4 mars 2021 – Ecclésiologie catholique et débats sur la mondialisation

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Cinquième séance : Ecclésiologie catholique et débats sur la mondialisation  (4 mars 2021)

Compte rendu rédigé par Luc Forestier

Invités : Dominique Iogna-Prat (EHESS-CéSor) et Pavlo Smytsnyuk (Université catholique d’Ukraine, Lviv)

Organisateur : Luc Forestier (Theologicum-ICP)

Lors de la séance du 4 mars 2021, tenue en ligne, Pavlo Smytsnyuk, professeur de théologie à la faculté de philosophie et de théologie de l’Université catholique d’Ukraine (Lviv), directeur de l’Institut d’études œcuméniques, a proposé une réflexion intitulée « Pars pro toto : Who represents universality ? »

Partant du parallèle souvent proposé entre la question ancienne d’une forme mondiale de gouvernement et les représentations habituelles de la primauté romaine, le professeur Smytsnyuk a illustré par deux exemples le risque avéré de l’illusion dominatrice dans laquelle un petit groupe entend représenter le tout. D’une part, les représentations mais aussi les pratiques de la primauté romaine confondent les différents niveaux de celle-ci : évêque de Rome, chef de l’État de la cité du Vatican, métropolite de la province de Rome, primat d’Italie, patriarche d’Occident, pape à la juridiction universelle. Cette situation pèse beaucoup dans la réduction de la catholicité à la latinité, et constitue un obstacle majeur à l’œcuménisme. D’autre part, les phénomènes d’autocéphalie dans l’Église orthodoxe n’ont pas seulement conduit à organiser l’Église selon des lignes nationales, mais ont pu peser aussi sur les représentations de l’accès à l’universel. Comme l’a montré le professeur Smytsnyuk, un philosophe et un théologien grec orthodoxe tel que Christos Yannaras (né en 1935) risque de laisser croire que l’appartenance au monde grec permet de se situer automatiquement au plan universel.

Dans les deux cas, c’est bien la question de la catholicité qui est posée : est-il possible, à l’intérieur de l’histoire, de mettre en œuvre une authentique catholicité qui ne tombe pas dans l’illusion de la « pars pro toto », ou faut-il renvoyer toute catholicité aux temps eschatologiques ?

Luc Forestier, maître de conférences au Theologicum (Institut Catholique de Paris) a prolongé la réflexion sur la question de la catholicité avec son intervention intitulée : « Catholicité ou universalité ? Le pape François face aux défis de la mondialisation ». Partant de l’actualité, il a montré que ce pontificat se traduit par une série de gestes et de documents magistériels qui viennent interroger les consciences sur la question des migrants comme de la sauvegarde de la maison commune. Naturellement, les convictions affirmées par le pape François viennent heurter certains secteurs de l’opinion publique, mais plus encore remettent en cause une conception technocratique de l’universalisme.

C’est en réalité le débat ancien sur l’articulation entre catholicité et universalité que l’intervention de Luc Forestier reprend partiellement, en articulant les questions ecclésiologiques et les positions diplomatiques du Saint-Siège depuis Benoît XV jusqu’au pape François. Le pivot que constitue le Concile Vatican II montre en effet que la sortie partielle d’une ecclésiologie de société permet de renouveler la manière dont l’Église catholique se positionne face aux institutions internationales.

En revanche, cette meilleure compréhension de la catholicité de l’Église, qui intègre une grande diversité dans l’histoire et dans la géographie, peine à se traduire sur le plan institutionnel, même si le pape François accélère la prise en compte des « périphéries » à qui un statut nouveau est reconnu.

Dominique Iogna-Prat, directeur de recherches au CNRS et membre du CéSor, propose enfin une intervention en réponse aux deux précédentes, en s’efforçant de clarifier les enjeux de vocabulaire, non seulement à partir des travaux en cours dans les sciences humaines et sociales dans les études post-coloniales, mais aussi à partir de la philosophie. L’ouvrage de Jacques Maritain Humanisme intégral (1936) constitue, de ce point de vue, un élément déterminant des débats autour de l’universalisme avec la revalorisation de la « chrétienté » comme réalité politique internationale, au moment même où l’actualité interroge les institutions multilatérales du xxe siècle.

C’est bien la question de l’universel qui est ainsi posée, que Dominique Iogna-Prat a inscrite dans l’histoire longue, en remontant au double phénomène moderne qu’est la prééminence de l’individu et l’élargissement par la raison des données religieuses. Pour Emmanuel Kant, il s’agit, « à l’intérieur des limites de la simple raison » d’atteindre une universalité éthique qui se veut accessible à toute l’humanité, ce que des penseurs comme Edgar Quinet ou Auguste Comte vont thématiser au xixe siècle.

L’exposé se conclut sur le constat de la disparition dans le catholicisme contemporain de toute référence à la chrétienté, au profit d’une « catholicité », laissant malgré tout entières bien des questions sur la pluralité des figures politiques de l’ecclésial dans la modernité politique.