Archives par mot-clé : Paul Vignon

Quand l’empreinte se fait portrait : Paul Vignon face au mystère du Suaire de Turin

« Plus qu’une image, c’est une présence ! Plus qu’une présence, c’est une photographie, quelque chose d’imprimé et d’inaltérable. Et plus qu’une photographie, c’est un négatif, c’est-à-dire une activité cachée (un peu comme la Sainte Écriture elle-même, prendrai-je la liberté de suggérer) et capable sous l’objectif de réaliser en positif une évidence ! »

Une apparition photographique

C’est par ces mots d’exclamation que Paul Claudel s’adressait à Gérard Cordonnier, membre de la Commission du saint Suaire, en réponse à l’envoi de son étude sur Le Christ dans sa passion révélée par le saint Suaire de Turin [cote Fels 13 965/7]. Le dramaturge réagissait à la découverte photographique de l’insigne relique qui revêtait pour lui le caractère d’une « seconde résurrection. » Le phénomène se produisit en 1898 lorsque le chevalier Secondo Pia réalisa les premiers clichés faisant apparaître en positif ce que le linge ne laissait deviner à l’œil nu : le visage du Crucifié ! L’expérience fut réitérée en 1931 et en 1933 par le photographe Giuseppe Enrie qui profita des ostensions du Suaire pour fixer à nouveau sur la plaque de verre l’image du Supplicié.

st suaire 1Epreuve de Giuseppe Enrie (1931)

Un homme assista en personne à ce dévoilement : Paul Vignon, professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Le biologiste, qui devait occuper jusqu’à sa mort la chaire de « psychologie zoologique et introduction à la philosophie biologique », n’était pas un inconnu en matière de « sindonologie. » Dès 1902, il publia son premier livre sur le sujet : Le linceul du Christ : étude scientifique [cote IFEB II 1397]. L’ouvrage lui valut les louanges de Mgr Pierre-Eugène Rougerie, évêque de Pamiers et scientifique amateur, qui l’encouragea à « poursuivre sa savante étude » [cote Fels 13 126].

Mais pendant plus de trente ans, Paul Vignon se fit silencieux sur la question. Jusqu’à ce que l’ostension de 1931 lui donne l’occasion d’examiner la relique de très près. Cette nuit d’étude – penché sur le linceul – associée aux épreuves de Giuseppe Enrie1  lui fournirent la matière pour écrire son grand œuvre : Le Saint-Suaire de Turin devant la science, l’archéologie, l’histoire, l’iconographie, la logique [cote Fels 2432]. Paru en 1938, ce travail connut l’année suivante une seconde édition enrichie [cotes Fels 7826 et IFEB III 160] qui fut récompensée par le Prix Hercule Catenacci décerné par l’Académie française2 .

st suaire 2Vue en négatif de l’ensemble du Suaire par Giuseppe Enrie (1931)

La réponse de l’homme de science

Pour les besoins de ses recherches qui devaient démontrer selon lui l’authenticité du Suaire, Paul Vignon eut notamment recours aux images produites par Giuseppe Enrie, les recadrant et les agrandissant pour en faire ressortir les détails probants. Se concentrant sur le visage, il rassembla également toute une série de représentations, peintures comme mosaïques, de la face du Christ. Le fonds légué à l’Institut Catholique de Paris en février 1947 – soit un peu plus de trois ans après la mort de l’auteur – garde ainsi la trace des expériences scientifiques et des recherches iconographiques menées par Vignon.

Dans sa volonté de faire connaitre la précieuse relique auprès du grand public comme du monde savant, il se fit encore conférencier en offrant à la vue de ses auditeurs des agrandissements des épreuves d’Enrie. Ces photographies de plus d’un mètre marouflées sur toile et équipées de baguettes de suspension sont toujours visibles dans le fonds conservé à la bibliothèque de Fels.

Ses travaux sur le Suaire furent reconnus : on mit en avant « sa minutie de savant » à laquelle ne faisait pas obstacle son « respect de chrétien ». Paul Vignon devint membre correspondant de l’Académie pontificale des sciences en 1932 et en qualité de secrétaire général, organisa la même année la Commission italienne et française du Saint-Suaire placée sous la haute autorité de Son Altesse Royale et Impériale Monseigneur le Prince de Piémont. Précédant sa grande étude, La Revue de Paris3  lui offrit une tribune en 1936 pour exposer Le problème du Saint-Suaire : faits établis, données nouvelles [cotes Fels 800 445 et 804 763].

Expert en sa matière, il lut d’un œil critique les différentes publications sur le sujet comme en témoignent les exemplaires de la bibliothèque de Fels annotés en rouge de sa main. Citons ainsi Adolphe-Louis Donnadieu, Le Saint-Suaire de Turin devant la science paru en 1903 [cote Fels 146 775], Arthur Loth, La Photographie du Saint-Suaire de Turin en 1910 [cote Fels 146 772] et Alphonse Eschbach, Le Saint Suaire de Notre-Seigneur vénéré dans la cathédrale de Turin : étude historique, critique et scientifique en 1912 [cote Fels 146 773].

st suaire 3
Envoi autographe à la bibliothèque de Fels [cote 2432]

Devenu président de la Commission du Saint-Suaire, il entretint une correspondance avec de nombreuses personnalités au premier rang desquelles figurait le cardinal Pacelli – futur Pie XII – mais échangea aussi avec Mgr Eugène Tisserant, le philosophe Henri Bergson ou encore les écrivains François Mauriac et Paul Claudel. Signe de son amitié, ce dernier préfaça l’ultime texte de Paul Vignon qui devait paraitre à titre posthume en 1946 [cotes Fels 81 205 et 148 113]. Intitulé Science et métaphysique thomistes de la vie : au souffle de l’esprit créateur, l’auteur signait là « le testament du plus original des savants. »

Guillaume Boyer

A voir :

Du 4 juin au 30 août 2015 se tenait au BAL, lieu parisien « dédié à l’image-document » selon les mots de son président Raymond Depardon, une exposition sur le thème « Images à charge : la construction de la preuve par l’image ». Onze cas exploraient l’image produite en tant que preuve par des experts, des chercheurs ou des historiens confrontés à des crimes ou à des violences individuelles et collectives. L’un des sujets présentait « l’homme du Suaire » pour lequel la bibliothèque de Fels a prêté un ensemble de 24 photographies issues du fonds Paul Vignon. Un catalogue a également été édité illustrant les cas du Saint Suaire comme des autres images traitées dans l’exposition.

Pour aller plus loin :

Giuseppe ENRIE, Le Saint Suaire révélé par la photographie, Paris : Procure du Carmel de l’Action de Grâce, 1936 [cote Fels 91 101].

Odile CELIER, Le signe du linceul : le Saint Suaire de Turin, de la relique à l’image, Paris : les Éd. du Cerf, 1992 [cotes Fels 241 066 et BOSEB 784 CEL].

Raymond BEAUGRAND-CHAMPAGNE, Claude GAGNON, Jean LAUZON et alii, L’image de Dieu : le caractère photographique du Saint Suaire de Turin : actes du colloque tenu au Musée populaire de la photographie le 8 septembre 2007 dans le cadre de l’exposition, Drummondville (Québec) : Musée populaire de la photographie, 2007 [cote Fels 904 072].

  1. Voir la lettre de Paul Vignon adressée à Mgr Baudrillart citée dans Bulletin de l’Institut catholique de Paris, 22e année, n° 5, 25 mai 1931, p. 145-146 []
  2. Du nom d’un peintre et graveur de paysages d’origine italienne (1816-1884), ce prix récompense « des livres illustrés de luxe traitant tout domaine. » []
  3. Cette revue littéraire fut relancée par le comte Edmond de Fels qui donna son nom à la bibliothèque universitaire de l’Institut catholique de Paris. []