Archives par mot-clé : Concile Vatican II

Violence et traditions religieuses II

Comment appréhender la violence de certains croyants dans un monde qu’il faut aimer (Jn 3,16-17) ? Après des siècles d’incompréhension et de mépris, le concile Vatican II a encouragé le dialogue et la connaissance mutuelle entre croyants. Le séminaire dégagera les enjeux théologiques des relations humaines, pour préciser les exigences du témoignage commun des croyants au cœur des traditions religieuses.

Ce séminaire animé par les Docteurs Dominique Greiner et Pierre Diarra est réservé aux étudiants de M2 et D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le mardi de 19 h à 21 h, le 26 septembre, les 3, 10, 17 et 24 octobre, les 7, 14, 21 et 28 novembre, les 5, 12 et 19 décembre 2017.

Violence et traditions religieuses

Comment appréhender la violence de certains croyants dans un monde qu’il faut aimer (Jn 3,16-17) ? Après des siècles d’incompréhension et de mépris, le concile Vatican II a encouragé le dialogue et la connaissance mutuelle entre croyants. Le séminaire dégagera les enjeux théologiques des relations humaines, pour préciser les exigences du témoignage commun des croyants au cœur des traditions religieuses.

Ce séminaire est animé par les Docteurs Dominique Greiner et Pierre Diarra. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le premier semestre de l’année universitaire 2016-2017, le mardi de 19 h à 21 h, à partir du 20 septembre 2016.

Parution du n° 137 de Transversalités

Couv137

Le n° 137 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème « Réformer ».

Le verbe « réformer » est l’un des mots clefs du discours politique, économique et social contemporain. Les contributions de quatre chercheurs vont permettre d’en préciser les origines, le sens, les implications.   

Le mot « Réforme » évoque immédiatement le mouvement qui conduisit à la naissance des communautés protestantes au XVIe siècle. En politique, il est connoté positivement et désigne une dynamique qui vise à en finir avec les archaïsmes. Dans les deux cas, « réformer » semble renvoyer avant tout à une attitude de rupture avec un passé révolu.

Les contributions rassemblées dans ce dossier et consacrées à la Réforme protestante, à la Révolution française et à la réforme introduite dans l’Église catholique par le Concile Vatican II, semblent conduire à une autre approche de l’action réformatrice : comme l’indique son étymologie latine re-formare, « réformer » consisterait avant tout à vouloir revenir aux « origines », aux fondements, pour vivre des commencements nouveaux, et se libérer des pesanteurs des institutions, qu’elles soient politiques ou ecclésiales.

Ainsi, l’action de « réformer » ne procède pas simplement d’une rupture ou d’une évolution par rapport à ce qui précède. Elle implique une redécouverte des traditions fondatrices et de leur dynamisme fécond à différents moments de l’histoire.

Consultation du sommaire du n° 137 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Les théologiens français et le concile Vatican II par Philippe Bordeyne, Brigitte Cholvy et al.

Parution de l’ouvrage Les théologiens français et le concile Vatican II, Paris, Editions Facultés jésuites de Paris, 2015, 182 pages.

theologiens_vatican2Quel fut le rôle des théologiens français lors du concile Vatican II ?

Certes, ils appartenaient à diverses familles de pensée ; de plus, le Concile les a conduits à travailler avec des évêques et théologiens originaires de nombreux pays, souvent habités par des préoccupations différentes des leurs. Certains d’entre eux n’en ont pas moins apporté des contributions décisives aux débats conciliaires : Yves Congar, Henri de Lubac, Jean Daniélou, Pierre Haubtmann, et d’autres encore.

Cinquante ans après Vatican II, l’ouvrage se propose d’évaluer ces contributions des théologiens français au Concile. Il montre en particulier quels ont été leurs apports aux Constitutions Lumen Gentium, Dei Verbum et Gaudium et Spes, ainsi qu’à la Déclaration Dignitatis humanae. Par cette voie même, il n’éclaire pas seulement la genèse historique de certains textes conciliaires ; il aide aussi à percevoir les enjeux toujours actuels des questions qui furent alors débattues, sur des sujets aussi centraux que la nature de l’Église, le rapport à l’Écriture et le sens de la Tradition, la responsabilité des chrétiens dans le monde, ou encore la compréhension de la liberté religieuse.

Le présent volume est le fruit d’une journée d’études organisée par l’Association internationale Cardinal Henri de Lubac, au Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris, sur le thème « Les théologiens français et le concile Vatican II ». Il rassemble des contributions d’Étienne Fouilloux, de Brigitte Cholvy, de Michel Fédou, de Philippe Bordeyne, de Dominique Gonnet et de Marie-Gabrielle Lemaire.

Philippe Bordeyne est Recteur de l’Institut Catholique de Paris, professeur au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris.
Brigitte Cholvy est maître de conférences au
Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris.

Répondre à l’inquiétude de la famille humaine : l’actualité de « Gaudium et spes » de Philippe Bordeyne

Parution de l’ouvrage Répondre à l’inquiétude de la famille humaine : l’actualité de Gaudium et spes, Montrouge, Bayard (coll. « Théologie »), 2014, 380 pages.

9782227487253« Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur coeur. » Gaudium et spes (1965-2015)

La constitution pastorale Gaudium et spes reste une œuvre majeure du concile Vatican II, faisant date dans l’histoire de l’Église. Le plus souvent regardée comme un texte prophétique, elle a aussi été déconsidérée dans certains cercles. Philippe Bordeyne propose, pour le jubilé de ce document, une étude passionnante sur ses enjeux contemporains, qui demeurent d’une grande actualité pour affronter les nouveaux problèmes du XXIe siècle. Il reprend les grandes articulations anthropologiques et morales du texte, sa contribution spécifique à la doctrine sociale de l’Église : la fragilité humaine, la dignité de la personne humaine et sa vocation sociale, la conscience morale et la liberté… Il dégage les intuitions fortes de la constitution et les explique pour notre temps, cinquante ans plus tard : l’Église est dans le monde et du monde, profondément solidaire de son histoire, inséparable de la condition humaine au sein de laquelle, en vivant l’Évangile, elle donne à percevoir les appels de Dieu et la responsabilité de chacun envers la famille humaine.

Philippe Bordeyne est Recteur de l’Institut Catholique de Paris, professeur au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses. Il enseigne plus particulièrement la théologie morale.