Archives de catégorie : Colloques et journées d’études

18-19 mars 2021 – Colloque Repenser la Rétribution

Le Pôle de Recherche “Bible et Orient” de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” de l’ICP organise les 18 et 19 mars 2021 le Colloque “Repenser la Rétribution (Rethinking retribution)”.

Télécharger le programme complet

Inscription obligatoire

L’idée de rétribution semble bien inscrite dans les textes bibliques et les littératures du Proche-Orient ancien. Elle est pourtant tellement familière dans le monde occidental et la culture judéo-chrétienne, qu’elle est parfois utilisée indûment pour caractériser le contenu de textes ou qualifier leur théologie.

C’est pourquoi, un premier colloque, les 7-8 janvier 2020 a procédé à un travail de déconstruction, qui ne tenait pour acquis ni la définition de l’idée de rétribution, ni le corpus des textes de la Bible ou des cultures environnantes qui en traiteraient. L’objectif était de tenter de clarifier l’idée de rétribution et de procéder à des enquêtes philologiques et lexicales qui permettent d’en proposer une définition raisonnée.

Il en est ressorti que la rétribution apparaît le plus souvent dans le contexte d’une réflexion plus large sur le mal et qu’elle est, dans les textes bibliques, moins présente que ce qu’on pourrait penser de prime abord. La Bible fait plus souvent droit à la perspective d’une justice divine réparatrice, non proportionnelle à l’acte commis. Quand les évocations d’une justice divine pourraient laisser place à l’idée de rétribution, cette dernière est articulée à celle de miséricorde, de justification, de pardon ou de grâce.

Plusieurs questions ont émergé au fil des différentes interventions, en fonction desquelles quatre axes ont été retenus pour le colloque des 18-19 mars 2021 :

    1. Les représentations littéraires et plastiques de la rétribution
    2. Fonctions des recours à la rétribution et registres de discours
    3. Peut-on se passer de la rétribution ?
    4. La justice divine : mesure ou excès ?

30 novembre 2020 – L’Église en état d’urgence. Droit canonique et gestion de la pandémie de la Covid-19

Le 30 novembre 2020, de 9h à 17h, se tiendra la journée d’études « L’Eglise en état d’urgence. Droit canonique et gestion de la pandémie de la Covid-19 » en visioconférence.

Téléchargez le programme complet de la journée d’études

Inscription à l’adresse suivante : https://eglise_en_etat_durgence.eventbrite.fr (date limite : 25 novembre 2020)

Argument : La crise sanitaire en cours, et particulièrement la période de confinement, ont obligé les autorités politiques et religieuses à donner dans l’urgence des réponses ciblées en vue de l’organisation du culte, tant du point de vue rituel que caritatif. Cette journée d’études se propose de réfléchir à la manière dont le droit de l’Église a servi et continue de servir dans ce contexte, le Droit des fidèles du Christ notamment à recevoir la Parole et les sacrements.

Juger dans l’État républicain et dans l’Église catholique

La Société internationale de droit canonique et la Faculté de Droit canonique organisent un colloque :

« Juger dans l’État républicain et dans l’Église catholique »

Colloque reporté à une date ultérieure en raison du confinement.

 

 

Téléchargez le programme complet

Argument :

Certaines affaires pénales récentes ont mis en lumière l’existence de juridictions d’Église intervenant sur des champs de compétences juxtaposés à ceux de la justice française. Le 5 décembre 2019, le procureur de la République de Paris et l’évêque du diocèse de Paris signaient une convention afin de protéger les victimes d’infraction sexuelle et de prévenir les fausses accusations contre les prêtres.

Cette concurrence ou cette collaboration des deux fors a parcouru l’histoire de notre pays, nos journées d’études proposent aujourd’hui de les confronter dans un dialogue interactif mettant en présence des juristes et des canonistes.

17 octobre 2020 – The ‘Poem’ of the Breviloquium: Thought and Prayer in Saint Bonaventure par Emmanuel Falque

Emmanuel Falque, Professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, interviendra le samedi 17 octobre dans le cadre du colloque « Thought and Prayer. 45th Patristic, Mediaval, and Renaissance Studies Conference » organisé par la Villanova University (Pennsylvanie, USA). La keynote aura lieu en visioconférence (au lien suivant, ZOOM) de 22h à 23h30, heures françaises. Une table ronde aura lieu le lendemain, vendredi 18 octobre, avec Emmanuel Falque et Natalie Carnes, toujours en visioconférence (au lieu suivant, ZOOM), de 16h à 17h30, heures françaises.

Consultez les dernières publications d’Emmanuel Falque

Le pontificat de Pie XII (1939-1958) à la veille de l’ouverture des archives vaticanes

L’ouverture, prévue pour le 2 mars 2020, des archives vaticanes de recherche concernant le pontificat de Pie XII (1939-1958) a suscité un vif engouement. La richesse des archives romaines, qui  débordent les enjeux strictement confessionnels, devrait permettre d’interroger à nouveaux frais cette période complexe et cruciale de l’histoire de l’Europe et du monde.

Dans ce contexte, ce séminaire entend établir un état des lieux de l’historiographie abondante – et souvent polarisée – sur le pontificat du pape Pacelli, mais aussi identifier les thématiques innovantes et susceptibles de fédérer les recherches à venir en histoire et en sciences sociales.

La troisième séance de ce parcours intitulée “Le Saint-Siège et les mutations de la souveraineté de la Seconde Guerre mondiale à la Guerre froide” aura lieu le jeudi 30 janvier 2020, de 9 h à 17 h, à l’Institut Catholique de Paris.

Laura Pettinaroli, maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris, membre du pôle “Éthique, Morale et Institutions” de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société”, fait partie du comité d’organisation.

Inscriptions : seminairepiexii@gmail.com

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé.

La femme au Moyen Âge

La femme au Moyen Âge : en lui-même le sujet est immense, omniprésent pour les médiévistes de toute catégorie, qu’ils soient philosophes, théologiens, historiens, littéraires, historiens du droit ou de l’art. Pourtant, les difficultés ne manquent pas pour qui veut étudier la moitié de l’humanité durant la moitié de l’ère chrétienne. D’abord, les sources sont presque toutes rédigées par des hommes, en majorité des clercs que leur état de vie sépare des femmes. Ensuite, la femme au Moyen Âge, ce sont en réalité des femmes plurielles et diverses, par leur âge, leur position sociale et l’époque où elles ont vécu. Cette femme au Moyen Âge que nous étudions, ce sont donc plutôt les femmes à travers les Moyen Âges. Pour mieux les connaître, on se penchera sur les sources médiévales afin d’y écouter tout ensemble des hommes d’institution : moines, philosophes, théologiens, juristes, prédicateurs, poètes, inquisiteurs, etc. ; et des femmes d’exception, qui se sont illustrées dans les lettres, la médecine, la vie religieuse, l’école, le pouvoir ou la guerre. À celles-ci comme à ceux-là, on posera les mêmes questions : que dites-vous de la femme, de sa nature universelle aussi bien que de son rôle particulier dans la société ? Qu’est-ce qui la distingue de l’homme ? Sur quoi l’homme et la femme se rejoignent-ils ou se complètent-ils ? Dans quels domaines peuvent-ils œuvrer ensemble ?

Ce colloque de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris aura lieu les jeudi 12 et vendredi 13 décembre 2019 à l’Institut Catholique de Paris.

Inscription gratuite en ligne

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Repenser la rétribution

De prime abord, l’idée de rétribution semble bien inscrite dans les textes bibliques et les littératures du Proche-Orient ancien. Elle est pourtant tellement familière dans le monde occidental et la culture judéo-chrétienne, qu’il n’est pas exclu qu’elle puisse être utilisée indûment pour caractériser le contenu de textes ou qualifier leur théologie. Si l’étymologie du terme re-tribuere signifie littéralement  payer / donner en retour, et si la rétribution est alors ce qui est reçu en retour (récompense ou sanction) pour un acte déterminé, quelle définition plus précise en donner pour sonder les textes de la Bible et les corpus de l’Orient ancien ? Quels champs lexicaux serviraient, dans ces derniers, à lui donner consistance ? Sur quels critères estimer qu’on peut lire un texte à travers le prisme de cette idée ? Il semble important, dans un premier temps, de procéder à un travail de déconstruction, qui ne tienne pour acquis ni la définition de l’idée de rétribution, ni le corpus des textes de la Bible ou des cultures environnantes qui en traiteraient. Il importe d’appréhender, sous forme d’une histoire de l’idée, les contextes historiques de son émergence et les formes de son expression. Que recouvre cette notion : une structure anthropologique de base ou une perspective héritée de l’héritage judéo-chrétien ?

Ce colloque du pôle de recherche “Bible et Orient” de l’UR “Religion, Culture et Société” aura lieu les mardi 7 et mercredi 8 janvier 2020 à l’Institut Catholique de Paris.

Inscription gratuite en ligne

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Ce premier colloque sera suivi d’un second, les 18-19 mars 2021, qui aura pour visée de sonder à nouveaux frais les textes bibliques et les littératures des cultures environnantes pour vérifier si la notion
de rétribution imprègne ces textes et est présente dans les religions de l’Antiquité.

Quel maître ? Quel disciple?

La question de la transmission des savoirs fait l’objet d’interrogations récurrentes dans notre société et les multiples tentatives de réforme de l’institution scolaire en sont l’un des symptômes. Pour autant la relation maître / disciple ne se réduit pas à ce seul champ, et tenter de la définir, d’en cerner les acteurs, fait sens dans notre univers. Elle nécessite une approche diachronique et synchronique car elle n’a pas été la même dans les ateliers d’artistes du Moyen-Age et ceux de la Chine contemporaine. Son évidente dimension spirituelle doit aussi être présente en permanence dans nos réflexions. Alors que les nouveaux modes de diffusion pourraient transformer le statut des maîtres, il est encore utile d’écouter de multiples voix qui permettent d’approcher ces figures essentielles de notre monde.

Ce colloque international, qui aura lieu les 14 et 15 novembre 2019 à l’Institut catholique de Paris (salle Z27) est organisé par le pôle de recherche “Langues, Cultures, Histoire et Éducation” de l’UR “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Inscription (gratuite)

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Extrémisme religieux, violence et contexte éducatif

Depuis la vague d’attentats initiée avec l’assaut de Charlie Hebdo en janvier 2015, les discours sur la      « radicalisation » se sont multipliés dans l’espace public, en particulier autour d’une incompréhension : comment des jeunes, français ou installés en France de longue date, peuvent-ils adopter des positions haineuses à l’égard de ceux qu’ils décrivent comme leurs ennemis, et choisir de pratiquer des actions violentes à leur encontre ? Dans quelle mesure et comment, par ailleurs, l’apparition de certaines positions extrêmes dans le domaine religieux serait alors portée par le motif essentiel d’un gain de sens au cœur d’une identité collective forte ? Une sorte de communauté virtuelle, immédiatement accessible, s’extrait alors de toute notion de territoire, de structure étatique et même d’appartenance familiale. Une forme de rupture générationnelle émerge, et les jeunes se montrent critiques vis-à-vis du modèle religieux parental en se laïcisant, ou, au contraire, en revenant aux «fondements» sur une démarche plus individualiste.

Cela introduit donc directement la question de l’éducation, et notamment l’éducation à la citoyenneté et à la formation des préférences politiques des jeunes en quête de modèle religieux, et en particulier à la manière de créer dans le cadre scolaire des espaces de débats à la fois ouverts et protégés. Que suggèrerait alors à nos communautés éducatives l’émergence de l’extrémisme religieux violent par rapport aux valeurs du « vivre ensemble », et à la transmission qu’elles supposent ?

Les expressions religieuses contemporaines les plus extrêmes s’inscriraient alors subjectivement et collectivement dans ce cadre de déficit des valeurs symboliques partagées qui feraient lien.

Par ailleurs, le monde éducatif est confronté à la problématique émergente du décalage entre discours scientifique et religieux, qui mène dans certains cas au dysfonctionnement de l’institution scolaire (avec notamment le refus de participer à certains cours). Ainsi, la formation citoyenne pourrait s’en trouver entravée. Plutôt que d’empêcher toute expression radicale de la part des adolescents déployant des signes ostentatoires de religiosité, pour qui cela peut constituer une étape dans la construction de la subjectivité politique et religieuse, il conviendrait dès lors de les accompagner vers la prise de position dans un espace pluraliste. La formation des personnels éducatifs à l’interaction avec ces formes d’expression extrémistes est alors à penser, dans un contexte où ils peuvent avoir le sentiment qu’elles dénient la possibilité même d’un lien social.

Ce colloque déploiera ces thèmes en deux temps : le premier jour, destiné à un public plus large, établira un état des lieux de la question, alors que la deuxième journée, plus académique, proposera une confrontation des données amenées par les acteurs de terrain et de celles issues de la recherche académique.

Ce colloque aura lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredi 5 et jeudi 6 juin 2019 .

Inscription gratuite

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.  

Colloque de philosophie “Croyances”

En suivant la pente naturelle de l’épistémologie des croyances, la
philosophie de la religion a depuis quelque temps déjà reposé la question traditionnelle de la nature de la croyance religieuse, de sa structure et de sa syntaxe. C’est en partie que cette épistémologie est normative : si l’on veut décider de la rationalité de la croyance religieuse, encore faut-il se mettre d’accord sur la nature de l’objet ainsi évalué.

Or les différentes traditions qui animent la philosophie de la religion aujourd’hui sont si loin de trouver un accord entre elles sur ce point qu’on peut le considérer l’un des lieux de clivage essentiel, notamment entre ce que l’on a coutume d’appeler les traditions analytique et continentale.

Certes averti que la catégorie de croyance pourrait n’avoir qu’une portée limitée dans l’analyse des phénomènes religieux, dont l’ampleur et la variété, tant historique que culturelle, interdisent toute perspective uniformisante, il serait cependant possible selon les uns d’isoler un noyau propositionnel fondamental correspondant à une attitude épistémique simple du type S croit que p, où p est une proposition constative correctement formée possédant une valeur de vérité.

Conformément à ce réductionnisme méthodologique, le théisme constitue l’ensemble restreint des propositions fondamentales impliquées dans les actes et attitudes religieux et représente généralement l’objet privilégié des questions épistémologiques en philosophie de la religion (question des preuves de l’existence de Dieu, raisons et causes de la croyance, rationalité de l’attitude croyante, etc.).

Cette conception est vivement et régulièrement contestée, comme
relevant d’un gauchissement caractéristique de l’approche épistémologique elle-même, voire positiviste, laquelle emploierait une définition standard de la croyance tout à fait ignorante des spécificités de la « croyance religieuse », ou du moins de certaines d’entre elles. Insistant notamment sur la différence essentielle entre acte de croyance et acte de foi (croire que / croire en), cette contestation peut s’étendre jusqu’à nier la pertinence ou du moins la centralité de la catégorie même de croyance, préférant par exemple une définition en termes existentiels d’engagement, ou jusqu’à lui refuser tout caractère réellement propositionnel, ou encore à douter que les propositions qui la constituent prétendument soient soutenues de façon réaliste.

Une description phénoménologique correcte montrerait à quel point la compréhension des attitudes religieuses en termes de croyance propositionnelle est éloignée de la réalité. Quant à celui qui objecte par exemple qu’on ne peut pas « croire en » sans « croire que » (si je place ma confiance en Dieu, c’est que je crois qu’il existe) et qu’il y a donc de toute manière un noyau propositionnel impliqué dans l’acte de confiance, on répondra que quand même on l’accorderait, on n’aurait pas encore atteint avec cela une attitude spécifiquement religieuse : croire que Dieu existe n’est pas une attitude proprement ou nécessairement religieuse (de même qu’il peut y avoir des attitudes religieuses qui n’impliquent pas de croire que Dieu existe).

Tels seront les enjeux du colloque, qui vise à rassembler les spécialistes français de philosophie de la religion pour établir une véritable confrontation des thèses en la matière. Si l’on a favorisé la division en deux « camps » égaux, l’un analytique et l’autre continental, représenté chacun par cinq intervenants, c’est moins par commodité que, paradoxalement, pour montrer la diversité interne de ces traditions elles-mêmes et susciter à la fois des rapprochements et des divergences inattendus.

Ce colloque de philosophie, coorganisé par Vincent Delecroix (EPHE – PSL), Camille Riquier (ICP, directeur de l’EA 7403) et Yann Schmitt (professeur CPGE), aura lieu les jeudi 16 et vendredi 17 mai 2019 à l’ICP (le 16) et à l’EPHE (le 17).

Inscription gratuite obligatoire

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.