Permanence d’Israël et diversité confessionnelle

Le choc de la Deuxième Guerre mondiale a conduit les différentes Églises chrétiennes à revisiter les positions traditionnelles qu’elles avaient adoptées dans une histoire perturbée à l’encontre du peuple d’Israël. La conviction croissante que la permanence d’Israël comme peuple dans l’histoire est un effet de la grâce divine, et non un accident de l’histoire, conduit à réinterroger les représentations
sur l’articulation entre peuple d’Israël et Église comme mystère.
Depuis Seelisberg (1947), des groupes chrétiens sensibles au rapport avec Israël ont réfléchi, avec la participation de plusieurs intellectuels juifs, comme le Pr. Jules Isaac, puis les instances officielles des Églises ont adopté des prises de position variées, soulevant parfois de profonds débats.
Le séminaire veut étudier les conséquences théologiques de cette prise de conscience de la permanence d’Israël reconnue comme une grâce de Dieu, en se centrant sur la modification des paramètres œcuméniques qu’elle induit. Face à Israël, et en dialogue avec lui, les Églises chrétiennes sont poussées à comprendre ensemble ce que Dieu attend d’elles. Cette première année sera consacrée à une exploration de cette problématique, pour faire la cartographie des propositions théologiques qui ont pris au sérieux cette question.

Ce séminaire annuel de 24 heures, animé par Thérèse Andrevon, Luc Forestier et Anne-Marie Reijnen, est réservé aux étudiants de D1 à Dn (et ouvert au réseau THÉODOC). Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredi et jeudi 6 et 7 novembre ; 18 et 19 décembre ; 5 et 6 février ; 29 et 30 mai 2019 (4 rencontres de 6 heures sur deux jours).