Archives de catégorie : Conférences

La liberté humaine

Six conférences par Cyrille Michon, Professeur à l’Université de Nantes, dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA 74 03), les 25, 26, 27 mars et 1er, 2, 3 avril 2019, 18h – 20h.

L’idée de liberté constitue un problème pour la pensée si l’on tient qu’elle caractérise les actions et les choix rationnels et fonde la responsabilité morale. La liberté de mouvement d’un animal, la liberté politique des peuples, l’absence de contrainte, peuvent être difficiles à discerner ou à promouvoir, mais ce ne sont pas tant des problèmes philosophiques que des problèmes pratiques. Ou du moins, ce ne sont pas des problèmes métaphysiques, qui mettent en jeu notre compréhension et la possibilité même de la liberté.

On a longtemps opposé liberté et nécessité, et les raisons de penser que le monde était comme gouverné par la nécessité ont pu se
nourrir à des sources logiques (argument dominateur), théologiques (théories du destin ou de la providence), psychologiques (doctrines de la motivation), ou physiques (déterminisme causal). Ce qui arrive n’est peut-être pas absolument nécessaire – le monde aurait pu être différent – mais, pour ces raisons qui ne dépendent pas de nous, ce qui arrive – y compris nos actions et nos choix – serait inévitable, et donc nécessaire, pour nous.

Lorsque le déterminisme physique est apparu comme la seule vision scientifique du monde, mettant en péril l’existence de la liberté humaine, les philosophes de l’époque moderne, notamment ceux de
la tradition empiriste anglaise (Hobbes, Locke, Hume), ont semblé trouver une parade radicale à cette contradiction, en analysant le concept de liberté de telle sorte qu’il apparaisse compatible avec
le déterminisme. Dominant jusqu’à une époque récente, malgré la critique de Kant (qui le traitait de « misérable subterfuge »), le compatibilisme a subi à la fin du siècle dernier diverses attaques, et le problème de la compatibilité s’est imposé comme préalable à la question classique de l’existence de la liberté.

Qui plus est, on a pu objecter que l’idée de liberté incompatible avec la nécessité n’est pas celle dont nous avons besoin pour comprendre l’agir humain, ni pour fonder la responsabilité morale : la liberté humaine. Le problème se déplace alors vers celui de la compatibilité de la responsabilité morale et du déterminisme.

Enfin, la thèse de l’incompatibilité a paru conduire à une conclusion plus désastreuse encore pour nos idées de liberté et de responsabilité. Si nos choix ne sont pas déterminés par des causes, cela ne signifie-t-il pas qu’ils sont dus au hasard, et que nous n’avons alors aucune responsabilité à leur égard ? Incompatible avec la vérité comme avec la fausseté du déterminisme, la liberté serait impossible.

Dans ces conférences, je voudrais répondre à ces défis métaphysiques, portant sur la possibilité de la liberté. Dans un premier mouvement de descente (trois premières séances), vers les conditions de la liberté humaine, nous aurons à élucider les concepts mis en jeu, à commencer par ceux de libre arbitre et de  responsabilité morale, et j’argumenterai en faveur de leur incompatibilité avec la nécessité en général et le déterminisme en particulier. Dans le second mouvement, de montée, vers l’intelligibilité d’un tel libre arbitre incompatible avec la nécessité, je tenterai de répondre à l’argument du hasard, pour défendre l’idée qu’un choix non-déterminé par des causes naturelles ne constitue pas une perte de contrôle, et qu’une forme particulière de causalité, propre à l’agent
libre, doit être acceptée sans préjudice pour la connaissance scientifique de la nature. Nous pourrons alors voir comment soutenir la thèse de l’existence de la liberté humaine : sur la base immédiate de la phénoménologie du choix, ou sur celle d’un argument indirect, établissant que la liberté est la condition de possibilité de la responsabilité morale.

Mon approche sera systématique, et les incursions dans l’histoire viseront davantage à rendre leurs biens à ceux qui ont les premiers exploré certaines voies argumentatives, en privilégiant les auteurs
médiévaux et modernes avec lesquels la discussion contemporaine se trouve bien souvent en résonance immédiate. La position « libertarienne » que je compte proposer (existence d’un libre arbitre
incompatible avec la nécessité et condition de la responsabilité morale), dans le sillage de Peter van Inwagen et d’autres aujourd’hui, a sans doute été défendue par Thomas d’Aquin, Duns Scot et  Descartes, et l’a été certainement par Guillaume d’Ockham, Francisco Suarez et Thomas Reid.

Programme :

Lundi 25 mars 2019 : Le libre arbitre, la nécessité et le déterminisme

Mardi 26 mars 2019 : La responsabilité morale

Mercredi 27 mars 2019 : L’incompatibilité de la liberté humaine et du déterminisme

Lundi 1er avril 2019 : La compatibilité de la liberté humaine et de
l’indéterminisme : les raisons d’agir

Mardi 2 avril 2019 : La compatibilité de la liberté humaine et de
l’indéterminisme : les causes

Mercredi 3 avril 2019 : L’existence de la liberté humaine

Inscription en ligne

Pour plus d’informations, pour une présentation de chacune des six conférences, vous pouvez consulter le programme des leçons.

Miracles et Métaphysique

Six conférences par Hent de Vries, Paulette Goddard Professor of the Humanities, New-York University, dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA 74 03), les 12, 13, 14 & 19, 20, 21 mars 2018, 18h – 20h

Qu’est-ce qui caractérise les événements authentiques et leurs effets présumément non causés, dans les domaines historiques et politiques, éthiques et artistiques, dans les vies et les amours individuelles, tant à leur niveau le plus profond et intime que d’un point de vue proprement global ou mondial ? En quel sens pouvons-nous dire que les miracles, et plus précisément la théologie, la tradition et la croyance aux miracles, ainsi que leurs critiques anciennes et modernes – aujourd’hui encore ou à nouveau – peuvent constituer une ressource conceptuelle et une richesse sur le plan pratique, permettant de répondre à cette question résolument philosophique?
De plus, quel fut le sens du concept et des pratiques de la croyance aux miracles – à un niveau historique, systématique et oserions-nous dire, pragmatique – pour cette étrange fusion qui se mua en contraste entre la métaphysique et le mysticisme en Occident d’une part, et la présence ou le rôle à nouveau de plus en plus important des religions et révélations abrahamiques de l’autre ? Peut-on dire
que les miracles se produisent et ont une importance, même – ou surtout – à l’ère de la mondialisation des réseaux, des marchés
et des moyens de communication ?
Enfin, comment faire pour répondre à ces questions dans des termes résolument phénoménologiques, analytiques et pragmatiques ?

Programme :

Lundi 12 mars : Métaphysiques du miracle et miracle de la
métaphysique

Mardi 13 mars : Admiration et Accélération

Mercredi 14 mars : Occasionnalisme et contingence

Lundi 19 mars : L’historicisation et la psychologisation du miracle
et de la croyance au miracle

Mardi 20 mars : Perspectives analytiques et esthétiques

Mercredi 21mars : Perspectives politiques et médiatiques

 

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme des leçons.

La conférence de rentrée 2017 du Collège doctoral

Le  Professeur Grégory Woimbée (Professeur à la Faculté de Théologie et Vice-Recteur à l’Institut Catholique de Toulouse) prononcera la conférence de rentrée du Collège doctoral de l’Institut Catholique de Paris le lundi 16 octobre 2017, de 17h à 19h dans l’amphithéâtre René Rémond (salle W22).

Elle aura pour titre : “L’homme intégral. Dignité humaine et transcendance”.

La question de la loi naturelle : de la métaphysique à la philosophie politique

Six conférences par Pierre Manent, Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA 74 03)  : « La question de la loi naturelle : de la métaphysique à la philosophie politique »,
les 6, 7, 8 et 13, 14, 15 mars 2017 • 18h – 20h.
affichea3_chaire-gilson_2017-page-001

La notion de « loi naturelle » est devenue inintelligible en même temps que scandaleuse, et pour la même raison : selon l’opinion régnante, elle assujettit la vie humaine à une vérité dogmatique
sur l’homme et elle ignore le plus propre de l’homme, sa liberté originaire, qui fait de lui l’auteur souverain du monde humain. Elle fait de nous les esclaves d’une idée nécessairement fausse ou mutilée de nous-mêmes. En même temps, nos sociétés sont assujetties à une idée de plus en plus radicale des droits humains au nom de laquelle les règles et institutions les plus vénérables de la civilisation sont recomposées. Or que sont les « droits de l’homme », sinon la version spécifiquement moderne du « droit naturel » ? Nos lois positives sont réformées au nom d’une certaine idée de notre « nature ». Ainsi, en même temps que nous affirmons le caractère « culturel » de toutes les choses humaines, nous ne pouvons rien opposer à la virulence d’une idée « dogmatique » – en l’occurrence, radicalement individualiste – de notre nature.
Le propos de ces conférences sera de faire apparaître la légitimité et
la nécessité de la référence à la loi naturelle, non comme une somme
de propositions déduites d’un savoir religieux, métaphysique ou scientifique, mais comme un réseau ouvert d’éléments d’orientation intrinsèques à la vie pratique. Quelle que soit l’ampleur des possibilités ouvertes à l’homme agissant, son « choix réfléchi » rencontre nécessairement des règles qu’il n’a pas faites, et en l’absence desquelles il ne pourrait y avoir ni réflexion ni choix.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme-2017

Séance académique en présence de Pierre Manent

La FASSE (Faculté de Sciences Sociales et Economiques de l’Institut Catholique de Paris) et le Cénacle (Cercle de pensée politique, association d’anciens étudiants de la faculté) organisent une séance académique en présence de Pierre Manent, philosophe et professeur de philosophie politique français, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, autour de son livre Situation de la France.

Intitulée “Nation et religions : un lien en questions”, cette séance académique aura lieu  le mardi 16 février 2016, de 18 h à 20 h dans l’amphithéâtre Paul Ricœur (bâtiment B, 1er étage), à l’Institut Catholique de Paris, 21 rue d’Assas, 75006 Paris.

La réflexion portera sur la coexistence publique des religions et leur participation à la conversation civique, à accepter et à organiser comme alternative à la recherche, avec la laïcité, d’une neutralité impossible.

Avec la participation d’Olivier Echappé, Anne Gagey, Pauline Vidal-Delplanque, Giulio De Ligio et Clémence Rouvier, sous la présidence de Bernard Bourdin.

L’inscription à l’adresse suivante est obligatoire en raison du nombre de places limité (pierre-manent.eventbrite.fr). L’invitation imprimée vous sera demandée à l’entrée de l’ICP.

 

 

Leçons : La gravité de l’amour, philosophie et spiritualité juives

Six leçons par Catherine Chalier, Professeure émérite de philosophie (Université Paris Ouest Nanterre – La Défense) dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche “Religion, Culture et Société” (EA 74 03)  :
“La gravité de l’amour, philosophie et spiritualité juives”,
les 14, 15, 16 et 21, 22, 23 mars 2016, de 18h à 20h.

programme GilsonThéologiens et philosophes chrétiens ont souvent minimisé, voire occulté, la dimension d’amour du judaïsme. Celui-ci fut ainsi considéré comme un pur légalisme ignorant du véritable amour de Dieu et du prochain.
Cette thèse continue d’imprégner les mentalités modernes, fussent-elles déchristianisées. Le projet de ces conférences n’est toutefois pas apologétique car il se propose d’aborder la gravité de l’amour dans la philosophie et la spiritualité juives sans s’adapter purement et simplement au cadre théorique chrétien. Les penseurs juifs ont en effet profondément médité eux-mêmes la complexité théologique, spirituelle, morale et émotionnelle de l’amour.

Le choix des questions abordées dans ces conférences dépend du
sentiment de leur caractère impérieux face aux simplifications outrancières qui s’imposent de nos jours en matière de religion. La référence à des philosophes de périodes historiques différentes et
à de grands commentateurs spirituels (surtout hassidiques) sera une façon de poursuivre le dialogue avec eux, de l’approfondir et non de le clore. Il ne s’agit pas en effet d’élaborer une thèse qui se voudrait définitive sur l’amour de Dieu dans le judaïsme mais de se demander ce que signifie la gravité de l’amour pour ceux qui désirent que leur
finitude puisse un peu mieux en témoigner.

Pour plus d’informations, voir le programme des leçons.

Voir aussi les tarifs et conditions d’inscription.

 

Métaphysique et christianisme : 6 conférences en mars 2015

Gilson 2015La relation entre la métaphysique et le christianisme a fait l’objet, tout au long du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui, de nombreux et puissants conflits d’interprétations, les unes tendant à régionaliser le christianisme dans les thèmes et les concepts de la métaphysique grecque, d’autres plaçant le discours théologique en position de science récapitulative de la quête métaphysique ou d’autres encore estimant pouvoir manifester l’hétérogénéité des deux traditions philosophique et théologique.

Étienne Gilson avait certes montré tôt et irréfutablement la part que le christianisme a effectivement prise dès avant le Moyen Age dans le destin de la métaphysique, et relevé les modalités par lesquelles la métaphysique avait pu favoriser l’auto-intelligibilité du christianisme. Sans doute, ne suffit-il plus aujourd’hui de discuter les thèses contrastées d’une métaphysique « postchrétienne » ou d’un christianisme « postmétaphysique » ; il faut, en amont, poser la question des conditions par lesquelles la métaphysique, surmontant ses apories théoriques et redéfinissant ses attendus, peut renouveler son interlocution avec le christianisme et réciproquement.

La Chaire Gilson, créée en 1995 à l’occasion du centenaire de la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris, s’est vouée au traitement de ces questions refondatrices. À l’occasion de son vingtième anniversaire, elle devrait permettre aux six universitaires sollicités d’établir, au-delà du bilan, les lieux et les champs d’action où une telle articulation peut être enrichie mais aussi d’en définir les enjeux pour les différents domaines de savoir.

Six conférences les 9, 10, 11, 16, 17 et 18 mars 2015 par les Professeurs :

Philippe Capelle-Dumont, Professeur à l’Université de Strasbourg. Président de la Chaire “Gilson”

Jean Greisch, Professeur à l’Université de Strasbourg. Titulaire de la Chaire “Romano Guardinià l’Université Humboldt de Berlin

Richard Kearney, Titulaire de la Chaire de Philosophie “Charles B.Seelig” du Boston College

Jean-Luc Marion, Membre de l’Académie française. Titulaire de la Chaire de Philosophie et de Théologie “Dominique Dubarle” à l’Institut Catholique de Paris. Professeur à l’Université de Chicago. Professeur émérite de l’Université Paris IV-Sorbonne

Andreas Speer, Professeur à l’Université de Cologne. Directeur du Thomas Institut

David Tracy, Professeur émérite de théologie et de philosophie des religions à la Divinity School de l’Université de Chicago

Vous pouvez télécharger ici le programme du 20e anniversaire de la Chaire Gilson.

La conférence de rentrée du Collège doctoral

Le  Professeur Jean-Marc Ferry (Titulaire de la Chaire de Philosophie de l’Europe à l’Université de Nantes) prononcera la conférence de rentrée du Collège doctoral de l’Institut Catholique de Paris le lundi 6 octobre 2014, de 17h à 19h dans l’amphithéâtre René Rémond.

Elle aura pour titre : “Une philosophie de l’Europe. Considérations sur une approche normative du projet politique européen”.