Archives de catégorie : Colloques et journées d’études

Extrémisme religieux, violence et contexte éducatif

Depuis la vague d’attentats initiée avec l’assaut de Charlie Hebdo en janvier 2015, les discours sur la      « radicalisation » se sont multipliés dans l’espace public, en particulier autour d’une incompréhension : comment des jeunes, français ou installés en France de longue date, peuvent-ils adopter des positions haineuses à l’égard de ceux qu’ils décrivent comme leurs ennemis, et choisir de pratiquer des actions violentes à leur encontre ? Dans quelle mesure et comment, par ailleurs, l’apparition de certaines positions extrêmes dans le domaine religieux serait alors portée par le motif essentiel d’un gain de sens au cœur d’une identité collective forte ? Une sorte de communauté virtuelle, immédiatement accessible, s’extrait alors de toute notion de territoire, de structure étatique et même d’appartenance familiale. Une forme de rupture générationnelle émerge, et les jeunes se montrent critiques vis-à-vis du modèle religieux parental en se laïcisant, ou, au contraire, en revenant aux «fondements» sur une démarche plus individualiste.

Cela introduit donc directement la question de l’éducation, et notamment l’éducation à la citoyenneté et à la formation des préférences politiques des jeunes en quête de modèle religieux, et en particulier à la manière de créer dans le cadre scolaire des espaces de débats à la fois ouverts et protégés. Que suggèrerait alors à nos communautés éducatives l’émergence de l’extrémisme religieux violent par rapport aux valeurs du « vivre ensemble », et à la transmission qu’elles supposent ?

Les expressions religieuses contemporaines les plus extrêmes s’inscriraient alors subjectivement et collectivement dans ce cadre de déficit des valeurs symboliques partagées qui feraient lien.

Par ailleurs, le monde éducatif est confronté à la problématique émergente du décalage entre discours scientifique et religieux, qui mène dans certains cas au dysfonctionnement de l’institution scolaire (avec notamment le refus de participer à certains cours). Ainsi, la formation citoyenne pourrait s’en trouver entravée. Plutôt que d’empêcher toute expression radicale de la part des adolescents déployant des signes ostentatoires de religiosité, pour qui cela peut constituer une étape dans la construction de la subjectivité politique et religieuse, il conviendrait dès lors de les accompagner vers la prise de position dans un espace pluraliste. La formation des personnels éducatifs à l’interaction avec ces formes d’expression extrémistes est alors à penser, dans un contexte où ils peuvent avoir le sentiment qu’elles dénient la possibilité même d’un lien social.

Ce colloque déploiera ces thèmes en deux temps : le premier jour, destiné à un public plus large, établira un état des lieux de la question, alors que la deuxième journée, plus académique, proposera une confrontation des données amenées par les acteurs de terrain et de celles issues de la recherche académique.

Ce colloque aura lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredi 5 et jeudi 6 juin 2019 .

Inscription gratuite

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.  

Colloque de philosophie “Croyances”

En suivant la pente naturelle de l’épistémologie des croyances, la
philosophie de la religion a depuis quelque temps déjà reposé la question traditionnelle de la nature de la croyance religieuse, de sa structure et de sa syntaxe. C’est en partie que cette épistémologie est normative : si l’on veut décider de la rationalité de la croyance religieuse, encore faut-il se mettre d’accord sur la nature de l’objet ainsi évalué.

Or les différentes traditions qui animent la philosophie de la religion aujourd’hui sont si loin de trouver un accord entre elles sur ce point qu’on peut le considérer l’un des lieux de clivage essentiel, notamment entre ce que l’on a coutume d’appeler les traditions analytique et continentale.

Certes averti que la catégorie de croyance pourrait n’avoir qu’une portée limitée dans l’analyse des phénomènes religieux, dont l’ampleur et la variété, tant historique que culturelle, interdisent toute perspective uniformisante, il serait cependant possible selon les uns d’isoler un noyau propositionnel fondamental correspondant à une attitude épistémique simple du type S croit que p, où p est une proposition constative correctement formée possédant une valeur de vérité.

Conformément à ce réductionnisme méthodologique, le théisme constitue l’ensemble restreint des propositions fondamentales impliquées dans les actes et attitudes religieux et représente généralement l’objet privilégié des questions épistémologiques en philosophie de la religion (question des preuves de l’existence de Dieu, raisons et causes de la croyance, rationalité de l’attitude croyante, etc.).

Cette conception est vivement et régulièrement contestée, comme
relevant d’un gauchissement caractéristique de l’approche épistémologique elle-même, voire positiviste, laquelle emploierait une définition standard de la croyance tout à fait ignorante des spécificités de la « croyance religieuse », ou du moins de certaines d’entre elles. Insistant notamment sur la différence essentielle entre acte de croyance et acte de foi (croire que / croire en), cette contestation peut s’étendre jusqu’à nier la pertinence ou du moins la centralité de la catégorie même de croyance, préférant par exemple une définition en termes existentiels d’engagement, ou jusqu’à lui refuser tout caractère réellement propositionnel, ou encore à douter que les propositions qui la constituent prétendument soient soutenues de façon réaliste.

Une description phénoménologique correcte montrerait à quel point la compréhension des attitudes religieuses en termes de croyance propositionnelle est éloignée de la réalité. Quant à celui qui objecte par exemple qu’on ne peut pas « croire en » sans « croire que » (si je place ma confiance en Dieu, c’est que je crois qu’il existe) et qu’il y a donc de toute manière un noyau propositionnel impliqué dans l’acte de confiance, on répondra que quand même on l’accorderait, on n’aurait pas encore atteint avec cela une attitude spécifiquement religieuse : croire que Dieu existe n’est pas une attitude proprement ou nécessairement religieuse (de même qu’il peut y avoir des attitudes religieuses qui n’impliquent pas de croire que Dieu existe).

Tels seront les enjeux du colloque, qui vise à rassembler les spécialistes français de philosophie de la religion pour établir une véritable confrontation des thèses en la matière. Si l’on a favorisé la division en deux « camps » égaux, l’un analytique et l’autre continental, représenté chacun par cinq intervenants, c’est moins par commodité que, paradoxalement, pour montrer la diversité interne de ces traditions elles-mêmes et susciter à la fois des rapprochements et des divergences inattendus.

Ce colloque de philosophie, coorganisé par Vincent Delecroix (EPHE – PSL), Camille Riquier (ICP, directeur de l’EA 7403) et Yann Schmitt (professeur CPGE), aura lieu les jeudi 16 et vendredi 17 mai 2019 à l’ICP (le 16) et à l’EPHE (le 17).

Inscription gratuite obligatoire

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Persisting Souls in Literature, Art, History, Politics and Philosophy

How does the soul traverse time? When did the soul become the psyche? How is the soul conceived of in cultures around the world and how do such perceptions reverberate in the English-speaking world?
From Plato’s vision of the body as a prison of the soul, soma sema, in Phaedrus, to Foucault’s reverse statement, in Discipline and Punish, that the soul is a prison of the body, the concept has been open to constant reinterpretation.
This conference will consider the ways in which the soul has migrated from its origins in mythology, philosophy, and theology to find new developments and pervade literary and artistic forms as well as historical representations.

Ce colloque, organisé par Delphine Louis-Dimitrov et Estelle Murail, membres de l’EA 7403 ainsi que par Sara Thornton, dans le cadre d’une collaboration entre l’Institut Catholique de Paris, l’Université Paris Diderot, le Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA, UMR 8225) et l’Institut universitaire de France, aura lieu les jeudi 11 et vendredi 12 avril 2019 à l’Institut Catholique de Paris. Les communications seront faites en anglais.

Inscription gratuite

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

 

Politique(s) du secret

Les réflexions portant sur les usages et la signification du secret en politique, et plus généralement sur les rapports entre secret et politique, ont une longue histoire,
théoriquement nourrie. L’importance d’une notion comme celle de Raison d’État qui, de la Renaissance aux travaux de Michel Foucault, a pu constituer l’une des clefs permettant de penser les transformations de la politique moderne n’en constitue qu’un exemple. Or il semble qu’aujourd’hui la question du secret soit quelque peu marginalisée dans la pensée contemporaine. Elle se situe pourtant au cœur de certaines contradictions, sinon de tensions propres à notre époque, tiraillée entre des injonctions de transparence et le développement d’une nouvelle exigence d’un droit au secret, dans la sphère de l’intime ou du privé, mais également dans les sphères de la justice ou de l’information.

Ces tensions sont évidemment accentuées, sinon provoquées par l’essor des technologies de l’information et de la communication, et
plus généralement, par la globalisation. Elles apparaissent exacerbées par les questions de sécurité – notamment, mais pas seulement, dans le cadre de la lutte anti-terroriste. C’est la complexité des usages et des techniques du secret en politique, et plus généralement les significations politiques du secret aujourd’hui,
que cette journée d’étude voudrait aborder dans la pluralité de ses dimensions.

Cette journée d’étude, organisée par Marie Goupy (Institut Catholique de Paris, membre de l’Unité de recherche “Religion, Culture et Société”, EA 7403), Nicolas Poirier (Université Paris-Nanterre) et Pierre-Antoine Chardel (Institut Mines-Télécom Business School et École des Hautes Études en Sciences Sociales) en collaboration avec l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (UMR 8177, CNRS / EHESS) et le LASCO IdeaLab de l’IMT, aura lieu le vendredi 22 mars 2019 à l’Institut Catholique de Paris.

Inscription gratuite obligatoire

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé de la journée d’étude.

 

 

Du monde au désert, l’aspiration à la solitude au XVIIe siècle

Dans la première moitié du XVIIe siècle, un véritable engouement apparaît pour la vie contemplative et solitaire, en dehors des ordres constitués. Cet engouement touche des femmes du siècle, d’anciens militaires, des laïcs, avocats, chevaliers, seigneurs de province, clercs qui tout en souhaitant mener une vie intérieure plus dense et plus contemplative, ne s’engagent pas dans les ordres monastiques. Ils se retirent du monde, totalement ou partiellement, dans des lieux isolés, parfois éloignés des villes et s’engagent au silence, à la prière et à la conversion de leurs mœurs. Ils rejoignent les solitaires de Port-Royal, comme Pierre-Thomas du Fossé, ou fondent pour certains des résidences, comme ce fut le cas de Jean de Bernières-Louvigny, Trésorier du roi de France, membre laïc du Tiers-Ordre franciscain et qui fonda à la fin de sa vie l’ermitage de Caen.

Cet univers de l’entre-deux, du monde au désert, se constitue de façon pérenne dans un contexte encore marqué par le souvenir de la Ligue et bientôt confronté à la Fronde. Il s’élabore dans une période où le sentiment religieux s’individualise et s’approprie la mystique Rhéno-flamande et la Devotio moderna dont la chartreuse de Paris – qui fut une des grandes inspiratrices du désir de retrait du monde – favorisera la diffusion en français. Ces nouveaux convertis s’attachent donc à la contemplation mais aussi à la doctrine de la pauvreté volontaire, dans la mouvance franciscaine, comme Gaston de Renty qui se retirera de la vie militaire, en Normandie, pour se consacrer aux pauvres.

Tous sont attirés par la doctrine de l’abandon véhiculée par les écrits de Benoît de Canfield, de Surin et plus tard de Madame Guyon, ce qui vaudra à certains d’entre eux la méfiance de l’autorité ecclésiale, voire la condamnation pour quiétisme. Il s’agit avant tout de fortes
personnalités qui iront jusqu’au bout de leur projet, parfois en marge des institutions, comme Jean de Labadie.

L’aspiration à la solitude, à travers ses modèles institutionnels, leur dépassement et sa réinvention permanente pose ainsi la question de la liberté de l’homme face aux enjeux de sa foi et de son engagement
sociétal dans un XVIIe siècle commençant, marqué, comme le soulignait Henri Bremond, par l’invasion mystique. Et au-delà des cas de figure étudiés au cours de la première journée, c’est toute une tradition esthétique du retrait du monde qui se laisse percevoir et qui perdurera dans les milieux laïcs où progressivement retraite et contemplation de la nature se rejoignent laissant un patrimoine
architectural et pictural riche qui sera évoqué au cours de la seconde journée.

Ce colloque des 20 ans du CRESC (Centre de recherches et d’études de spiritualité cartusienne), qui aura lieu le 21 mars 2019 à l’ICP et le 22 mars à Port-Royal des Champs, est organisé par Nathalie Nabert, Doyen honoraire de la faculté des Lettres et membre de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et société » (EA 7403) de l’ICP.

Conseil scientifique : Nathalie Nabert, Institut Catholique de Paris, CRESC, Pascal Pradié (osb), CRESC, attaché de recherches au CNRS, CRAHAM, Jean-Robert Armogathe, École Pratique des Hautes  Études, président de la Société d’étude du XVIIe, Gérard Ferreyrolles Paris IV –Sorbonne, Philippe Luez, Conservateur général du patrimoine, Directeur du musée national de Port-Royal
des Champs.

Inscription obligatoire

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Églises en chantier. Justice et justification au cœur de nos pratiques

La Déclaration commune sur la doctrine de la justification, signée en 1999 entre la Fédération luthérienne mondiale et l’Église catholique, a constitué un progrès oecuménique majeur.

Depuis, elle a été signée par le Conseil méthodiste mondial en 2006, par la Communion mondiale d’Églises réformées en 2017, et a été accueillie et reçue par la Communion anglicane en 2017. Pourtant, d’importantes questions de réception se posent dans ces Églises, tandis que d’autres Églises et traditions chrétiennes expriment la volonté salvifique de Dieu en Jésus-Christ à travers des concepts différents tels que synergie, illumination, glorification ou déification (theosis).

À l’occasion des 20 ans de cette Déclaration, le Colloque des Facultés vise à faire un état des lieux théologiques des enjeux bibliques, doctrinaux et pratiques de la compréhension de la justification, à la fois dans les Églises signataires et dans des Églises soucieuses du dialogue.

Dans un esprit d’action de grâce et d’ouverture sur l’avenir, le colloque voudrait explorer l’écho de l’espérance du salut en Jésus-Christ dans nos sociétés diversifiées, confrontées à des
transformations radicales.

Dans un premier temps, nous reviendrons sur la genèse de la Déclaration commune et sa méthodologie de « consensus différencié », ainsi que sur le processus de réception en cours.
Deuxièmement, nous vérifierons la portée de cette déclaration en creusant la tension entre justice et justification au sein de la diaconie
chrétienne dans plusieurs confessions.

Ensuite nous examinerons certaines pratiques liturgiques et catéchétiques des Églises catholiques, orthodoxes et protestantes,
à la lumière de la Déclaration commune.
Nous laisserons l’Écriture sainte nous interpeller avant d’imaginer ensemble les exigences et les possibilités de l’avenir.

Ce Colloque des Facultés, qui aura lieu du 12 au 14 mars 2019 à l’ICP, est organisé par l’Institut Supérieur d’Études Œcuméniques (ISEO) avec l’Institut Protestant de Théologie et l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint Serge .

Inscription obligatoire

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Prédication et noblesse

Colloque international “Prédication et noblesse : réseaux, discours et stratégies de légitimation dans la monarchie hispanique (XVe-XVIIIe siècles)”

Les travaux sur la prédication ont pris, depuis une vingtaine d’années, une place importante dans le domaine de la recherche en Histoire et en Philologie, créant ainsi un espace propice à l’interdisciplinarité méthodologique. D’une manière générale, la prédication dans la monarchie hispanique a été considérée d’une part, comme un acte de communication visant à « remodeler » la religiosité populaire et d’autre part, comme un exercice de sociabilité publique ou un spectacle destiné au « disciplinement » social (Sozialdisziplinierung) et à l’enseignement doctrinal des fidèles.
Parallèlement à ces objectifs qui concernent l’édification morale et l’instruction doctrinale, les études les plus récentes ont insisté sur l’importance de la prédication dans la création et le développement de réseaux sociaux, tout particulièrement parmi les nobles, mais aussi sur l’enjeu du ministère de la parole dans l’analyse de la mobilité ecclésiastique. Il faut se rappeler ici qu’à partir de 1613 – année marquée par les remous produits par la polémique immaculiste en Andalousie -, plusieurs orateurs nourrissent de leur réflexion le débat sur la pureté de sang qui vient légitimer le lignage de la noblesse espagnole véritable. D’autres orateurs ont réussi à faire carrière grâce à leurs relations étroites avec ces réseaux nobiliaires, faisant ainsi des Grands d’Espagne les destinataires privilégiés de leurs prédications. L’augustin Juan de Castro (1547-1611) reçut ainsi la mitre de Santa Fe de Bogotá en 1608 grâce aux bons rapports qu’il entretenait avec la noblesse palatine. Le dominicain Francisco de Posadas (1644-1713) se servit de l’influence des marquis de Las Escalonias ou du IXe duc de Medina Sidonia pour s’assurer l’entrée au couvent d’Escalaceli, à Cordoue.
En prenant en compte les nouvelles approches épistémologiques dans le domaine de l’histoire sociale et à la lumière des différentes sources que l’on peut mobiliser pour approfondir ce champ de recherche (administratives, juridiques, littéraires ou religieuses), la prédication peut également être conçue comme une voie de promotion sociale garantissant à l’orateur une position stratégique dans son univers ecclésial. En partant de ces considérations interdisciplinaires, nous nous attacherons à examiner tout au long de ce colloque, les différents aspects de l’influence exercée par les ministres de la parole dans le processus de légitimation de la noblesse espagnole. L’étude des stratégies et des discours déployés par les ministres de la parole dans l’Espagne de l’Ancien Régime, contribuera à apporter un éclairage nouveau aux questions suivantes :                  quels furent les recours employés en chaire pour la défense de la noblesse ? Quels furent les prédicateurs qui réussirent à pénétrer les cercles nobiliaires ? Quel intérêt put avoir la noblesse en promouvant les prédicateurs ? Furent-ils alors les véritables « bastions » de l’immobilisme social pendant l’Ancien Régime ?

Ce colloque international, qui aura lieu les 8 et 9 janvier 2019 à l’ICP et au Collège d’Espagne, est coorganisé par Águeda García Garrido (Université de Caen Normandie) et Alejandra Testino-Zafiropoulos (Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris).

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Actualité de saint Thomas d’Aquin

L’œuvre de saint Thomas d’Aquin a une immense postérité intellectuelle, qui a laissé sa marque sur huit siècles de christianisme. Par-delà les différents thomismes historiques, elle transcende toute école de pensée et nous parvient dans sa constante nouveauté. Elle peut ainsi renouveler nos questionnements contemporains dans les domaines anthropologique, métaphysique, éthique et théologique.
Ce colloque international nous permettra donc de nous mettre à son écoute dans un contexte d’interrogations inédit. Quelles articulations proposer entre sa pensée et celle d’aujourd’hui ? Comment dire son actualité ?

Ce colloque international organisé par l’Académie catholique de France, la Chaire de métaphysique Étienne Gilson et l’Institut d’Études Médiévales de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » de l’ICP, sous la direction du Professeur Olivier Boulnois, Président de la Chaire de métaphysique Étienne Gilson de l’ICP, aura lieu les 26-27 janvier 2018 à l’Institut Catholique de Paris.

Inscription (gratuite) sur : https://sthomas.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Existe-t-il une mystique médiévale ?

Si la notion de mystique semble aller de soi pour le Moyen Âge, ce semble être par suite d’un malentendu. Car si  l’historiographie du XIXe siècle en particulier flétrit volontiers par ce mot ce qui, dans la littérature médiévale, lui semble sentimental, irrationnel ou extravagant, les auteurs médiévaux se servent quant à eux de l’adjectif «mystique» pour désigner bien autre chose : soit une certaine manière d’interpréter les Écritures et l’histoire sainte (sens mystique), soit une certaine façon de discourir rationnellement sur Dieu (théologie mystique), soit une certaine appartenance des fidèles à la même Église (corps mystique).
Il convient donc de revenir aux textes, en leur posant ces questions. Quand le mot «mystique» est-il employé dans des œuvres médiévales, et quelles significations y revêt-il ? À l’inverse, dans les œuvres médiévales qu’on tend à ranger aujourd’hui sous la catégorie de «mystique» (visions et révélations, écrits dévots, exposés sur la contemplation ou sur l’union à Dieu, écrits inspirés de la Théologie mystique du pseudo-Denys l’Aréopagite, etc.), comment ce qui relève de cette catégorie est-il nommé, défini, compris par les auteurs eux-mêmes ?
Est-il pertinent de distinguer et d’enclore dans un même genre des textes aussi divers, ou d’autres découpages sont-ils préférables à l’intérieur de la littérature religieuse du Moyen Âge ? De la fin de
l’époque patristique aux débuts de la Renaissance, le sens du mot «mystique» et la réalité que nous visons sous ce mot sont-ils restés stables, ou bien ont-ils subi une évolution ? Au fond, peut-on dire que la notion moderne de mystique a son origine dans les temps médiévaux ?

Ce colloque international de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris (Directeur : Dominique Poirel – Déléguée scientifique : Isabelle Moulin) aura lieu les 30 novembre et 1er décembre 2017 à l’Institut Catholique de Paris, amphithéâtre Paul Ricœur (Z16).

Inscription indispensable (gratuite) uniquement sur : https://iemmystique2017.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Vulnérabilités : Relectures critiques à la croisée des disciplines

Le concept de vulnérabilité, qui a fait irruption dans les discours académiques depuis une trentaine d’années, a permis de mettre des mots sur des phénomènes aussi variés que la croissance du sentiment de vulnérabilité physique, psychologique, sociale et
politique dans les sociétés occidentales, le sentiment de déstabilisation culturelle dans des mondes pluralistes, la crise
de la transmission et des institutions, la montée des inégalités sociales et de la violence politique qui accompagne la  mondialisation, ou encore la manipulation sectaire, affective, etc.

L’analyse politique et sociale de la vulnérabilité concrète révèle néanmoins la multiplicité des réalités singulières, et l’ambiguïté de l’interprétation comme le démontre par exemple l’essor de la victimisation des individus, ou encore les différentes façons d’aborder la vulnérabilité des migrants.

Ce colloque sur la vulnérabilité clôture un travail interdisciplinaire de plusieurs années au cours duquel théologiens, philosophes, juristes, sociologues, politistes et historiens ont partagé les apports de leur discipline sur la notion. Ils ont mis en évidence tant la
polysémie du terme que des ambiguïtés axiologiques, l’usage préférentiel de certains champs lexicaux, enfin les manières dont le concept traverse les disciplines. A la croisée des domaines de
recherche, le colloque portera donc un regard critique sur le surgissement de cette notion sur la scène sociale et dans le champ des disciplines académiques. En particulier seront distinguées et articulées la vulnérabilité de l’individu et celle des institutions. En chaque lieu étudié, nous nous attacherons à définir le sens du terme de « vulnérabilité », selon les différentes épistémologies impliquées, mais aussi à en cerner les ambiguïtés, et la manière dont il suscite déplacements et réflexions au cœur de nos champs de recherche respectifs.

Enfin, comme la vulnérabilité désigne des frontières communes à nos disciplines, cette question amène non seulement à croiser les intuitions propres à nos champs de recherche, mais aussi à penser l’interdisciplinarité de manière différente. La vulnérabilité se révèle donc comme un système, une grille de lecture qui impose une épreuve – au sens où celle-ci est aussi « épreuve de vérité » – et révèle ainsi le « travail » et les fruits de l’interdisciplinarité.

Ce colloque international de l’unité de recherche “Religion, Culture et Société” – EA 7403, pôle de recherche “Éthique, Morale et Institutions” aura lieu les 7 et 8 décembre 2017 à l’Institut Catholique de Paris, amphithéâtre Paul Ricœur (Z16).

Inscription indispensable (gratuite) uniquement sur : https://vulnerabilites2017.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Aux commencements. Création et temporalité dans la Bible et dans son contexte culturel

bibleetorient_affiche_201702_2016111-page-001La Bible et les littératures de l’Orient ancien contiennent des traditions et des récits qui racontent les origines de l’univers et des commencements dans l’histoire, mais aussi l’achèvement de périodes historiques, voire l’accomplissement du temps de l’histoire ou de l’univers. Tous ces textes, dans leur diversité, conduisent à s’interroger sur le rapport entre origines, commencements, temps de
l’histoire et achèvements.
Les Traditions d’Israël en particulier dessinent un cadre temporel dans lequel elles inscrivent les événements fondateurs de l’identité théologique du peuple. Ce cadre temporel déploie, entre des récits de commencements et des ouvertures eschatologiques, un « temps
de l’histoire », qui n’est pas simplement linéaire, mais marqué par des fractures et des ruptures.
Le colloque aura pour but de montrer comment les récits de la Bible ou des civilisations environnantes racontent les commencements, les origines mais aussi la fin, et comment, à travers leur traitement de la temporalité, ils « construisent » des théologies, des identités et des visions du monde.
Il cherchera notamment à souligner les articulations qui existent entre la périodisation de l’histoire et la révélation du Dieu d’Israël.

Ce colloque international aura lieu les 27 et 28 février 2017 à l’Institut Catholique de Paris. Le comité scientifique est composé d’Olivier Artus (ICP), de Corinne Lanoir (Institut Protestant de Théologie, Paris), de Sophie Ramond (ICP) et de Christopher Seitz (Toronto School of Theology, Wycliffe College).

Inscription indispensable et paiement uniquement sur : https://auxcommencements.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

De la Révélation. Lectures philosophiques et théologiques

Sous son aspect de catégorie née dans laDe la Revelation période moderne, la notion de Révélation s’apparente à d’autres catégories apparues à la même
époque. Ainsi en va-t-il de l’ontologie, de la distinction entre metaphysica generalis et metaphysica specialis, de theologia naturalis, d’apologétique.
La théologie, privée de « ratio », se voit contrainte de dédoubler son épistémologie, en prenant pour norme une distinction d’origine lointainement kantienne, la distinction entre objet formel et objet matériel, La Révélation s’identifiant dès lors à une série ordonnée de revelata, de vérités à croire dont les signes probants sont assurés par des critères externes de crédibilité. Soumis à des interdits issus des nouvelles conditions d’exercice de la raison, ce qu’il y a de plus théologique dans la théologie se voit soumis à une impossibilité de droit et de fait.
Parce que cette question s’inscrit dans une histoire, il s’agira au cours de ce colloque d’en suivre les mutations et de se demander si les avancées récentes, tant du côté de la philosophie que de la théologie, ne conduisent pas à une sortie de cette impossibilité. Du côté de la philosophie avec la phénoménologie, qui trouve avant tout ses ressources dans ce qui se montre et se donne. Et du côté de la théologie, dans le sillage des voies ouvertes par la Constitution
dogmatique Dei Verbum du Concile Vatican II.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Cervantes et Shakespeare : regards croisés

Shakespeare et CervantesAuteurs phares dont l’œuvre s’écrit à la charnière des 16e et 17e siècles, l’un dans l’Angleterre élisabéthaine et jacobéenne, l’autre dans l’Espagne du Siècle d’Or, Shakespeare et Cervantes sont contemporains l’un de l’autre et meurent la même année en 1616.
Des regards croisés entre ces deux auteurs que Victor Hugo considérait à juste titre comme des « hommes océans » seront
échangés à l’occasion de ce colloque interdisciplinaire qui commémore le 400e anniversaire de leur mort en avril 1616.
Enfants de deux puissances rivales, leur œuvre se construit comme un miroir imaginaire de l’histoire, mêlant délibérément fiction et réalité dans un contexte politique et social qui suggère une vision comparatiste du monde européen envisagée sous ses aspects politiques, sociaux, littéraires, artistiques et musicaux.
À partir des travaux de Roger Chartier sur Cardeño, différentes communications interrogent les œuvres des deux écrivains, tant du point de vue de leurs inspirations respectives, de leurs liens spécifiques avec leurs personnages devenus mythiques, que
de la place qu’ils accordent au rêve, au réel et à l’irrévérence.
Enfin une place spécifique sera consacrée à la perception éditoriale et posthume en Europe et outre-Atlantique de ces deux grands modèles de la littérature européenne.

Ce colloque international, qui aura lieu du 20 au 22 avril 2016 à l’ICP et à l’Instituto Cervantes, est coorganisé par Ineke Bockting et Béatrice Fonck (Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris), Pascale Drouet (Université de Poitiers) et l’Instituto Cervantes de Paris.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Colloque de philosophie : « Descartes et la phénoménologie »

Ce colloque international, qui aura lieu du 3 au 5 février 2016, est coorganisé par la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, l’Université de Paris-Sorbonne, l’ENS, l’UMR 8547 Archives Husserl et l’Académie Polonaise des Sciences.

Philosophes européens spécialistes de Descartes et chercheurs phénoménologues se retrouvent pendant trois jours à Paris pour faire le point sur le dialogue à travers le temps entre deux penseurs majeurs de notre humanité : Descartes et Husserl.

Avec Camille Riquier, Dominique Pradelle, Wojciech Starzynski, Veronica Cibotaru, Arnaud Dewalque, Nicolas de Warren, Roland Breeur, Csaba Olay, Dan Arbib, Grégori Jean, Renaud Barbaras, Emmanuel de Saint Aubert, Piotr Schollenberger, Róbert Karul, Andrzej Gniazdowski, Karol Tarnowski, Karel Novotný, Olivier Dubouclez, Alexandre Guimarães Tadeu de Soares, Claudia Serban, Jean-Luc Marion de l’Académie française.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Colloque international de l’Institut d’Études Médiévales : La liberté au Moyen Âge

Colloque IEM 2015Colloque international de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris, organisé les 27 et 28 novembre 2015 sur le thème: “La liberté au Moyen Âge”.

Directeur : Olivier Boulnois – Déléguée scientifique : Isabelle Moulin

La question de la liberté est d’abord historique. Le concept de liberté désigne d’abord une réalité sociale : est libre celui qui jouit de certains droits, et qui n’est pas esclave. Qui est libre ? Sous quel point de vue ? Et quand cesse-t-on de l’être ?

On parle également de libertés politiques pour certaines cités jouissant de franchises. Quelles sont ces libertés (au pluriel) ?

Mais on ne peut poser la question sans faire entrer en ligne de cause la question philosophique du libre arbitre. Dans quelle mesure l’action humaine échappe-t-elle à la contrainte (ce qui rejoint le problème des conditions politiques de la liberté) ? Un agent n’est-il libre que si s’offrent à lui des alternatives contingentes (problème logique des futurs contingents) ? Un agent est-il libre si son action n’est pas déterminée par des causes (problème physique du déterminisme) ? Un agent peut-il être à la fois libre et incapable de faire le bien (problème moral de l’impuissance) ?

Cette problématique se double d’une dimension théologique. Un agent est-il libre si son action est prévue d’avance par la connaissance que Dieu en a (problème de la prescience divine) ? Un agent peut-il agir librement, si Dieu l’a prédestiné à agir (problème de la prédestination) ? Un agent peut-il agir droitement, si son action n’est pas soutenue par l’aide de Dieu (problème de la grâce) ?

Parce qu’elle pose à la fois la question de la responsabilité, celle du déterminisme, celle de l’éthique et celle de l’action divine dans l’histoire, la question de la liberté au Moyen Âge est fondamentale. Nous espérons que ce colloque, reposant sur un dialogue entre historiens, historiens des doctrines, philosophes et théologiens, permettra d’avancer de manière décisive sur ces questions.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.
Inscriptions : https://colloque-iem-2015.eventbrite.fr