Archives de catégorie : Éducation et soin à l’ère du numérique

10 mai 2021 – Claire Marin, « Les nouveaux récits du soin »

La sixième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 10 mai 2021 de 18h à 20hCamille Riquier (ICP) et Cynthia Fleury (Cnam) recevront la philosophe Claire Marin.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Argument :

Si l’usage d’Internet a profondément modifié le rapport des patients aux connaissances médicales (ou à ce qui se présente comme tel…), jusqu’à perturber les relations patients/soignants, il a aussi fait émerger de nouvelles voix, celles des malades eux-mêmes.

Le récit de l’expérience de la maladie et la place désormais offerte sur les réseaux sociaux aux témoignages de patients sur les pages personnelles ou les comptes d’associations méritent qu’on s’y attarde : ne s’agit-il que d’un redoublement de récits que l’on trouvait déjà sous forme d’ouvrages ou d’interviews, de manière moins visible, mais sous une forme identique ou faut-il y voir un changement important participant d’une meilleure connaissance et d’un effort de vulgarisation des différentes pathologies ? Sommes-nous ainsi en mesure de mieux comprendre le malade et son vécu ? Qu’apportent ces témoignages à ceux qui s’y risquent et à ceux qui les écoutent ?

De manière symétrique, nous interrogerons également l’importance d’autres récits qui se déploient sur les réseaux sociaux et qui permettent de prendre la mesure de la réalité du soin à travers les voix de médecins généralistes, de psychologues rattachés à des structures de soin, de psychiatres, de médecins urgentistes ou d’étudiants en médecine. Quelles sont ces nouvelles formes de narration et que nous apprennent-elles sur l’expérience de la maladie, vécue par le malade et appréhendée par le soignant ? Quel dialogue peut-on espérer de ces récits croisés ?

Intervenante :

Claire Marin est professeur de philosophie en classes préparatoires aux grandes écoles à Paris et membre associé de l’Ecole Normale Supérieure. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’expérience de la maladie et la question du soin, comme Hors de moi (Paris, Allia, rééd. 2018) ou La maladie, catastrophe intime (Paris, PUF, 2014). Son dernier essai, Rupture(s) (Paris, Editions de l’Observatoire, 2019), questionne le sens des épreuves de la vie.

Crédit photographique : Hannah Assouline

12 avril 2021 – Dominique Bourg « Ecologie, procès et numérique »

La cinquième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 12 avril 2021 de 18h à 20hCamille Riquier (ICP) et Cynthia Fleury (Cnam) recevront le philosophe Dominique Bourg.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

 

Intervenant :

Le philosophe Dominique Bourg est professeur honoraire à l’Université de Lausanne, Institut de Géographie et de Durabilité. Spécialiste en même temps que figure de l’écologie, il est l’auteur, avec Augustin Fragnière, d’une anthologie autour de La Pensée écologique (Paris, PUF, coll. « L’écologie en questions », 2014), et avec Alain Papaux, d’un Dictionnaire de la pensée écologique (Paris, PUF, 2015). Il a récemment publié Le Marché contre l’humanité (Paris, PUF, 2019) et co-dirigé Retour sur Terre : 35 propositions (Paris, PUF, 2020).

8 février 2021 – Cynthia Fleury « Entre éducation et soin : normes, formes, styles »

La quatrième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 8 février 2021 de 18h à 20hCamille Riquier (ICP) recevra la philosophe Cynthia Fleury.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

 

Intervenante :

Figure incontournable de la scène philosophique française contemporaine, Cynthia Fleury est professeure au Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam), titulaire de la Chaire « Humanités et Santé », et professeure associée à l’Ecole des Mines (PSL/Mines-Paristech). Ses travaux portent sur les outils de la régulation démocratique. Elle a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels Les Pathologies de la démocratie (Paris, Fayard, 2005), La Fin du courage : la reconquête d’une vertu démocratique (Paris, Fayard, 2010), Le Soin est un humanisme (Paris, Gallimard, coll. « Tracts », 2019), et plus récemment, le très remarqué Ci-gît l’amer. Guérir du ressentiment (Paris, Gallimard, 2020).

11 janvier 2021 – Sandra Laugier « Care et éducation à la démocratie »

La quatrième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 11 janvier 2021 de 18h à 20h .

Les organisateurs du séminaire, Cynthia Fleury (Cnam) et Camille Riquier (ICP), recevront la philosophe Sandra Laugier.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Argument :

La crise sanitaire semble avoir donné à tous et toutes des leçons de care : elle a mis au jour le rôle des femmes et autres « petites mains » dans notre vie quotidienne. Elle révèle ce travail du care qui assure la continuité de la vie, de l’hôpital à la maison. La grammaire du care s’est imposée : nous sommes tous dépendants les uns des autres, tous vulnérables. Sous la diversité des tâches et des professions de care (des soignants à l’hôpital aux caissières, livreurs…) on découvre enfin l’unité d’une masse d’invisibles, mis au service d’autrui. Il est temps de reconnaître leur contribution à sa juste valeur.

Intervenante :

Sandra Laugier est professeure de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut Universitaire de France. Auteure d’une œuvre significative, spécialiste notamment de philosophie du langage et de la connaissance, de philosophie analytique et du langage ordinaire, elle travaille depuis quelques années, dans le sillage du pragmatisme américain contemporain, sur la culture populaire, en particulier sur le cinéma et les séries télévisées (Nos vies en séries, Paris, Flammarion, coll. « Climats – essais », 2019), ainsi que sur des questions politiques (elle co-signe avec Albert Ogien Antidémocratie, Paris, La Découverte, 2017, et avec Najat Vallaud-Belkacem La Société des vulnérables. Leçons féministes d’une crise, Paris, Gallimard, coll. « Tracts », n°19, 2020).

7 décembre 2020 – Frédéric Worms « Le défi du numérique dans le moment du vivant et comment le relever »

La troisième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 7 décembre 2020 de 18h à 20h .

Les organisateurs du séminaire, Cynthia Fleury (Cnam) et Camille Riquier (ICP), recevront le philosophe Frédéric Worms.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Intervenant :

Frédéric Worms est une figure universitaire et publique majeure. Philosophe, professeur de philosophie moderne et contemporaine à l’Ecole normale supérieure, spécialiste d’histoire de la philosophie, de la pensée bergsonienne et de la question de la vie et du vivant, il vient de publier chez Desclée de Brouwer Sidération et résistance. Face à l’événement (2015-2020) et Les Maladies chroniques de la démocratie. Grand témoin de notre époque, il est également membre du Comité consultatif national d’éthique et chroniqueur pour le journal Libération.

2 novembre 2020 – Vincent Delecroix « La machine consolante. Deuil et ressource numérique »

La deuxième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 2 novembre 2020 de 18h à 20h .

Les organisateurs du séminaire, Cynthia Fleury (Cnam) et Camille Riquier (ICP), recevront le philosophe Vincent Delecroix.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Argument :

Si le deuil et la consolation ont, d’une certaine manière, toujours réclamé, pour le meilleur et pour le pire, des « techniques », dont les plus anciennes sont partie intégrante des éthiques post-socratiques, il se trouve que les avancées technologiques actuelles et le développement du numérique semblent fournir des ressources inédites aux individus endeuillés.

L’usage de ces ressources n’est pas neutre : non seulement il implique certaines conceptions du deuil et de la consolation susceptibles d’être contestées, mais, indépendamment des effets psychologiques discutables qu’il peut produire, il interroge profondément un rapport à la mort et plus généralement à ce qui est perdu dont on sait combien il est socialement structurant.

Intervenant :

Vincent Delecroix est spécialiste de philosophie de la religion et directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études. Auteur d’une œuvre philosophique et littéraire significative, il a obtenu en 2009 le Grand prix de littérature de l’Académie française et en 2020 le Prix des Rencontres philosophiques de Monaco pour son livre Apprendre à perdre (Paris, Payot & Rivages, coll. « Bibliothèque Rivages », 2019).

5 octobre 2020 : « Entre éducation et soin », première séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique »

Dans le cadre de la Chaire « Numérique & Citoyenneté », Cynthia Fleury-Perkins, professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers et titulaire de la Chaire Humanités et Santé du Cnam, ainsi que de la Chaire de philosophie de l’hôpital Sainte-Anne, animera avec Camille Riquier, Vice-Recteur à la Recherche de l’ICP, la première séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique ». Elle aura lieu à l’Institut Catholique de Paris le lundi 5 octobre 2020 de 18h à 20h (inscription libre à l’adresse suivante).

Argument : Trois métiers, selon Freud, qui se rejoignent par leur impossibilité : analyser, éduquer et gouverner. Quelle dialectique entre les trois actes ? Sont-ils, chacun, condition des deux autres ? Faut-il, à l’inverse, les séparer inlassablement ? Le tout dans un univers panoptique où plus rien n’est séparé. Les réseaux numériques ont pénétré nos vies, et mêlent comme jamais auparavant la sphère publique à celle de l’intime. Par leur capacité à tout mettre en relation avec tout, ils brouillent les lieux institutionnels qui étaient jusqu’ici réservés à l’exercice respectif de chacun de ces métiers : l’Hôpital, l’École, l’État. Ils court-circuitent les intermédiaires ; en nivelant également les échanges, ils invitent également à plus de réciprocité. Ce sont alors les figures du patient, de l’élève et du citoyen qui s’en trouvent requalifiées et qu’il faut interroger à nouveaux frais.