29 mars 2022 – Conférence de Stavros Lazaris (Mois de la Francophonie 2022)

Inscription obligatoire

Argument

À travers trois cas d’étude, cette communication s’intéressera à la perception de l’homme byzantin vis-à-vis des animaux et sa relation avec eux. Est-ce que les Byzantins considéraient les animaux comme des êtres inférieurs ? comme des instruments (p.ex. dans leurs pratiques médicales) ? comme un compagnon (pour palier leur solitude) ? comme un modèle de l’éthique humaine ?En étudiant les conceptions byzantines sur les animaux, on pourra mieux comprendre certaines mentalités byzantines, puisque, comme le stipulait K. Thomas, il est impossible de séparer l’idée que les hommes du passé se faisaient des plantes et des animaux de celle qu’ils se faisaient d’eux-mêmes. Cette communication, prolégomène d’une étude en cours, permettra alors de cerner la civilisation byzantine d’un œil nouveau à travers l’étude des relations entre les hommes et les animaux et l’évolution de leurs relations.

Présentation du conférencier

Après des études classiques à Athènes, Stavros Lazaris a intégré l’EHESS et l’EPHE où il a étudié l’histoire et la philologie byzantines. Durant sa thèse de doctorat, il a orienté ses recherches sur les rapports qu’entretiennent texte et image dans les manuscrits byzantins médiévaux consacrés à la médecine vétérinaire. Il a réalisé un post-doctorat sur cette thématique en Suisse (Université de Fribourg) avant d’intégrer le CNRS à Strasbourg (UMR 7044) en 1999. En 2015, il a rejoint le laboratoire « Orient et Méditerranée » (UMR 8167) et poursuit entre autres son travail sur la place et les fonctions de l’illustration médiévale dans la transmission du savoir scientifique.

Ses recherches et son enseignement concernent l’histoire de la civilisation byzantine, notamment à travers l’étude de documents originaux relatifs à l’histoire des sciences et des techniques et de l’histoire des textes et des images. Depuis sa thèse de doctorat (publiée chez Brepols dans la collection « Bibliologia » en 2010), il travaille sur l’illustration médiévale et sa place dans la transmission du savoir médical à Byzance. Les équidés et leur rôle dans l’armée et l’économie dans l’Antiquité tardive et à Byzance constituent un autre thème majeur de ses recherches. Il a également consacré une partie de ses travaux scientifiques aux cultures visuelles et, depuis son habilitation des recherches (le premier volume a été publié chez SISMEL dans la collection « Micrologus’ Library » en 2016 et le second est prévu pour fin 2019), il s’intéresse à la christianisation de la littérature scientifique païenne.