Parution du n° 135 de Transversalités

Couv 135Le n° 135 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème “Colloque Stanislas Breton : l’avenir du christianisme entre foi et dialogue”.

En regroupant les activités de recherche en Philosophie et en Théologie dogmatique dans un même pôle « Philosophie et Théologie », l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » de l’Institut Catholique de Paris s’est voulue fidèle à une intuition intellectuelle qui n’a cessé d’être honorée dans notre Université catholique depuis plusieurs décennies, et dont Stanislas Breton, philosophe, théologien, professeur à l’Institut Catholique de Paris de 1965 à 1982, fut un éminent représentant.

Le dossier de ce numéro de Transversalités réunit quatre contributions d’un colloque récent consacré à son œuvre, organisé à Boston à l’initiative du Boston College et de l’Institut Catholique de Paris. Les textes publiés dans le dossier « L’avenir du Christianisme entre foi et dialogue » dessinent la figure du philosophe Stanislas Breton réfléchissant le fait chrétien et la foi chrétienne. Le titre du cours inédit qu’il donna en 1972-1973 à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, et auquel est consacrée la communication de Marie-Odile Metral, illustre suffisamment ce propos : « Foi chrétienne, religion, philosophie ».

Consultation du sommaire du n° 135 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Colloque international de l’Institut d’Études Médiévales : La liberté au Moyen Âge

Colloque IEM 2015Colloque international de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris, organisé les 27 et 28 novembre 2015 sur le thème: « La liberté au Moyen Âge ».

Directeur : Olivier Boulnois – Déléguée scientifique : Isabelle Moulin

La question de la liberté est d’abord historique. Le concept de liberté désigne d’abord une réalité sociale : est libre celui qui jouit de certains droits, et qui n’est pas esclave. Qui est libre ? Sous quel point de vue ? Et quand cesse-t-on de l’être ?

On parle également de libertés politiques pour certaines cités jouissant de franchises. Quelles sont ces libertés (au pluriel) ?

Mais on ne peut poser la question sans faire entrer en ligne de cause la question philosophique du libre arbitre. Dans quelle mesure l’action humaine échappe-t-elle à la contrainte (ce qui rejoint le problème des conditions politiques de la liberté) ? Un agent n’est-il libre que si s’offrent à lui des alternatives contingentes (problème logique des futurs contingents) ? Un agent est-il libre si son action n’est pas déterminée par des causes (problème physique du déterminisme) ? Un agent peut-il être à la fois libre et incapable de faire le bien (problème moral de l’impuissance) ?

Cette problématique se double d’une dimension théologique. Un agent est-il libre si son action est prévue d’avance par la connaissance que Dieu en a (problème de la prescience divine) ? Un agent peut-il agir librement, si Dieu l’a prédestiné à agir (problème de la prédestination) ? Un agent peut-il agir droitement, si son action n’est pas soutenue par l’aide de Dieu (problème de la grâce) ?

Parce qu’elle pose à la fois la question de la responsabilité, celle du déterminisme, celle de l’éthique et celle de l’action divine dans l’histoire, la question de la liberté au Moyen Âge est fondamentale. Nous espérons que ce colloque, reposant sur un dialogue entre historiens, historiens des doctrines, philosophes et théologiens, permettra d’avancer de manière décisive sur ces questions.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.
Inscriptions : https://colloque-iem-2015.eventbrite.fr