Il cardinale Pietro Gasparri, segretario di Stato (1914-1930) par Laura Pettinaroli et Massimiliano Valente (éd.)

Publication de Il cardinale Pietro Gasparri, segretario di Stato (1914-1930), Heidelberg, Heidelberg University Publishing, coll. « Online-Schriften des DHI Rom. Neue Reihe – Pubblicazioni online del DHI Roma. Nuova serie », nº 4, 2020, 292 p.

Juriste réputé, enseignant reconnu et célèbre diplomate du Saint- Siège, le cardinal Pietro Gasparri (1852-1934) a dirigé la Secrétairerie d’État de 1914 à 1929, en une période cruciale de l’histoire de l’Europe et de la papauté.

Coordonné par les historiens Massimiliano Valente et Laura Pettinaroli, ce volume est le fruit de séminaires tenus entre 2013 et 2016 à l’Università europea di Roma, en partenariat avec l’Institut catholique de Paris. Il rassemble des contributions, en italien, anglais et français, d’un groupe international d’archivistes, historiens et d’historiennes, notamment de jeunes docteur.e.s., qui ont travaillé dans les archives vaticanes. Enfin, une bibliographie de référence encourage à poursuivre la recherche sur cette figure majeure de l’histoire de l’Église catholique et de la diplomatie vaticane au XXe siècle.

Cet ebook, publié par les presses de l’Université d’Heidelberg (collection de l’Institut historique allemand de Rome, nouvelle série, N°4), est accessible en ligne. Une version papier (softcover et hardcover) sera disponible à l’achat dans quelques semaines.

Laura Pettinaroli est maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Parution du n° 153 de Transversalités « Le retour de l’Homme »

Jugée désuète ou suspecte il y a peu encore, la question de l’homme  contemporain. Il n’y a d’ailleurs pas lieu d’applaudir ou de le déplorer, car elle n’est pas revenue de la façon dont on l’aurait attendue. Mais autrement, étrangement. Et c’est ce que le dossier du présent numéro de Transversalités se propose d’interroger.

Si plusieurs humanismes avaient jusqu’ici pu être mis en concurrence, c’était parce qu’ils s’appuyaient sur des conceptions différentes de l’homme. Aujourd’hui, à présent que la course aux prétendants est achevée, il faut s’y résigner, un seul a triomphé : l’humanisme prométhéen, technique et revendicateur. On peut s’horrifier que nombre de ses promesses de conquête aient été tenues, leur réalisation ne s’impose pas moins comme un fait.

Mais il n’est pas dit que l’innovation technique ait changé les conditions faites à l’homme au point que le recours à la tradition ne soit plus d’aucun secours pour lui-même. Faudrait-il que l’homme d’avant l’intelligence artificielle n’ait plus rien à lui apprendre sur l’homme à venir ou sur sa propre formation d’homme ? Proposons-nous plutôt de convoquer les traditions humanistes dans leur pluralité ; il n’est peut-être pas trop de toutes pour réfléchir aux possibilités d’un humanisme ajusté aux défis de notre époque et capable d’y répondre. C’est cette direction qu’impriment les travaux de Brigitte Cholvy, qui ouvre ce dossier, ainsi que le « groupe de recherche en anthropologie chrétienne » (GRAC) qu’elle anime au sein de l’Institut catholique de Paris. Et c’est également celle que partagent les présents contributeurs (Stefano Biancu, Alberto Anelli, Emmanuel Falque) qui participent au programme de doctorat international (Humanisme contemporain) organisé l’an dernier par l’ICP, de concert avec l’Université LUMSA de Rome, l’Université catholique d’Australie et l’Université catholique pontificale du Chili. C’est cet effort commun que ce dossier entend saluer, dans l’espoir d’encourager le lecteur à y participer à leur suite.

Consultation du sommaire du n° 153 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr