Archives par mot-clé : Phénoménologie

Jean Greisch, les trois âges de la raison par Jérôme de Gramont et al.(dir.)

Publication de l’ouvrage Jean Greisch, les trois âges de la raison. Métaphysique, phénoménologique, herméneutique, Paris, Hermann, coll. Colloque de Cerisy, 2016, 424 p.

jean-greisch-les-trois-ages-de-la-raison-jpgAprès la maxime phénoménologique « Aller aux choses mêmes », il importait sans doute de faire droit à l’impulsion herméneutique : celle qui (nous) commande de comprendre les œuvres qui parlent des choses mêmes. Après ce qui donne à penser (Kant, Ricœur), ce qui force à penser (Deleuze) ou ce qui appelle à penser (Heidegger), un quatrième motif est à interroger : ce qui porte la pensée, au sens de ce qui la conduit jusqu’à nous. Nous pouvons bien rêver d’une immédiate présence aux choses, nous savons aussi, et depuis le commencement grec de la philosophie, que long est le chemin vers le simple, le proche ou le natal. Ce chemin est celui de l’interprétation, celui qui reconduit au-devant des phénomènes. Comment voir ce qui se donne ou entendre ce qui nous appelle ? Comment retrouver le chemin des plus hautes questions, celles que nous disons « métaphysiques » ? Nous ne le ferons pas seuls, sans une histoire qui nous précède, sans des œuvres qui ouvrent le chemin, sans des propédeutes, voire des presbytres pour initier à cette tâche. Jean Greisch fut et demeure l’homme d’un tel programme. Ces actes d’un colloque de Cerisy, tenu en 2015, rendent un hommage appuyé à sa culture, à ses travaux sur la métaphysique, la philosophie de la religion, la phénoménologie et sa greffe herméneutique entendue stricto sensu, à ses engagements, bref à son humanisme de l’homme toujours à naître.

Sous la direction du professeur Jérôme de Gramont, doyen de la faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris.

Colloque de philosophie : « Descartes et la phénoménologie »

Ce colloque international, qui aura lieu du 3 au 5 février 2016, est coorganisé par la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, l’Université de Paris-Sorbonne, l’ENS, l’UMR 8547 Archives Husserl et l’Académie Polonaise des Sciences.

Philosophes européens spécialistes de Descartes et chercheurs phénoménologues se retrouvent pendant trois jours à Paris pour faire le point sur le dialogue à travers le temps entre deux penseurs majeurs de notre humanité : Descartes et Husserl.

Avec Camille Riquier, Dominique Pradelle, Wojciech Starzynski, Veronica Cibotaru, Arnaud Dewalque, Nicolas de Warren, Roland Breeur, Csaba Olay, Dan Arbib, Grégori Jean, Renaud Barbaras, Emmanuel de Saint Aubert, Piotr Schollenberger, Róbert Karul, Andrzej Gniazdowski, Karol Tarnowski, Karel Novotný, Olivier Dubouclez, Alexandre Guimarães Tadeu de Soares, Claudia Serban, Jean-Luc Marion de l’Académie française.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Séminaire de recherche de la Chaire Dominique Dubarle : Révélation et Phénoménologie

Ce séminaire est animé par le Professeur Jean-Luc Marion, Membre de l’Académie Française, Professeur à l’Université de Chicago, Titulaire de la Chaire Dominique Dubarle à l’Institut Catholique de Paris.

Au cours de l’année 2013-2014, le séminaire avait examiné les apories théologiques du concept, l’histoire de ses définitions dogmatiques, sa possible reprise selon des concepts empruntés à la phénoménologie et enfin quelques approches des occurrences d’apoclaypsis dans le nouveau Testament.

Le séminaire de cette année reprendra et prolongera cette enquête en examinant : (a) les concepts philosophiques de révélation élaborés par Hegel et Schelling, et leurs apories respectives ; (b) leurs reprises théologiques par Barth et Balthasar, ainsi que ses limites ; (c) on tiendra aussi compte des tentatives de S. Breton, P. Ricœur, J.-Y. Lacoste. Sur ces bases, on tentera une approche phénoménale des récits du triduum pascal.

Les séances auront lieu les mercredis 15, 22, 29 octobre ; 19 et 26 novembre ; 3, 10 et 17 décembre ; 7 et 14 janvier.

 

 

 

Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques d’Emmanuel Falque

Parution de l’ouvrage Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques, Paris, Hermann (coll. « De Visu », en partenariat avec la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris), 355 pages.

le-combat-amoureux.jpgUn « combat amoureux » (Heidegger) ou une « lutte entre les penseurs » (Husserl) détermine le destin de l’histoire de la philosophie. Au cœur du débat avec la phénoménologie française, cet ouvrage engage une véritable disputatio philosophique ancrée sur ledit ‘tournant théologique de la phénoménologie française’. Assuré que l’heure n’est plus au simple choc frontal, mais à un véritable dialogue et confrontation entre les disciplines, ce livre tente de montrer en quoi une « phénoménologie de la limite » peut aussi servir de contrepoint à la « phénoménologie de la révélation », et la tourner davantage vers une pensée de l’« incarnation » ou de l’« expérience ».  Jacques Derrida, Maurice Merleau-Ponty, Emmanuel Lévinas, Jean-Luc Marion, Michel Henry, Jean-Louis Chrétien, Jean-Yves Lacoste, Claude Romano et Jean Greisch, marquent les différents étapes de cette « traversée » point par point articulée, et en quête d’un respondeo à même d’autrement décider.

Emmanuel Falque est professeur et Doyen de la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est spécialiste en philosophie médiévale, phénoménologie et philosophie de la religion.

L’appel de la loi de Jérôme de Gramont

Parution de l’ouvrage L’appel de la loi, Louvain, Peeters (coll. « Bibliothèque Philosophique de Louvain », 90), 2014, 404 pages.

9789042930247La phénoménologie n’a pas à inventer les phénomènes – sinon comme on dit inventer un trésor – mais à les faire voir, ou entendre. Kant s’y emploie à sa manière lorsqu’il fait entendre le ton de voix lié à l’impératif catégorique, celui d’une voix d’airain. C’est là reconduire la pensée à l’éclat d’un fait premier où puiser ensuite ses ressources: il y a la loi. Kant le décrit comme un appel, à défaut de tout à fait le nommer ainsi, l’interprétant ensuite tout à la fois comme ce qui vient de nous (comme si le sujet éthique se donnait à lui-même la loi) et ce qui vient à nous (comme si ce même sujet répondait à la loi venue de Dieu). Prendre au sérieux cette dualité suppose que le chantier kantien de l’éthique ouvre alors sur un horizon théologique.

Kant ouvre un chantier que la phénoménologie historique, celle qui naît avec Husserl et Heidegger, répète. Comme toute vraie répétition, celle-ci ne va pas sans critique ni déplacement (Merleau-Ponty, Scheler, Jonas), mais le motif de l’appel est bel et bien là. «Nous avons été appelés» – la trace laissée en nous par cet appel est trop forte pour que le moindre doute puisse encore s’élever à son propos, mais la question vient aussitôt: quelle voix s’est fait entendre? Quel appel nous surprend et nous soulève? Appel de l’être (Martin Heidegger), appel de l’Autre (Emmanuel Levinas) ou appel de la vie (Michel Henry)? Nous avons été appelés, affectés, blessés – ce qui brise la vie lui appartient encore, mais qu’est-ce donc qui la brise et la relève?

Multiples sont les figures de l’appel, mais à chaque fois il y a la loi et cette injonction d’être – cette injonction silencieuse à laquelle le poète aura donné son exacte formule: «Tu dois changer ta vie» (Rilke). Comme il y a peut-être Dieu.

Jérôme de Gramont est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il travaille plus particulièrement sur la philosophie moderne, la phénoménologie…