Violence et traditions religieuses II

Comment appréhender la violence de certains croyants dans un monde qu’il faut aimer (Jn 3,16-17) ? Après des siècles d’incompréhension et de mépris, le concile Vatican II a encouragé le dialogue et la connaissance mutuelle entre croyants. Le séminaire dégagera les enjeux théologiques des relations humaines, pour préciser les exigences du témoignage commun des croyants au cœur des traditions religieuses.

Ce séminaire animé par les Docteurs Dominique Greiner et Pierre Diarra est réservé aux étudiants de M2 et D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le mardi de 19 h à 21 h, le 26 septembre, les 3, 10, 17 et 24 octobre, les 7, 14, 21 et 28 novembre, les 5, 12 et 19 décembre 2017.

Connaître et aimer

La question de la reconnaissance donnée en Christ (Jn 1, 10-18), concerne notre situation d’homme contemporain confronté à la «complexité de la vie». Elle interroge et déplace les repères traditionnels d’une théorie de la connaissance sur lesquels ont pu s’appuyer le discours théologique, notamment à partir du concept de l’Être. Le séminaire entend clarifier les enjeux fondamentaux liés au «parcours de la reconnaissance». En examinant la triade intelligence, volonté, mémoire à travers un corpus philosophique et théologique, nous chercherons ses différentes articulations et prendrons la mesure de ses implications tant du point de vue dogmatique que du point de vue éthique.

Ce séminaire animé par les Docteurs Francine Charoy et Clémence Rouvier est réservé aux étudiants de M2 et D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le mardi de 9 h à 11 h, le 26 septembre, les 3, 10, 17 et 24 octobre, les 7, 14, 21 et 28 novembre, les 5, 12 et 19 décembre 2017.

Exodes et migrations dans les traditions bibliques

Dans les traditions de la Bible Hébraïque comme dans celles du Nouveau Testament, la définition de l’identité de la communauté croyante est pour une part liée à une « géographie théologique » : exode, migrations, traversée de frontières, déplacements en terre étrangère, … Le séminaire aura pour objet de mettre en évidence les enjeux historiques, la stratégie narrative, et la signification théologique des notes géographiques mobilisées par ces traditions
bibliques.

Ce séminaire animé par les Professeurs Olivier Artus et Sophie Ramond est réservé aux étudiants de D1-D2-D3. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris durant l’année universitaire 2017-2018, le mercredi de 14 h à 16 h, à partir du 25 octobre 2017.

La conférence de rentrée du Collège doctoral

Le  Professeur Grégory Woimbée (Professeur à la Faculté de Théologie et Vice-Recteur à l’Institut Catholique de Toulouse) prononcera la conférence de rentrée du Collège doctoral de l’Institut Catholique de Paris le lundi 16 octobre 2017, de 17h à 19h dans l’amphithéâtre René Rémond (salle W22).

Elle aura pour titre : « L’homme intégral. Dignité humaine et transcendance ».

Usage du monde et liberté à l’âge classique par Véronique Wiel

Publication de l’ouvrage Usage du monde et liberté à l’Âge classique, Paris, Honoré Champion, coll. Lumière classique, 2017.

L’on ne saurait trop souligner combien l’âge « classique » est un âge critique. Moment de crise aiguë, totale, puisque c’est la destitution du monde ancien qui s’amorce et une situation inédite qui se dessine : l’homme se découvrant comme jamais instance de liberté face à un monde dont il est désormais séparé, ce qui devient pensable, c’est la réformation générale du monde et de soi. La question est de savoir comment réinventer la liberté dans les conditions de la modernité.

Cette entreprise s’énonce électivement en terme d’usage et sa fortune témoigne de la variété des voies empruntées. Or parmi les figures de « la liberté par l’usage », il en est une qui, méconnue, se recommande de trois sources anciennes : le stoïcisme, la théologie paulinienne et le legs augustinien. Révéler son originalité consiste à déployer ce qui est ramassé dans l’étrange formule de Paul : « user du monde comme n’en usant pas ». Attester son actualité à l’âge classique, c’est montrer comment Fénelon, Pascal, Malebranche ou Mme de Lambert jouent de sa plasticité pour se l’approprier diversement et en faire une figure de la liberté disponible pour la modernité – y compris la nôtre.

Véronique Wiel est professeur HDR à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris. Elle est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

Arts et pouvoirs, censure et autocensure. Mondes chinois, indien et iranien

Les pouvoirs envisagés ici ne se limitent pas au pouvoir politique, mais incluent toutes les formes de pouvoirs explicites ou implicites à l’œuvre dans une société (contraintes politiques, idéologiques, économiques, religieuses…).

La censure n’est pas uniquement envisagée comme une autorité extérieure qui entraverait la liberté du créateur, mais comme une instance sociale, voire intime (l’autocensure), parfois  intégrée en amont par l’artiste, et susceptible de régler son activité créatrice.

Ce séminaire qui associe l’ENS et l’ICP (Faculté des Lettres) est ouvert aux étudiants des deux institutions ainsi qu’aux professionnels de l’art. Les cours ont lieu les jeudis indiqués ci-dessous, de 12h à 14h à l’ICP ou à l’ENS.

Il est dirigé par Isabelle de Vendeuvre (Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale, « République des savoirs : Lettres, Sciences, Philosophie », USR 3608, ENS) et Emmanuel Lincot (EA  7403 « Religion, Culture et Société, ICP, Faculté des Lettres).

Séances :

28 septembre 2017 (ICP) : Ariane Perrin
« Le soft power de la Corée du Sud et les demandes de restitution d’objets d’art coréens »

19 octobre (ICP) : Dana Rappoport
« Autorité et oralité dans l’Est insulindien (Flores, Indonésie) »

16 novembre 2017 (ICP) : Ingrid Le Gargasson
« L’institutionnalisation de la musique hindoustanie : entre recomposition, sélection et censure d’un savoir musical nord indien »

21 décembre 2017 (ICP) : Yassaman Khajehi
« Iran : la « censure visible » comme une contestation anti censure »

22 février 2018 (ENS) : Shahnaz Salami
« Le piratage d’œuvres cinématographiques en Iran : phénomène indissociable de la censure et voie souterraine de la mondialisation culturelle »

15 mars 2018 (ENS) : Delphine Ortis
« Légitimité sans « savoir », autorité sans « expertise » : le cas d’une danse extatique musulmane, le dhamāl (Sindh-Pakistan) »

5 avril 2018 (ENS) : Tiziana Leucci
« Arts et pouvoir en Inde du Sud : analyse du temple impérial de Rajaraja Chola I° (XI° siècle) »

17 mai 2018 (ENS) : Assal Bagheri
« L’amour à l’épreuve. Une analyse du cinéma iranien »

 

L’humanité en récits : le pouvoir des fables

Le projet de ce séminaire résolument interdisciplinaire est de s’interroger sur l’humanité de l’homme en se situant, non pas sur le plan théorique, mais sur le plan pratique : parler d’humanité, ou plus encore d’humanisation, c’est parler de pratiques qui la font exister (ou pas) ; de quelque chose qui se passe entre les hommes, qui se décide et qui dépend d’eux. De ces pratiques d’humanité (ou d’inhumanité), nombre de textes témoignent qui relèvent de genres très divers et s’offrent à des approches croisées et complémentaires : littéraire, philosophique, historique, théologique, anthropologique, etc. Fictifs ou non, ces textes (mais l’on pourra aussi convoquer les arts) donnent à ces pratiques mises en intrigues, problématisées, incarnées une visibilité et une présence singulières. Si en tout cela l’on peut se contenter de voir l’humanité représentée, l’on peut aussi adopter une autre perspective et comprendre ces textes comme une invitation à devenir humain. Il s’agit alors de réfléchir à l’acte de lecture, à la question de la réception de l’œuvre en distinguant « lecture allégorique » et « lecture parabolique ».

Ce séminaire est dirigé par Véronique Wiel. Il a lieu le lundi de 16 h à 18 h aux dates qui suivent.

Séances :

9 octobre 2017 : Introduction. Pr. Véronique Wiel.

23 octobre : Introduction (suite). Pr. Véronique Wiel.

6 novembre : Une histoire sans nom, de Barbey d’Aurevilly et La marquise d’O, de Kleist : une relecture allégorique de l’Évangile de Luc, Pr. Pierre Cahné, Paris IV-Sorbonne, Recteur honoraire de l’Institut Catholique.

13 novembre : « Ce qui me semblait amer fut changé pour moi en douceur » : la rencontre de François d’Assise et du lépreux, Laure Solignac, Faculté de Philosophie.

20 novembre : Dom Innocent Le Masson, une grande figure de maître de novices au XVIIe siècle, Pr. Nathalie Nabert, Faculté des Lettres.

27 novembre : La femme pauvre de Léon Bloy : l’humanisation par la souffrance, Jean-Baptiste Amadieu, CNRS/Collège de France/ENS.

4 décembre : Humanité et modernité chez Péguy, Camille Riquier, Faculté de Philosophie.

11 décembre : Raymond Queneau, Un rude hiver : pourquoi une lecture initiatique ?, Patrick Brunel, Faculté des Lettres.

5 février 2018 : Reprise. Pr. Véronique Wiel.

12 février : L’humain en question : les fables de la métamorphose, Pr. Pierre Brunel, Paris IV-Sorbonne, Académie des Sciences morales et politiques.

26 février : Disgrâce, de J.M. Coetze : être homme dans une mémoire tourmentée par la violence, Jean-Baptiste Sèbe, Theologicum.

5 mars : Découvrir l’autre. Coexistence et identités plurielles dans la Méditerranée ottomane du XIXe s., Marie-Carmen Smyrnelis, Faculté des Sciences sociales et économiques.

12 mars : Les dimensions humanistes dans Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, d’E.E. Schmitt, Pr. Oussama Nabil, Université al-Azhar, Le Caire.

19 mars : Mysticisme et humanisme dans « ayam-al-’insan al-sab’a » (Les sept jours de l’homme de Abdal-Hakim Qasim), Pr. Samir Mandour Université al-Azhar, Le Caire.

26 mars : Le caractère humain dans le miroir poétique : le cas de trois poèmes : « À mon frère blanc », de Léopold Sédar Senghor, « L’homme qui te ressemble » de René Philomé et «Le déserteur» de B. Vian, Pr. Abdel Rahman Foudah Université al-Azhar, Le Caire.

9 avril : sujet à préciser, Pr. Anne Banny, Faculté des Lettres.

23 avril : L’histoire aux frontières de l’humain : le thème de la déshumanisation dans les récits d’esclaves aux États-Unis , Delphine Louis-Dimitrov, Faculté des Lettres

L’engagement (séminaire Mounier)

Thème par excellence du personnalisme, l’engagement reçoit sa définition la plus élaborée avec Mounier et Landsberg, bien avant sa mise en relief dans la philosophie sartrienne. Si l’engagement participe à la réalisation de l’historicité humaine, il marque surtout un refus de l’esthétisme et de l’idéalisme. Ceux-ci ne sont que des dérobades face aux provocations des événements, que la philosophie doit s’efforcer de transformer en expérience. L’engagement seul nous fait connaitre les directions de notre vie historique et concourt à la dignité du politique.

Ce séminaire est dirigé par Jean-François Petit. Il a lieu le mardi de 18 h à 20 h aux dates qui suivent.

Séances :

23/01 : Présentation et mise en perspective du séminaire : Jean-François Petit
30/01 : Péguy : Charles Coutel (Université d’Artois)
06/02 : Jaurès : Eric Vinson (Faculté d’éducation, ICP)
13/02 : Blondel : Marie-Jeanne Coutagne (Université catholique de Lyon)
06/03 : Bonhoeffer : résistance et soumission (Arnaud Corbic)
13/03 : Bergamin/ Unamuno : Yves Roullière (AAEM)
20/03 : Etienne Gilson : Florian Michel (Université de Paris I)
27/03 : Landsberg : Markus Kneer (Université de Münster)
03/04 : Dans l’Action catholique : Jean-Hugues Soret (UCO)
10/04 : Ricoeur : Renato Boccali (IULM, Milan)
02/05 : L’engagement syndical : Laurent Tertrais (CFDT)
07/05 : Hannah Arendt et l’engagement contemporain (Hubert Faes, ICP)

Penser avec Gilles Deleuze

« Je me sens pur métaphysicien ». Cette formule de Gilles Deleuze [A. Villani, La guêpe et l’orchidée, p. 130] servira de fil conducteur à ce séminaire doctoral. Déployant une interprétation originale de l’histoire de la philosophie, la pensée de Gilles Deleuze s’enracine à la fois dans Leibniz, Spinoza, Nietzsche et Bergson. Cette généalogie trace les contours d’une nouvelle tentative philosophique, non seulement à envisager dans sa « création de concepts », mais aussi dans son rapport renouvelé à la tradition. Différence et répétition (1968), Logique de la sensation [sur Francis Bacon (1981)], son essai sur Foucault (1986), Pourparlers (1990) et Qu’est-ce que la philosophie ? (1991), serviront de support à cette traversée.

Bibliographie : Nietzsche et la philosophie, Paris, PUF, 1962 ; Le bergsonisme, Paris, PUF, 1966 ; Spinoza et le problème de l’expression, Paris, Minuit, 1968 ; Différence et répétition, Paris, PUF, 1968 ; Spinoza, philosophie pratique, Paris, Minuit, 1970 ; Dialogues (avec Claire Parnet, Paris, Flammarion, 1977) ; Francis Bacon, Logique de la sensation, Paris, Ed. de la Différence, 1981 ; Foucault, Paris, Minuit, 1986 ; Le pli, Leibniz et le baroque, Paris, Minuit, 1988 ; Pourparlers, Paris, Minuit, 1990 ; Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Minuit, 1991 ; A. Vilani, La guêpe et l’orchidée, Essai sur Gilles Deleuze, Paris, Belin, 1999 ; A. Bouaniche, Gilles Deleuze, Une introduction, Paris, Pocket, 2007 ; D. Lapoujade, Deleuze, Les mouvements aberrants, Paris, éd. de Minuit, 2014.

Ce séminaire, placé sous la direction du Professeur Emmanuel Falque, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le vendredi de 9 h à 12 h aux dates suivantes : 6, 13, 20, 27 octobre ; 10, 24 novembre ; 8, 15 décembre.

La croyance

« Croire » n’est pas que l’expression d’une adhésion confessionnelle, ni un syntagme théologique, mais aussi une attitude et une position philosophique. Tout homme est « croyant » — que ce soit au monde, à l’autre, ou à Dieu. Il se pourrait même que la plus haute certitude se tienne dans la croyance, en cela que, ce à quoi nous adhérons est d’abord le sens de notre existence. Traversant cette thématique de la croyance, et les grandes pensées de l’histoire de la philosophie, le séminaire du Saulchoir s’efforcera de montrer cette année qu’une telle dimension de notre humanité ne saurait être oubliée, si tant est que la transcendance est toujours une dimension de notre immanence et de notre monde comme tel.

Ce séminaire associe deux institutions : le Centre d’Études du Saulchoir et l’Institut Catholique de Paris. Placé sous la direction des Professeurs Emmanuel Falque et Bernard Bourdin, il se déroulera le samedi de 9 h à 12 h, au Centre d’Études du Saulchoir 45, rue Glacière 75013 Paris (Métro Glacière), à l’exception du  16 décembre (voir l’indication particulière).

Séances :

Samedi 7 octobre : Camille Riquier (intervenant) / Bernard Bourdin (discutant) : « Situation de la foi dans nos sociétés modernes »
Samedi 9 décembre : Bernard Bourdin (intervenant) / Emilie Tardivel (discutante) : « La croyance : Révélation ou acte de production humaine ? »
Samedi 16 décembre : Emmanuel Falque (intervenant) / Pascal David (discutant) : « Croire en commun ». Cercle des doctorants de 14h à 17h .
Samedi 20 janvier : Olivier Riaudel (intervenant) / Jérôme de Gramont (discutant) : « Que faut-il entendre par « contenu propositionnel d’une croyance religieuse » ?
Samedi 10 février : Jérôme Alexandre (intervenant) / Laure Solignac (discutante) : « Croire : Augustin, Tertullien, essai de confrontation »
Samedi 10 mars : Jean-François Petit (intervenant) / Edouard Jourdain (discutant) : « Anthropologie du croire de Michel de Certeau »
Samedi 7 avril : Ronan Sharkey (intervenant) /Jacques Courcier (discutant) : « Les croyances irrationnelles »

 

Séminaire de la chaire Dominique Dubarle

Expérience de Dieu et expérience du divin en théologie « révélée » et en théologie « philosophique »

Dans la critique très serrée qu’il construit à l’endroit des théologies rationnelles et des théodicées spéculatives, le théologien luthérien Eberhard Jüngel énonce un principe qui doit guider la « théologie évangélique » : « Une conversation avec la théologie philosophique n’est vraiment pensable qu’à titre de controverse » (Gott als Geheimnis der Welt, § 11, p. 206). Cette orientation épistémologique fondamentale constitue pour le théologien un principe de relecture de la tradition philosophique moderne, de Descartes à Fichte et Feuerbach, en passant par Kant et Nietzsche. Elle se donne pour tâche de construire un concept théologique d’expérience qui requiert l’intégralité de la confession de foi christologique et trinitaire et non pas son exclusion nécessaire. Le séminaire s’attachera à évaluer la pertinence prospective de ce principe critique et à en poursuivre éventuellement la tâche, en explorant d’autres voies possibles en vue de l’élaboration d’un concept rigoureux d’expérience en théologie.

Ce séminaire de recherche transversal de la Chaire de philosophie et de théologie Dominique Dubarle, animé par Vincent Holzer, est destiné à l’ensemble des doctorants du Collège doctoral de l’ICP.

Il aura lieu au premier semestre le jeudi de 9 h à 12 h et au deuxième semestre le lundi de 9 h à 12 h, aux dates indiquées ci-dessous.

Jeudi 26 octobre 2017, 9h-12h : Ouverture du séminaire de la Chaire – Pr Vincent Holzer : Théodicée spéculative et théologie christologique : impossible liaison ? – salle J32
Jeudi 23 novembre, 9h-12h : Poursuite des travaux par le Pr Vincent Holzer : Théodicée spéculative et théologie christologique – séance fermée – salle Z21
Jeudi 14 décembre, 9h-12h : Dr Anthony Feneuil (Université de Lorraine) : La notion d’expérience religieuse dans la théologie de Karl Barth – séance publique – salle Z21
Jeudi 18 janvier, 9h-12h : Pr Dr Philippe Nouzille (Athénée Pontifical Saint-Anselme) : Une « pragmatique » théologale – séance publique – salle Z21
Lundi 12 février, 9h-12h : Dr David Sendrez (Collège des Bernardins, Faculté Notre-Dame) : La notion d’expérience en théologie transcendantale – séance publique – salle F21
Lundi 19 mars, 9h-12h : séance fermée – salle F21
Lundi 30 avril, 9h-12h : séance fermée – salle F21
Lundi 14 mai, 9h-12h : séance fermée – salle Z21
Lundi 4 juin, 9h-12h : séance fermée – salle Z21

Ouvrages indispensables au suivi du séminaire
1. Eberhard Jüngel, Dieu mystère du monde. Fondement de la théologie du Crucifié dans le débat entre théisme et athéisme, Paris, Cerf, coll. Cogitatio fidei n° 116-117 (en particulier le 1er tome pour ceux qui disposent de la première édition française, une seconde édition a rassemblé les deux tomes en un seul volume).
2. René Descartes, Meditationes de prima philosophia (Méditations de philosophie première), Texte latin et traduction du Duc de Luynes, Paris, Vrin, 1978.
3. Emmanuel Kant, La religion dans les limites de la seule raison, Paris, PUF, 2016, Traduction et présentation par Alain Renaut (toute autre édition plus ancienne conviendra).
4. J.G. Fichte, Essai d’une critique de toute révélation (1792-1793), Paris, Vrin, 1988, introduction, traduction, notes et index par J.-C. Goddard.

Le livre de l’expérience. D’Anselme de Cantorbéry à Bernard de Clairvaux par Emmanuel Falque

Publication de l’ouvrage Le livre de l’expérience. D’Anselme de Cantorbéry à Bernard de Clairvaux, Paris, Cerf, 2017, 455 p.

Le concept d’expérience revient aujourd’hui en force. Il plonge pourtant ses racines dans notre passé. La « réflexion sur l’expérience » naît en effet au Moyen Âge aux XIe et XIIe siècles dans le cadre de la théologie monastique. Car s’il faut parler d’expérience quand on est « moine », encore faut-il parler sur l’expérience et non pas uniquement à partir de l’expérience. L’« expérience en pensée » (Anselme de Cantorbéry), l’« expérience du monde » (Hugues et Richard de Saint-Victor), et l’« expérience en affects » (Aelred de Rievaulx et Bernard de Clairvaux) traversent ainsi ce « renouveau monastique » philosophiquement à interroger.
« Aujourd’hui nous lisons au livre de l’expérience. » Le mot célèbre de Bernard de Clairvaux indique un programme encore à réaliser. Ce Livre de l’expérience, pris entre l’analyse des Pères et de la scolastique, vient donc ici comme un manque à combler – non seulement en achevant un nouveau triptyque, médiéval cette fois, mais aussi en ouvrant sur une richesse expérientielle et philosophique de la spiritualité que nous aurions tort d’ignorer.

Emmanuel Falque est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403).

Parution du n° 142 de Transversalités

Le dossier du numéro 142 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités est consacré à la thématique « L’expérience artistique ».

Les sociétés contemporaines accordent à l’économie et aux échanges marchands une place privilégiée, telle que le rayonnement d’une région, d’un État, d’une nation est d’abord apprécié en fonction de ses succès industriels et commerciaux. On ne peut que constater la distance qui, progressivement, semble s’être installée entre l’activité de sociétés soumises aux servitudes matérielles, et l’expression artistique, dans toutes ses dimensions. Le dossier de ce numéro 142 de Transversalités a pour projet d’appréhender les ressorts de l’expérience artistique, d’un point de vue anthropologique, théologique et spirituel.

Consultation du sommaire du n° 142 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

La mer dans l’histoire/The Sea in History, 4 vol., par Christian Buchet (éd.)

Publication des quatre volumes : La mer dans l’histoire/The Sea in History, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2017.
Volume 1 : The Ancient World ; Volume 2 : The Medieval World  ; Volume 3 : The Early Modern World ; Volume 4 : The Modern World
Quelque 250 historiens de renom étudient un large éventail de sujets, donnant ainsi un aperçu concis de tous les aspects de l’histoire maritime.
Quelle est l’importance de la mer dans le développement de l’histoire humaine ? D’une importance majeure selon la conclusion de cet important travail en quatre volumes.
Les ouvrages réunissent les historiens maritimes les plus reconnus au monde. Ceux-ci se penchent sur la question de savoir quelle différence fait la mer. 260 situations allant des temps les plus reculés à l’époque actuelle sont scrutées. Les chercheurs étudient les sujets liés aux migrations humaines, au commerce, au développement économique, à la guerre, ou encore à la construction
d’entités politiques, y compris les empires, à la diffusion des idées, de la culture et de la religion et ce sur tous les continents. Bien plus, ils montrent combien la mer est cruciale dans tous ces aspects du développement humain.
Les sujets maritimes spécifiques abordés couvrent aussi bien la construction navale, la navigation, l’exploitation des ressources maritimes, l’environnement social des navigateurs et des communautés maritimes que la piraterie, le financement et l’organisation des entreprises maritimes, et bien d’autres sujets encore. Au final, ces ouvrages représentent une source de savoirs immense pour tous les historiens, leur donnant des aperçus concis
de la plupart des sujets liés à l’histoire maritime.
Christian Buchet, de l’Académie de Marine, est professeur, titulaire de la chaire d’histoire maritime à l’Institut Catholique de Paris.

La Gouge et le Scalpel par Valérie Deshoulières

Publication de l’ouvrage La Gouge et le Scalpel. Oscillations pendulaires entre l’Art et la Science, Paris, Hermann, 2017, 374 p.

La question qui prend forme au fil de ces pages n’est autre que celle des relations complexes susceptibles de se tisser entre ce qui est censé s’opposer : science et art, théorie et pratique, recherche et action. A partir d’études de cas (Vésale, Goethe, Musil, Claudel, Gottfried Benn, Pierre Mertens, Jacques Abeille, Patrick Roegiers, Alexandre Sokourov) et d’expériences personnelles (de vie, d’écriture, de recherche et d’enseignement), elles postulent, entre les arts (littérature, cinéma, sculpture) et les disciplines (rhétorique, philosophie, herméneutique) que seul le risque permet de comprendre de manière dynamique les rapports au-delà des différences et les distinctions au-delà des ressemblances.

En observant le « voyage » des paradigmes, concepts, motifs, figures et lexiques au-delà des cloisonnements convenus entre les divers champs du savoir, il s’agissait d’abord de rappeler que la littérature pouvait constituer une « forme de vie » qui, à l’instar de la métaphore, son auxiliaire, rendait notre monde « habitable ». Comme Pierre Nora, en 1987, en osant parler d’egohistoire, rompait avec une tradition scientifique ayant encouragé les historiens à disparaître derrière un savoir impersonnel et une écriture objective, le présent essai défend l’idée d’une ego-critique et se propose d’ouvrir sur le monde, entre Critique et Création, un compas formé d’une Gouge et d’un Scalpel.

Valérie Deshoulières est professeur à l’Université de la Sarre et à l’Institut catholique de Paris. Elle dirige depuis 2008 l’Institut français de Saarbrücken, à la Villa Europa.

Unité de recherche de l'Institut Catholique de Paris