Archives de catégorie : Ouvrages parus

Il cardinale Pietro Gasparri, segretario di Stato (1914-1930) par Laura Pettinaroli et Massimiliano Valente (éd.)

Publication de Il cardinale Pietro Gasparri, segretario di Stato (1914-1930), Heidelberg, Heidelberg University Publishing, coll. « Online-Schriften des DHI Rom. Neue Reihe – Pubblicazioni online del DHI Roma. Nuova serie », nº 4, 2020, 292 p.

Juriste réputé, enseignant reconnu et célèbre diplomate du Saint- Siège, le cardinal Pietro Gasparri (1852-1934) a dirigé la Secrétairerie d’État de 1914 à 1929, en une période cruciale de l’histoire de l’Europe et de la papauté.

Coordonné par les historiens Massimiliano Valente et Laura Pettinaroli, ce volume est le fruit de séminaires tenus entre 2013 et 2016 à l’Università europea di Roma, en partenariat avec l’Institut catholique de Paris. Il rassemble des contributions, en italien, anglais et français, d’un groupe international d’archivistes, historiens et d’historiennes, notamment de jeunes docteur.e.s., qui ont travaillé dans les archives vaticanes. Enfin, une bibliographie de référence encourage à poursuivre la recherche sur cette figure majeure de l’histoire de l’Église catholique et de la diplomatie vaticane au XXe siècle.

Cet ebook, publié par les presses de l’Université d’Heidelberg (collection de l’Institut historique allemand de Rome, nouvelle série, N°4), est accessible en ligne. Une version papier (softcover et hardcover) sera disponible à l’achat dans quelques semaines.

Laura Pettinaroli est maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Nous ne savons plus croire par Camille Riquier

Publication de l’ouvrage Nous ne savons plus croire, Desclée de Brouwer, Paris, 2020, 240 p.

Quoi que nous nous efforcions de penser, nous continuons d’appartenir à notre siècle par les croyances les plus communes et, quand cela a lieu, par le fait tout aussi commun de ne plus croire – ou de ne pas donner notre confiance au monde. Nos pères se sont tant méfiés, ou ils ont été à ce point cyniques, que cette foi, entendue dans son sens large, semble nous être aujourd’hui interdite. À nous qui avons hérité de cette perte sans l’avoir consommée, ne restent que les débris d’une tradition devenue muette.
Or la foi est vitale, et pas seulement la croyance religieuse. Mais dans une époque désorientée, nous ne pourrons peut-être sauver que le désir de croire : rien ne nous dit que nous retrouverons la croyance. Le paradoxe veut que cette impuissance annonce un temps de dangereuse crédulité. Il nous faut donc tout réapprendre. C’est à cette tâche que la philosophie doit s’atteler en prenant le contrepied de son éternelle tendance : en se mettant en quête de croire aussi résolument qu’elle avait cherché à savoir. La traversée du nihilisme est à ce prix.

Camille Riquier est vice-recteur à la recherche de l’Institut catholique de Paris, directeur de l’unité de recherche « Religion, Culture et Société » et professeur à la Faculté de philosophie de l’ICP.

Architecture et liturgie au XVIIIe siècle par Gilles Drouin

Publication de l’ouvrage Architecture et liturgie au xviiie siècle. Offrir avec et pour le peuple, Paris, Cerf, coll. « Lex orandi », 2020, 408 p.

Mettre l’architecture et la liturgie en dialogue, et prendre au sérieux l’architecture sacrée comme lieu théologique : tel est le propos de cet ouvrage, à partir de trois églises post-tridentines françaises.

Cette opération présente un triple intérêt : méthodologique pour les théologiens qui peinent à faire de la théologie à partir de corpus non textuels, historique et documentaire pour les historiens de l’architecture, et pour tous, théologiens, pasteurs et architectes engagés dans la réflexion sur l’espace liturgique 50 ans après Vatican II. Il se présente, ainsi que l’écrit l’architecte Jean-Marie Duthilleul dans sa préface, comme une « pierre de fondation » afin de penser des espaces sacrés… pour aujourd’hui.

Gilles Drouin, prêtre du diocèse d’Évry, est maître de conférences au Theologicum-Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Théologie des Pratiques » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Du bon usage des normes en liturgie par Hélène Bricout (éd.)

Publication de l’ouvrage Du bon usage des normes en liturgie. Approche théologique et spirituelle après Vatican II, Paris, Cerf, coll. « Lex orandi », 2020, 421 p.

Alors que la majorité des clercs et des fidèles ont vécu la réforme liturgique comme la délivrance d’un carcan normatif, et que la liturgie semblait avoir trouvé un mode paisible de régulation, des attitudes plus contrastées, voire de véritables oppositions, sont apparues ces dernières années. Le rapport aux normes en liturgie devenait désormais problématique en France, et il était temps de tout remettre à plat. Cet ouvrage collectif montre ainsi que les normes supposées ou mises en œuvre par les livres liturgiques réformés requièrent un véritable sens théologique et pastoral du rituel. Il propose des repères pratiques et une réflexion de fond pour que son lecteur retrouve un rapport aux normes cohérent avec l’esprit de la réforme liturgique de Vatican II. Pédagogique et clair, il souhaite aider à la formation des personnes au service de la liturgie.

Avec les contributions d’Hélène Bricout (dir.), François Cassingena-Trévedy, Nicolas Cochand, Gilles Drouin, Luc Forestier, Isaïa Gazzola, Sébastien Guiziou, Winfried Haunerland, Albert Jacquemin, l’archevêque Job de Telmessos, Martin Klöckener, Christophe Lazowski, Bénédicte-Marie Mariolle, Thomas O’Loughlin, Olivier Praud, Patrick Prétot, Yann Raison du Cleuziou, Jean-Claude Reichert.

Solitudes sacrées et villes saintes par Catherine Marin et Anne Marie Reijnen (éd.)

Publication de l’ouvrage Solitudes sacrées et villes saintes, Montrouge, Bayard, 2019, 322 p.

Quel lien unit les communautés humaines à tel ou tel lieu sur cette terre ? D’où vient l’universel désir humain de pérégriner sur d’anciennes routes pour y rencontrer le divin ? Comment expliquer l’émergence des lieux saints ? Voilà les questions abordées par cet ouvrage original qui emmène le lecteur aux quatre coins du monde. Un haut lieu peut être investi par des communautés rivales ; une ville sainte, devenir un champ de bataille. Alors qu’est-ce qu’un lieu saint ? Tout lieu solitaire suscite, au fil du temps, la sociabilité. Vivre dans la ville sera le lot de la vaste majorité des humains : quel sera le rôle du religieux dans les mégalopoles ?
Douze expertes et experts, sous la direction de Catherine Marin et Anne Marie Reijnen, dressent le « portrait » de solitudes « sacrées » et de villes « saintes » pour en dégager chaque fois l’histoire singulière et les paradoxes. On trouve le Mont-Saint-Michel, Jérusalem, Bénarès ou Le Caire, mais aussi des grottes chinoises, des montagnes, une vallée et la forêt amazonienne… Et l’on entreprend, à travers ces lieux multiples, un étonnant itinéraire spirituel, historique et artistique.

Avec les contributions d’Elbatrina Clauteaux, Roberta Collu-Moran, Pierre Diarra, Michel Grandjean, Mireille Hadas-Lebel, Christine Kontler, Nicole Lemaître, Catherine Marin, Yara Matta, Nathalie Nabert, Jacques-Noël Pérès, Emmanuel Pisani, Anne Marie Reijnen et Ysé Tardan-Masquelier.

 

Shakespeare et Cervantès, regards croisés par Ineke Bockting, Pascale Drouet et Béatrice Fonck (éd.)

Publication de l’ouvrage Shakespeare et Cervantès, regards croisés, Paris, Classiques Garnier,              2018, 333 p.

Actes du colloque international, qui a eu lieu du 20 au 22 avril 2016 à l’ICP et à l’Instituto Cervantes, est coorganisé par Ineke Bockting et Béatrice Fonck (Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris), Pascale Drouet (Université de Poitiers) et l’Instituto Cervantes de Paris.

Cet ouvrage replace les œuvres de Shakespeare et de Cervantès dans leur contexte historique, analyse la dialectique des nouvelles et des anciennes poétiques, met en regard personnages cervantins et personnages shakespeariens, s’intéresse à la circulation et à la postérité de ces œuvres majeures.

Les contributeurs sont : Bockting (Ineke), Brailowsky (Yan), Canavaggio (Jean), Chartier (Roger), Drouet (Pascale), Edwards (John), Escamilla (Michèle), Fonck (Béatrice), Garcia De La Concha (Victor), Guéron (Claire), Jackson (John E.), Lefait (Sébastien), Menegaldo (Gilles), Perrier de la Bathie (Pierre-Emmanuel), Picy (Jean-Baptiste), Rivere de Carles (Nathalie), Schütz (Chantal).

 

 

La personne au secours de l’humain par Jean-François Petit

Publication de La personne au secours de l’humain. 30 études personnalistes, Paris, Parole et Silence, 2018, 473 p.

Redisons-le fortement : seule la personne possède une dignité humaine, aussi extensive soit sa conception aujourd’hui. Comme centre existentiel unique, elle possède une sensibilité incomparable pour les souffrances et pour les joies, une sensibilité qu’on ne retrouve nulle part dans le monde objectif. La personne n’est pas un composé de parties, un agrégat ou une addition. Ainsi, elle marque sa singularité, son unicité, du début jusqu’à la fin.

A travers ces études, on ne peut qu’être frappé par la permanence des enjeux qui s’en dégagent et, pourquoi ne pas le dire, du caractère prophétique de la vision personnaliste d’Emmanuel Mounier (1905-1950). Face à des philosophies qui succombent à la fascination médiatique ou à celles qui se cantonnent dans une érudition inadaptée aux défis contemporains, le personnalisme creuse une ligne de fond qui est aussi une ligne de vie.

On dit qu’un philosophe, quels que soient les domaines qu’il traverse par vocation et par mission, revient toujours à un « port d’attache ». Ce fut le cas ici avec le personnalisme. Pour ma part, je peux fermement attester qu’avec Emmanuel Mounier, je ne me suis jamais trouvé dans des impasses conceptuelles ni en défaut de penser.

Jean-François Petit, assomptionniste, est maître de conférences à la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

« Ça » n’a rien à voir. Lire Freud en philosophe par Emmanuel Falque

Publication de l’ouvrage « Ça » n’a rien à voir. Lire Freud en philosophe, Paris, Cerf, coll. « Idées », 2018,  168 p.

La confrontation entre philosophie et psychanalyse a connu de beaux jours. Mais après les grands débats avec P. Ricœur, M. Merleau-Ponty,     J. Derrida, G. Deleuze ou M. Henry, ce dialogue semble aujourd’hui rompu. Il fallait donc de nouveau franchir le Rubicon. Peut-être la philosophie contemporaine souffre-t-elle d’un        « excès de sens », qu’il s’agisse de signification ou d’interprétation, et que la psychanalyse a sur ce point matière à interroger ?

Dire Ça n’a rien à voir n’indique pas qu’entre philosophie et psychanalyse il n’y ait pas de rapports, bien au contraire. « Ça n’a rien à voir » veut plutôt signifier que le « Ça » ne se voit pas – parce que précisément il ne se donne jamais à voir comme « phénomène ». Oser Lire Freud en philosophe, c’est ainsi conduire la pensée vers des rives insoupçonnées, en une lecture de la psychanalyse ici renouvelée.

Emmanuel Falque est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403).

 

Actualité de la spiritualité augustinienne par Jean-François Petit et Olivier Roduit (éd.)

Publication de l’ouvrage Actualité de la spiritualité augustinienne. Actes du congrès international augustinien (Saint-Maurice d’Agaune, Suisse ; 4-7 août 2017), Paris, Salvator, 2018,    276 p.

De nombreuses congrégations et instituts religieux se réclament aujourd’hui de la Règle et de la spiritualité de saint Augustin : Prémontrés, Assomptionnistes, chanoines de différentes obédiences, mais aussi communautés de création plus récente.
Ce livre leur donne la parole et témoigne de l’actualité d’une telle démarche spirituelle. Plus que jamais, saint Augustin est notre contemporain, comme le soulignent chacune à leur manière les différentes contributions réunies ici.
Les études qui lui sont consacrées, les différentes interprétations de sa Règle, sa place éminente dans la culture contemporaine, sa perception par les Églises orientales ou ses liens historiques avec l’Afrique et son enjeu pour le dialogue euroméditerranéen sont autant de façons de redécouvrir une figure qui marque
profondément notre manière de vivre le christianisme.

Jean-François Petit, assomptionniste, est maître de conférences à la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

Olivier Roduit est chanoine de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune.

Parution du premier numéro des Cahiers de la Chaire Bien commun

Ce numéro présente les travaux issus du colloque inaugural de la Chaire Bien commun, qui s’est tenu les 17 et 18 novembre 2016 à l’Institut Catholique de Paris.
Quinze experts décryptent ici la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle. L’espérance du bien commun est déclinée en quatre parties, qui offrent une vision synoptique des grands axes de recherche de la Chaire Bien commun : une réflexion sur l’origine philosophique et théologique de la notion de bien commun (« Une notion, de multiples héritages »), une évaluation de sa pertinence politique (« L’idée de nation et l’Union européenne en question »), une évaluation de sa pertinence économique (« La financiarisation à l’épreuve de l’utilité sociale »), une ouverture sur les défis sociaux et environnementaux de notre temps (« Santé, environnement et refondation de l’éducation »).

Avec les contributions d’Olivier Artus, Patrick Artus, Bernard Bourdin, Pierre-André de Chalendar, Catherine Fino, Sylvie Goulard, Elena Lasida, Frédéric Louzeau, Pierre Manent, Éric de Moulins-Beaufort, Oliver O’Donovan, Bernard Perret, Jean-Paul Pollin, Émilie Tardivel, Angelo Vincenzo Zani.

Le premier numéro des Cahiers de la Chaire Bien commun est en vente dans les grandes librairies catholiques et à la Fnac, ainsi qu’à l’accueil de l’Institut Catholique de Paris : 74 rue de Vaugirard, Paris 6e.

Vous pouvez également commander en ligne un exemplaire.

La Grande Histoire vue de la mer par Christian Buchet

Publication de l’ouvrage La Grande Histoire vue de la mer, préface de Jean-Louis Étienne, Paris, Le Cherche Midi, 2017.

« L’homme n’est jamais aussi grand que dans son face-à-face avec la mer.
Parce qu’elle est démesure, la mer est transcendance. »
La mer, avenir de la terre de Philip Plisson et Christian Buchet

Raconter l’histoire de l’humanité vue de la mer, c’est comprendre la grande diversité des civilisations dont les évolutions sont intimement liées aux mers et aux océans. C’est là que se sont déroulées les aventures fondatrices du monde d’aujourd’hui, présentées dans ce livre richement illustré par Christian Buchet, universitaire et spécialiste de la mer.
La mer, qui doit faire l’objet d’attention et de recherches afin d’unir dans une belle communion le destin des hommes et celui des océans. Au fil des pages, c’est toute l’évolution du monde qui devient intelligible, pleine de leçons et simple à retenir.

Christian Buchet est Professeur à l’Institut Catholique de Paris, H.D.R., docteur en histoire, diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, Membre de l’Académie de Marine. Il est membre du pôle « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

Les cardinaux entre Cour et Curie : une élite romaine, 1775-2015 par François Jankowiak et Laura Pettinaroli (éd.)

Publication de l’ouvrage Les cardinaux entre Cour et Curie : une élite romaine, 1775-2015, Rome, École française de Rome, Collection de l’École française de Rome, n°530, 2017, XV-465 p.

Les cardinaux sont connus du grand public comme des figures prestigieuses des Églises et des sociétés locales. Ils suscitent aussi l’intérêt des médias internationaux par leur rôle, majeur mais toujours mystérieux, dans l’élection du pape. Pourtant, la nature de leur charge et la réalité de leurs fonctions demeurent largement dans l’ombre. Les membres du Sacré Collège composent une élite qui ne ressemble à aucune autre : aristocratique au sens du choix des « meilleurs », et cependant non héréditaire, à fort ancrage local mais aussi très internationalisée, placée à partir des Lumières et de la Révolution face au défi de s’adapter à la modernité.

Cet ouvrage est centré sur les aspects spécifiquement romains de l’activité multiforme des « porporati ». Ceux-ci sont saisis à la fois en tant que corps constitué, sede plena (consistoire) et sede vacante (conclave), et individuellement, comme responsables de dicastères de la Curie, acteurs majeurs de la diplomatie vaticane, mais aussi protecteurs de congrégations religieuses, dignitaires de la Cour pontificale et détenteurs d’un « titre » cardinalice symbolisant leur ancrage dans la Ville.

Les vingt-cinq contributions réunies dans ce volume, accompagnées d’une bibliographie et de plusieurs index, sont le fruit d’un programme de recherches interdisciplinaires qui a rassemblé une équipe internationale d’historiens et d’historiens du droit, et qui a été conduit par l’École française de Rome, l’Institut catholique de Paris et l’Université Paris-Sud.

Laura Pettinaroli est maître de conférences en histoire contemporaine à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris. Elle est membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403).

Le Christ devant la raison par Vincent Holzer

Publication de l’ouvrage Le Christ devant la raison. La christologie devenue philosophème, Paris, Cerf, coll. Philosophie et théologie, 2017.

Le Christ devant la raison reprend la question du rapport entre théologie et philosophie sous l’angle inattendu de la christologie dans ses métamorphoses modernes et contemporaines. Le projet paraît ambitieux, mais il s’attache ici à un segment de temps qui correspond à une période que l’on peut qualifier de « seconde modernité », là où la christologie comme discipline de la théologie tend à se détacher de plus en plus du domaine où l’avait confinée l’apologétique défensive, celui de la preuve, pour s’épanouir en un domaine de signification jusqu’alors inédit et qui porte le nom très précis de Christozentrik : le Christ au centre d’un ordo rerum dont il est la synthèse idéale. Mais le « christocentrisme », né d’une intensification métaphysique en théologie, n’est pas sans ambivalences. Il pourrait mettre à mal la logique de la foi et le paradoxe fondamental qui la soutient et dont la christologie est précisément la forme intelligible. Les ambitions spéculatives de la christologie ecclésiale n’en demeurent pas moins intactes.

Vincent Holzer, professeur en théologie à l’Institut Catholique de Paris, est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403).

 

Usage du monde et liberté à l’âge classique par Véronique Wiel

Publication de l’ouvrage Usage du monde et liberté à l’Âge classique, Paris, Honoré Champion, coll. Lumière classique, 2017.

L’on ne saurait trop souligner combien l’âge « classique » est un âge critique. Moment de crise aiguë, totale, puisque c’est la destitution du monde ancien qui s’amorce et une situation inédite qui se dessine : l’homme se découvrant comme jamais instance de liberté face à un monde dont il est désormais séparé, ce qui devient pensable, c’est la réformation générale du monde et de soi. La question est de savoir comment réinventer la liberté dans les conditions de la modernité.

Cette entreprise s’énonce électivement en terme d’usage et sa fortune témoigne de la variété des voies empruntées. Or parmi les figures de « la liberté par l’usage », il en est une qui, méconnue, se recommande de trois sources anciennes : le stoïcisme, la théologie paulinienne et le legs augustinien. Révéler son originalité consiste à déployer ce qui est ramassé dans l’étrange formule de Paul : « user du monde comme n’en usant pas ». Attester son actualité à l’âge classique, c’est montrer comment Fénelon, Pascal, Malebranche ou Mme de Lambert jouent de sa plasticité pour se l’approprier diversement et en faire une figure de la liberté disponible pour la modernité – y compris la nôtre.

Véronique Wiel est professeur HDR à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris. Elle est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .