Tous les articles par Vice-Rectorat à la Recherche

Karl Rahner, Dogmatique après le Concile, tome II, par Vincent Holzer (éd.)

Publication de : Karl Rahner, Dogmatique après le Concile. Fondement de la théologie, doctrine de Dieu et christologie (22/1b), sous la dir. de Vincent Holzer, Paris, Cerf, coll. “Oeuvres de Karl Rahner”, 2021, 478 p.

Doctrine de Dieu et christologie forment, dans le présent volume, un diptyque qui offre au lecteur francophone une série de textes inédits ou tombés dans l’oubli en raison de leur édition naguère dispersée. Désormais regroupés, ils forment un ensemble cohérent et puissant de théologie trinitaire. Lorsque l’historiographie de la théologie du xxe siècle aura été établie selon des proportions égales à celles qui valent pour les époques antérieures, le nom de Karl Rahner apparaîtra attaché au renouveau de la théologie trinitaire et christologique. Le volume 22/1b qui prolonge les textes épistémologiques parus dans le volume précédent des Oeuvres complètes (22/1a) offre, en une seule parution, les contributions majeures de Karl Rahner à la théologie trinitaire, à la doctrine de Dieu et à la question épineuse de la causalité salvifique exercée par le Christ en sa mort et sa résurrection. Ce qui fut en germe dès 1939 sous le registre d’une théologie prospective de la grâce s’enrichit et se développe en une théologie trinitaire structurée, au cours d’une période qui recouvre une décennie, de 1950 à 1960. Karl Rahner s’explique avec la théologie de l’École, sous trois registres fondamentaux : la doctrine des « appropriations » trinitaires, l’usage du terme « personne » et les ambiguïtés latentes qui se dissimulent derrière l’analogie de l’intersubjectivité, enfin la notion de « relation » lorsqu’elle se doit trop exclusivement à l’ontologie aristotélicienne. Volume de théologie systématique, Dogmatique après le Concile représente l’un des moments les plus importants d’une théologie en genèse.

Auteur d’une oeuvre inépuisable, Karl Rahner (1904-1984) est l’un des plus importants théologiens catholiques du XXe siècle. Profondément optimiste, résolument oecuménique, sa théologie a permis de faire entrer le christianisme dans un dialogue fructueux et nécessaire avec la société contemporaine.

Vincent Holzer est professeur de théologie au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris et Directeur de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société”.

Enseignant-chercheur/Portrait : Michaël Bourgatte

Michaël Bourgatte, maître de conférences à la Faculté des Lettres et responsable de l’équipe de recherche “Médias, Images et Technologies” de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403), présente ses recherches et ses travaux autour de la communication vidéo, de l’empowerment, des médias, du numérique et des technologies.

Découvrir le portrait sur le site de l’Institut Catholique de Paris

L’Eglise à la rencontre de l’autre de Laurent Villemin, choix de textes et introductions de Gilles Routhier et François Moog

Publication de : L’Eglise à la rencontre de l’autre de Laurent Villemin. Choix de textes et introductions (en collaboration avec Gilles Routhier) par François Moog, Paris, Editions du Cerf, coll. “Unam Sanctam – Nouvelle série” 8, 2022, 344 p.

De l’oeuvre inachevée du grand penseur de l’Église que fut le père Laurent Villemin, brutalement interrompue en 2017, il nous reste, mieux que des fragments, les ébauches des traités essentiels qu’il avait déjà engagés et qu’il comptait mener à terme. Ces écrits sont ici réunis et distribués autour des quatre thèmes qui occupèrent cet inlassable chercheur : le concile Vatican II, l’ecclésiologie, l’institution, les ministères. Éléments forts et signifiants, ils présentent la charpente de son chantier théologique. Plus qu’une simple agrégation de textes, voici donc un livre dont la pertinence et la cohérence marquent l’intelligence de la foi. S’y dessinent des perspectives novatrices sur l’Église et s’y sublime le souci constant de faire dialoguer les disciplines théologiques avec les sciences humaines, le catholicisme avec les autres confessions chrétiennes et les autres formes religieuses, la vie ecclésiale avec la vie du monde. Un môle sûr au regard de la crise actuelle. Une pierre fondatrice pour la suite.

Laurent Villemin (1964-2017), qui fut prêtre du diocèse de Verdun et enseignant à l’Institut catholique de Paris, demeure l’un des grands ecclésiologues du temps présent, entre réflexion théologique et engagement pastoral.

Textes rassemblés et édités par Gilles Routhier et François Moog

François Moog est professeur ordinaire au Theologicum.

Idôlatrie ou liberté de William Cavanaugh, traduction et présentation de Sylvain Brison

Publication de : William Cavanaugh, Idolâtrie ou liberté. Le défi de l’Église au XXIe siècle, traduit de l’américain vers le français par Sylvain Brison, Paris, Salvator, 2022, 198 p.

La sacralisation de l’argent, du pouvoir et par là même de l’individu est au fondement des multiples crises que nous traversons aujourd’hui. L’Église a un rôle déterminant à jouer pour parer à toute tentation idolâtrique, y compris en son propre sein. En prenant appui sur l’Évangile, la Tradition et les témoins de la foi, le peuple des baptisés a le devoir de débusquer, dans nos sociétés sécularisées, tout ce qui peut blesser l’image divine inscrite au coeur de chaque être humain. Par une réflexion théologique originale, William Cavanaugh nous aide à retrouver l’adoration véritable qui permet d’accéder à la liberté authentique des enfants de Dieu. Textes traduits et présentés par Sylvain Brison.

Sylvain Brison est professeur extraordinaire au Theologicum.

Le commencement à venir de Jérôme de Gramont

Publication de : Jérôme de Gramont, Le Commencement à venir, Paris, Hermann, coll. “Le Bel aujourd’hui”, 2022, 220 p.

Le commencement a déjà eu lieu, et pourtant il est encore à venir, signe que le commencement véritable, de qui dépend ensuite le cours entier de notre existence, et son sens, a été manqué. Ce que nous appelons sens tient dans cette direction qui tourne, ou retourne, l’existence vers ce commencement à venir, pour aller de l’impoétique vers le poétique, de la souffrance vers la joie, ou de la mort future vers la vie sans cesse recommencée. A la littérature de décrire alors le pluriel des possibles que nous pouvons éprouver, à la philosophie de montrer leur dissymétrie ou la promesse de leur dissymétrie, et à la théologie de justifier cette promesse et dire au nom de qui nous allons vers notre naissance.

La philosophie qui est à faire, c’est celle de Lazare.

Jérôme de Gramont est philosophe et professeur à l’Institut catholique de Paris. Il a publié une dizaine d’ouvrages qui traitent notamment de la phénoménologie dans son rapport à la question du commencement et à la littérature. Il a récemment publié Kafkabuch (Corlevour, 2015) et La pensée monotone (Lessius, 2019).

Parution du n° 162 de Transversalités “Analogie et expérience”

Ce numéro de Transversalités est consacré à la publication des actes du colloque « Analogie et expérience. L’homme et le Dieu qu’il cherche », qui s’est tenu à l’ICP les 27 et 28 mai 2021.

« Analogie » et « expérience ». La juxtaposition des termes peut certes étonner, et même bousculer. Il y a certes, et d’abord, l’analogie qui définit soit une proximité (analogie de proportionnalité) soit une distance (analogie d’attribution) dans le rapport de l’homme à Dieu. Outre le fait que l’« analogie » ait pu servir de marqueur théologique pour distinguer des positions dogmatiques du côté du catholicisme (analogie de l’être) ou du côté du protestantisme (analogie de la foi), elle appartient aussi à un devenir philosophique qui fait que, née chez Aristote (dans la dualité de la proportionnalité et de la structure « pros en » ou unité focale de signification), elle ne s’appliquera à l’être chez Thomas d’Aquin que par la médiation des Arabes, et en particulier Avicenne et Averroès.

Lier « analogie » et « expérience » est aller de l’avant. Non plus uniquement retracer l’histoire certes nécessaire du concept d’analogie, ni se tenir sur des positions antagonistes le plus souvent stériles, et encore moins ériger en combat (aujourd’hui inversé) entre phénoménologie et métaphysique, de sorte qu’un parti ne gagne que ce que l’autre perd. « Analogie » et « expérience » marque d’abord la volonté de ne pas laisser l’analogie dans la sphère de la pure conceptualité. On peut certes débattre à l’infini sur l’analogie de proportionnalité ou d’attribution, disserter sans fin sur l’opposition entre l’analogie de l’être ou l’analogie de la foi, ou encore se donner « coup pour coup » entre la phénoménologie et la métaphysique – l’analogie jusque-là ne nous aura rien dit, et ne nous dira rien, tant qu’elle ne se référera pas à notre expérience comme telle, à savoir « l’homme et le Dieu qu’il cherche ».

Consultation du sommaire du n° 162 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

INPR – Rétrospective janvier-juin 2022

Annual International doctoral and post-doctoral Seminar (1/2) : Cornwall (US) – 10-14 janvier 2022

Le séminaire de Cornwall marque le premier séminaire doctoral et post-doctoral de l’International Network in Philosophy of Religion (INPR) à s’être déroulé sur le continent américain. Organisé sous l’impulsion de l’Institut catholique de Paris par des doctorants et post-doctorants membres de l’INPR natifs des Etats-Unis et appartenant à différentes universités (Chicago, Fordham University, Notre Dame, Boston College), et réunissant des intervenants venus aussi d’autres universités américaines (Los Angeles, Georgetown University, Holy Cross, Trinity College…), il s’est déroulé dans une maison des jésuites située entre Boston et Chicago. Le thème du séminaire, reporté à deux reprises en raison de la crise sanitaire, s’est centré autour de la question du « Dieu phénomène ». Il fut alors question, pour l’ensemble des participants au séminaire, de se poser le problème de la possible « apparition » ou « manifestation » de Dieu dans le monde aujourd’hui.

Mais on entendra ici le terme de manifestation non pas uniquement au sens esthétique du terme, mais dans son sens phénoménologique. Dans quelle mesure y a-t-il encore une place pour « parler de Dieu aujourd’hui », pour qu’il se manifeste non pas seulement à ceux qui y croient déjà, mais pour qu’il ait aussi une place dans notre pensée, au moins pour ne pas disparaître de la culture dite sécularisée. Accompagnés par les professeurs Jeffrey Bloechl (Boston College) et Emmanuel Falque (Institut catholique de Paris), l’ensemble des participants ont pu débattre de ces questions majeures, en allant de Kierkegaard à Maurice Blondel, ou de la théologie des sacrements à l’art contemporain. Le séminaire s’est achevé par la visite du Met Cloisters de New York, monastère médiéval reconstruit « pierre par pierre » sous l’impulsion de Rockefeller. La cordialité des discussions et l’excellence des exposée furent à nouveau la preuve de la nécessité de ce travail commun en matière de philosophie de la religion, y compris Outre Atlantique.

Annual International doctoral and post-doctoral Seminar (2/2) : Durham (UK) – 19-20 avril 2022

Le séminaire doctoral et post-doctoral de l’International Network in Philosophy of Religion (INPR) s’est déroulé cette fois dans le nord de l’Angleterre à l’Université de Durham, après les autres séminaires « européens » de même nature antérieurement programmés à Tivoli (Italie) et au Val d’Aulnay (Touraine, France). Organisé par des doctorants et post-doctorants venus principalement des universités de Cambridge et d’Oxford en Angleterre (en lien avec l’Institut catholique de Paris), ce séminaire eut pour thème : « Christ and Philosophy ».

Il fut l’occasion de poser la question de la possibilité d’une « christologie philosophique », dans le cadre de la philosophie de la religion en général.  De la question du statut de la parole révélée, à celle de l’appréhension du corps du Christ ou du sens phénoménologique de la vie liturgique, l’ensemble du séminaire a tenté de résoudre cette question cruciale du statut de la révélation chrétienne dans le monde contemporain. Il s’est achevé par une visite à la fois instructive et chaleureuse de la cathédrale de Durham, et de son musée carolingien. Plus de huit nationalités venus d’Europe étaient représentées durant ce séminaire (France, Angleterre, Ecosse, Autriche, Allemagne, Suisse, Belgique, Portugal, Norvège…), qui fut donc le lieu d’une grande diversité et richesse dans les échanges.

Biannual International Seminar : Paris – 15-19 juin 2022

Le grand séminaire international (et bi-annuel) de l’International Network in Philosophy of Religion (INPR), s’est déroulé à l’Institut catholique de Paris avec le soutien et le support de l’Université. Il a réuni plus de cinquante participants venus principalement des Etats-Unis, mais aussi de tous les pays d’Europe (France, Angleterre, Italie, Allemagne, Portugal, Autriche, Suisse, etc.). Réunis autour de la question du statut de la « solitude » – « Altérité, communauté et solitude » –, il s’est agi de discuter de la possibilité aujourd’hui de faire encore communauté après la crise sanitaire que l’ensemble des pays du monde ont traversé. De la « communauté » (philosophie), on est alors passé à la « communion » (théologie), au moins pour tenter de dire et de montrer combien la question de Dieu ne saurait être oubliée dans la « crise du sens » que nous sommes en train de traverser. Plus de trente conférences furent programmées et discutées (avec les sessions parallèles), et la nécessité de tels échanges fut à nouveau vérifiée.

Dans le partage de questions diverses, de la plus intime solitude à la nécessité de se dire soi-même et de partager avec autrui, la question de la « crise » fut au centre de tous nos débats. En dépit des différences culturelles entre les pays, c’est bien à cette question du « sens » à laquelle nous sommes confrontés, essayant de tracer une voie entre le catastrophisme d’un côté et l’optimisme béat de l’autre. Sans en donner certes l’unique solution, le christianisme propose au moins dans ses valeurs de retrouver quelque chose de ce qui fait notre « commune humanité ». Tel est son sens aussi culturel qu’il nous faut approfondir, au risque de le laisser disparaître ou être oublié.  Le séminaire s’est achevé par une magnifique soirée sur La Terrasse de Paris (sponsorisée par une fondation), où le pianiste Michaël Levinas a joué pour nous des pièces de Liszt et Beethoven, après nous avoir longuement parlé de son père Emmanuel Levinas. Un moment très émouvant pour tous. Le séminaire s’est achevé par une visite du musée médiéval de Cluny tout juste rénové. Il est heureux, et dans sa vocation, qu’un tel séminaire ait pu se dérouler au sein de l’Institut catholique de Paris. Tous les membres de l’INPR remercient chaleureusement tous ceux qui ont pu aider à sa réalisation – de près (étudiants au service du séminaire) comme de loin (aide au financement).

Mise en ligne du site Bourget de l’ICP

Fruit de plusieurs années de travail mené conjointement par la bibliothèque de Fels et l’Unité de recherche (Pôle “Textes et Herméneutiques”, équipe de recherche “Mémoire et Patrimoine”), le site dédié au fonds Paul Bourget est désormais accessible en ligne à l’adresse suivante : https://fondsbourget-icp.nakala.fr/

Ce site est une vitrine scientifique du fonds conservé à la bibliothèque de Fels depuis la fin des années 1960. Cet ensemble patrimonial unique est constitué de la bibliothèque personnelle de Paul Bourget, écrivain et académicien français (1852-1935), ainsi que de la collection des manuscrits, des journaux et agendas intimes de l’auteur et de ceux de son épouse. Correspondance passive, notes et manuscrits divers complètent ce fonds exceptionnel pour l’étude de la vie intellectuelle et littéraire au tournant des XIXe et XXe siècles.

Ce site est l’aboutissement d’un projet de recherche en humanités numériques qui a nécessité un long et patient travail de valorisation scientifique mené depuis 2019 à l’initiative de Dominique Ancelet-Netter, Maître de conférences en Sciences du langage à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris. Différentes stagiaires se sont succédé pour participer avec enthousiasme à la mise en place de ce projet, dont Zoë Selle qui soutient à la Faculté des Lettres son mémoire de Master 2 sur Paul Bourget sous la direction de Jean-Baptiste Amadieu. Ce site est hébergé sur la plateforme Nakala, outil de partage, de publication et de valorisation des données scientifiques développé par Huma-Num, infrastructure de recherche dédiée aux lettres, sciences humaines et sociales (SHS) et aux humanités numériques.

Il propose en préambule une présentation du fonds conservé à la bibliothèque de Fels ainsi qu’une biographie de l’écrivain. Par obligation à la fois légale et morale vis-à-vis de l’auteur, le site ne donne accès qu’à des extraits de ses manuscrits, mais de nombreuses requêtes par mots-clefs sont possibles pour rechercher dans les journaux, les agendas et la correspondance. Un lien renvoie également vers l’exposition numérique « Au maître, au confrère, à l’ami : florilège d’envois à Paul Bourget » mise en ligne durant le confinement en avril 2020. La bibliographie primaire et secondaire la plus complète possible est enfin en accès direct sur le site. Ce document fera l’objet de mises à jour en fonction de l’actualité éditoriale autour de Paul Bourget.

Notons à ce sujet un dossier consacré à l’écrivain à paraître dans le numéro 165 de Transversalités prévu en avril 2023 et coordonné par Dominique Ancelet-Netter. Vous y retrouverez notamment des contributions de Cécile Coulangeon, Doyenne de la Faculté des Lettres, de Marie-Hélène Chevrier, Maître de conférences en géographie à la Faculté des Lettres, d’Adrián Valenzuela Castelletto, doctorant en littérature et sciences humaines à Sorbonne Université et à l’Università degli studi di Bergamo (sur la question du roman psychologique chez Paul Bourget), ou encore de Guillaume Boyer, responsable des fonds anciens et patrimoniaux à la bibliothèque de Fels.

Dans la presse et sur le web : Hors phénomène d’Emmanuel Falque et Métamorphose de Descartes de Camille Riquier

Emmanuel Falque et Camille Riquier, professeurs ordinaires à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, enseignants-chercheurs membres de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403), se sont entretenus autour de leurs derniers ouvrages respectifs, le premier pour pour le site Internet Actu-Philosophia,  le second le journal Libération.

Consulter l’entretien d’Emmanuel Falque avec Manon Sicard pour le site Actu Philosophia autour de la publication de Hors phénomène. Essai aux confins de la phénoménalité, Paris, Hermann, coll. “De visu”, 2021.

 

 

Emmanuel Falque est professeur à l’Institut Catholique de Paris. Auteur d’une œuvre abondante, Emmanuel Falque se singularise dans le paysage phénoménologique actuel par sa connaissance de la patristique et de la philosophie médiévale, et notamment celle de Saint Bonaventure qu’il lit en phénoménologue, ainsi que par son intérêt pour la théologie. Citons notamment son Saint Bonaventure et l’entrée de Dieu en théologie (publié chez Vrin en 2000). Dans Passer le Rubicon. Philosophie et théologie : essai sur les frontières (paru chez Lessius en 2013) et Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques (publié chez Hermann en 2014), Emmanuel Falque interroge à nouveaux frais les rapports entre phénoménologie et théologie et « dispute » avec quelques grandes figures contemporaines de la phénoménologie autour du fameux « tournant théologique de la phénoménologie
française ».

Consulter l’entretien de Camille Riquier avec Frédérique Roussel  pour le journal Libération autour de la publication de Métamorphose de Descartes. Le secret de Sartre, Paris, Gallimard, coll. “NRF essais”, 2022.

 

 

Camille Riquier est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Membre des revues Alter et Esprit, spécialiste de philosophie contemporaine, il est l’auteur d’une œuvre significative qui examine notamment les rapports de la phénoménologie française avec le cartésianisme et qui interroge l’opposition traditionnelle du croire et du savoir. Lauréat de l’Académie française pour Archéologie de Bergson, publié en 2009 aux PUF et récemment réédité dans la collection « Quadrige », Camille Riquier est également l’auteur de Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile (PUF, 2017) et Nous ne savons plus croire (Desclée de Brouwer, 2020).

Revue Humanités Numériques : “Enseigner et apprendre les humanités numériques” (sous la direction de Michaël Bourgatte et Laurent Tessier)

Dans le cadre de l’équipe de recherche “Médias, Images et Technologies”, Michaël Bourgatte et Laurent Tessier ont co-dirigé le numéro 5 (2022) de la revue Humanités Numériques qui a pour thématique : “Enseigner et apprendre les humanités numériques”.

Consulter le numéro.