Archives de catégorie : Ouvrages parus

Madame Acarie par David Gilbert (éd.)

Publication de  : David Gilbert (éd.), Madame Acarie (1566-1618). Politique, mystique et société au lendemain des guerres de Religion, Rennes, PUR, coll. « Société d’histoire religieuse de la France », 2021.

Barbe Avrillot, épouse Acarie, est considérée à juste titre comme l’instigatrice, avec Pierre de Bérulle, de l’implantation en France de l’Ordre du Carmel, réformé par Thérèse d’Avila. Fille des guerres de Religion, mariée à un protagoniste de la Ligue, « madame Acarie » – comme les historiens ont pris l’habitude de l’appeler – contribue puissamment, dans les années qui suivent l’édit de Nantes (1598), à convertir le combat armé des ligueurs contre les huguenots en un combat spirituel, voire mystique, par les armes de la prière et de l’ascèse.

Cet ouvrage est issu du colloque interdisciplinaire organisé à l’Institut Catholique de Paris, les 12 et 13 avril 2018, avec le soutien de nombreuses institutions (Société d’étude du XVIIe siècle, province de Paris des Carmes déchaux, monastère du carmel de Pontoise, Association des amis de madame Acarie, revue Etudes franciscaines, paroisse Notre Dame des Blancs Manteaux). Il a été publié avec le soutien de la Mission aux Commémorations nationales et de l’Institut catholique de Paris.


Les contributeurs sont, par ordre alphabétique : Arnauld Brejon de Lavergnée (conservateur honoraire du patrimoine), Barbara Brejon de Lavergnée (BnF), Robert Descimon (EHESS), Barbara Diefendorf (Boston University) Antoinette Gimaret (Limoges), Sophie Houdard (Paris III), Simon Icard (CNRS), Catherine Marin (ICP), François Marxer (Centre Sèvres), Pierre Moracchini (Ecole franciscaine de Paris), Nathalie Nabert (ICP), Eric Suire (Bordeaux Montaigne), François Trémolières (Rennes II). L’introduction a été rédigée par David Gilbert (ICP) et la conclusion par Bernard Hours (Lyon III).


David Gilbert est professeur au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Ethique, Morale et Institutions ».

L’Art secret de faire des enfants par Jacques Arènes

Publication de : Jacques Arènes, L’Art secret de faire des enfants. Essai sur les tourments du temps et de la filiation, Paris, Cerf, 2021, 293 p.Jacques Arènes poursuit sa réflexion sur la dimension filiale de l’existence, dont il décrit la dynamique psychique et intersubjective dans le champ de l’anthropologie culturelle informée par la psychanalyse. La figure du Père fut longtemps avancée comme soutenant ce que Freud appelait le « travail de culture ». Cet ouvrage rend compte d’une situation nouvelle, et ne s’appuie pas sur la verticalité de ce qui était autrefois évident (le Père) pour tenter de saisir ce qu’il en est aujourd’hui du « travail » des fils, de leur nécessité de porter leur destinée, en un monde où les pères – et, plus généralement, les parents – sont en difficulté pour assumer leur position subjective et se constituer vecteurs de la transmission d’un monde qui peine à avancer dans le temps.

Il s’agit donc aussi d’une réflexion sur la temporalité, et sur la manière dont la « forme filiale » se déploie dans le temps. Dans cette perspective, l’auteur élabore une théorie du devenir filial, proposant l’hypothèse de la filiation comme une forme psychique dynamique – constituant un complexe filial –, en interaction avec certaines structures anhistoriques. Cette forme n’est pas abstraite : elle constitue pour chacun le noyau subjectif du tissage du temps. En effet, la temporalité se déploie au niveau individuel, articulée avec une dimension partagée dont la portance est aujourd’hui défaillante. L’ouvrage analyse alors – dans une perspective phénoménologique – la manière dont le temps vécu s’appuie sur les ressources narcissiques du sujet, et met en lumière les tourments inédits de la temporalité en régime contemporain. Hannah Arendt soulignait – dans La crise de la culture – sa conviction que la pensée elle-même naît d’événements de l’expérience vécue, et demeure orientée par eux. Le méta-événement anthropologique, analysé en cet ouvrage, d’une temporalité épuisée provoque ainsi notre pensée, et réoriente d’une manière radicale le travail filial.

Jacques Arènes est directeur de l’Ecole de Psychologues Praticiens et professeur à la Faculté de Sciences sociales et économiques de l’Institut Catholique de Paris, membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Extrémismes religieux, violence et contexte éducatif par Jacques Arènes et Jean-Luc Viaux (éds.)

Publication de : Jacques Arènes et Jean-Luc Viaux (éds.), Extrémismes religieux, violence et contexte éducatif, Paris, Cerf, coll. « Patrimoines », 2021, 191 p.

Depuis la vague d’attentats de janvier 2015 jusque dans des tragédies plus récentes, une incompréhension mine notre société : comment des jeunes, français ou installés en France de longue date, peuvent-ils adopter des positions haineuses à l’égard de ceux qu’ils décrivent comme leurs ennemis ? Comment des campagnes de harcèlement peuvent-elles se développer sur les réseaux sociaux pour dénoncer les contenus de certains cours ? Les questions sont complexes, et n’appellent pas des réponses simplistes. Cet ouvrage – élaboré dans une perspective interdisciplinaire (droit, philosophie, psychologie, sciences de l’éducation, sociologie, théologie) – est le fruit d’un colloque ayant eu lieu à l’ICP en juin 2019. Il aborde concrètement les difficultés et les actions possibles, associant chercheurs et acteurs du terrain éducatif.

Le monde éducatif est, en effet, confronté à la problématique du décalage entre discours se voulant scientifiques et dogmes religieux, menant dans certains cas au dysfonctionnement de l’institution scolaire (avec notamment le refus de participer à certains cours). La réflexion et l’action sur ce thème supposent donc de ne pas prendre de position surplombante, mais de pallier la méconnaissance du phénomène religieux chez une partie de ceux qui se confrontent à ses manifestations contemporaines, et de prendre la mesure des failles psychiques, intellectuelles, voire spirituelles de nos dispositifs collectifs d’éducation et de transmission du savoir. Les expressions religieuses contemporaines les plus extrêmes seraient alors à penser dans ce cadre du déficit des valeurs symboliques partagées qui feraient lien…

Jacques Arènes est directeur de l’Ecole de Psychologues Praticiens et professeur à la Faculté de Sciences sociales et économiques de l’Institut Catholique de Paris, membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Judaïsme et christianisme dans la philosophie contemporaine par Philippe Capelle-Dumont et Danielle Cohen-Levinas (éds.)

Publication de : Philippe Cappelle-Dumont et Danielle Cohen-Levinas (éds.), Judaïsme et christianisme dans la philosophie contemporaine, Paris, Cerf, coll. « Les cahiers de la Faculté de droit canonique de l’ICP », 2021, 440 p.

La relation entre les deux traditions du judaïsme et du christianisme a fait l’objet, depuis le début du xxe siècle, d’approches philosophiques fondamentales que le présent ouvrage s’efforce de réunir et de ressaisir. De Rosenzweig à Levinas, de Bergson à Maritain, de Péguy à Sartre et de Simone Weil à Ricoeur, c’est une constellation théorique singulièrement contrastée qui s’y manifeste, mettant en lumière une histoire philosophique inspiratrice de notre espace religieux et politique. Il ne s’agit cependant pas ici de rejouer philosophiquement les antagonismes historiques. Les textes rassemblés dans ce volume posent en effet de manière irréductible la question : qui est l’autre ? À quels types d’altérations et de complémentarités la pensée est-elle ici confrontée ? Il ne saurait donc être question d’autre chose que de trouver une orientation et une signification là où les déterminations historiques ont parfois recouvert ce qu’il est permis d’appeler l’exception judéo-chrétienne.

Philippe Capelle-Dumont est professeur à l’Université de Strasbourg et doyen honoraire de la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris.

Le droit de l’Eglise au service … Du gouvernement de la vie religieuse par Bruno Gonçalves et Cédric Burgun (éds.)

Publication de : Le droit de l’Eglise au service … Du gouvernement de la vie religieuse, Paris, Artège Lethielleux, coll. « Les cahiers de la Faculté de droit canonique de l’ICP », 2020, 176 p.

Cet ouvrage recueille différentes interventions données à l’occasion d’une journée d’études sur le gouvernement des instituts de vie consacrée organisée par la faculté de droit canonique de l’Institut catholique de Paris.
Dans une approche interdisciplinaire, les interventions prennent en compte l’aspect théologique et canonique de cette question fort délicate mais également les considérations pastorales, humaines et spirituelles. Il est donc question dans cet ouvrage de donner des repères pour aider les communautés et leurs membres à mieux vivre la vie fraternelle à laquelle ils sont appelés par grâce.
Les intervenants, membres de communautés religieuses ou de société de vie apostolique, partagent également dans ces lignes leur expérience de gouvernement et leurs réflexions sur des notions aussi importantes que celles de gouvernement, de charisme, d’autorité ou encore d’actes hiérarchiques ou collégiaux. Face aux abus constatés dans l’histoire de l’Église, et malheureusement encore aujourd’hui, nous sont présentés des moyens canoniques pour y faire face et y remédier.

Bruno Gonçalves est maître de conférences à la Faculté de Droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Cédric Burgun est maître de conférences à la Faculté de Droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

De la pédagogie universitaire inclusive. L’université et le handicap par Séverine Parayre, Fabienne Serina-Karsky et Augustin Mutuale (éds.)

Publication de : De la pédagogie universitaire inclusive. L’université et le handicap, Paris, L’Harmattan, coll. « Pédagogies, Formations et Recherches », 2020, 284 p.

Le nombre d’étudiants en situation de handicap augmente d’année en année. Les universités affichent aujourd’hui la volonté de les accueillir et les accompagner. Pourtant, les recherches menées ainsi que les témoignages recueillis révèlent des difficultés quand il s’agit de mettre en œuvre des politiques inclusives tout en gardant le même niveau d’excellence et d’exigence sur un plan académique. Cet ouvrage rend compte de la réalité des pratiques d’inclusion d’étudiants porteurs de handicap, dans tous les cycles d’études universitaires.

Avec une préface de Philippe Bordeyne, Recteur de l’Institut Catholique de Paris.

Séverine Parayre est maître de conférences à l’ISP (Faculté d’Éducation) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Fabienne Serina-Karsky est maître de conférences à l’ISP (Faculté d’Éducation) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Augustin Mutuale est professeur à l’ISP (Faculté d’Éducation) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Églises en chantier par Luc Forestier (éd.)

Publication de : Églises en chantier. Justice et justification au cœur de nos pratiques. Actes du Colloque des Facultés tenu à l’Institut catholique de Paris du 12 au 14 mars 2019, Paris, Cerf, « Cerf Patrimoines », 2020, 288 p.

La signature entre l’Église catholique et la Fédération luthérienne mondiale, le 31 octobre 1999, d’une Déclaration commune sur la doctrine de la justification a constitué une étape majeure sur le chemin œcuménique qui nous conduit vers l’unité visible des Églises qui se réclament de la même foi chrétienne. Pour fêter le vingtième anniversaire de cet accord, en tenant compte des communions ecclésiales qui se sont officiellement associées à cette démarche, le Colloque des Facultés qu’organise chaque année l’Institut Supérieur d’Études Œcuméniques (Institut Protestant de Théologie, Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge, Theologicum, Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Institut Catholique de Paris) a rassemblé des intervenants de différentes confessions chrétiennes venant du monde entier. La conférence magistrale du Dr Martin Junge, Secrétaire général de la Fédération Luthérienne Mondiale (Genève), inaugure ces Actes qui reprennent les conférences et les prédications. Honorant les pratiques des Églises (liturgie, catéchèse, diaconie), les contributions variées cherchent à faire un bilan de la réception de cet accord, tout en proposant de nombreuses pistes d’approfondissement.

Luc Forestier est maître de conférences au Theologicum (Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Permanence d’Israël et silence de la théologie par Luc Forestier, Thérèse Andrevon, Pablo Arteaga et Anne-Marie Reijnen (éds.)

Publication de : Permanence d’Israël et silence de la théologie. Une question pour les Églises, Paris, Parole et Silence, 2020, 154 p.

Jusque dans le milieu du vingtième siècle, le judaïsme post-biblique n’intéressait pas la théologie. Ce n’est que progressivement que la conscience chrétienne a pris acte de la permanence d’Israël comme signe à interpréter positivement dans le dessein de Dieu. Bien que nombre de textes officiels de l’Église catholique, de déclarations des Églises issues de la Réforme — et en moindre mesure des Églises orthodoxes — montrent que cette rencontre à nouveaux frais avec le peuple juif et le judaïsme contemporains affecte tous les aspects de la théologie, le sujet reste encore très circonscrit dans des cercles de spécialistes, et optionnel dans les études de théologie. Ce silence de la théologie est particulièrement frappant dans le dialogue œcuménique, qui semble se dérouler sans référence au peuple d’Israël de manière organique. De plus, la position des Églises par rapport au peuple juif soulève de profonds désaccords, qui, comme par effet de miroir, mettent en lumière les enjeux de la théologie œcuménique. Au silence de la théologie sur la permanence d’Israël, l’ouvrage veut offrir quelques paroles qui en montrent l’importance, non seulement pour le dialogue judéo-chrétien, mais pour un renouveau de la théologie contemporaine et le labeur œcuménique.

Luc Forestier est maître de conférences au Theologicum (Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Entendre et proposer l’évangile avec les jeunes par Isabelle Morel, Enzo Biemmi et François-Xavier Amherdt (éds.)

Publication de : Entendre et proposer l’évangile avec les jeunes, Paris, Cerf, coll. « Cerf Patrimoines », 2020, 276 p.

Dans la dynamique du Synode des évêques sur « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel », un paradoxe est repérable dès le début de la réflexion synodale. Le langage adopté utilise régulièrement les expressions « eux » et « nous » : les jeunes d’une part, l’Église d’autre part. Ce rapport d’extériorité se double d’une autre tendance ecclésiale à parler du monde des jeunes, comme si le monde dans lequel vivent ces jeunes n’était pas le monde dans lequel nous vivons. La difficulté à réfléchir à la place des jeunes dans l’Église de manière inclusive n’est-elle pas en fait une difficulté à vivre en Église aujourd’hui avec eux ? Ne s’agit-il pas de vivre une pastorale intergénérationnelle nécessitant qu’une génération ne soit pas là pour l’autre mais « avec » elle ? Cet ouvrage apporte une contribution à cette réflexion. Pensant vivre « un colloque sur les jeunes », en s’attachant à le faire avec les jeunes, les auteurs ont en fait participé à « un colloque sur l’Église ». Ils nous livrent au final un travail de théologie pratique stimulant pour la réflexion théologique autour de la « synodalité » de l’Église. Cet ouvrage rassemble l’essentiel des interventions proposées à l’occasion du IXème colloque international de l’ISPC (Institut Supérieur de Pastorale Catéchétique, au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris). Organisé en partenariat avec la Faculté de théologie de Fribourg (Suisse) et l’Institut supérieur de sciences religieuses de Vérone (Italie), il a rassemblé 280 participants du 12 au 15 février 2019.

Isabelle Morel est professeur extraordinaire au Theologicum (Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Théologie des pratiques » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Exodes et migrations dans les traditions bibliques par Sophie Ramond et Olivier Artus (éds.)

Publication de : Exodes et migrations dans les traditions bibliques. XXVIe congrès de l’Association catholique française pour l’étude de la Bible (Paris, 2018), Paris, Cerf, coll. « Lectio divina », 2020, 232 p.

L’ouvrage est la publication des actes du XXVIIe congrès de l’Association catholique française pour l’étude de la Bible (ACFEB), qui s’est tenu à Paris du 28 au 30 août 2018. Il cherche à mettre en évidence les enjeux historiques, la stratégie narrative, et la signification théologique des récits d’exode et de migration. Il montre que les migrations et exodes évoqués dans les diverses traditions bibliques sont multiples, connotés positivement ou négativement, perçus de manière différenciée selon les circonstances. Derrière chaque tradition biblique se jouent des questions identitaires et les enjeux sont à la fois politiques et théologiques. Cependant, la référence à l’Exode comme lieu fondateur d’une identité est retrouvée dans de multiples traditions de la Bible hébraïque, du judaïsme hellénistique et du Nouveau Testament. Les traditions bibliques ne cessent ainsi de déployer d’époque en époque les enjeux théologiques et spirituels d’une identité exodique.

Sophie Ramond est professeur au Theologicum (Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Bible et Orient » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».