Parution du n° 151 de Transversalités « Paradis et paysages »

Le dossier du présent numéro de Transversalités associe deux mots qu’un esprit non prévenu relie volontiers par l’idée et qui pourtant sont faussement apparentés dans la langue : paradis et paysage. Il est préférable de le dire d’emblée : ils ont peu à voir, leurs sens se heurtent et se contredisent presque. L’un vient du grec – paradeisos – et signifiait un enclos destiné aux bêtes sauvages, avant que la Bible de la Septante ne s’en servît pour qualifier le jardin d’Éden ; le second est dérivé du latin pagensis, qui a donné en français le mot de « pays », comme portion de terre habitée par un groupe d’hommes.

Si le jardin (d’Éden) est le Paradis toujours déjà perdu et si la ville (invisible) est le Paysage à jamais à venir, l’homme ne peut vivre
qu’« entre les deux termes en tension ». Car il n’habite proprement la terre que s’il réussit à négocier avec chacun d’eux. En sorte que c’est bien plutôt si l’homme devait les séparer, comme eux-mêmes y tendent, « pour favoriser soit l’utopie constructiviste de la ville, soit l’utopie régressive du jardin », qu’il perdrait son humanité et ferait de son lieu un enfer inhospitalier et invivable. Telle serait l’aporie véritable, qui n’est plus celle que nous formulions au début, et qui lui est même rigoureusement contraire.

Consultation du sommaire du n° 151 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr