Foi chrétienne et conduites déshumanisantes

La psychologie sociale a fourni récemment de nouveaux instruments
d’analyse des comportements portant atteinte à l’intégrité physique,
psychique ou morale des personnes ainsi que la condition de victime (Herbert Kelman, Ervin Staub, M.F. Hirigoyen), et la psychologie clinique a développé des compétences pour soigner celles-ci (traumatologie et victimologie).
Cette recherche porte sur tous les niveaux du lien social (État, associations diverses, familles, relations interpersonnelles). Elle s’effectue en corrélation avec l’anthropologie et la philosophie (H. Arendt, R. Girard), car elle implique une réflexion fondamentale sur l’humain et le politique. Elle peut contribuer à problématiser le discours des historiens. Elle ouvre aussi des perspectives à la théologie. Elle l’invite à revisiter et questionner ses sources, Bible, tradition, histoire de l’Église, à un approfondissement de sa compréhension de l’être humain, du salut, de la communion ecclésiale ; à une réflexion critique sur les modes d’exercice de l’autorité dans les communautés chrétiennes, en particulier à la réalité de l’« abus spirituel », sur les engagements de l’Église et des baptisés dans la cité, sur les modalités du dialogue œcuménique et interreligieux. Le séminaire aura pour but de dresser un premier état des questions. Il conjuguera l’interdisciplinarité et l’approche spécifique de la théologie spirituelle, dont l’horizon propre est celui de la sainteté chrétienne, envisagée historiquement et concrètement, de l’orientation et de l’accompagnement des personnes et des communautés dans leurs parcours spirituels.

Ce séminaire de 24 heures animé par Gilles Berceville et Marie-Dominique Trébuchet est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mardi de 9 h à 11 h, du 18 septembre au 11 décembre 2018.