Archives de catégorie : Chaires et Instituts de recherche

Existe-t-il une mystique au Moyen Âge ? par Dominique Poirel (éd.)

Publication de : Dominique Poirel (éd.), Existe-t-il une mystique au Moyen Âge ? Actes du colloque international, organisé par l’Institut d’Études Médiévales et tenu à l’Institut Catholique de Paris les 30 novembre et 1er décembre 2017, réunis par Dominique Poirel, Turnhout, Brepols, 2021, 206 pages.

Si la notion de mystique semble aller de soi pour le Moyen Âge, ce semble être par suite d’un malentendu. Car si l’historiographie du xixe siècle flétrissait volontiers de ce mot ce qui, dans la littérature médiévale, lui semblait mièvre, irrationnel ou extravagant, les auteurs médiévaux se servent quant à eux de l’adjectif « mystique » pour désigner bien autre chose: une certaine manière d’interpréter les Écritures (sens mystique), une façon de discourir sur Dieu (théologie mystique), une appartenance à la même Église (corps mystique). Il convient donc de revenir aux textes, en leur posant ces questions. Quand le mot « mystique » est-il employé dans des œuvres médiévales, et que veut-il dire ? À l’inverse, dans les œuvres dites aujourd’hui « mystiques », comment ce qui relève de cette catégorie est-il nommé, défini, compris par les auteurs eux-mêmes ? Est-il pertinent d’enclore dans un même genre des textes aussi divers que les visions, la littérature de dévotion, les analyses de la contemplation, les itinéraires de l’âme vers Dieu, la Théologie mystique du pseudo-Denys ? De la fin de l’époque patristique aux débuts de la Renaissance, le sens du mot « mystique » est-il resté stables, ou bien a-t-il évolué ? Au fond, peut-on dire que la notion moderne de mystique a son origine dans les temps médiévaux ?

Archiviste paléographe, Directeur de recherche au CNRS, attaché à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Directeur de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris, Visiting Professor à l’Université Catholique de Lublin, Dominique Poirel est historien des textes et de la pensée du Moyen Âge, éditeur et spécialiste en particulier de l’école de Saint-Victor ?

22-25 septembre 2021 – La Biennale de l’Education 2021 : Faire / Se faire

L’ICP accueille la Biennale de l’Education, de la Formation et des Pratiques Professionnelles du 22 au 25 septembre 2021.

Dans le cadre de la Chaire Unesco en formation professionnelle : construction personnelle, transformations sociales, l’Institut Catholique de Paris est fier d’être le partenaire de la 11ème édition de la Biennale de l’Éducation. Cet événement, sous le thème « Faire / Se faire » en lien avec les phénomènes de construction des sujets humains en situation d’action, est co-présidé par Augustin Mutuale, Doyen de l’ISP-Faculté d’Éducation.

Information et inscription

Créée en 1992 par le professeur Jacky Beillerot, la Biennale de l’Education est la manifestation francophone la plus importante en matière d’éducation, de formation et d’analyse des activités professionnelles.

Le programme de cet événement qui rassemble des professionnels et des scientifiques de l’éducation de tous horizons se compose :

  • de grandes conférences : notamment avec François Jullien, auteur des Transformations silencieuses, Boris Cyrulnik, auteur de La Nuit, j’écrirai des soleils, Cynthia Fleury, auteure des Irremplaçables, Bernard Lahire, auteur de Enfances de classe ;
  • de communications : 169 communications, réparties en 45 ateliers ;
  • de symposiums, organisés par des laboratoires en partenariat avec des organisations professionnelles : 23 symposiums ;
  • de deux colloques professionnels organisés avec des partenaires professionnels : Défis-Métiers et CCCA-BTP ;
  • de trois après-midis avec des invités : Jean Guichard, Jean-Louis Laville et Denise Jodelet ;
  • de démonstrations professionnelles, notamment grâce à des partenariats, avec les Meilleurs Ouvriers de France, France Immervive Learning et la Mairie de Paris.

Table ronde : « Bien commun : ethical washing ou engagements concrets des entreprises ? »

L’Institut Catholique de Paris et l’ESSEC Business School organisaient une table ronde le 16 juin 2021 qui avait pour thème : « Bien commun : ethical washing ou engagements concrets des entreprises ? »

Continuer la lecture de Table ronde : « Bien commun : ethical washing ou engagements concrets des entreprises ? »

28 janvier 2021 – Approches historiennes du religieux international (Méditerranée, XVIIe – XXe siècles)

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Quatrième séance : Empires, États-Nations, logiques transnationales : approches historiennes du religieux international (Méditerranée, XVIIe – XXe siècles). (28 janvier 2021)

 

Compte rendu rédigé par Joël Torsoo

Continuer la lecture de 28 janvier 2021 – Approches historiennes du religieux international (Méditerranée, XVIIe – XXe siècles)

18 mars 2021 – La science politique à l’épreuve du religieux dans les relations internationales

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Sixième séance : La science politique à l’épreuve du religieux dans les relations internationales  (18 mars 2021)

Compte rendu rédigé par Cécile Dubernet et Sophie Enos-Attali

Invités : Philippe Portier (Groupe Sociétés Religions Laïcités, EPHE-CNRS) et Delphine Allès (Institut National des Langues et Civilisations Orientales-Centre Asie du Sud-Est)

Organisatrices : Cécile Dubernet et Sophie Enos-Attali (FASSE-ICP)

Continuer la lecture de 18 mars 2021 – La science politique à l’épreuve du religieux dans les relations internationales

2020-2021 – Séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » / Réécouter les conférences

Séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » (2020-2021), animé par Camille Riquier (ICP) et Cynthia Fleury (Cnam), en collaboration avec Vincent Puig (IRI), dans le cadre de la Chaire Numérique et Citoyenneté (ICP-ISEP).

7 juin 2021 – Barbara Cassin, « Les maisons de la sagesse à l’ère du numérique »

La septième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 7 juin 2021 de 18h à 20h . Camille Riquier (ICP) et Cynthia Fleury (Cnam) recevront la philosophe Barbara Cassin, membre de l’Académie française.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

4 mars 2021 – Ecclésiologie catholique et débats sur la mondialisation

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Cinquième séance : Ecclésiologie catholique et débats sur la mondialisation  (4 mars 2021)

Compte rendu rédigé par Luc Forestier

Invités : Dominique Iogna-Prat (EHESS-CéSor) et Pavlo Smytsnyuk (Université catholique d’Ukraine, Lviv)

Organisateur : Luc Forestier (Theologicum-ICP)

Lors de la séance du 4 mars 2021, tenue en ligne, Pavlo Smytsnyuk, professeur de théologie à la faculté de philosophie et de théologie de l’Université catholique d’Ukraine (Lviv), directeur de l’Institut d’études œcuméniques, a proposé une réflexion intitulée « Pars pro toto : Who represents universality ? »

Continuer la lecture de 4 mars 2021 – Ecclésiologie catholique et débats sur la mondialisation

13 novembre 2020 – Approches sociologiques et anthropologiques du fait religieux international

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Deuxième séance : Approches sociologiques et anthropologiques du fait religieux international (15 octobre 2020)

Compte rendu rédigé par Landry Védrenne

Continuer la lecture de 13 novembre 2020 – Approches sociologiques et anthropologiques du fait religieux international

10 mai 2021 – Claire Marin, « Les nouveaux récits du soin »

La sixième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 10 mai 2021 de 18h à 20hCamille Riquier (ICP) et Cynthia Fleury (Cnam) recevront la philosophe Claire Marin.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Argument :

Si l’usage d’Internet a profondément modifié le rapport des patients aux connaissances médicales (ou à ce qui se présente comme tel…), jusqu’à perturber les relations patients/soignants, il a aussi fait émerger de nouvelles voix, celles des malades eux-mêmes.

Le récit de l’expérience de la maladie et la place désormais offerte sur les réseaux sociaux aux témoignages de patients sur les pages personnelles ou les comptes d’associations méritent qu’on s’y attarde : ne s’agit-il que d’un redoublement de récits que l’on trouvait déjà sous forme d’ouvrages ou d’interviews, de manière moins visible, mais sous une forme identique ou faut-il y voir un changement important participant d’une meilleure connaissance et d’un effort de vulgarisation des différentes pathologies ? Sommes-nous ainsi en mesure de mieux comprendre le malade et son vécu ? Qu’apportent ces témoignages à ceux qui s’y risquent et à ceux qui les écoutent ?

De manière symétrique, nous interrogerons également l’importance d’autres récits qui se déploient sur les réseaux sociaux et qui permettent de prendre la mesure de la réalité du soin à travers les voix de médecins généralistes, de psychologues rattachés à des structures de soin, de psychiatres, de médecins urgentistes ou d’étudiants en médecine. Quelles sont ces nouvelles formes de narration et que nous apprennent-elles sur l’expérience de la maladie, vécue par le malade et appréhendée par le soignant ? Quel dialogue peut-on espérer de ces récits croisés ?

Intervenante :

Claire Marin est professeur de philosophie en classes préparatoires aux grandes écoles à Paris et membre associé de l’Ecole Normale Supérieure. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’expérience de la maladie et la question du soin, comme Hors de moi (Paris, Allia, rééd. 2018) ou La maladie, catastrophe intime (Paris, PUF, 2014). Son dernier essai, Rupture(s) (Paris, Editions de l’Observatoire, 2019), questionne le sens des épreuves de la vie.

Crédit photographique : Hannah Assouline