Archives par mot-clé : Métaphysique

Jean Greisch, les trois âges de la raison par Jérôme de Gramont et al.(dir.)

Publication de l’ouvrage Jean Greisch, les trois âges de la raison. Métaphysique, phénoménologique, herméneutique, Paris, Hermann, coll. Colloque de Cerisy, 2016, 424 p.

jean-greisch-les-trois-ages-de-la-raison-jpgAprès la maxime phénoménologique « Aller aux choses mêmes », il importait sans doute de faire droit à l’impulsion herméneutique : celle qui (nous) commande de comprendre les œuvres qui parlent des choses mêmes. Après ce qui donne à penser (Kant, Ricœur), ce qui force à penser (Deleuze) ou ce qui appelle à penser (Heidegger), un quatrième motif est à interroger : ce qui porte la pensée, au sens de ce qui la conduit jusqu’à nous. Nous pouvons bien rêver d’une immédiate présence aux choses, nous savons aussi, et depuis le commencement grec de la philosophie, que long est le chemin vers le simple, le proche ou le natal. Ce chemin est celui de l’interprétation, celui qui reconduit au-devant des phénomènes. Comment voir ce qui se donne ou entendre ce qui nous appelle ? Comment retrouver le chemin des plus hautes questions, celles que nous disons « métaphysiques » ? Nous ne le ferons pas seuls, sans une histoire qui nous précède, sans des œuvres qui ouvrent le chemin, sans des propédeutes, voire des presbytres pour initier à cette tâche. Jean Greisch fut et demeure l’homme d’un tel programme. Ces actes d’un colloque de Cerisy, tenu en 2015, rendent un hommage appuyé à sa culture, à ses travaux sur la métaphysique, la philosophie de la religion, la phénoménologie et sa greffe herméneutique entendue stricto sensu, à ses engagements, bref à son humanisme de l’homme toujours à naître.

Sous la direction du professeur Jérôme de Gramont, doyen de la faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris.

Leçons : La gravité de l’amour, philosophie et spiritualité juives

Six leçons par Catherine Chalier, Professeure émérite de philosophie (Université Paris Ouest Nanterre – La Défense) dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA 74 03)  :
« La gravité de l’amour, philosophie et spiritualité juives »,
les 14, 15, 16 et 21, 22, 23 mars 2016, de 18h à 20h.

programme GilsonThéologiens et philosophes chrétiens ont souvent minimisé, voire occulté, la dimension d’amour du judaïsme. Celui-ci fut ainsi considéré comme un pur légalisme ignorant du véritable amour de Dieu et du prochain.
Cette thèse continue d’imprégner les mentalités modernes, fussent-elles déchristianisées. Le projet de ces conférences n’est toutefois pas apologétique car il se propose d’aborder la gravité de l’amour dans la philosophie et la spiritualité juives sans s’adapter purement et simplement au cadre théorique chrétien. Les penseurs juifs ont en effet profondément médité eux-mêmes la complexité théologique, spirituelle, morale et émotionnelle de l’amour.

Le choix des questions abordées dans ces conférences dépend du
sentiment de leur caractère impérieux face aux simplifications outrancières qui s’imposent de nos jours en matière de religion. La référence à des philosophes de périodes historiques différentes et
à de grands commentateurs spirituels (surtout hassidiques) sera une façon de poursuivre le dialogue avec eux, de l’approfondir et non de le clore. Il ne s’agit pas en effet d’élaborer une thèse qui se voudrait définitive sur l’amour de Dieu dans le judaïsme mais de se demander ce que signifie la gravité de l’amour pour ceux qui désirent que leur
finitude puisse un peu mieux en témoigner.

Pour plus d’informations, voir le programme des leçons.

Voir aussi les tarifs et conditions d’inscription.

 

Métaphysique et christianisme : 6 conférences en mars 2015

Gilson 2015La relation entre la métaphysique et le christianisme a fait l’objet, tout au long du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui, de nombreux et puissants conflits d’interprétations, les unes tendant à régionaliser le christianisme dans les thèmes et les concepts de la métaphysique grecque, d’autres plaçant le discours théologique en position de science récapitulative de la quête métaphysique ou d’autres encore estimant pouvoir manifester l’hétérogénéité des deux traditions philosophique et théologique.

Étienne Gilson avait certes montré tôt et irréfutablement la part que le christianisme a effectivement prise dès avant le Moyen Age dans le destin de la métaphysique, et relevé les modalités par lesquelles la métaphysique avait pu favoriser l’auto-intelligibilité du christianisme. Sans doute, ne suffit-il plus aujourd’hui de discuter les thèses contrastées d’une métaphysique « postchrétienne » ou d’un christianisme « postmétaphysique » ; il faut, en amont, poser la question des conditions par lesquelles la métaphysique, surmontant ses apories théoriques et redéfinissant ses attendus, peut renouveler son interlocution avec le christianisme et réciproquement.

La Chaire Gilson, créée en 1995 à l’occasion du centenaire de la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris, s’est vouée au traitement de ces questions refondatrices. À l’occasion de son vingtième anniversaire, elle devrait permettre aux six universitaires sollicités d’établir, au-delà du bilan, les lieux et les champs d’action où une telle articulation peut être enrichie mais aussi d’en définir les enjeux pour les différents domaines de savoir.

Six conférences les 9, 10, 11, 16, 17 et 18 mars 2015 par les Professeurs :

Philippe Capelle-Dumont, Professeur à l’Université de Strasbourg. Président de la Chaire « Gilson »

Jean Greisch, Professeur à l’Université de Strasbourg. Titulaire de la Chaire « Romano Guardini  » à l’Université Humboldt de Berlin

Richard Kearney, Titulaire de la Chaire de Philosophie « Charles B.Seelig » du Boston College

Jean-Luc Marion, Membre de l’Académie française. Titulaire de la Chaire de Philosophie et de Théologie « Dominique Dubarle » à l’Institut Catholique de Paris. Professeur à l’Université de Chicago. Professeur émérite de l’Université Paris IV-Sorbonne

Andreas Speer, Professeur à l’Université de Cologne. Directeur du Thomas Institut

David Tracy, Professeur émérite de théologie et de philosophie des religions à la Divinity School de l’Université de Chicago

Vous pouvez télécharger ici le programme du 20e anniversaire de la Chaire Gilson.