Parution du n° 140 de Transversalités

trans_140_l204Le dossier du numéro 140 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités rassemble les actes d’un colloque organisé en 2015 à l’Institut Catholique de Paris, et ayant pour objet d’interroger la notion de « chrétiens de gauche ».

Sur le plan historique, les contributions rassemblées mettent en évidence le déplacement intervenu, au cours des dernières années, dans le débat interne à l’Église catholique en France, quittant le champ politique, pour se situer principalement dans le champ anthropologique et éthique. On pourrait ainsi substituer à l’opposition « droite-gauche », qui fut celle des décennies 1950, 1960 et 1970 une nouvelle opposition « identité-ouverture », pour schématiser ce débat.

Sur le plan théologique, l’expression « chrétiens de gauche » conduit à explorer la manière dont la foi chrétienne interagit avec l’histoire et la civilisation. La notion de « théologie politique » est mise en question : faut-il considérer l’Église comme une « polis »  (une « cité ») alternative, comme le fait le théologien Stanley Hauerwas, qui lie la catégorie du « politique » à la construction d’une communauté particulière ; ou faut-il affirmer, comme le fait Jean-Baptiste Metz, que la foi chrétienne a une dimension « publique », et mettre en avant le rôle de la pratique pour penser Dieu et son action dans le monde ?

Enfin, la contribution d’Éric Vinson, qui conclut le dossier, conduit à formuler une hypothèse intéressante : celle de l’effacement de la dimension spirituelle dans la gauche française, qui l’a conduite à oublier des ressources susceptibles de la renouveler de l’intérieur, et en même temps, à valoriser à l’extrême la notion de laïcité, sans en explorer suffisamment les fondements.

Consultation du sommaire du n° 140 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

A nouvelle année, nouvelle venue : la bibliothèque numérique patrimoniale de l’Institut catholique de Paris !

bibnum_icpAccessible à l’adresse suivante : http://bibliotheque-numerique.icp.fr, cette bibliothèque numérique a pour vocation de donner progressivement accès à une large sélection de documents dont les originaux proviennent des collections du réseau des bibliothèques et des Archives de l’Institut catholique de Paris. A terme, c’est tout un ensemble de ressources iconographiques (photographies, estampes), d’imprimés et de manuscrits qui sera diffusé et valorisé via la bibliothèque numérique.

Une rubrique offre déjà des focus thématiques sur certains documents ou sur des fonds particuliers accompagnés de contenus enrichis. Citons par exemple l’Evangéliaire copte-arabe conservé à la bibliothèque de Fels (Ms copte-arabe 1) qui a fait l’objet d’une présentation détaillée et qui peut désormais être feuilleté dans son intégralité.

Cette bibliothèque numérique se veut aussi un point d’accès centralisé vers l’ensemble des richesses documentaires de l’ICP numérisées et mises en ligne sur d’autres sites :

  • Gallica pour les corpus de monographies et de périodiques (Terre Sainte, droit canonique (Gasparri), doctrine sociale de l’Eglise, relations entre l’Eglise de France et l’Etat de la Révolution à 1945)
  • Cuneiform Digital Library Initiative pour la collection de tablettes cunéiformes conservée à la bibliothèque de Fels (fonds Legrain-Jean)
  • base Medium de l’IRHT pour les manuscrits de théologie grecque des XVIIème-XVIIIème siècles conservés à l’IFEB.

Le premier corpus mis en ligne concerne des photographies anciennes du Proche-Orient et de la Terre sainte qui permettent notamment de s’immerger dans des sites aujourd’hui détruits ou menacés. Ces précieux témoignages photographiques nous ont été légués par deux prêtres, l’abbé Victor Fernique et le Père André Robert qui, à près de cinquante années d’écart, ont posé leur objectif dans les mêmes hauts lieux de l’histoire antique et biblique.

icp_ph_00942

Victor Fernique, [Eglise Sainte-Anne à Jérusalem, musée], août 1978 (bibliothèque de Fels, cote PH 942)

Autre fonds, les cinq albums hérités de Louis Delaporte, professeur à l’Ecole des langues orientales de l’ICP (actuelle ELCOA), qui regroupent des reproductions photographiques de tablettes cunéiformes conservées au British Museum et offrent ainsi une riche documentation sur les peuples de l’Orient ancien. Cet ensemble a été numérisé grâce au mécénat du Crédit Agricole d’Ile-de-France que nous remercions ici pour son engagement en faveur de la mise à disposition de ce patrimoine.

La bibliothèque numérique de l’ICP a été élaborée avec les équipes d’Arkhênum grâce à la solution LIMB Gallery développée par la société i2s connue également pour ses scanners de livres haute résolution.

Le corpus numérisé pourra faire l’objet d’articles dans ce carnet de recherche.

La question de la loi naturelle : de la métaphysique à la philosophie politique

Six conférences par Pierre Manent, Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA 74 03)  : « La question de la loi naturelle : de la métaphysique à la philosophie politique »,
les 6, 7, 8 et 13, 14, 15 mars 2017 • 18h – 20h.
affichea3_chaire-gilson_2017-page-001

La notion de « loi naturelle » est devenue inintelligible en même temps que scandaleuse, et pour la même raison : selon l’opinion régnante, elle assujettit la vie humaine à une vérité dogmatique
sur l’homme et elle ignore le plus propre de l’homme, sa liberté originaire, qui fait de lui l’auteur souverain du monde humain. Elle fait de nous les esclaves d’une idée nécessairement fausse ou mutilée de nous-mêmes. En même temps, nos sociétés sont assujetties à une idée de plus en plus radicale des droits humains au nom de laquelle les règles et institutions les plus vénérables de la civilisation sont recomposées. Or que sont les « droits de l’homme », sinon la version spécifiquement moderne du « droit naturel » ? Nos lois positives sont réformées au nom d’une certaine idée de notre « nature ». Ainsi, en même temps que nous affirmons le caractère « culturel » de toutes les choses humaines, nous ne pouvons rien opposer à la virulence d’une idée « dogmatique » – en l’occurrence, radicalement individualiste – de notre nature.
Le propos de ces conférences sera de faire apparaître la légitimité et
la nécessité de la référence à la loi naturelle, non comme une somme
de propositions déduites d’un savoir religieux, métaphysique ou scientifique, mais comme un réseau ouvert d’éléments d’orientation intrinsèques à la vie pratique. Quelle que soit l’ampleur des possibilités ouvertes à l’homme agissant, son « choix réfléchi » rencontre nécessairement des règles qu’il n’a pas faites, et en l’absence desquelles il ne pourrait y avoir ni réflexion ni choix.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme-2017

Aux commencements. Création et temporalité dans la Bible et dans son contexte culturel

bibleetorient_affiche_201702_2016111-page-001La Bible et les littératures de l’Orient ancien contiennent des traditions et des récits qui racontent les origines de l’univers et des commencements dans l’histoire, mais aussi l’achèvement de périodes historiques, voire l’accomplissement du temps de l’histoire ou de l’univers. Tous ces textes, dans leur diversité, conduisent à s’interroger sur le rapport entre origines, commencements, temps de
l’histoire et achèvements.
Les Traditions d’Israël en particulier dessinent un cadre temporel dans lequel elles inscrivent les événements fondateurs de l’identité théologique du peuple. Ce cadre temporel déploie, entre des récits de commencements et des ouvertures eschatologiques, un « temps
de l’histoire », qui n’est pas simplement linéaire, mais marqué par des fractures et des ruptures.
Le colloque aura pour but de montrer comment les récits de la Bible ou des civilisations environnantes racontent les commencements, les origines mais aussi la fin, et comment, à travers leur traitement de la temporalité, ils « construisent » des théologies, des identités et des visions du monde.
Il cherchera notamment à souligner les articulations qui existent entre la périodisation de l’histoire et la révélation du Dieu d’Israël.

Ce colloque international aura lieu les 27 et 28 février 2017 à l’Institut Catholique de Paris. Le comité scientifique est composé d’Olivier Artus (ICP), de Corinne Lanoir (Institut Protestant de Théologie, Paris), de Sophie Ramond (ICP) et de Christopher Seitz (Toronto School of Theology, Wycliffe College).

Inscription indispensable et paiement uniquement sur : https://auxcommencements.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.