L’engagement (séminaire Mounier)

Thème par excellence du personnalisme, l’engagement reçoit sa définition la plus élaborée avec Mounier et Landsberg, bien avant sa mise en relief dans la philosophie sartrienne. Si l’engagement participe à la réalisation de l’historicité humaine, il marque surtout un refus de l’esthétisme et de l’idéalisme. Ceux-ci ne sont que des dérobades face aux provocations des événements, que la philosophie doit s’efforcer de transformer en expérience. L’engagement seul nous fait connaitre les directions de notre vie historique et concourt à la dignité du politique.

Ce séminaire est dirigé par Jean-François Petit. Il a lieu le mardi de 18 h à 20 h aux dates qui suivent.

Séances :

23/01 : Présentation et mise en perspective du séminaire : Jean-François Petit
30/01 : Péguy : Charles Coutel (Université d’Artois)
06/02 : Jaurès : Eric Vinson (Faculté d’éducation, ICP)
13/02 : Blondel : Marie-Jeanne Coutagne (Université catholique de Lyon)
06/03 : Bonhoeffer : résistance et soumission (Arnaud Corbic)
13/03 : Bergamin/ Unamuno : Yves Roullière (AAEM)
20/03 : Etienne Gilson : Florian Michel (Université de Paris I)
27/03 : Landsberg : Markus Kneer (Université de Münster)
03/04 : Dans l’Action catholique : Jean-Hugues Soret (UCO)
10/04 : Ricoeur : Renato Boccali (IULM, Milan)
02/05 : L’engagement syndical : Laurent Tertrais (CFDT)
07/05 : Hannah Arendt et l’engagement contemporain (Hubert Faes, ICP)

Penser avec Gilles Deleuze

« Je me sens pur métaphysicien ». Cette formule de Gilles Deleuze [A. Villani, La guêpe et l’orchidée, p. 130] servira de fil conducteur à ce séminaire doctoral. Déployant une interprétation originale de l’histoire de la philosophie, la pensée de Gilles Deleuze s’enracine à la fois dans Leibniz, Spinoza, Nietzsche et Bergson. Cette généalogie trace les contours d’une nouvelle tentative philosophique, non seulement à envisager dans sa « création de concepts », mais aussi dans son rapport renouvelé à la tradition. Différence et répétition (1968), Logique de la sensation [sur Francis Bacon (1981)], son essai sur Foucault (1986), Pourparlers (1990) et Qu’est-ce que la philosophie ? (1991), serviront de support à cette traversée.

Bibliographie : Nietzsche et la philosophie, Paris, PUF, 1962 ; Le bergsonisme, Paris, PUF, 1966 ; Spinoza et le problème de l’expression, Paris, Minuit, 1968 ; Différence et répétition, Paris, PUF, 1968 ; Spinoza, philosophie pratique, Paris, Minuit, 1970 ; Dialogues (avec Claire Parnet, Paris, Flammarion, 1977) ; Francis Bacon, Logique de la sensation, Paris, Ed. de la Différence, 1981 ; Foucault, Paris, Minuit, 1986 ; Le pli, Leibniz et le baroque, Paris, Minuit, 1988 ; Pourparlers, Paris, Minuit, 1990 ; Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Minuit, 1991 ; A. Vilani, La guêpe et l’orchidée, Essai sur Gilles Deleuze, Paris, Belin, 1999 ; A. Bouaniche, Gilles Deleuze, Une introduction, Paris, Pocket, 2007 ; D. Lapoujade, Deleuze, Les mouvements aberrants, Paris, éd. de Minuit, 2014.

Ce séminaire, placé sous la direction du Professeur Emmanuel Falque, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le vendredi de 9 h à 12 h aux dates suivantes : 6, 13, 20, 27 octobre ; 10, 24 novembre ; 8, 15 décembre.

La croyance

« Croire » n’est pas que l’expression d’une adhésion confessionnelle, ni un syntagme théologique, mais aussi une attitude et une position philosophique. Tout homme est « croyant » — que ce soit au monde, à l’autre, ou à Dieu. Il se pourrait même que la plus haute certitude se tienne dans la croyance, en cela que, ce à quoi nous adhérons est d’abord le sens de notre existence. Traversant cette thématique de la croyance, et les grandes pensées de l’histoire de la philosophie, le séminaire du Saulchoir s’efforcera de montrer cette année qu’une telle dimension de notre humanité ne saurait être oubliée, si tant est que la transcendance est toujours une dimension de notre immanence et de notre monde comme tel.

Ce séminaire associe deux institutions : le Centre d’Études du Saulchoir et l’Institut Catholique de Paris. Placé sous la direction des Professeurs Emmanuel Falque et Bernard Bourdin, il se déroulera le samedi de 9 h à 12 h, au Centre d’Études du Saulchoir 45, rue Glacière 75013 Paris (Métro Glacière), à l’exception du  16 décembre (voir l’indication particulière).

Séances :

Samedi 7 octobre : Camille Riquier (intervenant) / Bernard Bourdin (discutant) : « Situation de la foi dans nos sociétés modernes »
Samedi 9 décembre : Bernard Bourdin (intervenant) / Emilie Tardivel (discutante) : « La croyance : Révélation ou acte de production humaine ? »
Samedi 16 décembre : Emmanuel Falque (intervenant) / Pascal David (discutant) : « Croire en commun ». Cercle des doctorants de 14h à 17h .
Samedi 20 janvier : Olivier Riaudel (intervenant) / Jérôme de Gramont (discutant) : « Que faut-il entendre par « contenu propositionnel d’une croyance religieuse » ?
Samedi 10 février : Jérôme Alexandre (intervenant) / Laure Solignac (discutante) : « Croire : Augustin, Tertullien, essai de confrontation »
Samedi 10 mars : Jean-François Petit (intervenant) / Edouard Jourdain (discutant) : « Anthropologie du croire de Michel de Certeau »
Samedi 7 avril : Ronan Sharkey (intervenant) /Jacques Courcier (discutant) : « Les croyances irrationnelles »

 

Séminaire de la chaire Dominique Dubarle

Expérience de Dieu et expérience du divin en théologie « révélée » et en théologie « philosophique »

Dans la critique très serrée qu’il construit à l’endroit des théologies rationnelles et des théodicées spéculatives, le théologien luthérien Eberhard Jüngel énonce un principe qui doit guider la « théologie évangélique » : « Une conversation avec la théologie philosophique n’est vraiment pensable qu’à titre de controverse » (Gott als Geheimnis der Welt, § 11, p. 206). Cette orientation épistémologique fondamentale constitue pour le théologien un principe de relecture de la tradition philosophique moderne, de Descartes à Fichte et Feuerbach, en passant par Kant et Nietzsche. Elle se donne pour tâche de construire un concept théologique d’expérience qui requiert l’intégralité de la confession de foi christologique et trinitaire et non pas son exclusion nécessaire. Le séminaire s’attachera à évaluer la pertinence prospective de ce principe critique et à en poursuivre éventuellement la tâche, en explorant d’autres voies possibles en vue de l’élaboration d’un concept rigoureux d’expérience en théologie.

Ce séminaire de recherche transversal de la Chaire de philosophie et de théologie Dominique Dubarle, animé par Vincent Holzer, est destiné à l’ensemble des doctorants du Collège doctoral de l’ICP.

Il aura lieu au premier semestre le jeudi de 9 h à 12 h et au deuxième semestre le lundi de 9 h à 12 h, aux dates indiquées ci-dessous.

Jeudi 26 octobre 2017, 9h-12h : Ouverture du séminaire de la Chaire – Pr Vincent Holzer : Théodicée spéculative et théologie christologique : impossible liaison ? – salle J32
Jeudi 23 novembre, 9h-12h : Poursuite des travaux par le Pr Vincent Holzer : Théodicée spéculative et théologie christologique – séance fermée – salle Z21
Jeudi 14 décembre, 9h-12h : Dr Anthony Feneuil (Université de Lorraine) : La notion d’expérience religieuse dans la théologie de Karl Barth – séance publique – salle Z21
Jeudi 18 janvier, 9h-12h : Pr Dr Philippe Nouzille (Athénée Pontifical Saint-Anselme) : Une « pragmatique » théologale – séance publique – salle Z21
Lundi 12 février, 9h-12h : Dr David Sendrez (Collège des Bernardins, Faculté Notre-Dame) : La notion d’expérience en théologie transcendantale – séance publique – salle F21
Lundi 19 mars, 9h-12h : séance fermée – salle F21
Lundi 30 avril, 9h-12h : séance fermée – salle F21
Lundi 14 mai, 9h-12h : séance fermée – salle Z21
Lundi 4 juin, 9h-12h : séance fermée – salle Z21

Ouvrages indispensables au suivi du séminaire
1. Eberhard Jüngel, Dieu mystère du monde. Fondement de la théologie du Crucifié dans le débat entre théisme et athéisme, Paris, Cerf, coll. Cogitatio fidei n° 116-117 (en particulier le 1er tome pour ceux qui disposent de la première édition française, une seconde édition a rassemblé les deux tomes en un seul volume).
2. René Descartes, Meditationes de prima philosophia (Méditations de philosophie première), Texte latin et traduction du Duc de Luynes, Paris, Vrin, 1978.
3. Emmanuel Kant, La religion dans les limites de la seule raison, Paris, PUF, 2016, Traduction et présentation par Alain Renaut (toute autre édition plus ancienne conviendra).
4. J.G. Fichte, Essai d’une critique de toute révélation (1792-1793), Paris, Vrin, 1988, introduction, traduction, notes et index par J.-C. Goddard.