Archives de catégorie : Publications

Dans la presse et sur le web : Hors phénomène d’Emmanuel Falque et Métamorphose de Descartes de Camille Riquier

Emmanuel Falque et Camille Riquier, professeurs ordinaires à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, enseignants-chercheurs membres de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403), se sont entretenus autour de leurs derniers ouvrages respectifs, le premier pour pour le site Internet Actu-Philosophia,  le second le journal Libération.

Consulter l’entretien d’Emmanuel Falque avec Manon Sicard pour le site Actu Philosophia autour de la publication de Hors phénomène. Essai aux confins de la phénoménalité, Paris, Hermann, coll. “De visu”, 2021.

 

 

Emmanuel Falque est professeur à l’Institut Catholique de Paris. Auteur d’une œuvre abondante, Emmanuel Falque se singularise dans le paysage phénoménologique actuel par sa connaissance de la patristique et de la philosophie médiévale, et notamment celle de Saint Bonaventure qu’il lit en phénoménologue, ainsi que par son intérêt pour la théologie. Citons notamment son Saint Bonaventure et l’entrée de Dieu en théologie (publié chez Vrin en 2000). Dans Passer le Rubicon. Philosophie et théologie : essai sur les frontières (paru chez Lessius en 2013) et Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques (publié chez Hermann en 2014), Emmanuel Falque interroge à nouveaux frais les rapports entre phénoménologie et théologie et « dispute » avec quelques grandes figures contemporaines de la phénoménologie autour du fameux « tournant théologique de la phénoménologie
française ».

Consulter l’entretien de Camille Riquier avec Frédérique Roussel  pour le journal Libération autour de la publication de Métamorphose de Descartes. Le secret de Sartre, Paris, Gallimard, coll. “NRF essais”, 2022.

 

 

Camille Riquier est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Membre des revues Alter et Esprit, spécialiste de philosophie contemporaine, il est l’auteur d’une œuvre significative qui examine notamment les rapports de la phénoménologie française avec le cartésianisme et qui interroge l’opposition traditionnelle du croire et du savoir. Lauréat de l’Académie française pour Archéologie de Bergson, publié en 2009 aux PUF et récemment réédité dans la collection « Quadrige », Camille Riquier est également l’auteur de Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile (PUF, 2017) et Nous ne savons plus croire (Desclée de Brouwer, 2020).

Dialectique du bien commun. La pensée politique de Gaston Fessard par Frédéric Louzeau, Jean-Claude Monod et Emilie Tardivel (éds.)

Publication de : Frédéric Louzeau, Jean-Claude Monod et Emilie Tardivel, Dialectique du bien commun. La pensée politique de Gaston Fessard, Paris, Hermann, coll. “De visu”, 2022, 248 p.

Gaston Fessard (1897-1978) fait partie des penseurs politiques qui se sont livrés à une actualisation de l’antique notion de bien commun.

Cette actualisation, qui s’opère au croisement de la philosophie hégélienne et de la théologie chrétienne, confère à la notion de bien commun une fonction à la fois de compréhension historique et de discernement politique. Fessard montre par exemple en quoi la dialectique des catégories du bien commun explique la destinée des sociétés depuis la Révolution française jusqu’au conflit des idéologies qui traversent le XXe siècle. Il expose également la manière dont la dialectique de ses contenus fournit des critères pour juger du gouvernement de Vichy et fonder une résistance en conscience au pouvoir du maréchal Pétain.

Cet ouvrage présente la pensée du bien commun de Fessard à travers ses sources (Thomas d’Aquin, Hegel et Marx) et concepts, son application durant la Seconde Guerre mondiale, les controverses dans lesquelles elle fut impliquée (avec Kojève et Mounier) ou par rapport auxquelles elle mérite d’être située (querelle du personnalisme). Il propose aussi une actualisation critique de cette pensée politique, quant au rôle international de l’Eglise ou encore aux exigences de la démocratie. Car Fessard n’invite pas seulement à jeter un regard rétrospectif sur de “sombres temps”, mais également à examiner notre propre actualité historique.

L’Avenir. Critique, résistance, utopie par Brigitte Cholvy, David Doat, Pascal Marin, Tanguy-Marin Pouliquen, Nathanaël Wallenhorst (éds.)

Publication de : Brigitte Cholvy, David Doat, Pascal Marin, Tanguy-Marin Pouliquen, Nathanaël Wallenhorst (éds.), L’Avenir. Critique, résistance, utopie, Bruxelles, Berlin, Bern, New York, Oxford, Warszawa, Wien, Peter Lang, coll. ” Anthropocene / Anthropocène / Anthropozän“, 2022, 280 p.

L’AVENIR nous a souvent fasciné comme horizon d’attente et objet d’espérance. Entre les découvertes remarquables et les sidérations dues aux violences de l’histoire mondiale et à la prise de conscience du désastre environnemental, comment inventer un avenir à l’époque de l’Anthropocène ?

Comment penser l’avenir dans un temps suspendu par les crises sanitaire, économique et géopolitique. L’avenir sera-t-il pris en charge par une démesure techno-économique ? L’avenir serait-il en train de disparaître (effondrement) ? Et si l’avenir exigeait de travailler sur les bouleversements des temporalités et des conditions d’habitabilité de la terre ? Face à la violence, à l’inefficacité, au leurre, et si l’avenir était le fruit d’une résistance, d’une critique et d’une utopie ?

C’est cette dernière proposition qui est mise au travail au sein de cet ouvrage collectif. Comment penser l’articulation entre ces trois fonctions ? Posture critique vis-à-vis de la modernité ; posture utopiste pour continuer, raisonnablement ou pas, d’espérer ; posture résistante par son ancrage dans le réel et dans les combats actuels. En somme, tenir dans l’opposition (résistance) à partir de ce qui est identifié comme posant question (critique) pour que l’avenir espéré puisse advenir (utopie).

Brigitte Cholvy est ingénieur ESGT (CNAM) et docteur en théologie. Elle est Professeur honoraire de l’Institut catholique de Paris.

David Doat est docteur en philosophie. Il travaille comme enseignant-chercheur MCF à l’Université Catholique de Lille, au sein du Laboratoire ETHICS.

Pascal Marin est ingénieur civil des mines et docteur en philosophie. Professeur en philosophie contemporaine à l’Université catholique de Lyon, il est actuellement doyen de sa Faculté de philosophie.

Tanguy Marie Pouliquen, docteur en théologie et titulaire de trois masters II en droit, finance et philosophie, travaille comme enseignant chercheur à la Toulouse Catholic University. Il est également vice-président de la chaire Jean Rodhain et prêtre cb.

Nathanaël Wallenhorst est docteur en sciences de l’environnement, science politique et sciences de l’éducation. Il travaille comme enseignant-chercheur HDR à l’Université catholique de l’Ouest.

Parution du n° 161 de Transversalités “La mort dérobée”

“Depuis des mois, les gouvernements et les médias ne cessent d’émettre d’étranges bulletins houlographiques : à l’heure où nous écrivons ces lignes, la « cinquième vague » déferle sur la France et l’on parle déjà de la suivante. Qui dit « vague » dit « mer » et qui dit « mer » a conscience de l’appel des navigations et consent au danger des naufrages ; or il faut bien reconnaître que ces « vagues » épidémiques ont provoqué, dans nos sociétés occidentales habituées à des situations sanitaires maîtrisées, de vrais naufrages humains, laissant un certain nombre de nos contemporains sur des îles désertes, dans un état de sidération les privant des deuils nécessaires à la vie. Pour beaucoup d’entre eux, la séparation d’avec l’être aimé a été l’affaire d’un instant, d’un signe fugace, assuré de retrouvailles prochaines à l’hôpital ; et puis, plus rien… Les portes des lieux du soin et du deuil, en se fermant pour éviter des risques sanitaires, ont fait du quotidien des survivants des rives oubliées : privés des gestes charnels de la compassion dus au défunt, et de ceux qu’offre la société pour reconnaître et consoler, les proches des disparus cherchent aujourd’hui encore à comprendre ce prix des corps que la seule conscience de la mort ne suffit pas à payer (Ouverture de l’article d’Arnaud Montoux).”

Dans ce dossier consacré à la mort dérobée, la revue Transversalités propose une réflexion pluridisciplinaire sur la mort et sur les expériences difficiles vécues autour du deuil avec la crise du covid.

Consultation du sommaire du n° 161 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

 

 

La Pensée du sensible par Denis Hétier et Véronique Vassal (éds.)

Publication de : Denis Hétier, Véronique Vassal (éds.), La Pensée du sensible. Approches esthétiques, historiques et théologiques, Paris, Cerf, coll. “Patrimoines”, 2022, 366 p.

Pour qui le vit, une évidence s’impose : l’art donne à penser en s’éprouvant sensiblement. L’expérience de l’art – qu’elle soit expérience esthétique ou/et expérience créatrice – ouvre un espace en lequel se vit une relation originaire entre le sensible et la pensée. Dans l’art, le sentir, loin de s’opposer au penser, le fonde bien plutôt. De même, le discours sur l’art ou à son propos – qu’il soit esthétique, historique ou théologique – trouve un point critique, se déploie et s’approfondit à l’épreuve du sensible. Peut-on parler d’une « pensée du sensible » ou d’une « pensée sensible » ? Comment le sensible fait-il sens ? Qu’apporte le sensible à la pensée discursive, historique ou théologique ? Quel rapport y a-t-il entre le sensible et le spirituel ? Fruit d’une collaboration entre le département Histoire de l’art de la Faculté des Lettres et l’Institut supérieur de Théologie des arts de l’Institut catholique de Paris, cet ouvrage propose des approches différenciées et des regards croisés sur ces questions essentielles autour de l’art.

Ont contribué à cet ouvrage : Alicia Adamczak, Jérôme Alexandre, Stéphane Beauboeuf, Jean-Baptiste de Beauvais, Emmanuel Bellanger, Elbatrina Clauteaux, Cécile Coulangeon, Frédéric Cousinié, Stéphane Coviaux, Florent Dumontier, Jérôme de Gramont, Denis Hétier, Gwladys Le Cuff , Jean-Pierre Lemaire, Emmanuel Lincot, Arnaud Montoux, Rodolphe Olcèse, Michel Pastoureau, Pierre-Emmanuel Perrier de la Bâthie, Élisabeth Ruchaud, Véronique Vassal, Denis Villepelet.

Denis Hétier est maître de conférences au Theologicum et Directeur de l’Institut Supérieur de Théologie des Arts (ISTA).

Véronique Vassal est maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

Métamorphose de Descartes. Le secret de Sartre par Camille Riquier

Publication de : Camille Riquier, Métamorphose de Descartes. Le secret de Sartre, Paris, Gallimard, coll. “NRF Essais”, 2022, 336 p.

Descartes ou la philosophie française : le caractère fondateur qui a été reconnu de droit à Descartes au regard de toute la philosophie moderne a masqué l’importance toute particulière que les penseurs français lui ont toujours accordée, de fait, dans leur propre édification intellectuelle. Descartes fournit en France moins les idées que la trame qui a servi à les ordonner — ce qui n’est le cas d’aucun philosophe ailleurs. Sartre, toute sa vie durant, fut tenu par le projet de construire une morale. Par la suite, il ne s’est jamais lassé de conclure : “Et j’ai toujours échoué.” Conscient de cet échec où son projet de métaphysique l’a mené, il reconduit les motifs qu’il avait de l’écrire à son enfance : “Ma seule affaire était de me sauver.” Il avait cru être au monde ; il a vécu dans l’imaginaire. Il avait bâti tout une œuvre afin de s’y mettre tout entier. Or ce Moi immortalisé, celui auquel il aspirait, c’était secrètement Descartes, médiateur caché dans la pénombre mais qui lui avait tracé un chemin pour le rejoindre. Sartre ne l’a pas dit. Néanmoins il savait qu’il était en train de récrire les Méditations métaphysiques de Descartes. C’était son secret et le propre du secret est d’appartenir à ce qui relève en chacun non pas de l’inconscient mais de ce “fonds sombre qui refuse d’être dit” — le vécu. Un tel secret, encore enveloppé et obscur à lui-même, explique également que Sartre ait pu se dire à la fois existentialiste et cartésien. D’un côté, l’existentialisme est le nom que l’adversaire avait donné à la doctrine. Il est la manière objective dont sa pensée s’est extériorisée dans l’histoire, il est la doctrine vue du dehors. De l’autre côté, le cartésianisme est la même doctrine mais telle qu’elle est comprise du dedans par Sartre. Il est la manière subjective dont Sartre a intériorisé sa doctrine dans l’histoire de la philosophie. Deux courants de pensée dont l’un, tout en surface, a recouvert malencontreusement l’autre qui était pourtant le seul qui fût profond.

Camille Riquier est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Spécialiste de philosophie française, il est l’auteur d’une œuvre significative. Lauréat du Prix La Bruyère de l’Académie française pour son premier livre Archéologie de Bergson (Paris, Puf, 2009, réédité dans la collection Quadrige en 2021), il est également l’auteur de Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile (Paris, Puf, 2017) et de Nous ne savons plus croire (Paris, Desclée de Brouwer, 2020).

Saint Paul et la philosophie par Olivier Boulnois

Publication de : Olivier Boulnois, Saint Paul et la philosophie. Une introduction à l’essence du christianisme, Paris, PUF, coll. “Chaire Etienne Gilson”, 2022, 264 p.

Paul de Tarse est une énigme qui a fasciné de nombreux penseurs (Augustin, Luther, Nietzsche, Freud, Heidegger, Ricœur). Pour l’atteindre au plus près, Olivier Boulnois se propose ici de remonter, en-deçà de toutes les interprétations qui l’adaptent en prétendant le respecter, jusqu’à ses Épîtres elles-mêmes. Il discute ainsi ses principaux interprètes du XXe siècle, en s’appuyant sur des recherches historiographiques récentes.

En Paul se joue un nouveau rapport entre le judaïsme et le logos grec qui donnera naissance au christianisme. Mais, au lieu d’apparaître comme celui qui dépasse le judaïsme ou rejette la philosophie, Paul se présente ici comme de part en part juif (par la religion) et grec (par la culture). C’est seulement sur ce fond que peut surgir l’originalité de l’adhésion au Messie Jésus. En effet, Paul exprime et guide l’expérience religieuse des nouvelles communautés messianiques : la théorie est pour lui inséparable de la pratique. Il décrit un nouveau rapport au monde, à autrui et à soi-même, renouvelant ainsi les concepts fondamentaux de l’existence (parole, monde, temps, mal, etc.). Mieux comprendre Paul, c’est donc être introduit philosophiquement à l’essence du christianisme.

Olivier Boulnois est directeur d’études à l’École pratique des hautes études. Ses travaux portent sur la philosophie médiévale et l’histoire de la métaphysique. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Être et Représentation (Puf, 1999), Métaphysiques rebelles (Puf, 2013) et Généalogie de la liberté (Seuil, 2021). Saint Paul et la philosophie est la publication des conférences données en mars 2021 par Olivier Boulnois dans le cadre de la Chaire de métaphysique Etienne Gilson, dont il est le directeur.

Parution du n° 160 de Transversalités “Ecclésiologies et crises mondiales”

Le 20 novembre 2020, une deuxième journée d’étude en ecclésiologie a été organisée par les ecclésiologues du Theologicum (Institut Catholique de Paris). L’actualité de la pandémie apparue début 2020, sur fond de crise écologique et anthropologique, et de graves difficultés en particulier dans l’Église catholique, avait poussé les organisateurs à proposer le thème suivant : « Ecclésiologies et crises mondiales. Quelles épistémologies pour une théologie de l’Église ? » Trois des contributions présentées dans cette journée (Sylvain Brison, Peter De Mey et Jean-Louis Souletie) sont reprises dans ce dossier, enrichi par la proposition stimulante du professeur Gabriel Richi Alberti, doyen de la faculté de théologie de San Dámaso (Madrid, Espagne).

Les travaux présentés dans ce dossier résonnent un peu comme l’écho actualisé de la tâche interprétative, sans laquelle les textes du Concile Vatican II n’auraient pu voir le jour. Les réduire à une herméneutique auto-référencée en dissimulerait la source à laquelle ils se doivent. La « pastoralité » des énoncés conciliaires n’est pas une forme atténuée ou frelatée d’auto-compréhension. Elle est bien plutôt le signe permanent d’une dette et d’un devoir auxquels sont associés deux référents christologiques majeurs : « rendre témoignage à la vérité », ne pas faire taire le dire des hommes et le dire de Dieu dans une histoire qui demeure ouverte. Pour douloureuses que soient les crises qui surviennent, un corps est capable de « résilience » – pour employer les termes d’aujourd’hui –, si tant est qu’on lui reconnaisse cette adhérence et qu’on ne la mystifie pas sous l’aspect d’une réalité mystérique a-sacramentelle et an-historique.

Consultation du sommaire du n° 160 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Napoléon III. Pensées politiques réunies par Francis Choisel

Publication de : Napoléon III, Pensées politiques, réunies par Francis Choisel, Paris, SPM, 2021, 194 p.

Napoléon III fut penseur autant qu’homme d’action. Théoricien politique, il mit ses idées en pratique ; empereur philosophe, il tira des événements des préceptes de gouvernement. De ses livres, brochures, articles, discours, proclamations, messages, et autres propos ou écrits, Francis Choisel a retenu les maximes les mieux ciselées, les raisonnements les plus aboutis, et il les a réunis dans ce livre. Groupés par thèmes, emboîtés de manière logique, ils forment un véritable exposé de la doctrine napoléonienne, telle que l’élabora celui qui fut à la fois le premier de nos présidents de la République et le dernier de nos souverains. L’ouvrage est complété par une présentation critique des écrits de Napoléon III, véritable bibliographie de référence pour tous ceux qui voudront approfondir leur connaissance de ses idées.

Francis Choisel, spécialiste du Second Empire, dirige le cycle des masters d’histoire à l’Institut Catholique de Paris. Il est notamment l’auteur de Bonapartisme et gaullisme, La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour, Comprendre le gaullisme, et d’une édition critique des Rêveries politiques de Napoléon III.

Stavros Lazaris, Le Physiologus grec

Publication de : Stavros Lazaris, Le Physiologus grec. Volume 2. Donner à voir la nature. Firenze, SISMEL, Edizioni del Galluzzo, 2021, 432 p., 158 pl. .

Ce volume s’adresse aux antiquisants et aux médiévistes, aux historiens de l’art et des sciences, aux philologues et à ceux qui s’intéressent à la fois à l’histoire de l’illustration scientifique et à celle des relations entre l’homme et la nature au Moyen Âge et au-delà. Il a pour objet l’étude du développement d’une pensée visuelle, liée à la transmission de savoirs en histoire naturelle, à travers une analyse des miniatures du Physiologus grec. Après une présentation générale des codices illustrés de cet ancêtre des bestiaires occidentaux, l’auteur s’intéresse aux manières et aux stratégies iconographiques développées par les miniaturistes des manuscrits grecs du Physiologus pour offrir à voir les animaux, végétaux et minéraux discutés dans cette œuvre. Il propose ainsi une réflexion originale sur les fonctions du cycle naturaliste dans ces manuscrits, une nouvelle définition de la perception de la nature par ces imagiers et, enfin, d’autres identifications de certaines espèces controversées.

Stavros Lazaris est Professeur en Histoire byzantine à l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Bible et Orient » (Unité de Recherche « Religion, Culture et Société »). Après des études classiques à Athènes, Stavros Lazaris intègre l’EPHE et l’EHESS où il étudie l’histoire et la philologie byzantines. Durant sa thèse, il oriente ses recherches sur les rapports qu’entretiennent texte et image dans les manuscrits byzantins médiévaux consacrés à la médecine vétérinaire. Il réalise un post-doctorat sur cette thématique en Suisse (Université catholique de Fribourg) avant d’intégrer le CNRS à Strasbourg (UMR 7044). En 2015, il rejoint le laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167 – CNRS, Sorbonne Université, Collège de France) et poursuit entre autres son travail sur la place et les fonctions de l’illustration médiévale dans la transmission du savoir scientifique. À travers ses recherches, il a démontré que les images des écrits scientifiques ne servaient pas seulement à éclairer le texte.  Elles ont notamment des fonctions cognitives, en améliorant notamment la mémorisation et les recherches à l’intérieur des codex à une époque où le foliotage, les tables des matières ou encore les index dans les manuscrits n’avaient pas cours. De 2017 à 2020, Stavros Lazaris a enseigné à l’Institut Catholique de Paris, avant d’y être nommé, en 2021, professeur en histoire byzantine. Parallèlement, depuis 2019, il dirige le Département d’Histoire de la Faculté des Lettres de l’ICP. Par ses travaux, Stavros Lazaris contribue à renverser les préjugés qui pèsent sur le Moyen Âge encore considéré par beaucoup comme une période obscurantiste.