La personne au secours de l’humain par Jean-François Petit

Publication de La personne au secours de l’humain. 30 études personnalistes, Paris, Parole et Silence, 2018, 473 p.

Redisons-le fortement : seule la personne possède une dignité humaine, aussi extensive soit sa conception aujourd’hui. Comme centre existentiel unique, elle possède une sensibilité incomparable pour les souffrances et pour les joies, une sensibilité qu’on ne retrouve nulle part dans le monde objectif. La personne n’est pas un composé de parties, un agrégat ou une addition. Ainsi, elle marque sa singularité, son unicité, du début jusqu’à la fin.

A travers ces études, on ne peut qu’être frappé par la permanence des enjeux qui s’en dégagent et, pourquoi ne pas le dire, du caractère prophétique de la vision personnaliste d’Emmanuel Mounier (1905-1950). Face à des philosophies qui succombent à la fascination médiatique ou à celles qui se cantonnent dans une érudition inadaptée aux défis contemporains, le personnalisme creuse une ligne de fond qui est aussi une ligne de vie.

On dit qu’un philosophe, quels que soient les domaines qu’il traverse par vocation et par mission, revient toujours à un « port d’attache ». Ce fut le cas ici avec le personnalisme. Pour ma part, je peux fermement attester qu’avec Emmanuel Mounier, je ne me suis jamais trouvé dans des impasses conceptuelles ni en défaut de penser.

Jean-François Petit, assomptionniste, est maître de conférences à la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

Parution du n° 147 de Transversalités

L’histoire contemporaine a montré que les religions pouvaient non seulement être mises en cause, mais avoir une réelle responsabilité dans la violence qui touche les sociétés. Aucune d’entre elles n’est épargnée par ce soupçon, ni par cette accusation, et, effectivement, bien des guerres civiles qui ont marqué la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle ont comporté des implications religieuses.

Le dossier de ce numéro 147 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités cherche à appréhender la manière dont la question de la violence interfère avec le discours et avec les pratiques des religions, et, en même temps, il cherche à mettre au jour la manière selon laquelle les religions, et en particulier le christianisme, constituent des ressources face à la tentation de la violence.

Consultation du sommaire du n° 147 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08