Archives par mot-clé : Anthropologie chrétienne

Parution du n° 141 de Transversalités

Le dossier du numéro 141 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités aborde la thématique « Éducation et anthropologie chrétienne ».  Quelles ressources les traditions et la pensée chrétiennes offrent-elles pour penser la notion d’éducation ? Comment articuler « éducation » et « anthropologie chrétienne » ? La formulation de ces questions peut paraître singulière dans un pays – la France – où la notion de laïcité constitue l’un des pivots de la réflexion concernant le vivre ensemble et la construction d’une société solidaire.

La réflexion de l’Église catholique sur les enjeux de l’éducation, réflexion qui recourt en particulier à la catégorie d’« éducation intégrale » dans de nombreux documents du Magistère, depuis la déclaration Gravissimum educationis (1965) du Concile Vatican II, jusqu’à l’exhortation post-synodale Amoris laetita (2016), invite cependant à mettre au jour la manière dont l’anthropologie chrétienne oriente la compréhension même de la notion d’éducation, et constitue une ressource pour répondre aux défis éducatifs, dans une monde post-moderne dont l’horizon culturel semble de plus en plus éclaté.

Consultation du sommaire du n° 141 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Le surnaturel incarné dans la création. Une lecture de la théologie du surnaturel d’Henri de Lubac par Brigitte Cholvy

Parution de l’ouvrage Le surnaturel incarné dans la création. Une lecture de la théologie du surnaturel d’Henri de Lubac, Paris, Cerf (coll. « Etudes lubaciennes », 10), 2015, 453 pages.

le-surnaturel-incarne-dans-la-creation-brigitte-cholvyDepuis le concile Vatican II, le terme « surnaturel » a quasiment disparu du langage théologique et du langage pastoral. On ne sait plus s’il s’agit d’un adjectif (des « choses surnaturelles ») ou d’un substantif (« le » surnaturel) et on peut passer, dans la même phrase, de l’un à l’autre. Il arrive même que le terme de « grâce » le remplace et semble ainsi prendre la même signification.

Mais est-il possible de se passer du terme de « surnaturel » dans une réflexion en anthropologie chrétienne ? Est-il possible de le considérer comme synonyme de « grâce » ?

Le cardinal Henri de Lubac est un guide précieux pour instruire ces questions, à condition de ne pas réduire son rôle à celui d’un historien des doctrines, mais de le suivre dans son élaboration d’une théologie du surnaturel. Cet ouvrage se propose de dessiner les contours de cette théologie et de redécouvrir, à l’école du jésuite, l’ampleur de la notion de surnaturel.

Comme il l’affirmait dès 1934, le surnaturel n’est pas un miracle (même s’il est au-dessus des forces humaines) mais il est enraciné dans la nature humaine et se manifeste dans le désir de l’esprit. Le surnaturel n’est pas un ajout optionnel (même s’il est au-dessus de l’essence de l’homme), il est bien plutôt la trace de l’orientation vers Dieu de tout le créé, l’histoire comme le monde. Et, comme le surnaturel n’est pas strictement équivalent à la grâce, il ne relève pas du seul argument de la gratuité (même s’il est au-dessus des exigences humaines) et appartient à la doctrine de la création.

Cet ouvrage donne ainsi l’occasion de revenir sur une controverse majeure de la théologie du XXe siècle qui, avec d’autres renouveaux, a préparé le concile Vatican II.

Brigitte Cholvy est maître de conférences au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Elle est spécialiste de l’anthropologie chrétienne et de la théologie française du XXe siècle.