La liberté humaine

Six conférences par Cyrille Michon, Professeur à l’Université de Nantes, dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA 74 03), les 25, 26, 27 mars et 1er, 2, 3 avril 2019, 18h – 20h.

L’idée de liberté constitue un problème pour la pensée si l’on tient qu’elle caractérise les actions et les choix rationnels et fonde la responsabilité morale. La liberté de mouvement d’un animal, la liberté politique des peuples, l’absence de contrainte, peuvent être difficiles à discerner ou à promouvoir, mais ce ne sont pas tant des problèmes philosophiques que des problèmes pratiques. Ou du moins, ce ne sont pas des problèmes métaphysiques, qui mettent en jeu notre compréhension et la possibilité même de la liberté.

On a longtemps opposé liberté et nécessité, et les raisons de penser que le monde était comme gouverné par la nécessité ont pu se
nourrir à des sources logiques (argument dominateur), théologiques (théories du destin ou de la providence), psychologiques (doctrines de la motivation), ou physiques (déterminisme causal). Ce qui arrive n’est peut-être pas absolument nécessaire – le monde aurait pu être différent – mais, pour ces raisons qui ne dépendent pas de nous, ce qui arrive – y compris nos actions et nos choix – serait inévitable, et donc nécessaire, pour nous.

Lorsque le déterminisme physique est apparu comme la seule vision scientifique du monde, mettant en péril l’existence de la liberté humaine, les philosophes de l’époque moderne, notamment ceux de
la tradition empiriste anglaise (Hobbes, Locke, Hume), ont semblé trouver une parade radicale à cette contradiction, en analysant le concept de liberté de telle sorte qu’il apparaisse compatible avec
le déterminisme. Dominant jusqu’à une époque récente, malgré la critique de Kant (qui le traitait de « misérable subterfuge »), le compatibilisme a subi à la fin du siècle dernier diverses attaques, et le problème de la compatibilité s’est imposé comme préalable à la question classique de l’existence de la liberté.

Qui plus est, on a pu objecter que l’idée de liberté incompatible avec la nécessité n’est pas celle dont nous avons besoin pour comprendre l’agir humain, ni pour fonder la responsabilité morale : la liberté humaine. Le problème se déplace alors vers celui de la compatibilité de la responsabilité morale et du déterminisme.

Enfin, la thèse de l’incompatibilité a paru conduire à une conclusion plus désastreuse encore pour nos idées de liberté et de responsabilité. Si nos choix ne sont pas déterminés par des causes, cela ne signifie-t-il pas qu’ils sont dus au hasard, et que nous n’avons alors aucune responsabilité à leur égard ? Incompatible avec la vérité comme avec la fausseté du déterminisme, la liberté serait impossible.

Dans ces conférences, je voudrais répondre à ces défis métaphysiques, portant sur la possibilité de la liberté. Dans un premier mouvement de descente (trois premières séances), vers les conditions de la liberté humaine, nous aurons à élucider les concepts mis en jeu, à commencer par ceux de libre arbitre et de  responsabilité morale, et j’argumenterai en faveur de leur incompatibilité avec la nécessité en général et le déterminisme en particulier. Dans le second mouvement, de montée, vers l’intelligibilité d’un tel libre arbitre incompatible avec la nécessité, je tenterai de répondre à l’argument du hasard, pour défendre l’idée qu’un choix non-déterminé par des causes naturelles ne constitue pas une perte de contrôle, et qu’une forme particulière de causalité, propre à l’agent
libre, doit être acceptée sans préjudice pour la connaissance scientifique de la nature. Nous pourrons alors voir comment soutenir la thèse de l’existence de la liberté humaine : sur la base immédiate de la phénoménologie du choix, ou sur celle d’un argument indirect, établissant que la liberté est la condition de possibilité de la responsabilité morale.

Mon approche sera systématique, et les incursions dans l’histoire viseront davantage à rendre leurs biens à ceux qui ont les premiers exploré certaines voies argumentatives, en privilégiant les auteurs
médiévaux et modernes avec lesquels la discussion contemporaine se trouve bien souvent en résonance immédiate. La position « libertarienne » que je compte proposer (existence d’un libre arbitre
incompatible avec la nécessité et condition de la responsabilité morale), dans le sillage de Peter van Inwagen et d’autres aujourd’hui, a sans doute été défendue par Thomas d’Aquin, Duns Scot et  Descartes, et l’a été certainement par Guillaume d’Ockham, Francisco Suarez et Thomas Reid.

Programme :

Lundi 25 mars 2019 : Le libre arbitre, la nécessité et le déterminisme

Mardi 26 mars 2019 : La responsabilité morale

Mercredi 27 mars 2019 : L’incompatibilité de la liberté humaine et du déterminisme

Lundi 1er avril 2019 : La compatibilité de la liberté humaine et de
l’indéterminisme : les raisons d’agir

Mardi 2 avril 2019 : La compatibilité de la liberté humaine et de
l’indéterminisme : les causes

Mercredi 3 avril 2019 : L’existence de la liberté humaine

Inscription en ligne

Pour plus d’informations, pour une présentation de chacune des six conférences, vous pouvez consulter le programme des leçons.

Parution du n° 148 de Transversalités “Une ontologie trinitaire. Autour de Klaus Hemmerle”

Klaus Hemmerle (1929-1994), évêque d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, figure mieux connue pour sa participation active au mouvement ecclésial des Focolari, est peut-être aussi le plus méconnu des grands théologiens du xxe siècle, dont la réflexion n’avait d’ailleurs pas manqué d’être, comme par anticipation, une source d’inspiration pour la fondatrice du mouvement, Chiara Lubich (1920-2008). À l’occasion de la publication de la traduction française des Thèses pour une ontologie trinitaire (éditions Ad Solem, 2014) de K. Hemmerle, une journée d’étude fut organisée le 7 avril 2015 à l’Institut Catholique de Paris autour de ses recherches fondamentales. Le dossier de ce numéro 148 de la revue Transversalités propose aux lecteurs un certain nombre des contributions de cette journée.

Consultation du sommaire du n° 148 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du supplément 6 de Transversalités “Les nouveaux visages de la justice : américanisation ou européanisation ?”

      Publication du supplément à la revue Transversalités “Les nouveaux visages de la justice : américanisation ou européanisation ?”, sous la direction de Pierre Tcherkessoff.

Au fil des siècles, la justice française s’est toujours adaptée aux évolutions de la société mais elle subit depuis quelques décennies une double influence : celle, considérable, de la CEDH, des directives de l’Union européenne et, dans une moindre mesure, celle du droit américain notamment par le biais de l’idée de transaction. L’acte de juger qui constituait le cœur et le sens même de sa mission, paraît céder progressivement la place à un nouveau positionnement.

Cette évolution n’est-elle pas de nature à subvertir les fondements traditionnels de la justice française ? Le système de common law ne se trouve-t-il pas, a priori, en position d’hégémonie ? Le système français d’un juge gardien du droit n’est-il pas en train d’évoluer vers celui d’un juge gardien de la procédure, « à l’anglo-saxonne » ? Les instruments juridiques et les institutions juridictionnelles de l’Union européenne mais aussi du Conseil de l’Europe n’en portent-ils pas la marque ? La tendance à l’uniformisation de la justice ne favorise-      t-elle pas l’émergence d’un modèle commun, dans lequel les systèmes continentaux se soumettraient à ceux de common law ?

C’est à ces questions que tente de répondre cet ouvrage, en croisant les regards d’universitaires et de praticiens autour des différentes problématiques que pose l’évolution de la justice.

Avec les contributions de Jacques-Henri Robert, Pierre Tcherkessoff, Jean Pradel, Philippe Greiner, Thibault Lahalle, Antoine Gouëzel, François Monteagle, Arnaud de Nanteuil, Philippe Corruble, Ramu de Bellescize, Olivier Echappé

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08