La politique russe du Saint-Siège (1905-1939) par Laura Pettinaroli

Publication de l’ouvrage La politique russe du Saint-Siège (1905-1939), Rome, École française de Rome, 2015, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 367, 937 p.

Pettinaroli, ouvrage paruQuelle fut l’attitude du Saint-Siège face à la révolution russe et l’avènement du premier régime communiste ? Pour répondre à cette question, l’auteur aborde cette révolution dans une large séquence temporelle, ouverte par la révolution de 1905 et poursuivie jusqu’aux profondes transformations politiques, sociales et internationales des années 1930. En effet, la révolution russe apparaît autant comme un phénomène local, qui modifie les conditions d’existence des catholiques, que comme un événement de portée mondiale qui jette sur les routes de l’exode de nombreux réfugiés tout en cherchant à s’étendre dans un élan internationaliste.

La recherche présentée ici est le fruit d’un travail approfondi, mené dans différents fonds d’archives européens et russes. L’apport des archives vaticanes permet d’analyser le traitement des affaires russes au sein de la Curie romaine, de la collecte de l’information aux mécanismes de prise de décision, de l’action diplomatique et humanitaire à la création de dévotions. La recherche dans d’autres fonds d’archives et sources imprimées éclaire la réception des actions vaticanes pour la Russie, ainsi que les relais politiques et religieux empruntés par le Saint-Siège.

Laura Pettinaroli est maître de conférences en histoire contemporaine à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

De la Révélation. Lectures philosophiques et théologiques

Sous son aspect de catégorie née dans laDe la Revelation période moderne, la notion de Révélation s’apparente à d’autres catégories apparues à la même
époque. Ainsi en va-t-il de l’ontologie, de la distinction entre metaphysica generalis et metaphysica specialis, de theologia naturalis, d’apologétique.
La théologie, privée de « ratio », se voit contrainte de dédoubler son épistémologie, en prenant pour norme une distinction d’origine lointainement kantienne, la distinction entre objet formel et objet matériel, La Révélation s’identifiant dès lors à une série ordonnée de revelata, de vérités à croire dont les signes probants sont assurés par des critères externes de crédibilité. Soumis à des interdits issus des nouvelles conditions d’exercice de la raison, ce qu’il y a de plus théologique dans la théologie se voit soumis à une impossibilité de droit et de fait.
Parce que cette question s’inscrit dans une histoire, il s’agira au cours de ce colloque d’en suivre les mutations et de se demander si les avancées récentes, tant du côté de la philosophie que de la théologie, ne conduisent pas à une sortie de cette impossibilité. Du côté de la philosophie avec la phénoménologie, qui trouve avant tout ses ressources dans ce qui se montre et se donne. Et du côté de la théologie, dans le sillage des voies ouvertes par la Constitution
dogmatique Dei Verbum du Concile Vatican II.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.