Archives de catégorie : Colloques et journées d’études

21 février 2022 – Journée d’étude “Les expressions du corps et de l’esprit / Las expresiones del cuerpo y del alma”

En collaboration avec l’Universidad de Oviedo, la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris organisé la journée d’étude le 21 février 2022 “Les expressions du corps et de l’esprit / Las expresiones del cuerpo y del alma“.

Télécharger le programme

18 mars 2022 – Dialogue autour de Hors phénomène d’Emmanuel Falque

La Faculté de Philosophie de l’ICP organise un colloque autour du dernier essai du professeur et philosophe Emmanuel Falque : Hors Phénomène.

 

Programme

Télécharger le programme

14h : Ouverture, Camille Riquier (ICP)

14h15 : Une tempête sous un crâne, Emmanuel Falque (ICP)

14h45 : Hors monde ?, Renaud Barbaras (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

15h45 : Plus vieux que le monde : trauma, séparation et hétéronomie, Danielle Cohen-Levinas (Archives Husserl, ENS-CNRS)

17h : La solitude est-elle extra-phénoménale ?, Paul Audi (Université Sorbonne Paris-Descartes)

Présentation du livre

« Maladie, séparation, mort d’un enfant, catastrophe naturelle, pandémie » – Ça me tombe dessus, sans savoir pourquoi ni comment. Comme un démon qui m’étreint, « ça » m’empoigne et me détruit, j’assiste à mon emportement sans avoir rien, ni personne, à accuser ou à qui me raccrocher. Me voilà seul comme un bateau ivre à la dérive, d’une solitude extrême dont le noyau infrangible m’apprend aussi que j’en suis constitué. L’abîme demeure toujours là, impossible à occulter.

Dans le Hors phénomène, ni « infra-phénoménal » (propédeutiques à la phénoménalité) ni « supra-phénoménal » (phénoménologies de l’excès ou du débordement), c’est le « dehors » qui prime. Défait de mes catégories, ou plutôt « hors catégories », je n’ai plus qu’à m’inventer autrement. Ce n’est pas de sortir de la crise qu’il faut espérer, ni même de restaurer une ouverture qu’on aurait oubliée. Il s’agit plutôt d’y être autrement, comme si le trauma nous rappelait philosophiquement à l’essence de notre humanité, en guise d’être toujours transformé.

Présentation de l’auteur

Emmanuel Falque, doyen honoraire de la Faculté de philosophie de l’Institut catholique de
Paris, est spécialiste en philosophie patristique et médiévale, philosophie de la religion et phénoménologie. Il est l’auteur de nombreux livres parus en France et traduits à l’étranger, en particulier aux Etats-Unis.

Questions pratiques

Événement accessible en présentiel et visioconférence.
Pour les personnes en distanciel le lien de connexion sera envoyé une heure avant le début de l’événement.

  • Date : vendredi 18 mars 2022
  • Horaires : de 14h à 18h
  • Adresse : Institut Catholique de Paris – Entrée au 74 rue de Vaugirard
  • Salle : Amphithéâtre Paul Ricoeur – Z16
  • Sur inscription obligatoire
  • Passe sanitaire exigé

21-22 février 2022 : Colloque autour de “L’Appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique” (2019) de Renaud Barbaras

Institut Catholique de Paris, Faculté de Philosophie : Colloque autour du livre “L’Appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique” (2019) de Renaud Barbaras

Organisation : Camille Riquier et Charles Bobant

Argument : Par ses thèmes, sa conceptualité, par sa densité philosophique, le livre L’Appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique publié en 2019 peut être tenu pour le point d’aboutissement, sinon charnière, du cheminement intellectuel de Renaud Barbaras. Dans le même temps l’ouvrage, commandé par l’impératif d’éliminer tout dualisme résiduel, apparaît comme en rupture vis-à-vis d’un certain nombre d’acquis des textes antérieurs, tels que le partage de la cosmologie et de la métaphysique, la dualité de l’archi-mouvement et de l’archi-événement ou la distinction entre vivant et non-vivant.

Les 12 intervenantes et intervenants du colloque (L. Ascarate, C. Bobant, É. Boublil, A. Deudon, E. Falque, C. Furtwängler, M. Goy, T. Gress, G. Jean, C.-A. Mangeney, É. Pinat, C. Riquier) se donnent pour objectif d’interroger cette évolution théorique et la place de L’Appartenance au sein de l’élaboration philosophique de Renaud Barbaras.

Présentation de Renaud Barbaras : Renaud Barbaras est professeur de philosophie contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de phénoménologie, il est l’auteur d’une œuvre philosophique significative reconnue au niveau international et plusieurs fois récompensée. L’ouvrage L’Appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique (Peeters) correspond aux leçons qu’il a données dans le cadre de la Chaire Cardinal Mercier de l’Université Catholique de Louvain en mars 2019.

 

Télécharger le programme

 

Programme
Lundi 21 février 2022
Présidence : Camille RIQUIER
9h
Grégori JEAN
Université Côte d’Azur
« Franchir le mur ? »
10h
Étienne PINAT
Académie d’Orléans-Tours
« Barbaras et Jaccottet. Poétique de la déflagration »
11h
Mathias GOY
Académie de Reims
« L’Appartenance entre phénoménologie et cosmologie »

12h -14h : Pause

Présidence : Grégori JEAN
14h
Charles BOBANT
Institut Catholique de Paris
« Le problème métaphysique du monisme »
15h
Circé FURTWÄNGLER
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
« La phénoménologie et le problème du panthéisme »
16h
Charles-André MANGENEY
École Normale Supérieure de Lyon
« Du ‘‘dehors claustral’’ à l’appartenance : l’archi-événement et la signification phénoménologique de son dépassement »

Mardi 22 février 2022
Présidence : Charles BOBANT
9h
Emmanuel FALQUE
Institut Catholique de Paris
« ‘‘En être’’ et ‘‘y être’’ »
10h
Luz ASCARATE
Université de Franche-Comté
« L’éclatement du monde »
11h
Thibaut GRESS
École Normale Catholique Blomet
« Ex situ : être à part de l’appartenance »

12h-14h : Pause

Présidence : Emmanuel FALQUE
14h
Élodie BOUBLIL
Université Paris-Est Créteil
« Variations sur la profondeur »
15h
Camille RIQUIER
Institut Catholique de Paris
« Appartenance, participation et déflagration »
16h
Aurélien DEUDON
Université de Rouen
« L’Appartenance : un nouveau paradigme pour penser les vivants et leurs différences »

L’événement aura lieu à l’Institut Catholique de Paris (amphi René Rémond). Il pourra être suivi en distanciel. Inscription obligatoire : https://www.eventbrite.fr/…/billets-lappartenance-vers…

L’ouvrage sur le site de l’éditeur : https://www.peeters-leuven.be/detail.php…

Découvrir la pensée de Renaud Barbaras : http://www.continents-interieurs.info/

26-27 novembre 2021 – Colloque “Hommage à l’œuvre de Jean-Louis Chrétien”

Colloque organisé en partenariat avec la Sorbonne Université pour rendre hommage au philosophe, poète et théologien Jean-Louis Chrétien.

 

Inscription obligatoire

Télécharger le programme

Deux colloques en hommage à l’œuvre de Jean-Louis Chrétien auront lieu au cours de l’année académique 2021-2022. Bien que séparés dans le temps et dans l’espace, ils ont été conçus ensemble et doivent s’entendre comme les deux volets d’un seul et même événement, organisés, pour l’un, par Sorbonne université et l’ICP (26 et 27 novembre 2021, E. Cattin et C. Riquier) et pour l’autre, par l’université de Caen-Normandie et l’IMEC (21 et 22 avril 2022, J. Laurent et F. Bordes).

L’ICP et Sorbonne Université ouvrent en co-partenariat ce premier colloque en hommage à l’œuvre du philosophe, poète et théologien Jean-Louis Chrétien.

Deux journées consacrées à la célébration de l’un des plus grands philosophes de sa génération.
Intervenants :

26 novembre :

  • Emmanuel Falque , Faculté de Philosophie, ICP
  • Philippe Grosos, Université de Poitiers
  • Catherine Chalier, Université Paris-Nanterre
  • Camille Riquier, Faculté de Philosophie,ICP
  • Fabrice Hadjadj, Directeur Institut Philanthropos
  • Paul Slama, Université de Namur, Belgique
  • Jean-Luc Marion, professeur à l’université de Chicago, professeur émérite de l’université Paris-Sorbonne, membre de l’Académie française

27 novembre :

  • Jean Greisch, Faculté de Philosophie, ICP
  • Anne de Saxcé, Lycée Camille Saint-Saëns
  • Olivier Boulnois, École Pratique des Hautes Études
  • Vincent Carraud, Sorbonne université),
  • Emmanuel Cattin, Sorbonne université
  • Thomas Aït-Kaci, Sorbonne université
  • Laurent Villevieille, Archives Husserl de Paris
  • María Guibert Elizalde, Universidad de Navarra

Accès :

Vendredi 26 novembre 2021
La séance se déroule à l’ICP
L’entrée se fait au 24 rue de la Vaugirard, 75006Paris
Accès : bâtiment Z – Amphithéâtre René Rémond – W22

Samedi 27 novembre 2021
La séance se déroule à Sorbonne Université
L’entrée se fait au 17 rue de la Sorbonne,75005 Paris
Accès :  Amphithéâtre Le Verrier

Passe sanitaire obligatoire

2 décembre 2021 – Journée d’étude “2 Samuel / 2 Règnes”

Le pôle “Bible et Orient” de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société”, en partenariat avec Sorbonne Université et l’UMR 8167 “Orient et Méditerranée”, organise le 2 décembre 2021 la journée d’étude “2 Samuel / 2 Règnes : textes, histoire, réceptions”.

Inscription obligatoire

Le deuxième livre de Samuel (« II Règnes » dans la Septante) est consacré à l’arrivée au pouvoir et au règne du roi David, événement central dans l’histoire de la royauté en Israël. Le texte, transmis en différents états (texte massorétique, fragments qumrâniens, plusieurs traductions grecques, latines et orientales), fait partie des « livres historiques » de la Bible et présente à cet égard une valeur documentaire considérable et en même temps problématique.

Cette journée d’étude sera l’occasion de réunir philologues, historiens et spécialistes de l’exégèse pour confronter leurs approches, identifier les grands problèmes que pose ce livre biblique, et évoquer quelques jalons de l’histoire du texte et de son interprétation.

La journée d’étude se tiendra uniquement en présentiel le matin à l’Institut Catholique de Paris et l’après-midi en Sorbonne.

Première partie : texte(s) et histoire

Institut Catholique de Paris, Maison de la recherche, salle des séminaires, 74 rue de Vaugirard, Paris 6e

9.00-09.40
Daniel Bodi (Sorbonne Université) : « L’image de la femme avisée dans la Bible et au Proche-Orient ancien (II Samuel 14, la femme de Téqoa) »

09.40-10.20
Béatrice Oiry (Institut catholique de Paris) : « Formes et fonctions narratives de 2 Samuel 21-24 »

10.20-10.40 Pause café

10.40-11.20
Matthieu Richelle (Université catholique de Louvain) : « Les sections ouvertes et fermées comme témoins de la sensibilité narrative des Massorètes : l’exemple de 2 Samuel »

11.20-12.00
Tuukka Kauhanen (University of Helsinki) : « The Antiochian Text in the Critical Edition of 2 Kingdoms/2 Samuel »

12.00-12.40
Philippe Abadie (Université catholique de Lyon) : « Relecture de la figure David dans le livre des Chroniques : le roi devenu chantre »

 

Seconde partie : les réceptions de II Samuel

Après-midi 14h-18h : Sorbonne Université, salle des Actes, 54 rue Saint-Jacques, Paris 5e

14.00-14.40
Sébastien Morlet (Sorbonne Université) : « Le premier commentaire conservé sur II Samuel : les Questions-Réponses de Théodoret de Cyr (Ve s.) »

14.40-15.20
Gilbert Dahan (Ecole pratique des Hautes Etudes / UMR 8584) : « La critique textuelle de 2 Samuel (Vulgate) dans les correctoires du XIIIe siècle »

15.20-16.00
Jean-Pierre Rothschild (Ecole pratique des Hautes Etudes) : « Le roi David chez Isaac Abrabanel (1437-1508). Historiographie et politique »

16.00-16.20 Pause café

16.20-17.00
Jérôme Cottin (Université de Strasbourg) : « Iconographie de David roi : polyphonies figuratives »

17.00-17.40
Aurélia Hetzel (EA 7347 Histara) : « Echos littéraires de l’histoire de Tamar (2 Samuel 13) »

17.40-18.00
Conclusions

Organisateurs

  • Sébastien Morlet, Sorbonne Université
  • Béatrice Oiry, Institut Catholique de Paris

20 octobre 2021 – Journée d’étude “Les expressions du corps et de l’esprit”

Journée d’études internationale Faculté des Lettres (Institut Catholique de Paris) / Université d’OVIEDO 

Les expressions du corps et de l’esprit

Las expresiones del cuerpo y del alma 

Espagne-France

Lors de cette journée, il s’agira d’étudier et d’analyser les actions permettant d’exprimer et de communiquer par la parole, le geste, les mots, l’image, le travail de la pierre, les constructions rhétoriques et les écrits intimes, les manifestations du corps (corps physique, corps psychique) et de l’âme. Nous essayerons de répondre aux interrogations qui nourrissent les travaux de recherche des intervenants: Comment dire les sentiments ? quelles tournures peuvent prendre dans une langue (français/espagnol) les expressions de l’esprit ? comment le corps et l’esprit s’inscrivent dans l’architecture, la peinture ou la sculpture ? de quelle manière on rend figuratif ce qui ne l’est pas vraiment ? comment l’écrivain transmet-il ses émotions dans ses écrits intimes ? en quoi la gestuelle du corps traduit l’exaltation ou la tristesse de l’âme ? Comment les facteurs extérieurs (culturels, historiques, sociaux…) peuvent intervenir dans lesdites expressions ?

André Chastel dans son magnifique essai sur le geste dans l’art nous parle d’une perspective physiognomonique par laquelle un geste expressif devient « le porteur privilégié de la charge psychologique ». Lors de ces journées, nous nous attacherons à déceler les différentes formes de ces expressions littéraires, artistiques, corporelles et psychologiques qui transmettent un message dont nous essayerons de comprendre la nature, la raison, et l’impact à travers les différentes approches et disciplines convoquées.

22 octobre 2021 – Colloque “Centenaire de la Phénoménologie de la vie religieuse de Heidegger”

La Faculté de Philosophie célèbre le centenaire de La Phénoménologie de la vie religieuse (1918-1921) du jeune Martin Heidegger.

La Phénoménologie de la vie religieuse (1918-1921) du jeune Martin Heidegger est un événement, peut-être même le plus grand événement, en matière de philosophie de la religion au XXème siècle. Célébrer son Centenaire (1921 / 2021) n’est pas que revenir vers le passé, mais ouvrir un avenir.

Expérience facticielle de la vie

Ici naît, à Fribourg-en-Brisgau, l’idée de l’« expérience facticielle de la vie » dans un cours d’introduction à la phénoménologie de la religion (1920-1921). Ici surgit, pour la première fois, la possibilité d’une interprétation phénoménologique des épîtres de saint Paul (en particulier les Galates et les Thessaloniciens).

Ici se donne à lire, de façon inattendue, une interprétation phénoménologique des Confessions de saint Augustin (1921).

Les fondements de la mystique médiévale (1818-1919)

Ici se renouvelle toute l’approche du Moyen Âge en des notes de cours sur Les fondements de la mystique médiévale (1818-1919). Hodie legimus in libro experientiae – « aujourd’hui nous lisons au livre de l’expérience ». Cette note du Sermon 3 sur le Cantique de saint Bernard, recopiée et commentée par le jeune professeur, résume à elle seule l’ambition ici revendiquée. L’avons-nous véritablement reçue ? Rien n’est moins sûr. Il est probablement à notre charge, un siècle plus tard, de l’assumer, de la faire vivre, et de la poursuivre.

Programme

Avec la participation de :

  • Matinée :

Présidence Jérôme de Gramont, Faculté de philosophie, ICP

Vincent Holzer, Vice-recteur à la Recherche, Institut catholique de Paris

Jean Greisch, Professeur émérite, Faculté de philosophie, ICP

Christian Sommer, Archives Husserl, Paris

Claudia Serban, Université Jean Jaurès, Toulouse

  • Après-midi:

– Présidence Camille Riquier, Doyen, Faculté de philosophie, ICP

Stefano Bancalari, Université de la « Sapienza », Rome

Sylvain Camilleri, Université catholique de Louvain

– Emmanuel Falque, Faculté de philosophie, ICP

Inscription obligatoire

7-8-9 octobre 2021 – Colloque “L’idée de la phénoménologie”

Colloque “L’idée de la phénoménologie”
Université Côte d’Azur
MSH Sud-Est, campus Saint Jean d’Angély
« Salle plate »
7-9 octobre 2021

L’idée de la phénoménologie — c’est sous ce titre que, en 1907, Husserl décida de rendre publique, dans une série de Leçons demeurées célèbres, cette manière de faire de la philosophie dont il avait mûri les idées directrices depuis la publication du premier volume des Recherches logiques.

« L’idée de la phénoménologie » — c’est également sous ce titre que les intervenants de ce colloque, qui tous participent, depuis de nombreuses années, à l’actualité des recherches phénoménologiques, seront encouragés à présenter l’idée qu’ils se font de ce qu’ils font effectivement lorsqu’ils font ce qu’eux- mêmes nomment « de la phénoménologie » — afin de rendre possible un dialogue voire une confrontation entre de telles « idées » et d’examiner leur possible unification sous un paradigme commun.

Jeudi 7 octobre 2021

10h30 — Ouverture du colloque

11h00 — Etienne Bimbenet : « Une arrière-pensée anthropologique sur le geste phénoménologique ».
12h00 — Laurent Perreau : « La phénoménologie en pratique »

14h30 — Rudolf Bernet : « La force passive-active de supporter et de souffrir »
15h30 — Philippe Cabestan : « Une phénoménologie des psychoses est-elle possible? »

17h00 — Natalie Depraz : « Phénoménologie de la micro-phénoménologie »

Vendredi 8 octobre 2021

9h30 — Dominique Pradelle : « L’idée de la phénoménologie au miroir de la conscience des idéalités mathématiques »
10h30 — Inga Römer : « Que sont les choses mêmes ? Du tournant herméneutique de la phénoménologie »
11h30 — Jean-François Lavigne : « Le présupposé phénoménologique »

14h — Emmanuel Falque : « Hors phénoménologie ? »
15h — François-David Sebbah : « Tournants de la phénoménologie »

16h30 — Françoise Dastur : « Pour une phénoménologie de l’inapparent »

Samedi 9 octobre 2021

10h — Bruce Bégout : « Phénoménologie ou phénologie ? Du discours de l’apparaissant au discours de l’apparaître »
11h — Grégori Jean : « L’impuissance de l’apparaître »

14h — Alexander Schnell : « La créativité en phénoménologie »
15h — Claude Romano : « L’idée d’appartenance »

16h30 — Renaud Barbaras : « Vers une cosmologie phénoménologique »

27-28 mai 2021 : colloque Analogie et expérience. L’homme et le Dieu qu’il cherche

Le pôle “Philosophie et Théologie” de l’Unité de Recherche de l’Institut Catholique de Paris organise les 27 et 28 mai 2021 un colloque interdisciplinaire intitulé “Analogie et expérience. L’homme et le Dieu qu’il cherche“. L’événement se tiendra intégralement en visioconférence.

Inscription obligatoire

Télécharger le programme complet

La deuxième décennie du XXe siècle voit étonnamment converger, chez le philosophe (Martin Heidegger) et le théologien (Karl Barth), deux jugements identiques à propos de l’analogie de l’être. Elle ne représente pas toute forme d’analogie, elle n’est qu’un moment de son histoire, et pourtant c’est ce moment qui marque à la fois une « rupture » et un « commencement ». Le colloque se saisira de cette rupture, en en analysant la généalogie lointaine, puis s’emparera du « commencement », de ses promesses et de ses impasses. Dans la mesure où l’analogie a longtemps servi de mesure conceptuelle et langagière pour dire Dieu et l’homme dans leur incommensurable différence et leur possible rencontre, il conviendra d’en évaluer la trajectoire possible, à l’écoute de nouvelles voix, et parmi celles-ci, la contre-épreuve de l’expérience qui affole les mesures analogiques et les proportions toutes faites, sans pour autant les annuler ni les rendre vaines. Histoire, interprétation et expérience constitueront comme un triptyque pour penser, dire et éprouver l’homme et le Dieu qu’il cherche.

24-25 mars 2021 : colloque d’anthropologie L’Avenir : critique, résistance, utopie

Les 5 universités catholiques de l’UDESCA (l’Institut Catholique de Paris, l’Institut Catholique de Toulouse, l’Université Catholique de Lille, l’Université Catholique de Lyon et l’Université Catholique de l’Ouest) co-organisent les 24 et 25 mars 2021 un colloque interdisciplinaire d’anthropologie prospective, intitulé “L’Avenir : critique, résistance, utopie”, qui se tiendra en visioconférence.

Inscription obligatoire

Télécharger le programme complet

L’AVENIR nous a souvent fasciné comme horizon d’attente et objet d’espérance. Entre les découvertes remarquables et les sidérations dues aux violences de l’histoire mondiale et à la prise de conscience du désastre environnemental, comment inventer un avenir à l’heure de l’anthropocène ? Comment penser l’avenir dans un temps suspendu par les crises sanitaire, économique et géopolitique.

L’avenir sera-t-il pris en charge par une démesure techno-économique ? L’avenir serait-il en train de disparaître (effondrement) ? Et si l’avenir exigeait de travailler sur les bouleversements des temporalités et des conditions d’habitabilité de la terre ? Face à la violence, à l’inefficacité, au leurre, et si l’avenir était le fruit d’une résistance, d’une critique et d’une utopie ?

C’est cette dernière proposition qui sera mise au travail au cours de ce colloque. Comment penser l’articulation entre ces trois fonctions ? Posture critique vis-à-vis de la modernité ; posture utopiste pour continuer, raisonnablement ou pas, d’espérer ; posture résistante par son ancrage dans le réel et dans les combats actuels. En somme, tenir dans l’opposition (résistance) à partir de ce qui est identifié comme posant question (critique) pour que l’avenir espéré puisse advenir (utopie).