Leçons : La gravité de l’amour, philosophie et spiritualité juives

Six leçons par Catherine Chalier, Professeure émérite de philosophie (Université Paris Ouest Nanterre – La Défense) dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA 74 03)  :
« La gravité de l’amour, philosophie et spiritualité juives »,
les 14, 15, 16 et 21, 22, 23 mars 2016, de 18h à 20h.

programme GilsonThéologiens et philosophes chrétiens ont souvent minimisé, voire occulté, la dimension d’amour du judaïsme. Celui-ci fut ainsi considéré comme un pur légalisme ignorant du véritable amour de Dieu et du prochain.
Cette thèse continue d’imprégner les mentalités modernes, fussent-elles déchristianisées. Le projet de ces conférences n’est toutefois pas apologétique car il se propose d’aborder la gravité de l’amour dans la philosophie et la spiritualité juives sans s’adapter purement et simplement au cadre théorique chrétien. Les penseurs juifs ont en effet profondément médité eux-mêmes la complexité théologique, spirituelle, morale et émotionnelle de l’amour.

Le choix des questions abordées dans ces conférences dépend du
sentiment de leur caractère impérieux face aux simplifications outrancières qui s’imposent de nos jours en matière de religion. La référence à des philosophes de périodes historiques différentes et
à de grands commentateurs spirituels (surtout hassidiques) sera une façon de poursuivre le dialogue avec eux, de l’approfondir et non de le clore. Il ne s’agit pas en effet d’élaborer une thèse qui se voudrait définitive sur l’amour de Dieu dans le judaïsme mais de se demander ce que signifie la gravité de l’amour pour ceux qui désirent que leur
finitude puisse un peu mieux en témoigner.

Pour plus d’informations, voir le programme des leçons.

Voir aussi les tarifs et conditions d’inscription.

 

Both Swords and Ploughshares par Ineke Bockting et Linda Martz (éd.)

Publication de l’ouvrage Both Swords and Ploughshares. Interactions of War, Peace, and Religion in America from the War of Independance to the Present, Newcaste upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2015, 264 pages.

I. BocktingThis collection of essays examines interactions of war, peace and religion in the United States, a country where religious faith was, and still is, often deeply felt and widely held, where faith has provided a set of values to uphold with fervor or to transgress in protest, and where religion has been used to legitimize both armed violence and passive resistance.

These essays analyze the mythos of America as a place of religious freedom, yet one imbued with a socially-imposed civil religion and underpinned by a heavy presumption of Protestant dominance.

With subjects ranging from the War of Independence to the early 21st century, the contributions to this volume focus on a variety of historical and chronological circumstances in order to consider what concrete, tangible outcomes, what artifacts, were produced by the interface of war, peace and religion – the swords and ploughshares of the title.

This volume thus presents a variety of often multifaceted responses that reflect its interdisciplinary scope. Some contributions refer to fine art pieces, including statues, paintings, and murals, and others to works of literature, theology, or public speaking. Some of these interfaces were performed on stage or in film, while yet others were heard on the radio or read in newspapers or journals.

Some of the essays gathered here concern individuals working through the meaning of armed conflict in terms of their own, personal faith, while others examine the impact of such conflicts on a larger scale, as with whole faith communities or in the shaping of national or foreign policy.

The first part, Communities, looks at interfaces that served to structure a whole community. The second, Margins, examines instances where the relationship between religion and war and peace has occupied a more marginal space within a faith community. The final section turns this interface Outward, situating it away from American soil or noting how foreign war shaped the spirituality of those returning.

Ineke Bockting est professeur à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

Arts et Pouvoirs. Regards croisés, Chine, Inde, Iran

séminaireConçu comme une réflexion collective dynamique, ce séminaire se donne pour objectif d’apporter une contribution significative à une géographie des arts contemporains en Chine, en Inde et en Iran. D’un point de vue méthodologique, ce travail universitaire est porté par une considération commune selon laquelle, outre la littérature ou les œuvres de pensée, les arts et les pratiques artistiques qui s’y développent permettent de juger de la situation d’une société et de questionner sa mouvante identité.

Ce séminaire associe deux institutions : l’ENS et l’ICP (Faculté des Lettres). Il associe les chercheurs ainsi que les étudiants des deux institutions. Les étudiants des deux institutions obtiennent un certain nombre de crédits en validant leur participation aux activités du séminaire par un travail de recherche dont la nature sera précisée ultérieurement. Ce séminaire est également ouvert aux auditeurs libres d’institutions partenaires (EHESS, Université de Versailles Saint-Quentin, CNRS Centre Jean Pépin UMR 8230 – Irene).

Il est dirigé par Isabelle de Vendeuvre (Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale, « République des savoirs : Lettres, Sciences, Philosophie », USR 3608, ENS), Emmanuel Lincot (ICP, Faculté des Lettres, UR « Religion, Culture et Société) et Sylvie Taussig (CNRS, Centre Jean Pépin UMR 8320 – Irene).

Séances:
1- Présentation du séminaire. Enjeux et perspectives, Isabelle de Vendeuvre (Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale, « République des savoirs : Lettres, Sciences, Philosophie », USR 3608, ENS), Emmanuel Lincot (ICP, Faculté des Lettres, UR « Religion, Culture et Société), Sylvie Taussig (CNRS, Centre Jean Pépin UMR 8320 – Irène)
Vendredi 23 Octobre 2015 – ENS, 45 rue d’Ulm.

2- Allégorie et Urgence dans le sous-continent indien, Marc Porée (Professeur de littérature anglaise, ENS)
Vendredi 27 novembre 2015– ENS, 45 rue d’Ulm.

3– Artistes et pouvoir à Taiwan : l’exemple de Mei Dean-e et de Wu Tien-chang, Marie Laureillard (Maître de conférences de langue et civilisation chinoises à l’université Lumière-Lyon 2)
Vendredi 18  décembre 2015 – ENS, 45 rue d’Ulm.

4- La question des restitutions dans l’art, Jean-Jaques Neuer (Docteur en Droit, Avocat – Paris, et Solicitor – Londres)
Vendredi 29 janvier 2016 – ENS, 45 rue d’Ulm.

5- L’art critique des Gao Brothers : pouvoir, politique et société, Florent Villard (Maître de conférences, Département des Etudes Chinoises, Lyon III)
Vendredi 19 février 2016 – ICP, 21 rue d’Assas.

6- L’Art pakistanais contemporain, entre tradition et modernité, Christine Vial-Kayser (Conservateur et enseignant-chercheur à la Faculté des lettres, ICP)
Vendredi 25 mars 2016 – ICP, 21 rue d’Assas.

7- De la dimension politique de l’art moderne et contemporain en Inde, Nicolas Nercam (Maître de Conférences à l’université Montaigne Bordeaux, UFR Humanités, Département des Arts)
Vendredi 22 avril 2016 – ICP, 21 rue d’Assas.

8- L’art vernaculaire indien, Hervé Perdriolle (Collectionneur, critique d’art et commissaire d’exposition)
Vendredi 27 mai 2016- ICP, 21 rue d’Assas.

9- Iran : l’art politisé et la politique esthétisée, Bahar Azadi (Doctorante université Paris Descartes / EHESS)
Vendredi 24 Juin 2016- ICP, 21 rue d’Assas.

Séminaire de recherche: Révolution et libération. Pratiques, théories et imaginaires

Le regain d’intérêt pour les questions ayant trait à l’émancipation, lié aux mobilisations contemporaines et aux nouvelles théoriques critiques, oblige à faire retour sur les concepts centraux de révolution et de libération. Ceux-ci ont joué un rôle central dans la révolution « personnaliste et communautaire » d’Emmanuel Mounier. Ce parcours essayera de montrer sur quel fond philosophique ils se sont constitués pour évaluer leur opérativité dans des contextes renouvelés. On verra en quoi ils dépendent encore d’une approche classique de l’aliénation, du mythe romantique de la résistance, de leur rapport aux téléologies de l’histoire et aux questions théologiques.

Ce séminaire est dirigé par Jean-François Petit et Didier Da Silva. Il a lieu le mardi de 18h à 20h.

Séances :
1. Présentation du thème et mise en perspective (Jean-François Petit, ICP) – 2 février 2016
2. Questions autour des révolutions scientifiques (Hubert Faes, ICP) – 9 février 2016
3. Tocqueville et la révolution américaine (Pierre Manent, EHESS) – 16 février 2016
4. Révolution française et contre-révolution (Didier Da Silva, AAEM) – 8 mars 2016
5. La révolution dans la philosophie de l’histoire : Hegel et Marx (G. Marmasse, Université de Poitiers) – 15 mars 2016
6. La révolution anarchiste face à la révolution industrielle : Proudhon (Jacques Le Goff, Université de Brest) – 22 mars 2016
7. Imaginaires romantiques de la révolte (Mickael Löwy, CNRS) – 29 mars 2016
8. A. Camus : révolte ou révolution ? (A. Corbic, AAEM) – 5 avril 2016
9. Penser la libération nationale : Frantz Fanon (Serge Gougbèmon, ICP) – 12 avril 2016
10. Le pragmatisme prophétique de Cornel West (Fred Poché, UCO) – 3 mai 2016
11. Jacques Ellul et la révolution technologique (Manon des Closières, Theologicum, ICP) – 10 mai 2016
12. Religions, libérations et espace public (Jean-Marc Ferry, Université de Nantes) – 17 mai 2016

Séminaire de recherche: l’Espace

Tout commencerait ainsi : des yeux s’ouvrent, matin de l’expérience, (il y a) l’espace. Tout ce qui a lieu suppose pour l’accueillir cette antérieure ouverture. Toute œuvre d’esprit aussi, qui doit à l’esprit le moment de son surgissement et à l’espace la possibilité de durer. C’est ainsi que l’espace s’efforce de conserver ce que le temps ne cesse d’effacer. Pourquoi toute recherche du temps – perdu, nécessairement perdu – est recherche d’espace. Pourquoi nous avons à le questionner. Avant tout, en vue de tout.

Ce séminaire est dirigé par les professeurs Jérôme de Gramont et Bernard Bourdin. Il a lieu le samedi de 10h à 12h et de 14h à 16h, au Centre d’Etudes du Saulchoir.

Séances :
7 novembre 2015 : Art et espace, Camille Riquier, Jérôme Alexandre
5 décembre 2015 : Perception et espace, Emilie Tardivel, Jean-Christophe de Nadaï
9 janvier 2016 : Espace, logique, science, Ronan Sharkey, Jacques Courcier
6 février 2016 : Mondialisation et espace, Jean-François Petit, Hervé Legrand
12 mars 2016 : Ciel et Terre, Jérôme de Gramont , Olivier Riaudel
9 avril 2016 : Espace, ailleurs, dehors, Marc Grassin, Bernard Bourdin
21 mai 2016 : Corporéité, espace intérieur et paysage, Emmanuel Falque, Pascal David

Centre d’Etudes du Saulchoir : 45, rue Glacière 75013 Paris (Métro Glacière)

Séminaire de recherche : Cours d’historiographie christologique moderne et contemporaine

Le cours a pour but de situer la christologie dans une histoire de la raison et de la vérité. A l’aube du XXe siècle, la christologie est un champ de ruines, partagé entre deux courants qui s’ignorent, le courant « ontologiste » d’une part, marqué par un renouveau du « scotisme », puis le courant « historiciste » d’autre part, marqué quant à lui par la naissance de la science historique. La rupture entre ontologie et histoire touche de plein fouet la christologie, sommée de se loger dans la distinction kantienne entre Idée et phénomène.

Le courant « historiciste », de tendance libérale, ne congédie pas totalement la métaphysique, mais il récuse sa forme prémoderne et lui préfère un substitut métaphysique apparenté à une philosophie de l’esprit. Ainsi, les problèmes de constitution du discours christologique dans la période contemporaine ne sont nullement indépendants des problèmes plus vastes qui touchent aux métamorphoses que subit la philosophie de la connaissance. C’est dans ce contexte que nous étudierons l’introduction du syntagme « christologie » en théologie et les évolutions qui ont marqué sa lente métamorphose dans la période contemporaine.

Ce séminaire est animé par le Professeur Vincent Holzer. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris du 28 janvier au 9 juin 2016.

Séminaire de recherche : Lecture et analyse de L’Homme à l’écoute de la Parole (Hörer des Wortes) de Karl Rahner

C’est au cours du semestre d’été de 1936 que Karl Rahner professa les célèbres Salzburger Hochschulwochen (Leçons de Salzbourg) publiées en 1941 sous le titre : Hörer des Wortes.

Comme tant d’autres à la même époque, K. Rahner prit congé de l’extrinsécisme dogmatique, en substituant à l’apologétique
défensive une philosophie de la religion d’un genre nouveau.
Elle ne se conçoit ni comme un savoir auxiliaire, ni comme un « vestibule » (Vorhof) comparable à l’ordre des praeambula fidei. Elle est définie comme une « ouverture prête à la théologie » (eine bereite Offenheit für Theologie), dont le premier pas est assuré par une « ontologie générale » expurgée de ses relents modernes de science générale de l’« étant en tant qu’étant » (ens in quantum ens).

Sous cette conceptualité rigoureuse et novatrice, Rahner fit œuvre de théologie fondamentale. Hörer des Wortes sera lu intégralement,
grâce à des méthodes appropriées de lecture et à une mise en contexte de l’œuvre dans le champ plus englobant de la théologie du XXe siècle.

Ce séminaire est animé par le Professeur Vincent Holzer. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris du 22 septembre 2015 au 12 janvier 2016.

European voices in the poetry of W.B. Yeats and Geoffrey Hill par Ineke Bockting et al. (éd.)

Parution de l’ouvrage European Voices in the Poetry of W.B. Yeats and Geoffrey Hill, Bern, Peter Lang, 2015, 172 pages.

Bockting«The duty of the present is neither to copy nor to deny the past but to resurrect it», wrote W.H. Auden in 1948. The European voices that William B. Yeats and Sir Geoffrey Hill choose to resurrect reflect their shared hope in the future of humanity, as the essays in this book demonstrate.

From Greek and Roman voices, through the Italian Renaissance and into our troubled present, these poets use myth, as Auden suggested, «to make private experiences public» and «public events personal».

They write about the past to maintain continuity and provide the transmission of cultural values or to avoid the repetition of atrocities. As visionary poets, their talents at reviving the poetic voice captivate and inspire. The essays in this volume elucidate both their poetic vision and resistance.

The chapters in this book derive from an international conference on Yeats and Hill that took place at the Institut Catholique de Paris in 2013. They are preceded by abstracts and a general introduction in French.

Ineke Bockting est professeur à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.