jour des Morts (1937).

maleguemalegue2
Carte d’identité et signature de J. Malègue (Fonds ICP)

Il publia en 1932 Augustin ou le Maître est là, roman d’apprentissage racontant l’itinéraire philosophique et spirituel d’Augustin Méridier, jeune homme vivant de plein fouet la crise moderniste1. Comme l’écrit en 1934 un critique de la Nouvelle Gazette de Zurich : « Je n’ai encore jamais vu le plus haut combat d’une génération représenté avec une précision si violente. L’esprit du temps apparaît comme un monstrueux appareil, mu par d’inexorables rouages. Un engrenage entraîne l’autre. Après qu’Augustin dans une nuit désespérée a été vaincu par les arguments de la critique historique, un levier encore plus puissant peu avant la mort d’Augustin, dans la chambre de malade de Leysin, déplace le précédent et oriente de nouveau la machine de l’esprit sur la Foi. »

Réédité onze fois entre 1933 et 1966, ce roman valut à son auteur une reconnaissance unanime de la presse critique française et étrangère. Le 26 mai 1934, l’Institut catholique de Paris invita l’auteur dans ses murs, pour une conférence2.

Connu également pour être l’auteur de Pierres noires : les Classes moyennes du salut, il laissa ce second roman inachevé. Ce fut Jacques Chevalier qui, à partir des manuscrits rassemblés par la femme de l’auteur, en proposa une édition posthume en 1958.

Il fit de nouveau parler de lui lorsque le Pape François fit référence à la notion de « classe moyenne de la sainteté » dans la longue interview qu’il accorda en 20133. Depuis, un article particulièrement complet lui a été consacré sur la plate-forme encyclopédique participative Wikipédia, et les éditions du Cerf ont réédité son premier roman.

Des pistes de recherche

Depuis les versions intermédiaires nombreuses des Classes moyennes du salut jusqu’au drame historique inédit sur la Révolution française intitulé Les Samson aveugles, en passant par les dossiers intitulés « Notes inutilisées », « Préparation et résidus », on trouve de nombreux plans, projets, éblouissements intérieurs qui permettent de comprendre l’œuvre de Malègue. Les articles constituent une véritable mine : notes sur le
« peintre de drame, de faste et de prière » qu’est Le Tintoret, réflexions poussées sur les impasses du roman religieux, réactions à des expositions de Weiden, Eyck ou Memling.

La pensée religieuse de Malègue n’omet aucune des dimensions de la vie moderne. Étonnante de prescience quant à l’omniprésence de la technique, elle explore aussi bien la vanité, dans « Ma sœur l’Apparence », que le rapport au miracle, dans « Celle que la grotte n’a pas guérie ». La persistance de l’absolu et de
« l’optimisme infini de Dieu » est particulièrement sensible dans son Plan d’une prière pour l’acceptation de la mort. On comprend quel but il assigne à la littérature lorsqu’il tâche de faire le point sur « Le Christ et les conditions contemporaines de l’apologétique ».

malegue4malegue5
Le fonds de manuscrits compte nombre de réécritures, de corrections et de tapuscrits annotés, dont certains inédits.

Çà et là, on trouve des textes inédits, des premiers jets, des confidences. « Je suis professeur d’anglais » commence ainsi un manuscrit d’apparence biographique… Des paragraphes dactylographiés datant de la dernière année de son existence témoignent amèrement de sa maladie au moment de l’invasion allemande. Ailleurs, un titre est lancé comme pour produire une vision : « Le désir d’un soir parfait ». Quelques notes de voyage témoignent d’une soudaine conscience devant la beauté : « Virgina Waters. 8 heures. Premières minutes d’un interminable crépuscule (…) Le velours pelucheux des bois s’efface dans des couleurs de bord de nuit, d’eau brune et de visage fermé. Les fragiles avenues jaunes, à mesure que je marche, glissent sur le lac (…) Le ciel est plein d’or, de tendresse et d’accueil. D’un coin non balayé de ma sensibilité vieillissante, une mélodie se lève, et me donne la clef des sentiments d’autonomie et de possession inséparables des pleins bonheurs. Pour la première fois je loge ici quelque chose de viable et de plein. »

Enfin, l’ensemble remarquable de lettres reçues et envoyées (des doubles, visiblement voulus par l’auteur) éclaire sur la réception de son œuvre, sur la capacité de Malègue à théoriser et à défendre sa vision, dans un univers littéraire où il faisait figure de « vieux débutant ». La correspondance avec l’éditeur Spes est particulièrement poignante : elle nous montre l’auteur pieds et poings liés, Spes n’éditant Augustin qu’à compte d’auteur et revoyant à la dernière minute le coût de l’impression après la signature du contrat… Le courrier de Gaston Gallimard fin 1933, amplifie rétrospectivement l’infortune de l’écrivain : « J’ai lu votre grand livre Augustin ou Le Maître est là. Je le trouve remarquable et je tiens à ce que vous sachiez que j’aurais été très fier d’en être l’éditeur. Je vous serais très reconnaissant de me tenir au courant de vos projets afin d’éditer vos prochains livres si vous n’êtes pas lié par contrat. »

Partout, le travail de la langue est poussé à son extrême : la phrase est sans cesse réajustée. Dans les plus beaux manuscrits, un équilibre saisissant entre jaillissement de la pensée et maîtrise de l’impression finale donne à voir le mouvement qui tâche de saisir la réalité sensible et de la relier au Créateur.

Christophe Langlois

 

Pour aller plus loin

Œuvres de Malègue :

Augustin ou le Maître est là, Paris : Spes, 1932, 2 volumes [Fels 37 455]
De l’Annonciation à la Nativité, Paris : Flammarion, 1935 [Fels 119 336]
Petite suite liturgique, Paris : Spes, 1938 [Fels 116 337]
Pénombres : glanes et approches théologiques, Paris : Spes, 1939 [Fels 118 174]
(l’œuvre de Joseph Malègue fera prochainement l’objet d’une campagne de numérisation dans Gallica)

Critiques :

Joseph Malègue, Yvonne Malègue, Tournai : Casterman, 1947 [Fels 121 896]
Joseph Malègue, romancier et penseur, Jean Lebrec, Paris : Dessain, 1969 [Fels 206 199] (à noter : p. 435-456 une bibliographie des études maléguiennes, à compléter au moyen de l’article Wikipedia)
Joseph Malègue, sa vie, son œuvre : thèse de doctorat défendue à l’Université Laval, juin 1948, Elizabeth Michaël, Paris : Spes,‎ 1957 [Fels 122 816]

  1. Voir l’article de Frédéric Gugelot (Université de Reims Champagne-Ardenne ; CEIFR/EHESS). Site consulté le 02/03/2015. []
  2. Voir Les Nouvelles de l’Institut catholique de Paris, 25 juin 1934 (A25, N°26, Série 2), p. 166, consultable sur Gallica []
  3. On trouve le texte de cette interview dans la revue Etudes, octobre 2013. []

Enseigner les religions. Regards et apports de l’histoire, sous la direction de Brigitte Caulier et Joël Molinario

Parution de l’ouvrage Enseigner les religions. Regards et apports de l’histoire, Québec, Presses de l’Université Laval (coll. « Religions, Cultures et Sociétés »), 2015, 400 pages.

details_L97827637225351Au cœur des débats actuels sur la tolérance, le dialogue interreligieux et la place des religions dans l’éducation, cet ouvrage rassemble des contributions européennes et américaines autour d’une discipline souvent négligée par les décideurs: l’histoire.

Les auteurs évaluent l’apport de cette discipline dans la formation des intervenants et des enseignants, ainsi que dans l’élaboration des contenus d’enseignement. Ils analysent sa place dans la recherche fondamentale et l’enseignement universitaire. C’est l’occasion pour eux de poursuivre un dialogue interdisciplinaire sans compromis qui mobilise les sciences de l’éducation, les sciences sociales et religieuses et la théologie.

Enseigner les religions dresse également le panorama de la recherche historienne qui a emprunté plusieurs avenues pour aborder la formation religieuse des populations à convertir ou à maintenir dans la religion ainsi que les enjeux identitaires qui s’y rattachent. Le lecteur pourra se familiariser avec les expériences contemporaines de plusieurs pays qui intègrent l’enseignement des religions à l’école.

Contributions de Catherine Fino, Raymond Brodeur, Roland Lacroix, Gilles Routhier, John Jairo Marin Tamayo, Claude Prudhomme, Luc Courtois, Joël Molinario, Isabelle Morel, Elisabeth Smyth, Brigitte Caulier, Antony Favier, Philippe Martin, Jacqueline Lalouette, Paul Servais, Jan Van Wiele, Bernard Delpal, Bram Mellink, Jean-Dominique Durand, Flavio Pajern, Mariachiara Giorda, Mireille Estivalèzes, Corinne Bonafoux, Isabelle Saint-Martin, François Moog.

Triduum philosophique d’Emmanuel Falque

Parution de l’ouvrage Triduum philosophique (Le Passeur de Gethsémani, Métamorphose de la Finitude, Les Noces de l’Agneau), Paris, Cerf, 2015, 691 pages.

9782204104050-551120b97a2c3Voici, réunies en un seul volume, trois œuvres fondamentales de la philosophie contemporaine.
Voici la lecture continue qu’Emmanuel Falque mène des trois jours de la Passion du Christ.
Voici, récapitulée, l’expérience de Dieu qui est celle de l’homme.

Qu’en est-il de l’épreuve de l’angoisse, de la souffrance, de la mort à laquelle conduit le vendredi saint ? Qu’en est-il de l’épreuve de la naissance et de la résurrection à laquelle ouvre le dimanche pascal ? Qu’en est-il de l’épreuve du corps et de l’éros, de l’animalité et du chaos intérieur à laquelle appelle le jeudi saint ? C’est bien Le Passeur de Gethsémani qui, en opérant la Métamorphose de la finitude, institue Les Noces de l’Agneau.
Ce triduum philosophique interroge l’humain pour dire et définir les conditions de son assomption par le divin.
Une œuvre capitale dont le rayonnement international ne fait que grandir.

Emmanuel Falque est professeur et Doyen de la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris.

La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour. Chroniques de Francis Choisel

Parution de l’ouvrage La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour. Chroniques, Paris CNRS Editions (coll. « Biblis »), 664 pages.

imagesCette chronologie détaillée, la première du genre, retrace au jour le jour tous les événements, petits et grands, qui déroulent la trame historique de la Deuxième République et du Second Empire. Au lecteur, Francis Choisel propose de se placer dans la situation d’un contemporain de Lamartine et de Napoléon III qui lirait une suite de dépêches d’agence de presse, ou de brèves publiées dans son journal.

Lois, circulaires, élections, traités, guerres, personnalités, journaux, oeuvres littéraires et musicales, histoire locale, sciences et techniques… Par son caractère exhaustif, son sens aigu du détail et la richesse de sa documentation vérifiée à plusieurs sources, cette chronologie rafraîchit notre regard sur ces décennies décisives qui virent la France basculer dans la modernité.

Francis Choisel est maître de conférence à l’Institut Catholique de Paris. Spécialiste du Second Empire, il enseigne l’histoire à la Faculté de Lettres.