Archives de catégorie : Conférences

16 septembre 2021 – Conférence « Comment l’action sociale peut contribuer à lutter contre les discriminations auprès des migrants ? »

Dans le cadre du cycle de conférences « Un expert de l’ICP, une formation professionnelle », la sociologue MCF Noémie Paté donnera une communication en visioconférence le jeudi 16 septembre 2021, qui aura pour titre « Comment l’action sociale peut contribuer à lutter contre les discriminations auprès des migrants ? ».

Inscription obligatoire

Programme complet du cycle de conférences « Un expert de l’ICP, une formation professionnelle »

Noémie Paté, lauréate en 2019 du prix de thèse du Défenseur des Droits, est Maîtresse de conférences en sociologie des migrations à la Faculté de Sciences Sociales et Economiques de l’Institut Catholique de Paris.

6 septembre 2021 – Conférence « Remembering Pierre Haubtmann, redactor of Gaudium et Spes »

A l’occasion du 50e anniversaire de la mort de Mgr Pierre Haubtmann, qui fut Recteur de l’ICP de 1966 à 1971 et rédacteur de la Constitution pastorale Gaudium et spes, le Recteur de l’ICP, Mgr Philippe Bordeyne donnera une conférence le 6 septembre 2021 à 19h en anglais et en visioconférence sur Zoom.

Il aura pour répondante Clara Geogeghan, la secrétaire exécutive de l’Australian Catholic Bishops Conference.

Inscription obligatoire

Toutes les informations sur l’événement

6-10 septembre 2021 – Séminaire de recherche annuel du programme de doctorat international en Humanisme contemporain

Du lundi 6 au vendredi 10 septembre 2021 se tiendra le séminaire de recherche annuel du programme de doctorat international en Humanisme contemporain (International PhD Program Contemporary Humanism – Online annual seminar).

Le séminaire a pour thème :

« Fraternity. Social Friendship during the Time of Social Distancing« 

Cinq grands enseignants-chercheurs des cinq universités partenaires du programme donneront une conférence chaque jour à 13h sur YouTube, à l’adresse youtube.com/user/lumsaorienta.

Téléchargez le programme complet

  • 6 septembre : Luca VALERA (PUC), Distance and Presence in a Technological Environment
  • 7 septembre : Luigino BRUNI (Universita Lumsa), The Wounded Fraternity: the Bible’s Lessonfor Economics
  • 8 septembre : Emmanuel FALQUE (ICP), Fraternity and Solitude
  • 9 septembre : Stephanie COLLINS (ACU), Loneliness and Obligation
  • 10 septembre : Alexandre PALMA (UCP), Humanity and Spatiality

Découvrez le programme de doctorat international en Humanisme contemporain

Chaire Gilson : Saint Paul et la philosophie

Dans le cadre de la Chaire de métaphysique Etienne Gilson, le professeur Olivier Boulnois tiendra 6 conférences les 1, 2, 3, 8, 9 & 10 mars 2021, de 18h à 20h, en visioconférence.

Inscription obligatoire

Pouvons-nous approcher philosophiquement de l’essence du christianisme ? Celui-ci nous est accessible par son noyau existentiel, tel qu’il est vécu dans la foi, l’espérance et la charité : il nous faut donc déchiffrer l’essence du christianisme au coeur de l’existence chrétienne. Or avec les Épîtres de Saint Paul, nous avons un accès originaire et privilégié à une telle expérience fondamentale, car chez lui, cette expérience religieuse s’accompagne de sa première explicitation. Et c’est clairement parce qu’ils ont redécouvert l’importance de cet événement fondamental, que depuis deux siècles, les philosophes n’ont cessé de dialoguer avec Paul : Kierkegaard, Nietzsche, Wittgenstein, Heidegger, Arendt, Jonas, Ricoeur, Agamben, et d’autres.

L’objet de cette série de leçons est de reprendre ce dialogue, en traversant les différentes interprétations philosophiques, faites tantôt de percées fulgurantes, tantôt de récupérations, de caricatures et de malentendus, pour nous approcher du véritable Paul : un juif du premier siècle qui croit en Jésus Messie (Christos). En déchiffrant les Epîtres de Paul au plus près des textes, pouvons-nous aujourd’hui nous rendre sensibles à l’impact authentique et révolutionnaire de sa pensée ? Je m’efforcerai de dégager les principaux nœuds de la pensée de Paul, en me focalisant sur quelques passages essentiels de sa réflexion. Je tenterai de montrer comment ses concepts les plus remarquables (folie de la croix, fin des temps, usage du monde, impuissance morale, identification au Christ-Messie), s’insèrent dans une expérience qui leur donne sens : une forme de vie nouvelle. Paul lui-même reprend souvent un vocabulaire philosophique, celui des stoïciens, mais pour lui donner un sens nouveau. Je m’en servirai comme d’un cadre, pour mesurer les torsions qu’il fait subir aux concepts stoïciens — qui ne permettaient pas de penser l’inouï de l’Évangile — et éclairer la vision du monde face à laquelle il se situe. Par commodité, ces leçons suivront donc la division stoïcienne de la philosophie en trois parties : I. Logique (formes et règles du langage correct), II. Physique (doctrine du monde et du temps), III. Éthique (forme de vie), en donnant plus de place à la troisième partie.

Programme :

  1. Lundi 1er marsLogique : la parole de la Croix et la sagesse du monde
  2. Mardi 2 marsPhysique : la fin des temps et le temps de la fin
  3. Mercredi 3 marsEthique I : l’usage du monde et la suspension des différentes
  4. Lundi 8 marsEthique II : l’impuissance, la Loi et le judaïsme
  5. Mardi 9 marsEthique III : l’empire du mal et le débordement du bien
  6. Mercredi 10 marsFinale : le Messie et le moi

Téléchargez le programme complet

Inscription obligatoire

Olivier Boulnois, né en 1961, ancien élève de l’ENS (1981), agrégé de philosophie (1984), professeur habilité à diriger des recherches (1997), directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (1999) : « Philosophie médiévale et Métaphysique », membre du « Laboratoire d’Études sur les Monothéismes » (EPHE, PSL, LEM, UMR 8584), enseigne aussi à l’Institut catholique de Paris.

Ses publications portent sur la philosophie médiévale et l’histoire de la métaphysique, notamment les doctrines de l’image, de la théologie comme science, du concept de liberté, et du concept de dominium (pouvoir, propriété, domination). Il est l’auteur d’environ 180 articles et 7 livres.

27-29 janvier 2021 – Anthrodecentrism: Humans as Footnotes in Time and Space

Le département d’anglais de la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris, en collaboration avec l’Université de Lorraine et l’HiCSA (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), organise une conférence internationale qui se tiendra désormais en ligne les 27, 28 et 29 janvier 2021.

Site internet de l’événement : https://humanitiesafterhumans.wordpress.com/

Anthrodecentrism: Humans as Footnotes in Time and Space

A conference in three webinars

PROGRAMME

Webinar #1. January 27th, 2021.

2.00-4.00. TIME

Time present and time past

Are both perhaps present in time future

And time future contained in time past.

2.00-2.10. Welcome address and introduction.

2.10-2.40. Keynote address: Dr. Michelle Bastian (Edinburgh College of Art): “Fixing our attention on the clock: A note on a note from Bergson’s Duration and Simultaneity.”

2.40-3.00. Questions

3.00-4.00.

John MacDonald (Brock University, Ontario Canada“Healing Through Nietzsche’s Twofold Eternal Return: The Philosophy Of Time From Aristotle To Heidegger and Beyond”

Julie Momméja (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) “Rethinking the future, 10,000 years at a time: the Clock of the Long Now”

Meeting URL: https://zoom.us/j/99810619320?pwd=RE1XT2ZOV3Rwayt0YU9sd2FydFFwUT09 (Meeting ID: 998 1061 9320 / Passcode: 999042)

Webinar #2. January 28th, 2021.

5pm-7pm. IMAGINED FUTURES

Keynote address: David Farrier (University of Edinburgh): “Readings from Footprints: In Search of Future Fossils

Vincent Jaunas (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) “Yearning for Humanity’s Fourth Narcissistic Wound: Anthrodecentrism in Stanley Kubrick’s 2001: A Space Odyssey (1968)”

Dr. Diane Leblond (Université de Lorraine) “The Purpose of Aliens. Challenging Anthropocentrism and Encountering Otherness in ‘Story of your Life’ and Arrival”

Meeting URL: https://zoom.us/j/98758485427?pwd=cGVCaGVtbzNDaDFsekZlNFA0dXk2Zz09 (Meeting ID: 987 5848 5427 / Passcode: 683304)

Webinar #3. January 29th, 2021.

2.30-4.30. ANTHRODECENTRIC STORIES

Dr. William McKenzie (Université de Lorraine) “Shakespeare’s Spirits… and our Anthro-de-centred ZeitGeist

Dr. Emilie Walezak (Université Lumière Lyon 2) “Anthropomorphism Vs. Anthropocentrism: Contemporary Short Stories as Onto-Stories”

Héloïse Thomas (Université Bordeaux Montaigne) “Schrödinger’s Hello Kitty Lunchbox: Dream Crows, Quantum Theory, and the Anthropocene in Ruth Ozeki’s A Tale For the Time Being

Meeting URL: https://zoom.us/j/92087901553?pwd=eVVnOXlweURFcGloTGdUUUJJcGlaQT09 (Meeting ID: 920 8790 1553 / Passcode: 900435)

Register at: EVENTBRITE LINK

30 novembre 2020 – Une analyse juridique de l’encyclique Fratelli tutti

Le 30 novembre 2020, de 18h à 20h  (et à partir de 21h15, en différé, sur YouTube) aura lieu une conférence en visioconférence, animée par Sophie de Ravinel, journaliste du Figaro, avec Ludovic Danto, Doyen de la Faculté de Droit canonique de l’ICP, Emmanuel Petit, Président de la Faculté de Théologie du Collège des Bernardins, chargé d’enseignement à la Faculté de Droit canonique de l’ICP et Cédric Burgun, Vice-Doyen de la Faculté de Droit canonique de l’ICP.

Elle aura pour titre : « Une analyse juridique de l’encyclique Fratelli tutti. Une occasion de découvrir le droit canonique »

Inscription à l’adresse suivante : https://fratellituttietdroit.eventbrite.fr

Argument : La dernière encyclique du Pape François est considérée par beaucoup comme politique. Sa lecture par des spécialistes de droit canonique permet d’en apprécier la portée juridique. Par cette lecture, il s’agira aussi d’apprécier l’importance du Droit de l’Eglise.

16 octobre 2020 : Conférence de rentrée du Collège doctoral

La semaine méthodologique de rentrée du Collège doctoral de l’ICP se clôturera le vendredi 16 octobre 2020 (14h-16h) par la conférence « Style et phénomène. Dilthey, Husserl, Heidegger» d’Emmanuel Housset, Professeur à l’Université de Caen Normandie (inscription libre à l’adresse suivante).

Le Collège doctoral de l’Institut Catholique de Paris organise chaque année une semaine méthodologique de rentrée pour l’ensemble des doctorants qu’il réunit.  Elle a pour objectif d’apporter aux doctorants des outils méthodologiques et des savoir-faire pour faciliter leur travail de recherche et d’écriture. Elle est ouverte à l’ensemble des doctorants de l’ICP et des établissements partenaires, quelle que soit leur année d’inscription en thèse.

L’image vulnérable : sur l’image de Dieu chez Augustin

Six conférences par Kevin Hart, Professeur à l’Université de Virginie, dans le cadre de la chaire de métaphysique Étienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société », les 16, 17, 18, 23, 24 et 25 mars 2020, 18h – 20h

Au cours de sa longue vie  d’écrivain, Augustin nous montre en détail ce que signifie être humain en relation avec Dieu, et nulle part il ne le fait plus en détail que dans le De Trinitate.
Nous n’essaierons pas de contester son approche, qui recherche des analogies psychologiques avec la Trinité, mais de nous concentrer autant que possible sur son enseignement à propos de l’image de Dieu (imago Dei). Augustin est généralement considéré comme un théologien sombre, préoccupé par la Chute et ses conséquences ; et bien que cette caractérisation ne soit pas sans raison, surtout dans les écrits antipélagiens, elle est loin d’être la vérité tout entière. Car il nous montre aussi comment l’imago Dei, brisée et ternie comme elle l’est souvent en nous, peut être rénovée. Ainsi, quel que soit le jugement divin dont nous sommes l’objet en tant qu’enfants d’Adam, pleinement responsables du péché originel, nous pouvons aussi nous attacher au Christ et, en montrant de l’amour pour le prochain, en rendant l’imago à nouveau cohérente, la faire danser et briller une fois encore.
L’idolâtrie est une menace perpétuelle, mais avec la grâce, elle peut être surmontée. Notre vulnérabilité au jugement divin reste également possible, mais nous pouvons y échapper, encore une fois par la grâce, en nous rendant vulnérables au prochain qui interrompt nos existences et nous appelle à l’aide. Si nous nous réformons en l’image selon laquelle nous avons été faits, un amour et une joie profonde peuvent se montrer ; et il faut les soupeser, si nous voulons lire d’une manière juste ce formidable penseur chrétien. L’insistance permanente d’Augustin sur l’homme intérieur est perturbée de temps à autre par l’empiètement de diverses sortes d’antériorité, y compris celle des notions imprimées en nous par l’expérience (notiones impressae). Une attention particulière est accordée à l’antériorité de l’appel à l’aide, qui est aussi un appel à construire le Royaume, et là où nous sentons une limitation des termes de cet appel au secours (qui ne nous est peut-être pas destiné, mais que néanmoins nous entendons), nous avons des raisons d’amplifier le traitement qu’Augustin fait de l’amour du prochain.

Programme :

Lundi 16 et mardi 17 mars
Le jeune Augustin : « Le regard de l’âme est la raison »

Mercredi 18 et lundi 23 mars
De Trinitate I : « Voir et percevoir Dieu » (conspicere ac percipere Deum)

Mardi 24 et mercredi 25 mars
De Trinitate II : « Pour qu’il se tourne vers le Seigneur » (Ut convertatur ad Dominum)

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme des leçons.

La liberté humaine

Six conférences par Cyrille Michon, Professeur à l’Université de Nantes, dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA 74 03), les 25, 26, 27 mars et 1er, 2, 3 avril 2019, 18h – 20h.

L’idée de liberté constitue un problème pour la pensée si l’on tient qu’elle caractérise les actions et les choix rationnels et fonde la responsabilité morale. La liberté de mouvement d’un animal, la liberté politique des peuples, l’absence de contrainte, peuvent être difficiles à discerner ou à promouvoir, mais ce ne sont pas tant des problèmes philosophiques que des problèmes pratiques. Ou du moins, ce ne sont pas des problèmes métaphysiques, qui mettent en jeu notre compréhension et la possibilité même de la liberté.

On a longtemps opposé liberté et nécessité, et les raisons de penser que le monde était comme gouverné par la nécessité ont pu se
nourrir à des sources logiques (argument dominateur), théologiques (théories du destin ou de la providence), psychologiques (doctrines de la motivation), ou physiques (déterminisme causal). Ce qui arrive n’est peut-être pas absolument nécessaire – le monde aurait pu être différent – mais, pour ces raisons qui ne dépendent pas de nous, ce qui arrive – y compris nos actions et nos choix – serait inévitable, et donc nécessaire, pour nous.

Lorsque le déterminisme physique est apparu comme la seule vision scientifique du monde, mettant en péril l’existence de la liberté humaine, les philosophes de l’époque moderne, notamment ceux de
la tradition empiriste anglaise (Hobbes, Locke, Hume), ont semblé trouver une parade radicale à cette contradiction, en analysant le concept de liberté de telle sorte qu’il apparaisse compatible avec
le déterminisme. Dominant jusqu’à une époque récente, malgré la critique de Kant (qui le traitait de « misérable subterfuge »), le compatibilisme a subi à la fin du siècle dernier diverses attaques, et le problème de la compatibilité s’est imposé comme préalable à la question classique de l’existence de la liberté.

Qui plus est, on a pu objecter que l’idée de liberté incompatible avec la nécessité n’est pas celle dont nous avons besoin pour comprendre l’agir humain, ni pour fonder la responsabilité morale : la liberté humaine. Le problème se déplace alors vers celui de la compatibilité de la responsabilité morale et du déterminisme.

Enfin, la thèse de l’incompatibilité a paru conduire à une conclusion plus désastreuse encore pour nos idées de liberté et de responsabilité. Si nos choix ne sont pas déterminés par des causes, cela ne signifie-t-il pas qu’ils sont dus au hasard, et que nous n’avons alors aucune responsabilité à leur égard ? Incompatible avec la vérité comme avec la fausseté du déterminisme, la liberté serait impossible.

Dans ces conférences, je voudrais répondre à ces défis métaphysiques, portant sur la possibilité de la liberté. Dans un premier mouvement de descente (trois premières séances), vers les conditions de la liberté humaine, nous aurons à élucider les concepts mis en jeu, à commencer par ceux de libre arbitre et de  responsabilité morale, et j’argumenterai en faveur de leur incompatibilité avec la nécessité en général et le déterminisme en particulier. Dans le second mouvement, de montée, vers l’intelligibilité d’un tel libre arbitre incompatible avec la nécessité, je tenterai de répondre à l’argument du hasard, pour défendre l’idée qu’un choix non-déterminé par des causes naturelles ne constitue pas une perte de contrôle, et qu’une forme particulière de causalité, propre à l’agent
libre, doit être acceptée sans préjudice pour la connaissance scientifique de la nature. Nous pourrons alors voir comment soutenir la thèse de l’existence de la liberté humaine : sur la base immédiate de la phénoménologie du choix, ou sur celle d’un argument indirect, établissant que la liberté est la condition de possibilité de la responsabilité morale.

Mon approche sera systématique, et les incursions dans l’histoire viseront davantage à rendre leurs biens à ceux qui ont les premiers exploré certaines voies argumentatives, en privilégiant les auteurs
médiévaux et modernes avec lesquels la discussion contemporaine se trouve bien souvent en résonance immédiate. La position « libertarienne » que je compte proposer (existence d’un libre arbitre
incompatible avec la nécessité et condition de la responsabilité morale), dans le sillage de Peter van Inwagen et d’autres aujourd’hui, a sans doute été défendue par Thomas d’Aquin, Duns Scot et  Descartes, et l’a été certainement par Guillaume d’Ockham, Francisco Suarez et Thomas Reid.

Programme :

Lundi 25 mars 2019 : Le libre arbitre, la nécessité et le déterminisme

Mardi 26 mars 2019 : La responsabilité morale

Mercredi 27 mars 2019 : L’incompatibilité de la liberté humaine et du déterminisme

Lundi 1er avril 2019 : La compatibilité de la liberté humaine et de
l’indéterminisme : les raisons d’agir

Mardi 2 avril 2019 : La compatibilité de la liberté humaine et de
l’indéterminisme : les causes

Mercredi 3 avril 2019 : L’existence de la liberté humaine

Inscription en ligne

Pour plus d’informations, pour une présentation de chacune des six conférences, vous pouvez consulter le programme des leçons.