Archives de catégorie : Publications

Parution du n° 133 de Transversalités

Couv 133 ombréeLe n° 133 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème “Traditions bibliques et construction de l’identité (2)”.

Le dossier de ce n°133 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris Transversalités reprend les actes d’un colloque consacré au thème de « La rhétorique de l’identité dans l’Écriture Sainte », et rassemblant les biblistes et les orientalistes de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société », et les chercheurs du Centrum für Geschichte und Kultur des östlichen Mittelmeerraums de l’Université de Münster.

Dans la plupart des cas, les auteurs des traditions bibliques affrontent des conditions politiques qui les conduisent à définir leur identité religieuse et théologique en faisant face à une culture dominante : c’est en allant sur le terrain de ces cultures, en en empruntant les lieux communs, ou des expressions plus élaborées, que les écrivains bibliques parviennent à entrer en débat avec elles et à préciser la spécificité de leur foi.

Consultation du sommaire du n° 133 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Le surnaturel incarné dans la création. Une lecture de la théologie du surnaturel d’Henri de Lubac par Brigitte Cholvy

Parution de l’ouvrage Le surnaturel incarné dans la création. Une lecture de la théologie du surnaturel d’Henri de Lubac, Paris, Cerf (coll. “Etudes lubaciennes”, 10), 2015, 453 pages.

le-surnaturel-incarne-dans-la-creation-brigitte-cholvyDepuis le concile Vatican II, le terme « surnaturel » a quasiment disparu du langage théologique et du langage pastoral. On ne sait plus s’il s’agit d’un adjectif (des « choses surnaturelles ») ou d’un substantif (« le » surnaturel) et on peut passer, dans la même phrase, de l’un à l’autre. Il arrive même que le terme de « grâce » le remplace et semble ainsi prendre la même signification.

Mais est-il possible de se passer du terme de « surnaturel » dans une réflexion en anthropologie chrétienne ? Est-il possible de le considérer comme synonyme de « grâce » ?

Le cardinal Henri de Lubac est un guide précieux pour instruire ces questions, à condition de ne pas réduire son rôle à celui d’un historien des doctrines, mais de le suivre dans son élaboration d’une théologie du surnaturel. Cet ouvrage se propose de dessiner les contours de cette théologie et de redécouvrir, à l’école du jésuite, l’ampleur de la notion de surnaturel.

Comme il l’affirmait dès 1934, le surnaturel n’est pas un miracle (même s’il est au-dessus des forces humaines) mais il est enraciné dans la nature humaine et se manifeste dans le désir de l’esprit. Le surnaturel n’est pas un ajout optionnel (même s’il est au-dessus de l’essence de l’homme), il est bien plutôt la trace de l’orientation vers Dieu de tout le créé, l’histoire comme le monde. Et, comme le surnaturel n’est pas strictement équivalent à la grâce, il ne relève pas du seul argument de la gratuité (même s’il est au-dessus des exigences humaines) et appartient à la doctrine de la création.

Cet ouvrage donne ainsi l’occasion de revenir sur une controverse majeure de la théologie du XXe siècle qui, avec d’autres renouveaux, a préparé le concile Vatican II.

Brigitte Cholvy est maître de conférences au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Elle est spécialiste de l’anthropologie chrétienne et de la théologie française du XXe siècle.

Enseigner les religions. Regards et apports de l’histoire, sous la direction de Brigitte Caulier et Joël Molinario

Parution de l’ouvrage Enseigner les religions. Regards et apports de l’histoire, Québec, Presses de l’Université Laval (coll. “Religions, Cultures et Sociétés”), 2015, 400 pages.

details_L97827637225351Au cœur des débats actuels sur la tolérance, le dialogue interreligieux et la place des religions dans l’éducation, cet ouvrage rassemble des contributions européennes et américaines autour d’une discipline souvent négligée par les décideurs: l’histoire.

Les auteurs évaluent l’apport de cette discipline dans la formation des intervenants et des enseignants, ainsi que dans l’élaboration des contenus d’enseignement. Ils analysent sa place dans la recherche fondamentale et l’enseignement universitaire. C’est l’occasion pour eux de poursuivre un dialogue interdisciplinaire sans compromis qui mobilise les sciences de l’éducation, les sciences sociales et religieuses et la théologie.

Enseigner les religions dresse également le panorama de la recherche historienne qui a emprunté plusieurs avenues pour aborder la formation religieuse des populations à convertir ou à maintenir dans la religion ainsi que les enjeux identitaires qui s’y rattachent. Le lecteur pourra se familiariser avec les expériences contemporaines de plusieurs pays qui intègrent l’enseignement des religions à l’école.

Contributions de Catherine Fino, Raymond Brodeur, Roland Lacroix, Gilles Routhier, John Jairo Marin Tamayo, Claude Prudhomme, Luc Courtois, Joël Molinario, Isabelle Morel, Elisabeth Smyth, Brigitte Caulier, Antony Favier, Philippe Martin, Jacqueline Lalouette, Paul Servais, Jan Van Wiele, Bernard Delpal, Bram Mellink, Jean-Dominique Durand, Flavio Pajern, Mariachiara Giorda, Mireille Estivalèzes, Corinne Bonafoux, Isabelle Saint-Martin, François Moog.

Triduum philosophique d’Emmanuel Falque

Parution de l’ouvrage Triduum philosophique (Le Passeur de Gethsémani, Métamorphose de la Finitude, Les Noces de l’Agneau), Paris, Cerf, 2015, 691 pages.

9782204104050-551120b97a2c3Voici, réunies en un seul volume, trois œuvres fondamentales de la philosophie contemporaine.
Voici la lecture continue qu’Emmanuel Falque mène des trois jours de la Passion du Christ.
Voici, récapitulée, l’expérience de Dieu qui est celle de l’homme.

Qu’en est-il de l’épreuve de l’angoisse, de la souffrance, de la mort à laquelle conduit le vendredi saint ? Qu’en est-il de l’épreuve de la naissance et de la résurrection à laquelle ouvre le dimanche pascal ? Qu’en est-il de l’épreuve du corps et de l’éros, de l’animalité et du chaos intérieur à laquelle appelle le jeudi saint ? C’est bien Le Passeur de Gethsémani qui, en opérant la Métamorphose de la finitude, institue Les Noces de l’Agneau.
Ce triduum philosophique interroge l’humain pour dire et définir les conditions de son assomption par le divin.
Une œuvre capitale dont le rayonnement international ne fait que grandir.

Emmanuel Falque est professeur et Doyen de la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris.

La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour. Chroniques de Francis Choisel

Parution de l’ouvrage La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour. Chroniques, Paris CNRS Editions (coll. “Biblis”), 664 pages.

imagesCette chronologie détaillée, la première du genre, retrace au jour le jour tous les événements, petits et grands, qui déroulent la trame historique de la Deuxième République et du Second Empire. Au lecteur, Francis Choisel propose de se placer dans la situation d’un contemporain de Lamartine et de Napoléon III qui lirait une suite de dépêches d’agence de presse, ou de brèves publiées dans son journal.

Lois, circulaires, élections, traités, guerres, personnalités, journaux, oeuvres littéraires et musicales, histoire locale, sciences et techniques… Par son caractère exhaustif, son sens aigu du détail et la richesse de sa documentation vérifiée à plusieurs sources, cette chronologie rafraîchit notre regard sur ces décennies décisives qui virent la France basculer dans la modernité.

Francis Choisel est maître de conférence à l’Institut Catholique de Paris. Spécialiste du Second Empire, il enseigne l’histoire à la Faculté de Lettres.

 

Pensée de Péguy, sous la direction de Benoît Chantre, Camille Riquier et Frédéric Worms

Parution de l’ouvrage Pensée de Péguy, Paris, Desclée de Brouwer, 2015, 308 pages. Ouvrage publié avec le concours du Service de la Recherche de l’Institut Catholique de Paris.

9782220066431Cent ans après sa mort, Charles Péguy est toujours d’actualité. Sa pensée continue à œuvrer et à s’exercer aujourd’hui sur les esprits les plus divers. Cette pensée déborde de toutes parts et bouleverse nos catégories académiques, puisqu’elle fut ensemble et tour à tour celle d’un révolutionnaire, d’un socialiste, d’un historien, d’un journaliste, d’un pamphlétaire, d’un philosophe et d’un poète. Par la force obstinée de son écriture, Péguy a réussi à rassembler des personnalités différentes. Cet ouvrage rend compte de cette pensée impossible à contenir, toujours prête à bouleverser nos habitudes acquises. Et quand bien même les auteurs de cet ouvrage ne partageraient rien d’autre entre eux que leur admiration, c’est assez pour qu’ils aient accepté d’y participer pour faire vivre Péguy.

Ce volume est issu d’un colloque qui eut lieu à l’École Nationale Supérieure et l’Institut Catholique de Paris les 14 et 15 mai 2014, et organisé par la République des savoirs/Ciepfc (USR 3608 ENS/Collège de France/CNRS) et l’Institut Catholique de Paris.

Contributions de Pauline Bruley, Benoît Chantre, Jean-Louis Chrétien, Emmanuel Falque, Alain Finkielkraut, Philippe Grosos, Jacques Julliard, Pierre Manent, Yann Moix, Marc-Olivier Padis, Jean-François Petit, Jean-Michel Rey, Camille Riquier, Alexandre de Vitry, et Frédéric Worms.

Parution du n° 132 de Transversalités

ombreLe n° 132 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème “Penser après 1914”.

La périodisation de l’histoire contemporaine conduit parfois à proposer l’hypothèse d’un « court xxe siècle » qui débute en 1914, et s’achève en 1991. 1914 marquerait ainsi la fin d’un monde et le début de la construction d’un nouveau « siècle ». Ce xxe siècle n’est pas seulement défini par la séquence des événements politiques qui le scandent, mais également par les évolutions qui le caractérisent sur le plan de la pensée, de la culture, des paradigmes politiques qui en sont proposés comme clefs d’interprétation. 1914 apparaît ainsi non seulement comme une fracture dans l’histoire des nations européennes, mais comme le premier moment d’une crise, c’est-à-dire d’un « jugement décisif réorientant le devenir», selon la formule proposée par Julien Farges.

Quatre portes d’entrée sont proposées par le dossier « Penser après 1914 », pour investir différents aspects de la « crise » inaugurée par la grande guerre, d’un point de vue historique, littéraire, philosophique et théologique.

Consultation du sommaire du n° 132 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements et ventes au numéro  :
SER – Abonnement Transversalités
tel: 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

La voie de la ressemblance. Itinéraire dans la pensée de saint Bonaventure de Laure Solignac

Parution de l’ouvrage La voie de la ressemblance. Itinéraire dans la pensée de saint Bonaventure, Paris, Hermann (coll. “De Visu”), 2014, 452 pages.

image.htmlComment suivre la déroutante pensée de Bonaventure ? Étienne Gilson y voyait à l’œuvre une « logique de l’analogie », tandis que Hans Urs von Balthasar la présentait comme une « monadologie sans harmonie préétablie ». Dans les deux cas, c’est l’expressionnisme du Docteur séraphique qui se trouve mis en valeur : les créatures représentent leur Créateur par tout leur être, et le Créateur lui-même exprime ses créatures. Mais cet expressionnisme universel et divin n’est que la face visible d’une structure dynamique et tripartite plus vaste que l’on peut appeler, en s’appuyant sur d’importantes déclarations de Bonaventure, une logique de la ressemblance.

Outrepassant les bornes posées par saint Augustin et par Denys le pseudo-Aréopagite, Bonaventure a réuni sous le vocable de « ressemblance » toutes les entités « mineures », depuis les Frères du même nom jusqu’aux espèces sensibles, et de la plus humble créature jusqu’au Fils de Dieu. Dans ce dispositif paradoxal dont l’homme et le Christ occupent le centre en raison de leur humilité, c’est la réconciliation du ciel et de la terre, de Dieu et du monde, de la théologie et de la métaphysique, que Bonaventure donne à voir.

Laure Solignac est ancienne élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm et docteur en philosophie. Elle est maître de conférences à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris et travaille plus particulièrement sur la pensée franciscaine du XIIIe siècle, la constitution d’une sagesse chrétienne au Moyen Age et l’évolution des discours anthropologiques de l’Antiquité à nos jours.

Le dialogue islamo-chrétien à l’épreuve. Père Anawati, o.p. – Dr Baraka : Une controverse au vingtième siècle d’Emmanuel Pisani

9782343036939rParution de l’ouvrage Le dialogue islamo-chrétien à l’épreuve. Père Anawati, o.p. – Dr Baraka : Une controverse au vingtième siècle, Paris, L’Harmattan (coll. “Religions et Spiritualité”), 2014, 2014 pages.

Aux controverses et polémiques du Moyen Âge, le dialogue islamo-chrétien connaît sous l’impulsion du Concile Vatican II un tournant heureux. Ce dialogue n’en demeure pas moins exigeant et difficile. Ses prophètes et artisans doivent parfois s’affronter à des oppositions ou des critiques émanant tout aussi bien de leurs coreligionnaires que des penseurs de l’autre religion.

L’histoire que retrace dans cet ouvrage le dominicain Emmanuel Pisani est celle de la position théologique du Père Anawati, personnalité éminente et expert au Concile sur les questions relatives à l’islam. S’il a cherché à justifier dans une conférence donnée au Caire le 11 septembre 1978 le dialogue et la rencontre inter-religieuse sur la base d’une foi commune entre christianisme et islam, sa position suscita les foudres d’un enseignant de la prestigieuse Université d’al-Azhar, le Dr. al- Baraka. Dans sa réponse, celui-ci semble renouer avec les heures les plus vives des controverses théologiques. La traduction et la présentation des textes est donc une contribution notoire à l’histoire contemporaine de ce dialogue.

Dans son commentaire, l’auteur offre par ailleurs des clefs précieuses de discernement et de méthodologie afin d’éviter les confusions sémantiques et théologiques pour ceux qui s’intéressent à la connaissance de l’une et l’autre religion ou qui s’impliquent dans le dialogue islamo-chrétien.

Emmanuel Pisani, dominicain de Montpellier et membre de l’IDEO (Institut Dominicain d’Études Orientales, Le Caire) est Directeur de l’ISTR (Institut de Science et de Théologie des Religions) de l’Institut Catholique de Paris. Il enseigne l’islamologie à Paris, Lyon et Rome.

Parution du n° 131 de Transversalités

Couv 131Le n° 131 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, avec pour thème “Christianisme et bien commun”.

La notion de bien commun fait aujourd’hui l’objet d’une attention nouvelle. Après un relatif oubli à l’époque moderne, elle connaît un retour en force dans le champ académique et une entrée décisive dans le champ réglementaire, à travers les nouvelles normes relatives au développement durable.

Mais ce qui s’impose comme un constat ne va pas de soi et certains seraient en droit de se demander : comment un ancien concept philosophique et théologique, si critiqué par le libéralisme (soucieux du primat des droits individuels sur le bien collectif), permettrait-il de répondre aux défis politiques et économiques du monde contemporain ? Se trompe-t-on sur le terme utilisé ou est-ce au contraire la critique libérale qui en appelle à une contre-critique, susceptible de mettre au jour les potentialités insoupçonnées de la notion de bien commun, au singulier comme au pluriel ?

Pour répondre à cette question, les enseignants-chercheurs de la Faculté de Sciences Sociales et Économiques (FASSE) et de la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris se sont réunis autour d’un projet prioritaire d’innovation de trois ans (2013-2016), dont le dossier de ce n°131 de Transversalités – Revue de l’Institut Catholique de Paris présente des premiers résultats.

Consultation du sommaire du n° 131 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements et ventes au numéro  :
SER – Abonnement Transversalités
tel: 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Répondre à l’inquiétude de la famille humaine : l’actualité de “Gaudium et spes” de Philippe Bordeyne

Parution de l’ouvrage Répondre à l’inquiétude de la famille humaine : l’actualité de Gaudium et spes, Montrouge, Bayard (coll. “Théologie”), 2014, 380 pages.

9782227487253« Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur coeur. » Gaudium et spes (1965-2015)

La constitution pastorale Gaudium et spes reste une œuvre majeure du concile Vatican II, faisant date dans l’histoire de l’Église. Le plus souvent regardée comme un texte prophétique, elle a aussi été déconsidérée dans certains cercles. Philippe Bordeyne propose, pour le jubilé de ce document, une étude passionnante sur ses enjeux contemporains, qui demeurent d’une grande actualité pour affronter les nouveaux problèmes du XXIe siècle. Il reprend les grandes articulations anthropologiques et morales du texte, sa contribution spécifique à la doctrine sociale de l’Église : la fragilité humaine, la dignité de la personne humaine et sa vocation sociale, la conscience morale et la liberté… Il dégage les intuitions fortes de la constitution et les explique pour notre temps, cinquante ans plus tard : l’Église est dans le monde et du monde, profondément solidaire de son histoire, inséparable de la condition humaine au sein de laquelle, en vivant l’Évangile, elle donne à percevoir les appels de Dieu et la responsabilité de chacun envers la famille humaine.

Philippe Bordeyne est Recteur de l’Institut Catholique de Paris, professeur au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses. Il enseigne plus particulièrement la théologie morale.

L’avènement de l’amour. Épître aux Romains, Chapitres 12 et 13 de Christophe Raimbault

Parution de l’ouvrage L’avènement de l’amour. Épître aux Romains, Chapitres 12 et 13, Paris, Cerf (coll. “Lectio divina”, n° 265), 2014, 621 pages.

couv10048g_200L’épître aux Romains ne présente pas un texte homogène : deux genres littéraires s’y côtoient, à tel point que les exégètes se sont longtemps interrogés sur la pertinence et la cohérence de cette lettre. Comment interpréter en effet la longue exhortation des chapitres 12 et 13, au sein d’un ensemble argumentatif et doctrinal ? Où réside alors l’unité du texte paulinien ?

Pour comprendre la place et le rôle de Romains 12-13, Christophe Raimbault prolonge les recherches antérieures et les dépasse : menant une analyse rhétorique et linguistique magistrale, il résout enfin l’énigme apparente de cette rupture stylistique et livre la pleine compréhension de l’épître. Jusqu’alors jugée mal à propos dans l’ensemble de la lettre, la série d’exhortations sur le comportement du disciple du Christ de Romains 12-13, véritable appel à l’amour fraternel, en devient la structure et le pivot.

Par-delà la confirmation de la parfaite maîtrise de l’éloquence par l’Apôtre des Gentils, se révèle au lecteur, d’un point de vue théologique mais également pratique, cet avènement de l’amour qu’a annoncé Jésus, et dont Paul se fait à son tour l’annonciateur.

Une étude décisive pour entrer dans le plus énigmatique et le plus commenté des textes de saint Paul.

Christophe Raimbault est maître de conférence au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Il enseigne plus particulièrement l’exégèse biblique.

Parution du n° 130 de Transversalités

Couv 130Le n° 130 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, avec pour thème “Identités, communautés, institutions”.

Il est assez banal depuis quelques décennies d’affirmer que les institutions des démocraties dites occidentales (l’état, la représentation démocratique…) sont « en crise » — une crise caractérisée par une défiance vis-à-vis de la médiation de l’état, et une moindre participation des citoyens au débat démocratique et aux processus électoraux — , « crise » qui vient également toucher les Églises, dont semblent se détourner les plus jeunes générations, et dont la réflexion anthropologique se trouve contestée.

Ces défis auxquels sont aujourd’hui confrontées Églises et Sociétés obligent à énoncer à frais nouveaux ce qui fonde les communautés humaines ou ecclésiales : l’identité même de ces communautés, et la source du lien qui les construit.

C’est à partir de quatre points de vue et de quatre compétences différentes que ce numéro 130 de  Transversalités aborde cette question de l’articulation entre « identités », « communautés », et « institutions ».

Consultation du sommaire du n° 130 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques d’Emmanuel Falque

Parution de l’ouvrage Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques, Paris, Hermann (coll. “De Visu”, en partenariat avec la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris), 355 pages.

le-combat-amoureux.jpgUn « combat amoureux » (Heidegger) ou une « lutte entre les penseurs » (Husserl) détermine le destin de l’histoire de la philosophie. Au cœur du débat avec la phénoménologie française, cet ouvrage engage une véritable disputatio philosophique ancrée sur ledit ‘tournant théologique de la phénoménologie française’. Assuré que l’heure n’est plus au simple choc frontal, mais à un véritable dialogue et confrontation entre les disciplines, ce livre tente de montrer en quoi une « phénoménologie de la limite » peut aussi servir de contrepoint à la « phénoménologie de la révélation », et la tourner davantage vers une pensée de l’« incarnation » ou de l’« expérience ».  Jacques Derrida, Maurice Merleau-Ponty, Emmanuel Lévinas, Jean-Luc Marion, Michel Henry, Jean-Louis Chrétien, Jean-Yves Lacoste, Claude Romano et Jean Greisch, marquent les différents étapes de cette « traversée » point par point articulée, et en quête d’un respondeo à même d’autrement décider.

Emmanuel Falque est professeur et Doyen de la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est spécialiste en philosophie médiévale, phénoménologie et philosophie de la religion.

L’appel de la loi de Jérôme de Gramont

Parution de l’ouvrage L’appel de la loi, Louvain, Peeters (coll. “Bibliothèque Philosophique de Louvain”, 90), 2014, 404 pages.

9789042930247La phénoménologie n’a pas à inventer les phénomènes – sinon comme on dit inventer un trésor – mais à les faire voir, ou entendre. Kant s’y emploie à sa manière lorsqu’il fait entendre le ton de voix lié à l’impératif catégorique, celui d’une voix d’airain. C’est là reconduire la pensée à l’éclat d’un fait premier où puiser ensuite ses ressources: il y a la loi. Kant le décrit comme un appel, à défaut de tout à fait le nommer ainsi, l’interprétant ensuite tout à la fois comme ce qui vient de nous (comme si le sujet éthique se donnait à lui-même la loi) et ce qui vient à nous (comme si ce même sujet répondait à la loi venue de Dieu). Prendre au sérieux cette dualité suppose que le chantier kantien de l’éthique ouvre alors sur un horizon théologique.

Kant ouvre un chantier que la phénoménologie historique, celle qui naît avec Husserl et Heidegger, répète. Comme toute vraie répétition, celle-ci ne va pas sans critique ni déplacement (Merleau-Ponty, Scheler, Jonas), mais le motif de l’appel est bel et bien là. «Nous avons été appelés» – la trace laissée en nous par cet appel est trop forte pour que le moindre doute puisse encore s’élever à son propos, mais la question vient aussitôt: quelle voix s’est fait entendre? Quel appel nous surprend et nous soulève? Appel de l’être (Martin Heidegger), appel de l’Autre (Emmanuel Levinas) ou appel de la vie (Michel Henry)? Nous avons été appelés, affectés, blessés – ce qui brise la vie lui appartient encore, mais qu’est-ce donc qui la brise et la relève?

Multiples sont les figures de l’appel, mais à chaque fois il y a la loi et cette injonction d’être – cette injonction silencieuse à laquelle le poète aura donné son exacte formule: «Tu dois changer ta vie» (Rilke). Comme il y a peut-être Dieu.

Jérôme de Gramont est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il travaille plus particulièrement sur la philosophie moderne, la phénoménologie…