Existe-t-il une mystique médiévale ?

Si la notion de mystique semble aller de soi pour le Moyen Âge, ce semble être par suite d’un malentendu. Car si  l’historiographie du XIXe siècle en particulier flétrit volontiers par ce mot ce qui, dans la littérature médiévale, lui semble sentimental, irrationnel ou extravagant, les auteurs médiévaux se servent quant à eux de l’adjectif «mystique» pour désigner bien autre chose : soit une certaine manière d’interpréter les Écritures et l’histoire sainte (sens mystique), soit une certaine façon de discourir rationnellement sur Dieu (théologie mystique), soit une certaine appartenance des fidèles à la même Église (corps mystique).
Il convient donc de revenir aux textes, en leur posant ces questions. Quand le mot «mystique» est-il employé dans des œuvres médiévales, et quelles significations y revêt-il ? À l’inverse, dans les œuvres médiévales qu’on tend à ranger aujourd’hui sous la catégorie de «mystique» (visions et révélations, écrits dévots, exposés sur la contemplation ou sur l’union à Dieu, écrits inspirés de la Théologie mystique du pseudo-Denys l’Aréopagite, etc.), comment ce qui relève de cette catégorie est-il nommé, défini, compris par les auteurs eux-mêmes ?
Est-il pertinent de distinguer et d’enclore dans un même genre des textes aussi divers, ou d’autres découpages sont-ils préférables à l’intérieur de la littérature religieuse du Moyen Âge ? De la fin de
l’époque patristique aux débuts de la Renaissance, le sens du mot «mystique» et la réalité que nous visons sous ce mot sont-ils restés stables, ou bien ont-ils subi une évolution ? Au fond, peut-on dire que la notion moderne de mystique a son origine dans les temps médiévaux ?

Ce colloque international de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris (Directeur : Dominique Poirel – Déléguée scientifique : Isabelle Moulin) aura lieu les 30 novembre et 1er décembre 2017 à l’Institut Catholique de Paris, amphithéâtre Paul Ricœur (Z16).

Inscription indispensable (gratuite) uniquement sur : https://iemmystique2017.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Le Christ devant la raison par Vincent Holzer

Publication de l’ouvrage Le Christ devant la raison. La christologie devenue philosophème, Paris, Cerf, coll. Philosophie et théologie, 2017.

Le Christ devant la raison reprend la question du rapport entre théologie et philosophie sous l’angle inattendu de la christologie dans ses métamorphoses modernes et contemporaines. Le projet paraît ambitieux, mais il s’attache ici à un segment de temps qui correspond à une période que l’on peut qualifier de « seconde modernité », là où la christologie comme discipline de la théologie tend à se détacher de plus en plus du domaine où l’avait confinée l’apologétique défensive, celui de la preuve, pour s’épanouir en un domaine de signification jusqu’alors inédit et qui porte le nom très précis de Christozentrik : le Christ au centre d’un ordo rerum dont il est la synthèse idéale. Mais le « christocentrisme », né d’une intensification métaphysique en théologie, n’est pas sans ambivalences. Il pourrait mettre à mal la logique de la foi et le paradoxe fondamental qui la soutient et dont la christologie est précisément la forme intelligible. Les ambitions spéculatives de la christologie ecclésiale n’en demeurent pas moins intactes.

Vincent Holzer, professeur en théologie à l’Institut Catholique de Paris, est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403).

 

Grandes voix de l’ISP-Faculté d’éducation

Thématique de l’année : « Penser et bâtir une communauté éducative »

Qu’est-ce qu’une communauté éducative ou d’étude ? Comment un groupe, un collectif devient-il une communauté ? Nous penserons aussi bien la communauté académique qu’une communauté  éducative qui pose la question de la place des parents par exemple. L’université considérée comme une communauté académique.

Ce séminaire n’aura pas pour mission de présenter les grandes figures de l’ISP mais les grandes voix qui ont été entendues à l’ISP comme celles de Pierre FAURE, HAMELINE… Il ne s’agira pas de les commenter mais de partir d’un thème ou bien encore de faire entendre d’autres voix en discussion avec celles de l’ISP. D’où le choix d’une animation à deux voix.

Nous aborderons les thématiques suivantes, en lien avec la journée d’étude doctorale sur la relation éducative : éducation à la démocratie, handicap et inclusion scolaire, empathie et sollicitude, enjeux éthiques dans l’éducation…

Ce séminaire, réservé aux étudiants de M2 et aux doctorants, est animé par Augustin Mutuale, professeur à l’Institut Catholique de Paris, et Martine Janner, Professeur à l’Université Paris 13. Il a lieu à l’Institut Supérieur de Pédagogie (ICP) au deuxième semestre de l’année 2017-2018, le mercredi de 9h à 12h30.

Principes fondamentaux de l’éducation catholique

Le séminaire de recherche sur les principes de l’éducation catholique a été créé en 2016 afin de renforcer la scolarité des doctorants en sciences de l’éducation. Pour cela, il est relié au pôle de recherche «Langues, Cultures, Histoire et Éducation» et à l’ensemble du corps enseignant de l’ISP-Faculté d’éducation (enseignants-chercheurs, enseignants et formateurs) afin que les doctorants bénéficient d’un milieu de recherche rigoureux par ses méthodes et ancré dans les pratiques éducatives concrètes. Par sa nature comme par sa structure, le séminaire est interdisciplinaire, les questions abordées nécessitant un investissement des diverses disciplines engagées dans les sciences de l’éducation : pédagogie, didactique, philosophie, sociologie, psychologie, sciences politiques, théologie, anthropologie.

Chaque séance rassemble l’ensemble du Cycle des Etudes Doctorales, étudiants et enseignants.

Le programme du séminaire est organisé sur trois années :

– année 2016-2017 : panorama global des grands principes de l’éducation catholique,

– année 2017-2018 : la dimension religieuse de l’éducation catholique,

– année 2018-2019 : développement de la personne et bien commun

Ce séminaire, réservé aux étudiants de M2 et aux doctorants, est animé par les professeurs François Moog et Augustin Mutuale. Il a lieu à l’Institut Supérieur de Pédagogie (Institut Catholique de Paris) au premier semestre de l’année 2017-2018, le mercredi de 9h à 12h30.

Vulnérabilités : Relectures critiques à la croisée des disciplines

Le concept de vulnérabilité, qui a fait irruption dans les discours académiques depuis une trentaine d’années, a permis de mettre des mots sur des phénomènes aussi variés que la croissance du sentiment de vulnérabilité physique, psychologique, sociale et
politique dans les sociétés occidentales, le sentiment de déstabilisation culturelle dans des mondes pluralistes, la crise
de la transmission et des institutions, la montée des inégalités sociales et de la violence politique qui accompagne la  mondialisation, ou encore la manipulation sectaire, affective, etc.

L’analyse politique et sociale de la vulnérabilité concrète révèle néanmoins la multiplicité des réalités singulières, et l’ambiguïté de l’interprétation comme le démontre par exemple l’essor de la victimisation des individus, ou encore les différentes façons d’aborder la vulnérabilité des migrants.

Ce colloque sur la vulnérabilité clôture un travail interdisciplinaire de plusieurs années au cours duquel théologiens, philosophes, juristes, sociologues, politistes et historiens ont partagé les apports de leur discipline sur la notion. Ils ont mis en évidence tant la
polysémie du terme que des ambiguïtés axiologiques, l’usage préférentiel de certains champs lexicaux, enfin les manières dont le concept traverse les disciplines. A la croisée des domaines de
recherche, le colloque portera donc un regard critique sur le surgissement de cette notion sur la scène sociale et dans le champ des disciplines académiques. En particulier seront distinguées et articulées la vulnérabilité de l’individu et celle des institutions. En chaque lieu étudié, nous nous attacherons à définir le sens du terme de « vulnérabilité », selon les différentes épistémologies impliquées, mais aussi à en cerner les ambiguïtés, et la manière dont il suscite déplacements et réflexions au cœur de nos champs de recherche respectifs.

Enfin, comme la vulnérabilité désigne des frontières communes à nos disciplines, cette question amène non seulement à croiser les intuitions propres à nos champs de recherche, mais aussi à penser l’interdisciplinarité de manière différente. La vulnérabilité se révèle donc comme un système, une grille de lecture qui impose une épreuve – au sens où celle-ci est aussi « épreuve de vérité » – et révèle ainsi le « travail » et les fruits de l’interdisciplinarité.

Ce colloque international de l’unité de recherche « Religion, Culture et Société » – EA 7403, pôle de recherche « Éthique, Morale et Institutions » aura lieu les 7 et 8 décembre 2017 à l’Institut Catholique de Paris, amphithéâtre Paul Ricœur (Z16).

Inscription indispensable (gratuite) uniquement sur : https://vulnerabilites2017.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

De la méthode à la recherche

Cette initiative, organisée dans le cadre de la FASSE, vise à assurer une formation à la fois méthodologique et pratique à destination des doctorants. Le séminaire conjugue des enseignements en méthodologie (recherche et identification des sources, construction et formulation de la problématique, modalités de l’argumentation, plan et structure etc.) et l’application de ces conseils à des sujets de thèse précis. Ainsi, à chaque séance, les doctorants interviennent sur leur sujet de recherche en mettant en œuvre les enseignements assurés sur un axe précis. Leur intervention donne lieu à une réflexion et une discussion avec les autres doctorants présents.
Dans cette démarche, l’objet même du séminaire est de donner la parole à la fois aux doctorants et à des intervenants extérieurs.
Les séminaires doctoraux sont organisés en deux temps : le premier est la présentation du thème de la séance, les conseils apportés sur les difficultés rencontrées, la méthode à suivre, le deuxième est l’application de ces conseils par les doctorants à leur sujet de thèse.

Les six séances de ce séminaire seront assurées par Elsa Déléage et Bernard Bourdin à l’Institut Catholique de Paris aux premier et deuxième semestres de l’année 2017-2018, le mardi de 14 h à 16 h.