Archives par mot-clé : Christianisme

Atlas des chrétiens. Des premières communautés aux défis contemporains par Laura Pettinaroli et al.

Publication de l’ouvrage Atlas des chrétiens. Des premières communautés aux défis contemporains (avec Sylvain Parent et
Aurélien Girard), Paris, Autrement, coll. « Atlas », 2016, 96 p.
atlas-des-chr-tiens_9782746740013Plus de 120 cartes dressent le panorama d’une religion qui compte 2,2 milliards de fidèles, répartis sur cinq continents.
. Le christianisme, diffusé dans le monde entier dès ses origines,
continue de s’étendre en Afrique, en Asie et en Amérique latine.
. Catholiques, protestants, orthodoxes : les doctrines et les pratiques.
. Minoritaires au Proche-Orient ou majoritaires en Occident, comment les chrétiens cohabitent-ils avec les autres religions ?
. Déchristianisation et renouveau évangélique : les défis contemporains.
Cette synthèse unique permet de comprendre, dans l’histoire et dans le temps présent, la complexité des identités chrétiennes.
Laura Pettinaroli est maître de conférences en histoire contemporaine à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

Parution du n° 135 de Transversalités

Couv 135Le n° 135 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème “Colloque Stanislas Breton : l’avenir du christianisme entre foi et dialogue”.

En regroupant les activités de recherche en Philosophie et en Théologie dogmatique dans un même pôle « Philosophie et Théologie », l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » de l’Institut Catholique de Paris s’est voulue fidèle à une intuition intellectuelle qui n’a cessé d’être honorée dans notre Université catholique depuis plusieurs décennies, et dont Stanislas Breton, philosophe, théologien, professeur à l’Institut Catholique de Paris de 1965 à 1982, fut un éminent représentant.

Le dossier de ce numéro de Transversalités réunit quatre contributions d’un colloque récent consacré à son œuvre, organisé à Boston à l’initiative du Boston College et de l’Institut Catholique de Paris. Les textes publiés dans le dossier « L’avenir du Christianisme entre foi et dialogue » dessinent la figure du philosophe Stanislas Breton réfléchissant le fait chrétien et la foi chrétienne. Le titre du cours inédit qu’il donna en 1972-1973 à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, et auquel est consacrée la communication de Marie-Odile Metral, illustre suffisamment ce propos : « Foi chrétienne, religion, philosophie ».

Consultation du sommaire du n° 135 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Métaphysique et christianisme : 6 conférences en mars 2015

Gilson 2015La relation entre la métaphysique et le christianisme a fait l’objet, tout au long du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui, de nombreux et puissants conflits d’interprétations, les unes tendant à régionaliser le christianisme dans les thèmes et les concepts de la métaphysique grecque, d’autres plaçant le discours théologique en position de science récapitulative de la quête métaphysique ou d’autres encore estimant pouvoir manifester l’hétérogénéité des deux traditions philosophique et théologique.

Étienne Gilson avait certes montré tôt et irréfutablement la part que le christianisme a effectivement prise dès avant le Moyen Age dans le destin de la métaphysique, et relevé les modalités par lesquelles la métaphysique avait pu favoriser l’auto-intelligibilité du christianisme. Sans doute, ne suffit-il plus aujourd’hui de discuter les thèses contrastées d’une métaphysique « postchrétienne » ou d’un christianisme « postmétaphysique » ; il faut, en amont, poser la question des conditions par lesquelles la métaphysique, surmontant ses apories théoriques et redéfinissant ses attendus, peut renouveler son interlocution avec le christianisme et réciproquement.

La Chaire Gilson, créée en 1995 à l’occasion du centenaire de la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris, s’est vouée au traitement de ces questions refondatrices. À l’occasion de son vingtième anniversaire, elle devrait permettre aux six universitaires sollicités d’établir, au-delà du bilan, les lieux et les champs d’action où une telle articulation peut être enrichie mais aussi d’en définir les enjeux pour les différents domaines de savoir.

Six conférences les 9, 10, 11, 16, 17 et 18 mars 2015 par les Professeurs :

Philippe Capelle-Dumont, Professeur à l’Université de Strasbourg. Président de la Chaire « Gilson »

Jean Greisch, Professeur à l’Université de Strasbourg. Titulaire de la Chaire « Romano Guardini  » à l’Université Humboldt de Berlin

Richard Kearney, Titulaire de la Chaire de Philosophie « Charles B.Seelig » du Boston College

Jean-Luc Marion, Membre de l’Académie française. Titulaire de la Chaire de Philosophie et de Théologie « Dominique Dubarle » à l’Institut Catholique de Paris. Professeur à l’Université de Chicago. Professeur émérite de l’Université Paris IV-Sorbonne

Andreas Speer, Professeur à l’Université de Cologne. Directeur du Thomas Institut

David Tracy, Professeur émérite de théologie et de philosophie des religions à la Divinity School de l’Université de Chicago

Vous pouvez télécharger ici le programme du 20e anniversaire de la Chaire Gilson.

Parution du n° 131 de Transversalités

Couv 131Le n° 131 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, avec pour thème « Christianisme et bien commun ».

La notion de bien commun fait aujourd’hui l’objet d’une attention nouvelle. Après un relatif oubli à l’époque moderne, elle connaît un retour en force dans le champ académique et une entrée décisive dans le champ réglementaire, à travers les nouvelles normes relatives au développement durable.

Mais ce qui s’impose comme un constat ne va pas de soi et certains seraient en droit de se demander : comment un ancien concept philosophique et théologique, si critiqué par le libéralisme (soucieux du primat des droits individuels sur le bien collectif), permettrait-il de répondre aux défis politiques et économiques du monde contemporain ? Se trompe-t-on sur le terme utilisé ou est-ce au contraire la critique libérale qui en appelle à une contre-critique, susceptible de mettre au jour les potentialités insoupçonnées de la notion de bien commun, au singulier comme au pluriel ?

Pour répondre à cette question, les enseignants-chercheurs de la Faculté de Sciences Sociales et Économiques (FASSE) et de la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris se sont réunis autour d’un projet prioritaire d’innovation de trois ans (2013-2016), dont le dossier de ce n°131 de Transversalités – Revue de l’Institut Catholique de Paris présente des premiers résultats.

Consultation du sommaire du n° 131 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements et ventes au numéro  :
SER – Abonnement Transversalités
tel: 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com