Parution du n° 138 de Transversalités

TRANS_138_L204Le bien commun est une notion philosophique ancienne, critiquée dans la modernité, qui connaît aujourd’hui un regain d’actualité. Le nouveau dossier de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités publie les travaux préparatoires au colloque inaugural de la Chaire Bien Commun, créée par l’Unité de Recherche de  Religion, Culture et Société [EA7403] de l’ICP.

La notion de bien commun a connu un vif regain d’intérêt au cours de ces dernières années. La théologie de saint Thomas d’Aquin comprenait le « bien commun » comme la « fin » d’une société, le terme « fin » désignant à la fois sa visée historique et sa vocation par-delà l’histoire. Plus récemment, l’usage du vocabulaire du bien commun s’est généralisé, débordant largement les frontières de la théologie chrétienne. Économistes, entrepreneurs, responsables politiques en usent largement, parfois sans en interroger le fondement ni la provenance : le bien commun est ici compris comme un objectif économique et social.

Le dialogue entre théologiens, philosophes, économistes, spécialistes des sciences politiques s’avère donc particulièrement nécessaire pour appréhender dans sa complexité la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle.

Le dossier montre comment la  notion de bien commun ne désigne pas uniquement des modalités d’organisation de l’économie et de la société, mais représente également une ressource précieuse pour répondre à la question de la finalité du « politique ».

Consultation du sommaire du n° 138 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

 

Arts et pouvoirs, censure et autocensure. Chine, Inde, Iran

Les pouvoirs envisagés ici ne se limitent pas au pouvoir politique, mais incluent toutes les formes de pouvoirs explicites ou implicites à l’œuvre dans une société (contraintes politiques, idéologiques, économiques, religieuses…).

La censure n’est pas uniquement envisagée comme une autorité extérieure qui entraverait la liberté du créateur, mais comme une instance sociale, voire intime (l’autocensure), parfois  intégrée en amont par l’artiste, et susceptible de régler son activité créatrice.

Un ouvrage collectif sous la direction d’Isabelle de Vendeuvre et Emmanuel Lincot, issu des réflexions de ce séminaire, sera publié dans la collection « Littérature et censure » des Classiques Garnier  pour l’année 2017-2018.

Ce séminaire qui associe l’ENS et l’ICP (Faculté des Lettres) est ouvert aux étudiants des deux institutions ainsi qu’aux professionnels de l’art.

Il est dirigé par Isabelle de Vendeuvre (Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale, « République des savoirs : Lettres, Sciences, Philosophie », USR 3608, ENS) et Emmanuel Lincot (EA  7403 « Religion, Culture et Société, ICP, Faculté des Lettres).

Séances :

1-Raymond Delambre, le 29 septembre 2016 de 12 h à 14 h (ICP) : « Chine à l’écran, entre censeur & ascenseur »

2-Rémy Jarry, le jeudi 27 octobre 2016 de 12 h à 14h (ICP) : « Art et socialisme de marché en Chine »

3-Samuel Landée, le jeudi 17 novembre 2016 de 12 h à 14 h (ICP) : « Géographie émotionnelle les stratégies mémorielles du massacre de Nankin : entre émotion et raison »

4-Bahar Azadi, le jeudi 15 décembre 2016 de 12 h à 14 h (ICP): « Iran : l’art politisé et la politique esthétisée »

5-Peng Ziqi, le jeudi 26 janvier 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « Mémoire de l’instant dans l’art vidéo chinois »

6-Christine Vial Kayser, le jeudi 23 février 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « L’Art pakistanais contemporain, entre tradition et modernité »

7-Laurent Long, le jeudi 23 mars 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « Une introduction générale à l’histoire et à l’art du sceau chinois ? »

8-Anne Colombe Launnois, le jeudi 27 avril 2017 de 12 h à 14 h (ENS) : « La chambre des reines : peintures et pouvoirs au Qilā Mubārak, Patiala, Panjab, Inde du nord »

Tous les hommes désirent-ils être heureux ?

L’idée que tous les hommes désirent être heureux est au point de départ de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote.

Mais le bonheur peut-il être le principe d’une éthique ?

On s’attachera notamment à explorer les concepts mis en jeu dans cette expression, à partir des sources médiévales : qu’est-ce que le désir ? Qu’est-ce que le bonheur ? Celui-ci est-il constitutif de l’existence humaine ? Pourquoi la pensée médiévale en vient-elle à distinguer la félicité du bonheur (beatitudo) ? Et le bonheur (beatitudo) ne devient-il pas équivoque, à distinguer de la béatitude et des béatitudes ?

Peut-on dire comme Pascal : « c’est le motif de toutes les actions de tous les hommes, jusqu’à ceux qui se tuent et qui se pendent » ? Ou bien comme Freud, que « les jugements de valeur des hommes sont dirigés inconditionnellement par leurs souhaits de bonheur, ils sont donc une tentative pour appuyer leurs illusions par des arguments » (Malaise dans la civilisation) ?

Bibliographie : Aristote, Éthique à Nicomaque I ; Sénèque, De la vie heureuse ; Augustin, La vie heureuse (Bibliothèque Augustinienne 4/1) ; Anselme de Cantorbéry, La chute du diable, Pourquoi un Dieu-homme ?, Sur l’accord entre la grâce et le libre arbitre ; Thomas d’Aquin, Somme de  théologie I, q.94, a.1 ; I-II, q.1 à 6 ; Thomas d’Aquin, Boèce de Dacie, Sur le bonheur, textes traduits par R. Imbach et I. Fouche, Paris, Vrin, 2005 ; Duns Scot, Ordinatio « Prologue » ; Ordinatio IV, d.49 ; Freud, Malaise dans la culture (1930).

Ce séminaire transversal, animé par le Professeur Olivier Boulnois, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le jeudi de 10 h à 12 h aux dates suivantes : 26 janvier ; 23 février ; 2, 9, 16, 23 et 30 mars ; 20 et 27 avril ; 4, 11 et 18 mai 2017.