Archives de catégorie : Séminaires de recherche

Regard critique sur les christologies en contexte africain

Le séminaire analysera les christologies titrologiques et praxéologiques en contexte africain, avec un regard lucide sur celles-ci. Partant des critiques adressées aux essais de christologies africaines par les titres (Christ Ancêtre, Christ Maître d’initiation, Christ guérisseur… ), certains théologiens africains estiment que, de nos jours, des christologies qui s’inspirent de la praxis libératrice de Jésus de Nazareth sont plus pertinentes pour répondre aux problèmes des sociétés africaines. Le séminaire se propose de porter un regard critique sur ces différents essais en vue de dégager des bases épistémologiques nécessaires pour l’élaboration de christologies répondant aux exigences d’un véritable travail d’inculturation en contexte africain mais ayant également une portée universelle.

Ce séminaire de 15 heures, animé par Léonard Santedi et Pierre Diarra, est réservé aux étudiants de D1 à Dn. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris les mardis 12, 19 et 26 mars ; 2 et 9 avril 2019 (de 14 h à17 h).

La rétribution

Les textes bibliques présupposent souvent une logique de rétribution. Celle-ci peut être mise en évidence à la fois dans des textes législatifs qui énoncent les règles de la vie en société et qui mettent en place une justice rétributive, et dans des textes plus théologiques qui mobilisent l’idée de rétribution sous forme de métaphores, ou encore en font la clef d’une interprétation théologique de l’histoire ou de la relecture d’expériences individuelles. Certains textes, cependant, contestent l’idée de rétribution, ou encore cherchent à la dépasser. Le séminaire aura pour objectif d’appréhender l’idée de rétribution et les formes de son expression à partir de textes bibliques choisis, dont l’analyse permettra également de mettre au jour les contextes historiques de son émergence et de sa remise en cause, ainsi que ses dimensions sociale, éthique et enfin théologique.

Ce séminaire annuel de 24 heures, animé par Olivier Artus, Sophie Ramond et Régis Burnet (Louvain-la-Neuve), est réservé aux étudiants de D1 à Dn. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredis 17 octobre ; 7 et 21 novembre ; 5 et 19 décembre ; 16 et 30 janvier ; 13 février ; 13 mars ; 3 et 10 avril ; 15 mai (de 14 h à 16 h, sauf en novembre, de 9 h à 11 h).

Permanence d’Israël et diversité confessionnelle

Le choc de la Deuxième Guerre mondiale a conduit les différentes Églises chrétiennes à revisiter les positions traditionnelles qu’elles avaient adoptées dans une histoire perturbée à l’encontre du peuple d’Israël. La conviction croissante que la permanence d’Israël comme peuple dans l’histoire est un effet de la grâce divine, et non un accident de l’histoire, conduit à réinterroger les représentations
sur l’articulation entre peuple d’Israël et Église comme mystère.
Depuis Seelisberg (1947), des groupes chrétiens sensibles au rapport avec Israël ont réfléchi, avec la participation de plusieurs intellectuels juifs, comme le Pr. Jules Isaac, puis les instances officielles des Églises ont adopté des prises de position variées, soulevant parfois de profonds débats.
Le séminaire veut étudier les conséquences théologiques de cette prise de conscience de la permanence d’Israël reconnue comme une grâce de Dieu, en se centrant sur la modification des paramètres œcuméniques qu’elle induit. Face à Israël, et en dialogue avec lui, les Églises chrétiennes sont poussées à comprendre ensemble ce que Dieu attend d’elles. Cette première année sera consacrée à une exploration de cette problématique, pour faire la cartographie des propositions théologiques qui ont pris au sérieux cette question.

Ce séminaire annuel de 24 heures, animé par Thérèse Andrevon, Luc Forestier et Anne-Marie Reijnen, est réservé aux étudiants de D1 à Dn (et ouvert au réseau THÉODOC). Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredi et jeudi 6 et 7 novembre ; 18 et 19 décembre ; 5 et 6 février ; 29 et 30 mai 2019 (4 rencontres de 6 heures sur deux jours).

Le Dieu Un et Trine : recherches actuelles

L’articulation entre « unité essentielle » et « diversité personnelle » semble constituer le crux interpretum de la foi trinitaire. D’Augustin à Anselme, en passant par Boèce et les premiers essais de systématisation dans la tradition byzantine et latine, la relation entre Monade et Triade ne fait que traduire les exigences internes à la foi monothéiste. Le séminaire de recherche sera tout entier consacré à ce problème central de la foi trinitaire, d’Augustin à la période moderne et contemporaine. Il inclura les intuitions développées par le théologien réformé Karl Barth dans la Kirchliche Dogmatik. Il intégrera également les traditions orientales. Cette trajectoire longue sera ponctuée d’analyses et de synthèses dans des segments précis de la tradition théologique et de ses sources, tant bibliques que métaphysiques.

Ce séminaire animé par Vincent Holzer et Anne-Sophie Vivier-Muresan est réservé aux étudiants de D1 à Dn. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année 2018-2019.

L’amour

On dit de l’amour qu’il peut « se faire ». Mais aussi, il « se pense ». Ou plutôt, la pensée de l’amour peut nous aider à comprendre ce qu’est l’amour, car toute forme d’amour n’est pas identique (éros, philia, agapê, etc.). Quand la philosophie se définit comme « amour de la sagesse », encore lui faut-il aussi devenir une « sagesse de l’amour ». Retraçant ce qu’il en est de l’amour dans l’histoire de la philosophie et son éventuel oubli, le séminaire du Saulchoir s’efforcera de montrer que penser et aimer c’est tout un – au moins en cela que tout « amour de la pensée » est en même temps une « pensée de l’amour ».

Ce séminaire associe deux institutions : le Centre d’Études du Saulchoir et l’Institut Catholique de Paris. Il est placé sous la direction des Professeurs Emmanuel Falque et Bernard Bourdin.

Samedi 20 octobre 2018 : Laurence Devillairs (intervenante) / Camille Riquier (discutant) : « Le désintéressement de l’amour (Fénelon)»

Samedi 24 novembre 2018 : Laure Solignac (intervenante) / Jérôme Alexandre (discutant) : « L’amour s’étend beaucoup plus loin que la vision (Bonaventure lecteur de Bernard de Clairvaux) ».

Samedi 15 décembre 2018 : Pascal David (intervenant) / Emmanuel Falque (discutant) :
« Ce que l’amour nous fait ou quand le dehors est dedans ». (Cercle des doctorants de 14h00 à 17h00).

Samedi 19 janvier 2019 : Jérôme de Gramont (intervenant) / Olivier Riaudel (discutant) :
« Dasein et amour – Binswanger et Heidegger ».

Samedi 9 février 2019 : Gilles Berceville (intervenant) / Jean-François Petit (discutant) :
« Une philosophie politique de l’amour [Daniel-Joseph Lallement (1892-1977)] ».

Samedi 16 mars 2019: Emilie Tardivel-Schick (intervenante) / Bernard Bourdin (discutant):
« Ordo amoris. Lecture de la Cité de Dieu d’Augustin ».

Samedi 6 avril 2019 : Jacques Courcier (intervenant) / Ronan Sharkey (discutant) : « Intentionnalité, altérité et affectivité ».

Matière et auto-affection dans la pensée de Karl Marx

Les Manuscrits de 1844 de Karl Marx, Les thèses sur Feuerbach de 1845, et L’idéologie allemande réunissant des textes de 1845-1846 (Marx, Engels), marquent une rupture radicale avec l’idéalisme hégélien et l’esprit de système. Loin d’une réduction de la pensée de Karl Marx au « marxisme », voire à la seule lecture du Capital et de la critique de la bourgeoisie (1867), les écrits du jeune Marx font voir, avec une rare justesse, une réelle prise en compte de la « subjectivité corporelle de l’individu vivant » dont Michel Henry a parfaitement montré l’existence comme aussi la pertinence : Marx I (Une philosophie de la réalité), Marx II (Une philosophie de la valeur). A l’appui de ces écrits de jeunesse, et en suivant le renouveau des études sur Karl Marx aujourd’hui en particulier dans le cadre de la phénoménologie, ce séminaire essaiera de montrer comment cette « philosophie de la subjectivité corporelle » ne peut pas se passer d’une « philosophie de la matière », voire de l’« organique » lui-même. L’enjeu ne sera donc pas de reprendre un débat largement usé quoiqu’à retracer autour de la figure de Karl Marx (années 70 en France), mais de montrer que toute réflexion autour de l’« être incarné » ne peut pas faire l’impasse sur le sens de la matérialité, voire de l’historicité, qui vient aussi nous constituer.

Bibliographie : K. Marx, Manuscrits de 1844, Garnier-Flammarion, 1996 ; Marx 1845, Les thèses sur Feuerbach, Editions Amsterdam Poches, 2008 ; L’idéologie allemande (Marx, Engels), ch. 1 et 2 édition bilingue, Editions sociales, 2014 ; J. Kessler, « Lire Marx aujourd’hui », dans K. Marx, Misère de la philosophie, Payot, 2002 (préface) ; J. Vioulac, La logique totalitaire, Essai sur la crise de l’Occident, PUF, 2013 ; P. Rodrigo, Sur l’ontologie de Marx, Vrin, 2014 ; M. Henry, Le socialisme selon Marx, Editions Sulliver, 2008 ; Marx (I, II, 1976), Tel Gallimard, 2009.

Ce séminaire, placé sous la direction du Professeur Emmanuel Falque, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le vendredi de 9 h à 12 h aux dates suivantes : 19 octobre ; 9, 16, 23 et 30 novembre ; 7, 14 et 21 décembre.

L’événement (séminaire Mounier)

L’événement

Actif et engagé devant les « provocations de l’événement », Mounier n’a cessé de réfléchir aux conditions et aux incidences de l’événementialité, au point d’en faire une catégorie-source du personnalisme. Le philosophe en aura cherché le sens, d’abord pour la personne elle-même, dans les formes d’accueil, de présence, de témoignage, de transfiguration du monde qu’elle implique. Si l’histoire aura représenté pour lui la totalité des événements, le philosophe aura fait sienne une pensée de l’événement qu’il considérait comme un « maitre intérieur » et à qui il devait lucidité et fidélité.

Ce séminaire est dirigé par Jean-François Petit. Il a lieu le mardi de 18 h à 20 h aux dates qui suivent.

22/01 : Présentation et mise en perspective du séminaire : Jean-François Petit (ICP)

29/01 : Péguy et l’événement de l’affaire Dreyfus : Charles Coutel (Université d’Artois)

05/02 : Avènement ou événement de la personne ? : Emmanuel Housset (Université de Caen)

12/02 : L’événement christologique selon les Pères de l’Eglise : Alain Le Boulluec (EPHE)

19/02 : La dialectique de l’événement (Kierkegaard) : Jérôme de Gramont (ICP)

05/03 : L’événement de la Parole (Barth) : Claude Brunier-Coulin (ACVS)

12/03 : L’événement, c’est l’autre (Levinas) : Vincent Laquais (ICP)

19/03 : Le « moment mai 68 » : Guy Coq (AAEM)

26/03 : Les engagements d’après-guerre : l’amitié avec J. -M. Domenach : D. Da Silva (ISM)

02/04 : L’événement au fil de l’histoire : Gilles Marmasse (Université de Poitiers)

09/04 : L’événement et le monde : Cathy Leblanc (Université catholique de Lille)

16/04 : L’événement des droits de l’homme : Valentine Zuber (EPHE)

07/05 : L’événementialité journalistique : Eric Vinson (ICP, AAEM)

Les Routes de la Soie : circulation des idées, influences et enjeux culturels

Ce séminaire « Les Routes de la Soie : circulation des idées, influences et enjeux culturels » par Emmanuel Lincot, accueille les étudiants du Master Stratégies muséales de la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris et plus largement, des auditeurs libres désireux d’en savoir davantage sur l’histoire très riche des Routes de la Soie. Leurs travaux donneront lieu à une publication triennale. Sans être pour autant exclusif, le séminaire de l’année 2018-2019 s’intéressera tout particulièrement aux signes suivants : coiffes, auréoles, ailes, sceptres et pagodes.

Thierry Zarcone (Directeur de recherches au C.N.R.S, Groupe Sociétés Religions Laïcité), le jeudi 27 septembre 2018 : « Hybridations culturelles et artistiques sur les routes de la Soie : au croisement des religions de la Chine, des cultes de la Steppe et de l’islam soufi ».

Bérénice Bellina-Pryce (Senior Researcher in South and Southeast Asian Archaeology, Director of the French Archaeological Mission in Peninsular Thailand-Myanmar, C.N.R.S.), le jeudi 25 octobre 2018 : « Les premières routes maritimes de la soie vues depuis la péninsule Thaï-Malaise ».

Arnaud Bertrand, (Chercheur associé au laboratoire d’Archéologie et sciences de l’antiquité, archéologie de l’Asie centrale (ARSCAN – CNRS / UMR 7041) ; directeur exécutif de l’Association Française des Amis de l’Orient), le jeudi 22 novembre 2018 : « Routes et carrefours commerciaux à la frontière occidentale de l’empire des Han : l’apport de nouvelles sources textuelles et des récentes fouilles archéologiques ».

Christophe Comentale (Conservateur en chef au Museum, Chercheur associé à l’Institut de Dunhuang (Chine), enseignant en histoire de l’art à l’Institut Catholique de Paris et conseiller scientifique au musée chinois du quotidien), le jeudi 6 décembre 2018 : « Les Routes de la Soie: d’air, d’eau et de terre : de la variété des supports vecteurs d’objets et d’idées ».

Alexandre Astier (Docteur et spécialiste de l’histoire de l’art de l’Inde ancienne et de l’Asie du Sud-Est, chercheur associé au CREOPS – Centre de recherches sur l’Extrême-Orient de Paris-Sorbonne), le mardi 11 décembre 2018 : « Les ailes sur la tête de Kubera : migration d’un motif iconographique du monde gréco-romain à la Chine, en passant par l’Iran et le Gandhâra ».

Ariane Perrin (historienne de l’art, enseignante à l’Institut Catholique de Paris, Chercheur associé à l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon CNRS-EHESS), le jeudi 13 décembre 2018 : « La circulation des objets en verre du monde romain et de la Perse sassanide en Corée et au Japon, IVe-VIe siècle ».

Emmanuel Lincot (Professeur à l’Institut Catholique de Paris, historien d’art et sinologue. Directeur du Master Stratégies muséales et gestion de projet), le jeudi 31 janvier 2019 : « Pagodes et folies : le goût de la Chine dans les jardins européens à l’époque des Lumières ».

Cécile Coulangeon (Maître de conférences à l’Institut Catholique de Paris, Directrice du département d’Histoire de l’art et de la licence Histoire de l’art), le jeudi 7 février 2019 : « Auréoles et nimbes : origines, sens, formes et circulations d’un motif dans l’iconographie durant le premier millénaire, entre Orient et Occident ».

Droit civil ecclésiastique comparé

Ce séminaire est une initiation à la recherche en Droit comparé des relations entre l’Eglise et l’Etat. Après quelques heures consacrées aux sources internationales, européennes et internes, les séances seront consacrées à divers thèmes : personnalité juridique en Droit civil des institutions religieuses ; biens religieux ; mariage religieux en Droit civil ; etc.

Ce séminaire de 18 heures animé par Emmanuel Tawil a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année 2018-2019, le mardi de 14 h à 17 h.

Philosophie du Droit canonique

Comme science, comme art ou comme technique, le droit n’échappe pas à un questionnement et à une réflexion philosophiques. Malgré sa spécificité au sein de la famille des droits, et son lien particulier à la Théologie qui conduisait le pape Paul VI à le définir comme un         « ius sacrum », le Droit canonique ne fait pas exception à cette règle. La démarche qui est proposée dans ce séminaire s’appuie sur l’initiation à la philosophie du Droit reçue, soit à la Faculté de Droit canonique, soit à la Faculté de Droit, dans les cycles d’étude antérieurs. Selon les années, les participants au séminaire, et l’actualité du débat public, sont étudiées la question théologico-politique, la question de la nature et de la loi naturelle, et quelques orientations propres au Droit canonique, telles l’équité, la justice, la loi, la séparation des pouvoirs…

Ce séminaire de 18 heures animé par Olivier Echappé a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année 2018-2019, le mardi de 14 h à 17 h.