La mer dans l’histoire/The Sea in History, 4 vol., par Christian Buchet (éd.)

Publication des quatre volumes : La mer dans l’histoire/The Sea in History, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2017.
Volume 1 : The Ancient World ; Volume 2 : The Medieval World  ; Volume 3 : The Early Modern World ; Volume 4 : The Modern World
Quelque 250 historiens de renom étudient un large éventail de sujets, donnant ainsi un aperçu concis de tous les aspects de l’histoire maritime.
Quelle est l’importance de la mer dans le développement de l’histoire humaine ? D’une importance majeure selon la conclusion de cet important travail en quatre volumes.
Les ouvrages réunissent les historiens maritimes les plus reconnus au monde. Ceux-ci se penchent sur la question de savoir quelle différence fait la mer. 260 situations allant des temps les plus reculés à l’époque actuelle sont scrutées. Les chercheurs étudient les sujets liés aux migrations humaines, au commerce, au développement économique, à la guerre, ou encore à la construction
d’entités politiques, y compris les empires, à la diffusion des idées, de la culture et de la religion et ce sur tous les continents. Bien plus, ils montrent combien la mer est cruciale dans tous ces aspects du développement humain.
Les sujets maritimes spécifiques abordés couvrent aussi bien la construction navale, la navigation, l’exploitation des ressources maritimes, l’environnement social des navigateurs et des communautés maritimes que la piraterie, le financement et l’organisation des entreprises maritimes, et bien d’autres sujets encore. Au final, ces ouvrages représentent une source de savoirs immense pour tous les historiens, leur donnant des aperçus concis
de la plupart des sujets liés à l’histoire maritime.
Christian Buchet, de l’Académie de Marine, est professeur, titulaire de la chaire d’histoire maritime à l’Institut Catholique de Paris.

La Gouge et le Scalpel par Valérie Deshoulières

Publication de l’ouvrage La Gouge et le Scalpel. Oscillations pendulaires entre l’Art et la Science, Paris, Hermann, 2017, 374 p.

La question qui prend forme au fil de ces pages n’est autre que celle des relations complexes susceptibles de se tisser entre ce qui est censé s’opposer : science et art, théorie et pratique, recherche et action. A partir d’études de cas (Vésale, Goethe, Musil, Claudel, Gottfried Benn, Pierre Mertens, Jacques Abeille, Patrick Roegiers, Alexandre Sokourov) et d’expériences personnelles (de vie, d’écriture, de recherche et d’enseignement), elles postulent, entre les arts (littérature, cinéma, sculpture) et les disciplines (rhétorique, philosophie, herméneutique) que seul le risque permet de comprendre de manière dynamique les rapports au-delà des différences et les distinctions au-delà des ressemblances.

En observant le « voyage » des paradigmes, concepts, motifs, figures et lexiques au-delà des cloisonnements convenus entre les divers champs du savoir, il s’agissait d’abord de rappeler que la littérature pouvait constituer une « forme de vie » qui, à l’instar de la métaphore, son auxiliaire, rendait notre monde « habitable ». Comme Pierre Nora, en 1987, en osant parler d’egohistoire, rompait avec une tradition scientifique ayant encouragé les historiens à disparaître derrière un savoir impersonnel et une écriture objective, le présent essai défend l’idée d’une ego-critique et se propose d’ouvrir sur le monde, entre Critique et Création, un compas formé d’une Gouge et d’un Scalpel.

Valérie Deshoulières est professeur à l’Université de la Sarre et à l’Institut catholique de Paris. Elle dirige depuis 2008 l’Institut français de Saarbrücken, à la Villa Europa.

Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile par Camille Riquier

Publication de l’ouvrage Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile, Paris, PUF, 2017, 549 p.

La vie de Charles Péguy est d’abord celle, misérable, au sein des Cahiers de la quinzaine, sous l’emprise du devoir et de l’Affaire Dreyfus. Mais il en existe une seconde, heureuse quoique virtuelle, qu’il n’a pu accomplir et qui a surgi comme malgré lui dans son écriture : une vie vouée à la philosophie. L’ambition de ce livre est de fournir à la philosophie de Péguy l’« appareil » capable de manifester le plus fidèlement possible le « profond ordre intérieur » qui tient ensemble tout ce « fatras » de textes qui ont jailli génialement de sa plume.
Philosophe, Charles Péguy l’a été avant tout. Là est le point profond et fixe où s’articulent ses différents profils que le lecteur peine parfois à concilier : socialiste, dreyfusiste, révolutionnaire, internationaliste, patriote, journaliste, historien, polémiste, chrétien et poète. Et parce que l’action a toujours présidé à sa pensée, celle-ci a épousé les péripéties de l’événement avant de se recueillir dans la profondeur de sa mémoire. Elle se serait récapitulée dans un livre de confessions si sa mort au champ d’honneur, le 5 septembre 1914, n’en avait annulé jusqu’à sa possibilité : les Mémoires d’un imbécile.

Camille Riquier est maître de conférences à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .