Les céramiques chinoises, pièces singulières de la collection François Dautresme par Christophe Comentale

Publication de  : Christophe Comentale, Les céramiques chinoises, pièces singulières de la collection François Dautresme, Paris, Les éditions du Fenouil, 2021.140 p. :  [146] ill. Bibliog. pp. 44-45.

La céramique chinoise reste un des domaines favoris des amateurs des arts du feu. L’approche de cette discipline est à la fois pragmatique – tout un chacun utilise au quotidien des récipients, assiettes, bols, gobelets, vases, jarres, soucoupes, que complexe. Il n’empêche que l’utilitaire est vite rattrapé par les possibilités de choix qui s’offrent à l’amateur face au nombre impressionnant de créateurs talentueux produisant des pièces de toutes sortes. Pièces d’artisanat, utilitaires, presque banales et pièces uniques nées de l’inspiration de créateurs inconnus mais dont le talent est manifeste. C’est le cas de cette céramique chinoise, terme qui, en Chine, inclut toutes sortes de terres, cuites à des températures diverses plus ou moins hautes.

Ainsi, terre cuite, porcelaine, grès figurent parmi les pièces  que François Dautresme (1925-2002) a réunies au fil de ses missions en Chine, des années 1970 à 2002. Son oeil averti lui a permis de mêler autant des pièces contemporaines, commandées notamment en Mongolie intérieure que dans le Jiangxi, autre province célèbre pour le centre de production de Jingdezhen, centre considéré à raison comme la capitale mondiale de la porcelaine, déjà, sous la dynastie des  Tang (618-907). On disait alors de Jingdezhen, que la ville abritait « des fours reliant un village à un autre, des fours allumés partout ».

C’est là un rappel discret à la longue histoire de cette technique, de cet art. L’occident découvre, en même temps que le pays, au fil de missions commerciales et religieuses, la diversité fabuleuse d’une production aux mille facettes. Les voyageurs les plus curieux, les plus raffinés, apprécient le classicisme des céladons Song, les bleus et blancs Ming et Qing, les monochromes des dynasties qui se succèdent, toujours au centre de cette vogue rencontrée grâce à une exportation réussie pour une présence phare dans les collections publiques et privées occidentales. Un certain nombre d’exemples historiques emblématiques pris à des fonds patrimoniaux publics et privés illustrent cette diversité historique dans la première partie de l’ouvrage. Quant aux pièces dites populaires, grès et céramiques,  chinées,  collectionnées par François Dautresme  avec une intuition sans  précédent, elles ont, comme nombre d’œuvre utilitaires, acquis une rareté en raison, justement de leur caractère utilitaire, qui les rend plus éphémères en durée en raison de la fréquence de leur utilisation.

Les exemples choisis dans ce livre, une cinquantaine, sont pour partie encore dans la collection familiale. Une autre, la plus importante, a été dispersée en 2017, certaines réapparaissant depuis lors dans d’autres ventes. Cet ouvrage fait ainsi le point sur une esthétique oubliée. Une première partie, historique et pédagogique, va du Néolithique et puise à une iconographie provenant de différents musées et de collections privées. Elle permet de comprendre  l’évolution des pièces vers des monochromes  ou des décors de fleurs et oiseaux, de motifs abstraits… La  deuxième partie, catalogue,  est riche d’une cinquantaine de pièces de la collection redonnant aux artisans chinois la place qui leur revient pour cette création intense et vivante. En fin de volume, une bibliographie rassemble articles et monographies en français et en chinois sur le sujet. Cette monographie est la première sur les céramiques de la collection organisée et laissée par François Dautresme.

Christophe Comentale, HDR, Conservateur en chef honoraire au Muséeum national d’histoire naturelle, enseigne l’histoire de l’art chinois et la scénographie à l’Institut Catholique de Paris.