Tous les articles par Vice-Rectorat à la Recherche

Géopolitique du patrimoine par Emmanuel Lincot

Publication de : Emmanuel Lincot, Géopolitique du patrimoine. L’Asie d’Abou Dabi au Japon, Paris, MkF, 2021, 118 p.

Et s’il était possible de comprendre les relations internationales à travers une nouvelle grammaire? Le patrimoine s’avère un extraordinaire vivier pour l’élaboration d’une diplomatie nouvelle. Le contexte géopolitique actuel nous incite à repenser le patrimoine non plus sur le mode des représentations postcoloniales, mais bien d’après d’autres critères, moins univoques que le rapport idéologiquement stérile qu’entretiennent à ce sujet les pays du Nord et ceux du Sud. Il importe de voir le monde sous l’angle de l’histoire des relations internationales, des sensibilités d’opinion, mais aussi sous celui de l’art et de la culture comme enjeu mémoriel et politique.

À travers 5 cas emblématiques du continent asiatique (Abou Dabi et son environnement régional; le Monde chinois; le vandalisme en terres d’Islam; le Japon et l’ambivalente question patrimoniale; un patrimoine partagé entre l’Inde et le Pakistan), Emmanuel Lincot aborde la question du soft power aussi bien que des luttes d’influences internationales sous un angle inédit.

Emmanuel LINCOT est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Spécialiste d’histoire politique et culturelle de la Chine contemporaine, il est également Chercheur associé à l’Institut des Relations internationales et stratégiques (IRIS). Il a créé le Master Stratégies muséales et gestion de projet – Asie et a réalisé le premier MOOC sur la géopolitique de la Chine, en partenariat avec France Université Numérique. Il est l’auteur chez MkF de Chine, une nouvelle puissance culturelle ?

Les céramiques chinoises, pièces singulières de la collection François Dautresme par Christophe Comentale

Publication de  : Christophe Comentale, Les céramiques chinoises, pièces singulières de la collection François Dautresme, Paris, Les éditions du Fenouil, 2021.140 p. :  [146] ill. Bibliog. pp. 44-45.

La céramique chinoise reste un des domaines favoris des amateurs des arts du feu. L’approche de cette discipline est à la fois pragmatique – tout un chacun utilise au quotidien des récipients, assiettes, bols, gobelets, vases, jarres, soucoupes, que complexe. Il n’empêche que l’utilitaire est vite rattrapé par les possibilités de choix qui s’offrent à l’amateur face au nombre impressionnant de créateurs talentueux produisant des pièces de toutes sortes. Pièces d’artisanat, utilitaires, presque banales et pièces uniques nées de l’inspiration de créateurs inconnus mais dont le talent est manifeste. C’est le cas de cette céramique chinoise, terme qui, en Chine, inclut toutes sortes de terres, cuites à des températures diverses plus ou moins hautes.

Continuer la lecture de Les céramiques chinoises, pièces singulières de la collection François Dautresme par Christophe Comentale

18 mars 2021 – La science politique à l’épreuve du religieux dans les relations internationales

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Sixième séance : La science politique à l’épreuve du religieux dans les relations internationales  (18 mars 2021)

Compte rendu rédigé par Cécile Dubernet et Sophie Enos-Attali

Invités : Philippe Portier (Groupe Sociétés Religions Laïcités, EPHE-CNRS) et Delphine Allès (Institut National des Langues et Civilisations Orientales-Centre Asie du Sud-Est)

Organisatrices : Cécile Dubernet et Sophie Enos-Attali (FASSE-ICP)

Continuer la lecture de 18 mars 2021 – La science politique à l’épreuve du religieux dans les relations internationales

Parution du n° 158 de Transversalités « La bande dessinée »

Le présent numéro de Transversalités consacre son dossier à la bande dessinée et se met un peu au dessin et à la couleur en accueillant quelques planches d’albums célèbres de Tintin, de Spirou et Fantasio, d’Achille Talon et d’autres encore qui illustrent la vie de Charles de Foucauld ou de saint Vincent de Paul.

À l’exception de Roland Francart dont c’est l’art et le métier, les contributeurs du présent dossier ne sont pas des spécialistes de la bande dessinée. Davantage : aucun n’appartient au même champ disciplinaire. Jean Duchesne est théologien. Jérôme de Gramont est philosophe. Denis Hüe est spécialiste de littérature médiévale. Yves Félix est mathématicien. Mais en acceptant de revenir, crayon en main, sur leur lecture de jeunesse, il faut croire que le vieil homme en eux n’est pas parvenu à éteindre les joies de l’enfant qu’ils étaient. Désormais ils ont beau être grands et tout voir à la bonne hauteur, Hergé, Franquin, Greg ne continuent pas moins d’être des géants à leurs yeux. Des géants qui ont fait le génie de leur art. Loin de leur reprocher d’avoir ignoré le drame de la vie, ne craignons pas de parler sérieusement de leurs œuvres, y compris de l’humour dont elles sont pleines. Ce serait d’ailleurs rater l’essentiel que de laisser penser qu’il est impossible d’écrire sur la bande dessinée autrement que par goût de la plaisanterie ou par goût du paradoxe. Car l’humour est chose aussi sérieuse que le tragique. Peut-être l’est-il plus encore. Car il renvoie à la joie pure d’une enfance à jamais perdue, dont le souvenir demeure, mais déposé et comme disséminé dans les nombreux albums illustrés qui avaient fait notre jeunesse. Ce souvenir attend qu’on les ouvre pour se raviver. Il se pourrait même que le lecteur du présent numéro en reçoive un plaisir redoublé, qui mêle le plaisir amusé de l’enfant au plaisir plus mûr de la réflexion.

Consultation du sommaire du n° 158 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

2020-2021 – Séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » / Réécouter les conférences

Séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » (2020-2021), animé par Camille Riquier (ICP) et Cynthia Fleury (Cnam), en collaboration avec Vincent Puig (IRI), dans le cadre de la Chaire Numérique et Citoyenneté (ICP-ISEP).

7 juin 2021 – Barbara Cassin, « Les maisons de la sagesse à l’ère du numérique »

La septième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 7 juin 2021 de 18h à 20h . Camille Riquier (ICP) et Cynthia Fleury (Cnam) recevront la philosophe Barbara Cassin, membre de l’Académie française.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

4 mars 2021 – Ecclésiologie catholique et débats sur la mondialisation

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Cinquième séance : Ecclésiologie catholique et débats sur la mondialisation  (4 mars 2021)

Compte rendu rédigé par Luc Forestier

Invités : Dominique Iogna-Prat (EHESS-CéSor) et Pavlo Smytsnyuk (Université catholique d’Ukraine, Lviv)

Organisateur : Luc Forestier (Theologicum-ICP)

Lors de la séance du 4 mars 2021, tenue en ligne, Pavlo Smytsnyuk, professeur de théologie à la faculté de philosophie et de théologie de l’Université catholique d’Ukraine (Lviv), directeur de l’Institut d’études œcuméniques, a proposé une réflexion intitulée « Pars pro toto : Who represents universality ? »

Continuer la lecture de 4 mars 2021 – Ecclésiologie catholique et débats sur la mondialisation

13 novembre 2020 – Approches sociologiques et anthropologiques du fait religieux international

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Deuxième séance : Approches sociologiques et anthropologiques du fait religieux international (15 octobre 2020)

Compte rendu rédigé par Landry Védrenne

Continuer la lecture de 13 novembre 2020 – Approches sociologiques et anthropologiques du fait religieux international

Parution du n° 157 de Transversalités « Marcel Jousse »

Le numéro 157 de la revue Transversalités consacre son dossier à la vie et à l’œuvre de Marcel Jousse (1886-1961), éminent savant, prêtre et jésuite qui occupa la chaire d’anthropologie linguistique à l’École d’anthropologie de Paris (1932-1951), et parallèlement, enseigna à la Sorbonne (1931-1957) et à l’École pratique des hautes études (1933-1945). Marcel Jousse n’a pas apporté une contribution originale à la psychologie, la théologie, l’ethnologie, la philosophie, la pédagogie, l’art et l’esthétique, etc., il les a réinventées par rajeunissement d’elles-mêmes. En se situant à la croisée des disciplines, il les a reconduites à leur source qu’est la Parole vive. Aux sciences livresques, il a voulu donner une chair, une vie. Il a inventé une anthropologie nouvelle.

Les cinq contributeurs du présent dossier ont choisi autant d’angles différents pour introduire à sa pensée et donner une idée de la richesse qu’elle contient. Il leur arrive également de faire part de la découverte que Marcel Jousse a été pour eux. Que le lecteur les accompagne et s’inscrive dans leurs pas. Il pourra aussi consulter les archives de Marcel Jousse que l’Institut catholique de Paris vient d’accueillir.

Consultation du sommaire du n° 157 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

10 mai 2021 – Claire Marin, « Les nouveaux récits du soin »

La sixième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 10 mai 2021 de 18h à 20hCamille Riquier (ICP) et Cynthia Fleury (Cnam) recevront la philosophe Claire Marin.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Argument :

Si l’usage d’Internet a profondément modifié le rapport des patients aux connaissances médicales (ou à ce qui se présente comme tel…), jusqu’à perturber les relations patients/soignants, il a aussi fait émerger de nouvelles voix, celles des malades eux-mêmes.

Le récit de l’expérience de la maladie et la place désormais offerte sur les réseaux sociaux aux témoignages de patients sur les pages personnelles ou les comptes d’associations méritent qu’on s’y attarde : ne s’agit-il que d’un redoublement de récits que l’on trouvait déjà sous forme d’ouvrages ou d’interviews, de manière moins visible, mais sous une forme identique ou faut-il y voir un changement important participant d’une meilleure connaissance et d’un effort de vulgarisation des différentes pathologies ? Sommes-nous ainsi en mesure de mieux comprendre le malade et son vécu ? Qu’apportent ces témoignages à ceux qui s’y risquent et à ceux qui les écoutent ?

De manière symétrique, nous interrogerons également l’importance d’autres récits qui se déploient sur les réseaux sociaux et qui permettent de prendre la mesure de la réalité du soin à travers les voix de médecins généralistes, de psychologues rattachés à des structures de soin, de psychiatres, de médecins urgentistes ou d’étudiants en médecine. Quelles sont ces nouvelles formes de narration et que nous apprennent-elles sur l’expérience de la maladie, vécue par le malade et appréhendée par le soignant ? Quel dialogue peut-on espérer de ces récits croisés ?

Intervenante :

Claire Marin est professeur de philosophie en classes préparatoires aux grandes écoles à Paris et membre associé de l’Ecole Normale Supérieure. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’expérience de la maladie et la question du soin, comme Hors de moi (Paris, Allia, rééd. 2018) ou La maladie, catastrophe intime (Paris, PUF, 2014). Son dernier essai, Rupture(s) (Paris, Editions de l’Observatoire, 2019), questionne le sens des épreuves de la vie.

Crédit photographique : Hannah Assouline