De la Révélation. Lectures philosophiques et théologiques

Sous son aspect de catégorie née dans laDe la Revelation période moderne, la notion de Révélation s’apparente à d’autres catégories apparues à la même
époque. Ainsi en va-t-il de l’ontologie, de la distinction entre metaphysica generalis et metaphysica specialis, de theologia naturalis, d’apologétique.
La théologie, privée de « ratio », se voit contrainte de dédoubler son épistémologie, en prenant pour norme une distinction d’origine lointainement kantienne, la distinction entre objet formel et objet matériel, La Révélation s’identifiant dès lors à une série ordonnée de revelata, de vérités à croire dont les signes probants sont assurés par des critères externes de crédibilité. Soumis à des interdits issus des nouvelles conditions d’exercice de la raison, ce qu’il y a de plus théologique dans la théologie se voit soumis à une impossibilité de droit et de fait.
Parce que cette question s’inscrit dans une histoire, il s’agira au cours de ce colloque d’en suivre les mutations et de se demander si les avancées récentes, tant du côté de la philosophie que de la théologie, ne conduisent pas à une sortie de cette impossibilité. Du côté de la philosophie avec la phénoménologie, qui trouve avant tout ses ressources dans ce qui se montre et se donne. Et du côté de la théologie, dans le sillage des voies ouvertes par la Constitution
dogmatique Dei Verbum du Concile Vatican II.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.