Archives par mot-clé : philosophie politique

La question de la loi naturelle : de la métaphysique à la philosophie politique

Six conférences par Pierre Manent, Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA 74 03)  : « La question de la loi naturelle : de la métaphysique à la philosophie politique »,
les 6, 7, 8 et 13, 14, 15 mars 2017 • 18h – 20h.
affichea3_chaire-gilson_2017-page-001

La notion de « loi naturelle » est devenue inintelligible en même temps que scandaleuse, et pour la même raison : selon l’opinion régnante, elle assujettit la vie humaine à une vérité dogmatique
sur l’homme et elle ignore le plus propre de l’homme, sa liberté originaire, qui fait de lui l’auteur souverain du monde humain. Elle fait de nous les esclaves d’une idée nécessairement fausse ou mutilée de nous-mêmes. En même temps, nos sociétés sont assujetties à une idée de plus en plus radicale des droits humains au nom de laquelle les règles et institutions les plus vénérables de la civilisation sont recomposées. Or que sont les « droits de l’homme », sinon la version spécifiquement moderne du « droit naturel » ? Nos lois positives sont réformées au nom d’une certaine idée de notre « nature ». Ainsi, en même temps que nous affirmons le caractère « culturel » de toutes les choses humaines, nous ne pouvons rien opposer à la virulence d’une idée « dogmatique » – en l’occurrence, radicalement individualiste – de notre nature.
Le propos de ces conférences sera de faire apparaître la légitimité et
la nécessité de la référence à la loi naturelle, non comme une somme
de propositions déduites d’un savoir religieux, métaphysique ou scientifique, mais comme un réseau ouvert d’éléments d’orientation intrinsèques à la vie pratique. Quelle que soit l’ampleur des possibilités ouvertes à l’homme agissant, son « choix réfléchi » rencontre nécessairement des règles qu’il n’a pas faites, et en l’absence desquelles il ne pourrait y avoir ni réflexion ni choix.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme-2017