Journée d’étude de l’Institut d’Études Médiévales : « Connaissance et Nécessité »

Journée d'étude IEML’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris organise les 27 et 28 mai 2015 une journée d’étude sur le thème : « Connaissance et Nécessité. Necessity and Knowledge« .

Directeur : Olivier Boulnois – Déléguée scientifique : Isabelle Moulin

L’interconnexion entre la connaissance et la nécessité constitue une caractéristique majeure des débats philosophiques et théologiques au Moyen Âge.

Dans ses Seconds Analytiques, Aristote soulignait l’importance de la connaissance humaine naturelle pour répondre à la nécessité épistémologique de la connaissance, tandis qu’il soutenait par ailleurs que cette connaissance portait sur les objets singuliers et contingents du monde. Les médiévaux latins et arabes ont tenté de résoudre cette difficulté en posant des processus cognitifs élaborés afin de rendre compte de l’acquisition des caractéristiques essentielles et nécessaires de ces objets contingents.

Par ailleurs, Aristote ayant laissé ouverte, dans le De anima III.7, la question de la connaissance des substances séparées ou même de la propre connaissance intellective de l’âme humaine par l’homme, les traditions latines et arabes ont proposé différents modèles philosophiques et/ou théologiques pour répondre à cette question.

Enfin, si les conditions de l’intellection du divin nécessaire et éternel se trouvaient interrogées, en retour, la question de la connaissance divine, sur le modèle ou non de la connaissance humaine, apparaissait comme un point majeur de l’appréhension de la nécessité et de son rapport naturel dans le monde.

S’ouvre alors la question du déterminisme et des modalités de l’interaction entre la connaissance divine et humaine, autrement dit, au lieu-même où se noue le rapport de la science de Dieu et de la science en Dieu.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé de la journée d’étude.

Hugues de Saint-Victor. Sacrement et sacramentalité dans l’économie de la grâce par Isabelle Moulin

Parution de l’ouvrage Hugues de Saint-Victor. Sacrement et sacramentalité dans l’économie de la grâce, Paris, Parole et Silence / Collège des Bernardins, 2015, 190 pages.

isabelle-moulin-hugues-de-saint-victor-9782889184071Figure majeure de l’Ecole de Saint-Victor, Hugues de Saint-Victor (1096-1141) est particulièrement connu pour son œuvre, le Didascalicon, véritable catalogue raisonné et guide de lecture de l’ensemble des sciences de son temps.

Considéré à juste titre comme l’un des tout premiers scolastiques, le maître victorin est l’auteur d’un certain nombre d’ouvrages de mystique, mais également d’une « somme », le De Sacramentis, dans laquelle il expose sa conception de la grâce sacramentelle, propre à renouveler notre rapport à la sacramentalité.
C’est dans cette articulation entre historicité et modernité que s’inscrit la présente étude.

Isabelle Moulin est déléguée scientifique de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris. Agrégée et docteur en philosophie, licenciée canonique en théologie, ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, elle est professeur extraordinaire à la Faculté Notre-Dame et membre du bureau de l’Académie Catholique de France.

Parution du n° 133 de Transversalités

Couv 133 ombréeLe n° 133 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème « Traditions bibliques et construction de l’identité (2) ».

Le dossier de ce n°133 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris Transversalités reprend les actes d’un colloque consacré au thème de « La rhétorique de l’identité dans l’Écriture Sainte », et rassemblant les biblistes et les orientalistes de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société », et les chercheurs du Centrum für Geschichte und Kultur des östlichen Mittelmeerraums de l’Université de Münster.

Dans la plupart des cas, les auteurs des traditions bibliques affrontent des conditions politiques qui les conduisent à définir leur identité religieuse et théologique en faisant face à une culture dominante : c’est en allant sur le terrain de ces cultures, en en empruntant les lieux communs, ou des expressions plus élaborées, que les écrivains bibliques parviennent à entrer en débat avec elles et à préciser la spécificité de leur foi.

Consultation du sommaire du n° 133 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08