Parution du n° 143 de Transversalités

Ce numéro 143 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités, rassemble les travaux du Groupe de Recherche en Anthropologie Chrétienne (GRAC), groupe qui réunit des chercheurs des différents pôles de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société », (EA 7403), ainsi que des experts extérieurs. Ces travaux représentent la troisième étape d’un projet de recherche partant du constat de la « crise anthropologique » traversée par l’époque contemporaine, crise dont il est devenu classique de rendre compte par l’usage de la catégorie de « post-modernité », terme assez général qu’il convient évidemment de décrire et de critiquer.

Ce décryptage de la notion de « post-modernité » fut précisément l’objet des premières étapes du travail du GRAC, initiées par Henri-Jérôme Gagey, et poursuivies par Brigitte Cholvy, Catherine Fino et Joël Molinario. Celles-ci ont fait l’objet d’une publication, toujours disponible, dans deux suppléments de la revue Transversalités (suppléments n°1 et n°3).

Dans ce numéro de Transversalités, les membres du GRAC abordent un autre versant de leur recherche en anthropologie : montrer comment « les ressources et les pratiques chrétiennes » — et, dans ce dossier, plus particulièrement la Bible et la Liturgie —peuvent contribuer à élaborer, à frais nouveaux, une réflexion anthropologique rendue aujourd’hui ardue, du fait de l’émiettement des identités et de la faillite des idéologies.

Consultation du sommaire du n° 143 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Philosophie du Droit

Comme science, comme art ou comme technique, le droit n’échappe pas à un questionnement et à une réflexion philosophiques. Malgré sa spécificité au sein de la famille des droits, et son lien particulier à la Théologie qui conduisait le pape Paul VI à le définir comme un «ius sacrum», le Droit canonique ne fait pas exception à cette règle. La démarche qui est proposée dans ce séminaire s’appuie sur l’initiation à la philosophie du Droit reçue, soit à la Faculté de Droit canonique, soit à la Faculté de Droit, dans les cycles d’étude antérieurs. Selon les années, les participants au séminaire, et l’actualité du débat public, sont étudiées la question théologico-politique, la question de la nature et de la loi naturelle, et quelques orientations propres au Droit canonique, telles l’équité, la justice, la loi, la séparation des pouvoirs…

Ce séminaire de 18 heures animé par Olivier Echappé a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année 2017-2018, le mardi de 14 h à 17 h.

Droit civil ecclésiastique comparé

Ce séminaire est une initiation à la recherche en Droit comparé des relations entre l’Eglise et l’Etat. Après quelques heures consacrées aux sources internationales, européennes et internes, les séances seront consacrées à divers thèmes : personnalité juridique en Droit civil des institutions religieuses ; biens religieux ; mariage religieux en Droit civil ; etc.

Ce séminaire de 18 heures animé par Emmanuel Tawil a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année 2017-2018, le mardi de 14 h à 17 h.

 

Droit français des religions

Suivant une méthodologie correspondant à un séminaire, les étudiants seront appelés à une participation active pour un commentaire de textes-sources. Les sources juridiques auxquelles se réfère ce séminaire seront principalement celle du Droit français, mais aussi de la Convention et de la jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l’homme. Les thèmes abordés porteront sur l’encadrement juridique du prosélytisme, l’assistance religieuse dans les services publics français (enseignement public, hôpitaux publics, établissements pénitentiaires), ainsi qu’au sein des armées. En outre, la réflexion portera sur les questions juridiques soulevées par les pratiques et manifestations d’identité religieuse au sein des entreprises du secteur privé.

Ce séminaire de 36 heures animé par Philippe Greiner a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année 2017-2018, le mercredi de 9 h à 11 h.

Parole de Dieu et catéchèse

Depuis Dei Verbum, la place de la Bible a largement évolué dans les principaux textes du magistère. Il s’agira d’en prendre la mesure en traversant notamment les textes récents du magistère. Ce travail permettra d’interroger la posture du catéchisé afin de vérifier l’hypothèse suivante : le texte biblique peut nous rejoindre comme Parole de Dieu si l’on ose s’exposer avec nos blessures. Pour laisser une chance à l’Écriture de devenir Parole de Dieu, il faudrait lui laisser la possibilité d’être accueillie au cœur de nos difficultés, de prendre sens au cœur de nos vies, d’établir une rencontre avec Jésus-Christ.
Après avoir consacré un temps conséquent à interroger la posture du catéchète dans le cadre de la pédagogie d’initiation, c’est bien du côté des catéchisés que nous serions alors conduits à tourner notre regard.

Ce séminaire est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au cours de trois sessions : du 2 au 4 octobre 2017, du 13 au 15 novembre 2017 et du 8 au 10 janvier 2018, du lundi 11 h au mercredi 12 h 30.

La théologie morale face aux défis de la précarité des vivants

Face au « trouble » sociétal et politique suscité par les mutations anthropologiques contemporaines, ce séminaire interroge la « normativité » ou capacité du vivant à reformuler ses propres normes, à partir de la pensée de Georges Canguilhem et Michel Foucault. Il s’agit de mieux identifier en retour les ressources dont dispose la théologie morale pour penser la vulnérabilité et la créativité normative du vivant, afin de s’inscrire dans un véritable dialogue critique avec les philosophies de la postmodernité.
En ce temps de mondialisation, le séminaire bénéficiera aussi de la présence du professeur invité Stephen Pope (Boston College) qui nous présentera le développement de l’éthique sociale et politique dans le contexte nord-américain.

Ce séminaire animé par Catherine Fino est réservé aux étudiants de D1-D2-D3. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au deuxième semestre de l’année 2017-2018.

La liturgie comme source de la théologie

Depuis le Concile Vatican II, l’affirmation selon laquelle « l’Écriture est en quelque sorte l’âme de la théologie » (DV 24) a provoqué une attention renouvelée aux sources bibliques dans l’enseignement et la recherche en théologie.
En désignant la liturgie comme l’une des disciplines « principales » dans les facultés de théologie, et en invitant les théologiens des autres disciplines à « faire ressortir le mystère du Christ et l’histoire du salut, si bien qu’on voie apparaître clairement le lien de ces disciplines avec la liturgie » (SC 16), Vatican II invitait à considérer aussi la liturgie comme l’une des sources de la recherche théologique.
La recherche de ce séminaire concerne donc en principe toutes les disciplines (exégèse, dogmatique, éthique, ecclésiologie, etc.) et la démarche de la recherche sera double. D’une part, il s’agit de voir comment les diverses disciplines prennent en compte la dimension liturgique et d’autre part, quelles ressources offre aux théologiens la considération de l’action liturgique, en tant que celle-ci renvoie à la lex credendi de l’Église.
Sur les deux axes, on s’attachera à préciser les exigences méthodologiques, et cela aussi bien en ce qui concerne la nature spécifique de la liturgie qui est une action et non seulement un discours, qu’en ce qui concerne l’épistémologie propre des différentes disciplines. Enfin, parce que la tradition s’est déployée dans des formes liturgiques diversifiées au cours de l’histoire, la recherche comporte un aspect historique dont les enjeux œcuméniques sont décisifs.
Le séminaire sera conduit en fonction du lieu de recherche des différents participants.

Ce séminaire, animé par le professeur Patrick Prétot, est réservé aux étudiants de M2-D1-D2-D3. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mercredi de 9 h à 11 h 30, les 20 septembre, 18 octobre, 15 novembre, 13 décembre 2017, 17 janvier, 14 février, 14 mars, 11 avril, 16 mai et 13 juin 2018.

 

 

Épistémologie de la théologie et contextes culturels

Partant de la conviction que l’inculturation est une démarche incontournable pour toute théologie chrétienne, le séminaire cherchera à constituer des bases méthodiques et dogmatiques pour l’élaboration d’une théologie de l’inculturation qui a une portée universelle pour toute l’Église dans le contexte actuel. Sur la base des études concrètes, le séminaire portera une attention particulière aux nouveaux défis de l’inculturation et tâchera d’établir des ponts entre ce concept opérationnel et d’autres paradigmes importants, comme la contextualisation, la libération, l’interculturalité et le dialogue interreligieux.

Ce séminaire animé par le professeur  Léonard Santedi est réservé aux étudiants de D1-D2. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris du 11 janvier au 8 février 2018, le jeudi de 9 h à 12 h.

Violence et traditions religieuses II

Comment appréhender la violence de certains croyants dans un monde qu’il faut aimer (Jn 3,16-17) ? Après des siècles d’incompréhension et de mépris, le concile Vatican II a encouragé le dialogue et la connaissance mutuelle entre croyants. Le séminaire dégagera les enjeux théologiques des relations humaines, pour préciser les exigences du témoignage commun des croyants au cœur des traditions religieuses.

Ce séminaire animé par les Docteurs Dominique Greiner et Pierre Diarra est réservé aux étudiants de M2 et D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le mardi de 19 h à 21 h, le 26 septembre, les 3, 10, 17 et 24 octobre, les 7, 14, 21 et 28 novembre, les 5, 12 et 19 décembre 2017.

Connaître et aimer

La question de la reconnaissance donnée en Christ (Jn 1, 10-18), concerne notre situation d’homme contemporain confronté à la «complexité de la vie». Elle interroge et déplace les repères traditionnels d’une théorie de la connaissance sur lesquels ont pu s’appuyer le discours théologique, notamment à partir du concept de l’Être. Le séminaire entend clarifier les enjeux fondamentaux liés au «parcours de la reconnaissance». En examinant la triade intelligence, volonté, mémoire à travers un corpus philosophique et théologique, nous chercherons ses différentes articulations et prendrons la mesure de ses implications tant du point de vue dogmatique que du point de vue éthique.

Ce séminaire animé par les Docteurs Francine Charoy et Clémence Rouvier est réservé aux étudiants de M2 et D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le mardi de 9 h à 11 h, le 26 septembre, les 3, 10, 17 et 24 octobre, les 7, 14, 21 et 28 novembre, les 5, 12 et 19 décembre 2017.

Exodes et migrations dans les traditions bibliques

Dans les traditions de la Bible Hébraïque comme dans celles du Nouveau Testament, la définition de l’identité de la communauté croyante est pour une part liée à une « géographie théologique » : exode, migrations, traversée de frontières, déplacements en terre étrangère, … Le séminaire aura pour objet de mettre en évidence les enjeux historiques, la stratégie narrative, et la signification théologique des notes géographiques mobilisées par ces traditions
bibliques.

Ce séminaire animé par les Professeurs Olivier Artus et Sophie Ramond est réservé aux étudiants de D1-D2-D3. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris durant l’année universitaire 2017-2018, le mercredi de 14 h à 16 h, à partir du 25 octobre 2017.

La conférence de rentrée du Collège doctoral

Le  Professeur Grégory Woimbée (Professeur à la Faculté de Théologie et Vice-Recteur à l’Institut Catholique de Toulouse) prononcera la conférence de rentrée du Collège doctoral de l’Institut Catholique de Paris le lundi 16 octobre 2017, de 17h à 19h dans l’amphithéâtre René Rémond (salle W22).

Elle aura pour titre : « L’homme intégral. Dignité humaine et transcendance ».

Usage du monde et liberté à l’âge classique par Véronique Wiel

Publication de l’ouvrage Usage du monde et liberté à l’Âge classique, Paris, Honoré Champion, coll. Lumière classique, 2017.

L’on ne saurait trop souligner combien l’âge « classique » est un âge critique. Moment de crise aiguë, totale, puisque c’est la destitution du monde ancien qui s’amorce et une situation inédite qui se dessine : l’homme se découvrant comme jamais instance de liberté face à un monde dont il est désormais séparé, ce qui devient pensable, c’est la réformation générale du monde et de soi. La question est de savoir comment réinventer la liberté dans les conditions de la modernité.

Cette entreprise s’énonce électivement en terme d’usage et sa fortune témoigne de la variété des voies empruntées. Or parmi les figures de « la liberté par l’usage », il en est une qui, méconnue, se recommande de trois sources anciennes : le stoïcisme, la théologie paulinienne et le legs augustinien. Révéler son originalité consiste à déployer ce qui est ramassé dans l’étrange formule de Paul : « user du monde comme n’en usant pas ». Attester son actualité à l’âge classique, c’est montrer comment Fénelon, Pascal, Malebranche ou Mme de Lambert jouent de sa plasticité pour se l’approprier diversement et en faire une figure de la liberté disponible pour la modernité – y compris la nôtre.

Véronique Wiel est professeur HDR à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris. Elle est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

Arts et pouvoirs, censure et autocensure. Mondes chinois, indien et iranien

Les pouvoirs envisagés ici ne se limitent pas au pouvoir politique, mais incluent toutes les formes de pouvoirs explicites ou implicites à l’œuvre dans une société (contraintes politiques, idéologiques, économiques, religieuses…).

La censure n’est pas uniquement envisagée comme une autorité extérieure qui entraverait la liberté du créateur, mais comme une instance sociale, voire intime (l’autocensure), parfois  intégrée en amont par l’artiste, et susceptible de régler son activité créatrice.

Ce séminaire qui associe l’ENS et l’ICP (Faculté des Lettres) est ouvert aux étudiants des deux institutions ainsi qu’aux professionnels de l’art. Les cours ont lieu les jeudis indiqués ci-dessous, de 12h à 14h à l’ICP ou à l’ENS.

Il est dirigé par Isabelle de Vendeuvre (Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale, « République des savoirs : Lettres, Sciences, Philosophie », USR 3608, ENS) et Emmanuel Lincot (EA  7403 « Religion, Culture et Société, ICP, Faculté des Lettres).

Séances :

28 septembre 2017 (ICP) : Ariane Perrin
« Le soft power de la Corée du Sud et les demandes de restitution d’objets d’art coréens »

19 octobre (ICP) : Dana Rappoport
« Autorité et oralité dans l’Est insulindien (Flores, Indonésie) »

16 novembre 2017 (ICP) : Ingrid Le Gargasson
« L’institutionnalisation de la musique hindoustanie : entre recomposition, sélection et censure d’un savoir musical nord indien »

21 décembre 2017 (ICP) : Yassaman Khajehi
« Iran : la « censure visible » comme une contestation anti censure »

22 février 2018 (ENS) : Shahnaz Salami
« Le piratage d’œuvres cinématographiques en Iran : phénomène indissociable de la censure et voie souterraine de la mondialisation culturelle »

15 mars 2018 (ENS) : Delphine Ortis
« Légitimité sans « savoir », autorité sans « expertise » : le cas d’une danse extatique musulmane, le dhamāl (Sindh-Pakistan) »

5 avril 2018 (ENS) : Tiziana Leucci
« Arts et pouvoir en Inde du Sud : analyse du temple impérial de Rajaraja Chola I° (XI° siècle) »

17 mai 2018 (ENS) : Assal Bagheri
« L’amour à l’épreuve. Une analyse du cinéma iranien »

 

L’humanité en récits : le pouvoir des fables

Le projet de ce séminaire résolument interdisciplinaire est de s’interroger sur l’humanité de l’homme en se situant, non pas sur le plan théorique, mais sur le plan pratique : parler d’humanité, ou plus encore d’humanisation, c’est parler de pratiques qui la font exister (ou pas) ; de quelque chose qui se passe entre les hommes, qui se décide et qui dépend d’eux. De ces pratiques d’humanité (ou d’inhumanité), nombre de textes témoignent qui relèvent de genres très divers et s’offrent à des approches croisées et complémentaires : littéraire, philosophique, historique, théologique, anthropologique, etc. Fictifs ou non, ces textes (mais l’on pourra aussi convoquer les arts) donnent à ces pratiques mises en intrigues, problématisées, incarnées une visibilité et une présence singulières. Si en tout cela l’on peut se contenter de voir l’humanité représentée, l’on peut aussi adopter une autre perspective et comprendre ces textes comme une invitation à devenir humain. Il s’agit alors de réfléchir à l’acte de lecture, à la question de la réception de l’œuvre en distinguant « lecture allégorique » et « lecture parabolique ».

Ce séminaire est dirigé par Véronique Wiel. Il a lieu le lundi de 16 h à 18 h aux dates qui suivent.

Séances :

9 octobre 2017 : Introduction. Pr. Véronique Wiel.

23 octobre : Introduction (suite). Pr. Véronique Wiel.

6 novembre : Une histoire sans nom, de Barbey d’Aurevilly et La marquise d’O, de Kleist : une relecture allégorique de l’Évangile de Luc, Pr. Pierre Cahné, Paris IV-Sorbonne, Recteur honoraire de l’Institut Catholique.

13 novembre : « Ce qui me semblait amer fut changé pour moi en douceur » : la rencontre de François d’Assise et du lépreux, Laure Solignac, Faculté de Philosophie.

20 novembre : Dom Innocent Le Masson, une grande figure de maître de novices au XVIIe siècle, Pr. Nathalie Nabert, Faculté des Lettres.

27 novembre : La femme pauvre de Léon Bloy : l’humanisation par la souffrance, Jean-Baptiste Amadieu, CNRS/Collège de France/ENS.

4 décembre : Humanité et modernité chez Péguy, Camille Riquier, Faculté de Philosophie.

11 décembre : Raymond Queneau, Un rude hiver : pourquoi une lecture initiatique ?, Patrick Brunel, Faculté des Lettres.

5 février 2018 : Reprise. Pr. Véronique Wiel.

12 février : L’humain en question : les fables de la métamorphose, Pr. Pierre Brunel, Paris IV-Sorbonne, Académie des Sciences morales et politiques.

26 février : Disgrâce, de J.M. Coetze : être homme dans une mémoire tourmentée par la violence, Jean-Baptiste Sèbe, Theologicum.

5 mars : Découvrir l’autre. Coexistence et identités plurielles dans la Méditerranée ottomane du XIXe s., Marie-Carmen Smyrnelis, Faculté des Sciences sociales et économiques.

12 mars : Les dimensions humanistes dans Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, d’E.E. Schmitt, Pr. Oussama Nabil, Université al-Azhar, Le Caire.

19 mars : Mysticisme et humanisme dans « ayam-al-’insan al-sab’a » (Les sept jours de l’homme de Abdal-Hakim Qasim), Pr. Samir Mandour Université al-Azhar, Le Caire.

26 mars : Le caractère humain dans le miroir poétique : le cas de trois poèmes : « À mon frère blanc », de Léopold Sédar Senghor, « L’homme qui te ressemble » de René Philomé et «Le déserteur» de B. Vian, Pr. Abdel Rahman Foudah Université al-Azhar, Le Caire.

9 avril : sujet à préciser, Pr. Anne Banny, Faculté des Lettres.

23 avril : L’histoire aux frontières de l’humain : le thème de la déshumanisation dans les récits d’esclaves aux États-Unis , Delphine Louis-Dimitrov, Faculté des Lettres