Archives de catégorie : Chaires et Instituts de recherche

Saint Paul et la philosophie par Olivier Boulnois

Publication de : Olivier Boulnois, Saint Paul et la philosophie. Une introduction à l’essence du christianisme, Paris, PUF, coll. “Chaire Etienne Gilson”, 2022, 264 p.

Paul de Tarse est une énigme qui a fasciné de nombreux penseurs (Augustin, Luther, Nietzsche, Freud, Heidegger, Ricœur). Pour l’atteindre au plus près, Olivier Boulnois se propose ici de remonter, en-deçà de toutes les interprétations qui l’adaptent en prétendant le respecter, jusqu’à ses Épîtres elles-mêmes. Il discute ainsi ses principaux interprètes du XXe siècle, en s’appuyant sur des recherches historiographiques récentes.

En Paul se joue un nouveau rapport entre le judaïsme et le logos grec qui donnera naissance au christianisme. Mais, au lieu d’apparaître comme celui qui dépasse le judaïsme ou rejette la philosophie, Paul se présente ici comme de part en part juif (par la religion) et grec (par la culture). C’est seulement sur ce fond que peut surgir l’originalité de l’adhésion au Messie Jésus. En effet, Paul exprime et guide l’expérience religieuse des nouvelles communautés messianiques : la théorie est pour lui inséparable de la pratique. Il décrit un nouveau rapport au monde, à autrui et à soi-même, renouvelant ainsi les concepts fondamentaux de l’existence (parole, monde, temps, mal, etc.). Mieux comprendre Paul, c’est donc être introduit philosophiquement à l’essence du christianisme.

Olivier Boulnois est directeur d’études à l’École pratique des hautes études. Ses travaux portent sur la philosophie médiévale et l’histoire de la métaphysique. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Être et Représentation (Puf, 1999), Métaphysiques rebelles (Puf, 2013) et Généalogie de la liberté (Seuil, 2021). Saint Paul et la philosophie est la publication des conférences données en mars 2021 par Olivier Boulnois dans le cadre de la Chaire de métaphysique Etienne Gilson, dont il est le directeur.

Offre de poste – Assistant doctorant

Dans le cadre de la Chaire ICP-ESSEC Entreprises et Bien Commun, le Vice-Rectorat à la Recherche de l’Institut Catholique de Paris met au concours 2 postes d’assistant-doctorant pour une durée de 3 ans à compter du 1er septembre 2022.

Télécharger la fiche de poste

Descriptif du poste

Vous êtes inscrit en doctorat dans une Faculté de l’ICP : Philosophie, Théologie ou Sciences Sociales et Économiques (FASSE). Le sujet de votre thèse se rattache aux axes de recherche de la Chaire ICP-ESSEC Entreprises et Bien Commun :

  1. «Économie, société et écologie »;
  2. « Management et gouvernance »;
  3. « Travail, liberté et engagement».

Votre thèse est confiée à la direction d’un professeur membre de l’Unité de Recherche «Religion, Culture et Société » et du conseil scientifique de la Chaire ICP-ESSEC Entreprises et Bien Commun. Elle peut faire l’objet d’une co-direction ou cotutelle, doit venir à soutenance en 2025et donner lieu à une publication de référence.

Outre la préparation de votre thèse, vous assurez un enseignement et une valorisation de la recherche pour le compte de la Chaire ICP-ESSEC Entreprises et Bien Commun (participation aux séminaires et sessions du DU, organisation des événements et du colloque prévu en 2024, etc.), sous l’autorité des directeurs titulaires et en lien avec les assistants administratifs.

Votre temps de travail se répartit de la manière suivante :

  • 80% dédié à la préparation de votre thèse
  • 10% à l’enseignement
  • 10% à la valorisation de la recherche

Dans ce cadre, vous bénéficiez d’un contrat à temps plein, avec une clause de non-cumul d’activités. Votre salaire mensuel est de 1 800 € net

Les candidatures seront closes au 9 mai 2022. Les candidats admissibles seront auditionnés entre le 16 et le 20 mai 2022. Les résultats seront communiqués au 23 mai 2022. Les candidatures doivent être adressées à Émilie Tardivel, directrice titulaire de la Chaire ICP-ESSEC Entreprises et Bien Commun, sous l’intitulé «Candidature assistant-doctorant Chaire ICP-ESSEC»: e.tardivel@icp.fr.

Dossier de candidature

7-8-9 & 14-15-16 mars 2022 – Cycle de conférences de la Chaire Etienne Gilson “Témoignage et Auto-éveil. Pour une autre philosophie de la religion” par Yasuhiko Sugimura

Yasuhiko Sugimura, Professeur à l’Université de Kyoto, donnera six conférences dans le cadre de la Chaire de métaphysique Etienne Gilson les 7, 8, 9 14, 15 et 16 mars 2022

 

Chaque soir de 18h à 20h, assistez à une leçon de Yasuhiko Sugimura. Les conférences seront données en français et en distantiel.

Programme

Télécharger le programme

Lundi 7 mars : Témoignage et Auto-éveil. Deux approches entrecroisées

Mardi 8 mars : Herméneutique radicale du témoignage. Enjeux de la philosophie française post-heideggérienne

Mercredi 9 mars et lundi 14 mars : Reformulation auto-éveillante de la philosophie. Enjeux de la philosophie de l’« École de Kyoto » : (1) Nishida Kitarô ; (2) Tanabe Hajime

Mardi 15 mars : Descente en deçà de l’être. Entrecroiser l’hylétique a-phénoménologique (Lévinas, Henry) et l’auto-éveil à l’envers du monde (Nishida, Tanabe)

Mercredi 16 mars : Des morts aux (sur-)vivants. Transmission de « ce qui reste » (Ricoeur, Derrida, Tanabe)

Yasuhiko Sugimura est professeur à l’Université de Kyoto (Japon). Il dirige le département de philosophie de la religion où l’héritage philosophique de l’École de Kyoto demeure encore vivant. L’intérêt principal de ses recherches est de concevoir une possible « philosophie de la religion » à l’ère postmoderne sous la double inspiration de la philosophie contemporaine française (Ricoeur, Lévinas, Derrida, Henry, etc.) et de la philosophie de l’Ecole de Kyoto (Nishida, Tanabe, Nishitani).

Inscription obligatoire

10 novembre 2021 – Natalie Depraz, “Pathologies de l’attention: la vigilance comme éthique d’un mieux-être ?”

Dans le cadre du séminaire “Education et soin à l’ère du numérique”, Cynthia Fleury (Cnam) et Camille Riquier (ICP) reçoivent le 10 novembre 2021 la philosophe Natalie Depraz.

 

Inscription obligatoire

Dans le cadre du séminaire Éducation et soin à l’ère du numérique (ICP-Cnam-IRI), la Chaire Numérique et Citoyenneté (ICP-ISEP) de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” accueille la philosophe Natalie Depraz, Professeure de Philosophie à l’Université de Rouen.

Pathologies de l’attention : la vigilance comme éthique d’un mieux-être ?

Couramment, on oppose l’attention et la distraction, enjoignant par exemple les enfants à “rester attentifs”, au risque de ne pas voir la voiture qui arrive ou de ne pas apprendre bien à l’école. Et pourtant ce n’est pas si simple… En déclinant différentes formes contemporaines d’attention troublée, qu’on dit parfois pathologiques, liées à des états d’hyper-activité mais pas seulement, hypervigilance, attention dissociée, il s’agira de se demander jusqu’où elles sont problématiques, portant atteinte à la santé et à la capacité d’agir et d’être ensemble, comment elles peuvent être régulées, mais aussi quelle est leur dynamique propre, voire leur bénéfice. Ainsi, on s’intéressera au retournement de l’hyper-vigilance en vigilance, de l’attention dissociée en attention partagée, et on se demandera si la vraie difficulté de l’attention ne tient pas au fond au moins autant dans la concentration que dans la distraction…

Avec la participation de :

  • Cynthia Fleury, professeur titulaire de la Chaire “Humanités et Santé” au Cnam
  • Camille Riquier, Doyen de la Faculté de Philosophie de l’ICP

En savoir plus :

Il est possible de suivre la conférence en présentiel ou distanciel.
Passe sanitaire obligatoire pour suivre la conférence en présentiel.

Existe-t-il une mystique au Moyen Âge ? par Dominique Poirel (éd.)

Publication de : Dominique Poirel (éd.), Existe-t-il une mystique au Moyen Âge ? Actes du colloque international, organisé par l’Institut d’Études Médiévales et tenu à l’Institut Catholique de Paris les 30 novembre et 1er décembre 2017, réunis par Dominique Poirel, Turnhout, Brepols, 2021, 206 pages.

Si la notion de mystique semble aller de soi pour le Moyen Âge, ce semble être par suite d’un malentendu. Car si l’historiographie du xixe siècle flétrissait volontiers de ce mot ce qui, dans la littérature médiévale, lui semblait mièvre, irrationnel ou extravagant, les auteurs médiévaux se servent quant à eux de l’adjectif “mystique” pour désigner bien autre chose: une certaine manière d’interpréter les Écritures (sens mystique), une façon de discourir sur Dieu (théologie mystique), une appartenance à la même Église (corps mystique). Il convient donc de revenir aux textes, en leur posant ces questions. Quand le mot “mystique” est-il employé dans des œuvres médiévales, et que veut-il dire ? À l’inverse, dans les œuvres dites aujourd’hui “mystiques”, comment ce qui relève de cette catégorie est-il nommé, défini, compris par les auteurs eux-mêmes ? Est-il pertinent d’enclore dans un même genre des textes aussi divers que les visions, la littérature de dévotion, les analyses de la contemplation, les itinéraires de l’âme vers Dieu, la Théologie mystique du pseudo-Denys ? De la fin de l’époque patristique aux débuts de la Renaissance, le sens du mot “mystique” est-il resté stables, ou bien a-t-il évolué ? Au fond, peut-on dire que la notion moderne de mystique a son origine dans les temps médiévaux ?

Archiviste paléographe, Directeur de recherche au CNRS, attaché à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Directeur de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris, Visiting Professor à l’Université Catholique de Lublin, Dominique Poirel est historien des textes et de la pensée du Moyen Âge, éditeur et spécialiste en particulier de l’école de Saint-Victor ?

Table ronde : “Bien commun : ethical washing ou engagements concrets des entreprises ?”

L’Institut Catholique de Paris et l’ESSEC Business School organisaient une table ronde le 16 juin 2021 qui avait pour thème : “Bien commun : ethical washing ou engagements concrets des entreprises ?”

Continuer la lecture de Table ronde : “Bien commun : ethical washing ou engagements concrets des entreprises ?”

2020-2021 – Séminaire “Éducation et soin à l’ère du numérique” / Réécouter les conférences

Séminaire “Éducation et soin à l’ère du numérique” (2020-2021), animé par Camille Riquier (ICP) et Cynthia Fleury (Cnam), en collaboration avec Vincent Puig (IRI), dans le cadre de la Chaire Numérique et Citoyenneté (ICP-ISEP).

7 juin 2021 – Barbara Cassin, « Les maisons de la sagesse à l’ère du numérique »

La septième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 7 juin 2021 de 18h à 20h . Camille Riquier (ICP) et Cynthia Fleury (Cnam) recevront la philosophe Barbara Cassin, membre de l’Académie française.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

10 mai 2021 – Claire Marin, “Les nouveaux récits du soin”

La sixième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 10 mai 2021 de 18h à 20hCamille Riquier (ICP) et Cynthia Fleury (Cnam) recevront la philosophe Claire Marin.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Argument :

Si l’usage d’Internet a profondément modifié le rapport des patients aux connaissances médicales (ou à ce qui se présente comme tel…), jusqu’à perturber les relations patients/soignants, il a aussi fait émerger de nouvelles voix, celles des malades eux-mêmes.

Le récit de l’expérience de la maladie et la place désormais offerte sur les réseaux sociaux aux témoignages de patients sur les pages personnelles ou les comptes d’associations méritent qu’on s’y attarde : ne s’agit-il que d’un redoublement de récits que l’on trouvait déjà sous forme d’ouvrages ou d’interviews, de manière moins visible, mais sous une forme identique ou faut-il y voir un changement important participant d’une meilleure connaissance et d’un effort de vulgarisation des différentes pathologies ? Sommes-nous ainsi en mesure de mieux comprendre le malade et son vécu ? Qu’apportent ces témoignages à ceux qui s’y risquent et à ceux qui les écoutent ?

De manière symétrique, nous interrogerons également l’importance d’autres récits qui se déploient sur les réseaux sociaux et qui permettent de prendre la mesure de la réalité du soin à travers les voix de médecins généralistes, de psychologues rattachés à des structures de soin, de psychiatres, de médecins urgentistes ou d’étudiants en médecine. Quelles sont ces nouvelles formes de narration et que nous apprennent-elles sur l’expérience de la maladie, vécue par le malade et appréhendée par le soignant ? Quel dialogue peut-on espérer de ces récits croisés ?

Intervenante :

Claire Marin est professeur de philosophie en classes préparatoires aux grandes écoles à Paris et membre associé de l’Ecole Normale Supérieure. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’expérience de la maladie et la question du soin, comme Hors de moi (Paris, Allia, rééd. 2018) ou La maladie, catastrophe intime (Paris, PUF, 2014). Son dernier essai, Rupture(s) (Paris, Editions de l’Observatoire, 2019), questionne le sens des épreuves de la vie.

Crédit photographique : Hannah Assouline

12 avril 2021 – Dominique Bourg « Ecologie, procès et numérique »

La cinquième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 12 avril 2021 de 18h à 20hCamille Riquier (ICP) et Cynthia Fleury (Cnam) recevront le philosophe Dominique Bourg.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

 

Intervenant :

Le philosophe Dominique Bourg est professeur honoraire à l’Université de Lausanne, Institut de Géographie et de Durabilité. Spécialiste en même temps que figure de l’écologie, il est l’auteur, avec Augustin Fragnière, d’une anthologie autour de La Pensée écologique (Paris, PUF, coll. « L’écologie en questions », 2014), et avec Alain Papaux, d’un Dictionnaire de la pensée écologique (Paris, PUF, 2015). Il a récemment publié Le Marché contre l’humanité (Paris, PUF, 2019) et co-dirigé Retour sur Terre : 35 propositions (Paris, PUF, 2020).